Soweto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soweto
Situation spatiale de Soweto dans la banlieue de Johannesburg
Situation spatiale de Soweto dans la banlieue de Johannesburg
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Gauteng
Ville Johannesburg
Géographie
Coordonnées 26° 14′ 54″ S 27° 52′ 26″ E / -26.2482267, 27.874020326° 14′ 54″ Sud 27° 52′ 26″ Est / -26.2482267, 27.8740203  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte administrative d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Soweto

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte topographique d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Soweto
Entrée de Soweto
Bidonvilles du Township de Soweto
Rue de Soweto
Quartier d'Orlando West à Soweto
Musée Mandela à Soweto
Soweto

Soweto (South Western Township) est une banlieue noire (appelée township) en Afrique du Sud, située à 15 km au sud-ouest de Johannesburg, dans la province du Gauteng (Transvaal).

Démographie[modifier | modifier le code]

C'est le plus peuplé des Township du pays avec une population de 858 644 habitants recensée en 2001[1], et qui est estimée en 2009 à 1 300 000 personnes. Ces résultat constituèrent une surprise car les estimations de population dans les années 1980 et années 1990 étaient de 4 000 000 d'habitants.

Administration[modifier | modifier le code]

Soweto est intégré à la municipalité de Johannesburg, dont elle constitue les régions 6 et 10.

Histoire[modifier | modifier le code]

La partie ouest de ce qui est actuellement le quartier Soweto fut le lieu des deux batailles de Doornkop : la première en 1896 lors du Raid Jameson et la seconde en 1900 lors de la seconde guerre des Boers. Les Britanniques tentaient alors de prendre Johannesburg, la capitale économique boer.

Créée dans les années 1950, elle faillit porter le nom de Verwoerdville en hommage à Hendrik Verwoerd, alors ministre des affaires indigènes et l'un des principaux concepteurs de l'apartheid.

En 1951, en application des nouvelles lois d'apartheid, Soweto fut conçu pour recevoir des résidents uniquement noirs. À cette fin, des quartiers entiers, peuplés de Noirs ou racialement mixtes, assez proches des villes, furent classifiés comme zones blanches (ou zones pour gens de couleurs, métis ou indiens). En conséquence, les habitants noirs furent chassés de ces quartiers requalifiés comme à Sophiatown et envoyés à 15 km au sud-ouest de Johannesburg sur des terrains rachetés à des fermiers par le gouvernement et qui étaient connus sous leurs noms de Doornkop, Klipriviersoog, Diepkloof, Klipspruit et Vogelstruisfontein. Ces terrains allaient former l'ossature de Soweto.

En 1988, eut lieu la conférence de Soweto, communément appelée The Conference of Soweto.

À l'origine, banlieue noire constituée de petites maisons alignées, Soweto allait connaître un accroissement démographique fulgurant, marqué par la construction de bidonvilles et l'insuffisance des services publics, incapables de s'adapter à la demande en électricité et en eau potable.

En 1976, les émeutes de Soweto firent entrer le township dans l'actualité internationale quand le gouvernement rendit obligatoire l'enseignement de la langue afrikaans.

Durant les années 1980, le township est le symbole de la résistance noire à l'apartheid.

Les quartiers[modifier | modifier le code]

Soweto comprend plusieurs quartiers, certains aisés, d'autres très pauvres et des bidonvilles (Soweto demeure une des régions les plus pauvres d'Afrique du Sud) :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres du recensement de 2001

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Julie Aubriot, Accès à l'eau et usages militants du droit. étude de cas à Soweto, Agence Française de Développement, 2012, 151 p.
  • (en) Jodi Bieber, Soweto, Jacana Media, Auckland Park (Afrique du Sud), 2010, 154 p. (ISBN 978-1-7700-9806-0)
  • (fr) Christophe Hutin et Patrice Goulet, L'enseignement de Soweto : construire librement, Actes Sud, Arles, 2009, 99 p. (ISBN 978-2-7427-8435-6)
  • (fr) Emmanuel Lafont (évêque), Jean Cormier et al., Le curé de Soweto, Éd. du Rocher, Monaco ; Desclée de Brouwer, Paris, 2010, 402 p. (ISBN 978-2-268-07055-1) (récit personnel)
  • (fr) Stan Motjuwadi et David Bristow, Soweto, préface de Johnny Clegg, traduit de l'anglais par Gilles Tordjman, éd. Taillandier, 1990.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :