Seretse Khama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seretse Khama
Image illustrative de l'article Seretse Khama
Fonctions
1er président de la République du Botswana
Élection
Vice-président Ketumile Masire
Prédécesseur Poste créé
Successeur Ketumile Masire
Premier ministre du Botswana
Élection
Monarque Élisabeth II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Poste aboli
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Serowe (Protectorat du Bechuanaland)
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Gaborone (Botswana)
Nationalité botswanaise
Parti politique Botswana Democratic Party
Conjoint Ruth Williams Khama
Enfant(s) Quatre
Diplômé de Université de Fort Hare
Balliol College
Inner Temple
Profession Homme politique
Religion Christianisme

Seretse Khama
Présidents de la République du Botswana

Seretse Khama né le , Serowe, Botswana, et mort le , Gaborone, est un homme politique botswanais. Né dans l'une des familles royales de ce qui était à cette époque le protectorat du Bechuanaland, et formé à l'étranger dans l'Afrique du Sud, mais aussi au Royaume-Uni, il rentre chez lui avec sa conjointe Ruth Williams Khama, d'un mariage populaire mais très controversé, pour mener son pays par un mouvement indépendantiste. Il fond le Parti démocratique du Botswana en 1962 et devient premier ministre en 1965. En 1966, le Botswana obtient son indépendance et Khama devient le premier président. Durant sa présidence, le pays connaît de grands progrès économiques et sociaux.

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Seretse Khama est né le à Serowe dans ce qui était le protectorat du Bechuanaland. Il est le fils de Sekgoma Khama II, le chef du peuple des Bamangwatos, et le petit-fils du roi tribal Khama III. Le nom « Seretse » signifie « l'argile qui lie »[1] et lui a été donné pour célébrer la réconciliation récente de son père et de son grand-père. Seretse accède lui-même au titre de roi de Bangwato en 1925 à la mort de son vieux père, mais son oncle Tshekedi Khama lui fait office de régent et de tuteur.

Après avoir passé la plupart de sa jeunesse dans les internats d'Afrique du Sud, Seretse Khama étudie à l'université de Fort Hare où il obtient son baccalauréat universitaire ès lettres en 1944. Il se rend ensuite à Oxford où il passe un an au Balliol College, avant de rejoindre Londres dans l'Inner Temple où il suit une formation d'avocat.

Mariage et exil[modifier | modifier le code]

En juin 1947, il rencontre l'anglaise Ruth Williams, clerc chez Lloyd's of London, et après un an de fréquentations, il l'épouse. Ce mariage entre un homme noir et une femme blanche suscite un scandale, tant chez l'apartheid en Afrique du Sud que chez les anciennes tribus du Bamangwato. Dès qu'il est informé du mariage, l'oncle de Seretse exige son retour au Bechuanaland et l'annulation de son mariage. Seretse Khama revient à Serowe, mais, après une série de réunions publiques, est réaffirmé par les anciens dans son rôle de roi en 1949. Ruth Williams Khama, qui voyageait avec son nouveau mari, s'est avérée populairement similaire. Admettant sa défaite, Tshekedi Khama quitte le pays, tandis que Seretse retourne à Londres pour terminer ses études.

Toutefois, les ramifications internationales de son mariage ne sont pas si faciles à résoudre. Après avoir interdit le mariage dit interracial sous le régime de l'apartheid, l'Afrique du Sud ne peut pas se permettre de laisser exister un couple de l'autre côté de sa frontière nord. Comme le Bechuanaland était un protectorat et non une colonie, le gouvernement sud-africain exerce immédiatement des pressions pour que Khama soit expulsé. Les membres du parti travailliste britannique dans le gouvernement, massivement dans la dette de la Seconde Guerre mondiale, ne peuvent pas se permettre de perdre l'or d'Afrique du Sud et l'approvisionnement en uranium. On craint aussi alors que l'Afrique du Sud ne prenne des mesures plus directes contre le Bechuanaland, par des sanctions économiques ou par une incursion militaire[2],[3]. Le gourvernement britannique envoie donc un parlementaire au Bechuanaland pour enquêter sur la remise en forme de Seretse Khama pour la chefferie. Bien que l'enquête indique qu'il est en fait éminemment apte à diriger ce protectorat, « mais pour son mariage malheureux »[3], le gouvernement ordonne que le rapport soit écarté pendant trente ans, et que Khama et son épouse soient exilés du Bechuanaland : ils le sont donc en 1951.

