Haka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Hakka, Hakha ni Aka.
Représentation d'un haka datant du XIXe siècle
Haka effectué par les All Blacks

Le haka est une danse chantée rituelle des insulaires du Pacifique Sud interprétée à l'occasion de cérémonies, de fêtes de bienvenue, ou avant de partir à la guerre, que les Māori ont rendu mondialement célèbre par l'équipe de rugby à XV de Nouvelle-Zélande, qui l'effectue avant ses matches depuis 1905.

Origines[modifier | modifier le code]

Selon la mythologie māori, Tama-nui-to-ra, le dieu soleil, avait deux épouses : Hine-raumati, dame de l’été, et Hine-takurua, dame de l'hiver. L’enfant né de Tama-nui-to-ra et de Hine-raumati s’appelait Tane-rore. Il fut crédité de l’origine de la danse. Tane-rore est le tremblement de l’air vu lors des journées chaudes de l’été et est représenté par le tremblement des mains lors de la danse.

Le haka, danse rituelle māori, gravure du XIXe siècle

Haka est un nom générique pour toutes les danses māori. Etymologiquement, le mot haka signifie « faire ». Et ce type de danse se pratiquait dans toute l'Océanie polynésienne. Il n'était pas rare de trouver dans les paroles des haka des mots crus, et des insultes à destination de l'ennemi. Aujourd’hui, le haka est défini comme la partie du répertoire de danse où les hommes sont à l’avant et les femmes à l'arrière pour le support vocal. La plupart des haka présentés aujourd’hui sont des haka taparahi ou haka sans armes.

Plus que tout autre aspect de la culture māori, cette danse complexe est une expression de la passion, de la vigueur et de l'identité de ce peuple. Le haka, plus qu'un passe-temps, était une coutume d'importance, particulièrement au moment de souhaiter la bienvenue lors de rencontres sociales. La réputation des tribus reposait en partie sur leur habileté à faire le haka (hamana mahuika).

Usage[modifier | modifier le code]

Cette danse est devenue célèbre à travers le monde grâce au rayonnement de l'équipe néo-zélandaise de rugby à XV , les All Blacks. Les joueurs, en tenue noire, interprètent traditionnellement un haka avant le début de chacune de leurs rencontres, dans le but d'impressionner l'adversaire. L'interprétation systématique du haka date de 1987, lors de la première Coupe du monde de rugby. Il était auparavant réservé aux tournées des All Blacks dans les pays étrangers. Les Wheel Blacks, l'équipe nationale néo-zélandaise de rugby en fauteuil roulant, effectuent également un haka en début de match[1].

Mais les joueurs de rugby à XV ne sont pas les seuls à l'utiliser avant leur match sportif comme par exemple les équipes de Nouvelle-Zélande de rugby à XIII ou de basket-ball[2]. Le haka occupe une part très importante dans la vie culturelle des Néo-Zélandais (qu'ils soient māori, métis ou anglo-saxons) et constitue un élément fondamental de leur identité nationale. On pratique le Haka partout : dans les lycées, les universités, dans l'armée, etc.

Tana Umaga a conduit le Kapa o Pango, un haka d'un genre nouveau très impressionnant, lors du match Nouvelle-Zélande - Afrique du Sud le samedi 27 août 2005 à Dunedin.

Mais d'autres nations de la zone océanienne exécutent un haka avant d'entamer une rencontre de rugby : ainsi Fidji (cibi), les Samoa (Siva tau) et Tonga (Kailao) possèdent leur propre « danse » d'avant match.

Dans le cadre des animations autour de la coupe du monde de Rugby 2007, un haka géant a été organisé à Béziers sur la pelouse du stade de la Méditerranée le 30 juin 2007. 525 participants y ont reproduit les gestes de l'association wallisienne Lomipiau. Par ailleurs, lors de la venue des All Blacks au Pavillon noir d'Aix-en-Provence, le chorégraphe de danse contemporaine Angelin Preljocaj a composé spécialement un « haka » pour 15 danseuses[3].

Lors du défilé du 14 juillet à Paris en 2011, placé sous le signe de la France d'outre-mer, des militaires de la zone Pacifique ont effectué un haka devant la tribune présidentielle.

Les différents Haka[modifier | modifier le code]

Droits[modifier | modifier le code]

Le 11 février 2009, Ngāti Toa (en) a acquis des droits internationaux à propos de l'utilisation du haka. Ils disent que l'utilisation du haka peut être dans certains cas dégradante pour la culture Maori. Ainsi une publicité pour Fiat montrait des femmes faisant le haka, alors qu'il n'est fait traditionnellement que par des hommes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "'Murderball' crashes the Paralympics", Agence France-Presse, 14 septembre 2008
  2. (en) FIBA, « Video of Tall Blacks' Haka surpasses one million views in less than 24 hours », sur fiba.com,‎ 3 septembre 2014 (consulté le 8 septembre 2014)
  3. Vidéo intégrale d'Haka d'Angelin Preljocaj.
  • Juster, Alexandre, 2010. La transgression verbale en Océanie. Paris: L'Harmattan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]