Retour à la politique[modifier | modifier le code]

Statue de Seretse Khama à l'extérieur du bâtiment du Parlement botswanais.

Divers groupes protestent contre la décision du gouvernement, en la considérant comme une preuve de racisme de la part des britanniques. En Grande-Bretagne, la décision provoque de la colère et la démission de Robert Gascoyne-Cecil, 5e marquis de Salisbury, le ministre responsable[4]. Une délégation de six Bamangwato sz rend à Londres pour voir Khama l'exilé et Lord Salisbury, en écho à la délégation de 1895 composée de trois Bamangwato ayant été reçue par la reine Victoria, mais cette visite se termine sans succès. Toutefois, lorsqu'ils sont désignés par le haut-commissariat britannique pour remplacer Khama, ils refusent de le faire.

En 1956, Seretse Khama et Ruth sont autorisés à retourner au Bechuanaland en tant que simples particuliers, après avoir renoncé au trône tribal. Khama entame une vie infructueuse d'éleveur de bétail et tâte de la politique locale : il est élu au conseil tribal en 1957. En 1960, on lui diagnostique un diabète.

En 1961, cependant, Khama revient sur la scène politique en fondant le Bechuanaland Democratic Party. Son exil lui confère une crédibilité accrue auprès d'un électorat de sensibilité indépendantiste. Le BDP balaye les socialistes et les panafricanistes rivaux et remporte les élections en 1965. Par la suite, Khama, alors premier ministre du Bechuanaland, persiste à œuvrer pour l'indépendance du Botswana, dont la nouvelle capitale serait Gaborone. En 1965, une constitution définit le nouveau système politique du Botswana. Et le 30 septembre 1966, le Botswana obtient son indépendance, avec Khama pour premier président. En 1966, Élisabeth II le fait Chevalier commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique (KBE)[5].

Présidence[modifier | modifier le code]

Au moment de son indépendance, le Botswana figure parmi les pays les plus pauvres au monde, encore plus pauvre que la plupart des autres pays africains[6],[7],[8]. Khama met au point un vigoureux programme économique visant à transformer le pays via l'exportation économique de bœuf, de cuivre et de diamants. La découverte en 1967 de gisements de diamants d'Orapa aide ce programme. Cependant, d'autres pays africains ont des ressources abondantes mais encore prouvées pauvres[6].

Entre 1966 et 1980, le Botswana connaît la plus forte croissance économique dans le monde[9]. Une grande partie de cet argent est réinvesti dans différentes infrastructures, les soins de santé et l'éducation, ce qui entraîne le développement économique. Khama prend également des mesures énergiques contre la corruption, fléau de tant d'autres nations nouvellement indépendantes d'Afrique. Contrairement à d'autres pays africains, l'administration de Khama adopte des politiques favorables au marché pour favoriser le développement économique. Il a promis des impôts peu élevés et stables à des sociétés minières, le libre-échange et l'augmentation des libertés publiques. Il maintient un faible impôt sur le revenu pour éviter la fraude fiscale et la corruption[8]. Pendant son mandat, il confirme les principes de la démocratie libérale et d'antiracisme dans cette région victime de guerres civiles, de haine raciale et de corruption.

Sur le front de la politique étrangère, Khama évite de permettre à des groupes militants d'opérer à l'intérieur du Botswana. Selon Richard Dale, « le gouvernement de Khama avait le pouvoir de le faire en vertu de la prévention de 1963 sur l'acte de violence à l'étranger, et une semaine après l'indépendance, Seretse Khama a annoncé devant l'Assemblée nationale la politique de son gouvernement pour assurer que le Botswana ne serait pas devenu une base des opérations pour attaquer un voisin »[10]. Peu de temps avant sa mort, Khama devait jouer un rôle majeur dans la négociation de la fin de la guerre du Bush de Rhodésie du Sud, la création qui en résulte, et l'indépendance du Zimbabwe[réf. nécessaire].

L'aéroport international Sir Seretse Khama, à Gaborone au Botswana, porte son nom en hommage.

Sur un plan personnel, il est connu pour son intelligence, son intégrité et son sens de l'humour.

Héritage et hommage[modifier | modifier le code]

Khama reste président du Botswana jusqu'à sa mort, causée par un cancer du pancréas, le . Il est ensuite remplacé par son vice-président Ketumile Masire. Quarante mille personnes viennent lui rendre hommage lorsque son corps est exposé à Gaborone. Il est enterré dans le cimetière familial Khama sur une colline de Serowe, District central[11].

Vingt-huit ans après la mort de Seretse, son fils Ian succède à Festus Mogae comme 4e président du pays, en remportant par une victoire écrasante l'élection présidentielle de 2009. Un autre des fils de Seretse, le cadet Tshekedi Khama, est élu parlementaire de Serowe du nord-ouest.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) John Redfern, Ruth et Seretse : « Une opération de très mauvaise réputation » [« Ruth and Seretse : « A Very Disreputable Transaction » »], Londres, Victor Gollancz,‎ 1955 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Thomas Tlou, Neil Parsons et Willie Henderson, Seretse Khama, 1921-1980, Macmillan,‎ 1995 (ISBN 99912-60-31-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Dickson Mungazi, Nous n'oublierons pas : Valeurs dans la direction nationale de Seretse Khama, Nelson Mandela et Julius Nyerere [« We Shall Not Fail: Values In The National Leadership Of Seretse Khama, Nelson Mandela And Julius Nyerere »], Africa World Press,‎ 2004 (ISBN 1-59221-250-6)
  • (en) Michael Dutfield, Un Mariage de l'Inconvénience : Persécution de Ruth et Seretse Khama [« A Marriage of Inconvenience : Persecution of Ruth and Seretse Khama »], HarperCollins,‎ 1990 (ISBN 0-04-440793-9)
  • (en) Susan Williams, Couleur de la barre [« Colour Bar »], Allen Lane,‎ 2006 (ISBN 0-7139-9811-3)
  • (en) Alan Seager, L'ombre d'un grand rocher [« The Shadow of a Great Rock »], Connah's Quay,‎ 2005
  • (en) Clotye Murdock Larsson, Un Abdication africaine par Seretse Khama [« An African Abdication by Seretse Khama »],‎ 1965 (ISBN 978-0-87485-014-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Neil Parsons, « Seretse Khama », sur le site de University of Botswana History Department,‎ 1999 (consulté le 28 avril 2012).
  2. John Redfern 1955, p. 221
  3. a et b (en) Clare Rider, « The « Unfortunate Marriage » of Seretse Khama, The Inner Temple Yearbook 2002/2003 »,‎ 2003 (consulté le 6 août 2006).
  4. John Redfern 1955, p. 189
  5. (en) « Central Chancery Of The Orders of Knighthood », London Gazette, no 44120,‎ 23 septembre 1966, p. 10295 (lire en ligne).
  6. a et b (en) James Haskins et Jim Haskins, Héros africains [« African Heroes »], p. 126
  7. (en) Robert Guest, Le Continent Enchaîné [« The Shackled Continent »],‎ 2004 (ISBN 978-1588342140)
  8. a et b (en) Marian L. Tupy, « Le Botswana et le Zimbabwe : Un conte de deux pays »,‎ 14 mai 2008 (consulté le 16 décembre 2012).
  9. (en) D. Acemoglu, S. Johnson et J.A. Robinson, Une réussite africaine : le Botswana : À la recherche de la prospérité : récits d'analyse sur la croissance économique [« An African Success Story : Botswana »], D. Rodrik de Princeton University Press,‎ 2003, chap. 4, p. 80-119
  10. (en) Richard Dale, La recherche du Botswanapour l'autonomie dans le sud de l'Afrique [« Botswana's Search for Autonomy in Southern Africa »], Greenwood Press,‎ 1995, p. 50
  11. Thomas Tlou et al., p. 391-392