Abbaye de Bonne-Espérance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonne-Espérance.
Abbaye de Bonne-Espérance
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Ordre Prémontrés
Fondation 1130
Fermeture 1797
Diocèse Tournai
Personnes liées Philippe de Harveng
Style(s) dominant(s) Néoclassique
Gothique
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1973, Les parties du XIIIe au XVIIIe siècles, no 56085-CLT-0005-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, Les parties de XIIIe au XVIIIe siècles de l'ancienne abbaye y compris l'église abbatiale et la ferme abbatiale, no 56085-PEX-0001-02)
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Commune Estinnes
Coordonnées 50° 23′ 10″ N 4° 08′ 23″ E / 50.386111111111, 4.1397222222222 ()50° 23′ 10″ Nord 4° 08′ 23″ Est / 50.386111111111, 4.1397222222222 ()  

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

(Voir situation sur carte : Hainaut)
Abbaye de Bonne-Espérance

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Abbaye de Bonne-Espérance

L'abbaye de Bonne-Espérance se situe dans la commune d'Estinnes, à Vellereille-les-Brayeux, en Belgique. Fondée en 1130 et destinée initialement à l'établissement d'une communauté de chanoines prémontrés, Bonne-Espérance est la seule abbaye du Hainaut dont les bâtiments ont survécu aux révoltes et aux destructions de la Révolution française[1]. Cet ensemble architectural classé, inscrit sur la liste du « Patrimoine immobilier exceptionnel de la Région wallonne »[2], abrite depuis le 4 mai 1830[3] un établissement d'enseignement primaire et secondaire, le collège Notre-Dame de Bonne-Espérance.

L'abbaye de Bonne-Espérance[modifier | modifier le code]

Blason de l'abbaye

Histoire[modifier | modifier le code]

La principale source permettant de retracer partiellement l’histoire de l’abbaye est l’ouvrage d’Englebert Maghe (42e abbé de Bonne-Espérance) intitulé Chronicum Ecclesiae Beatae Mariae Virginis Bonae Spei ou, plus simplement, Chroniques de Bonne-Espérance (1704)[4]. Avant la publication de cet ouvrage imprimé, Maghe a dû classer, rassembler et compiler tous les documents de l'abbaye en un recueil, un cartulaire en dix-huit volumes toujours conservé à l'heure actuelle[5].

Origines[modifier | modifier le code]

Tout commence avec un certain Raynard, seigneur de Croix-lez-Rouveroy. Guillaume, son fils, est séduit par les idées de Tanchelin (ou Tanchelme), un hérétique qui sévit dans la région d'Anvers. Cependant, le fondateur de l'ordre des Prémontrés, Norbert de Xanten, parvient à convertir Guillaume de Croix à la foi catholique[6]. En signe de reconnaissance, Raynard offre alors à la communauté de l'abbaye de Prémontré une partie de ses terres situées à Ramegnies[7], un lieu-dit proche de Merbes-Sainte-Marie et Peissant[8].

Détail de la façade principale

Tandis que Guillaume suit Norbert à l'abbaye de Prémontré, d'autres religieux du même ordre s'établissent à Ramegnies en 1126, afin d'y fonder un nouveau monastère. Ils sont sous la conduite d'un certain Odon, d'abord chanoine à Laon, puis à Cuissy, devenant ensuite abbé de Bonne-Espérance. La communauté ne reste pas longtemps à Ramegnies et décide de s'implanter plus tard à Sart-Richevin[7], sur le territoire de Vellereille-les-Brayeux. En 1128, la fondation est érigée en abbaye et, l'année suivante, Odon est nommé premier abbé de la communauté religieuse. Enfin, un second déménagement, en 1130, mène Odon et ses chanoines au site actuel, qui surplombe la vallée de la Haine. Ces deux déménagements peuvent probablement s'expliquer par un manque d'eau potable et une instabilité du terrain[9].

L'origine du nom Bonne-Espérance demeure obscure. Ce nom apparaît pour la première fois en 1131 dans une charte de Liéthard ou Liétard, alors évêque de Cambrai. Selon une première hypothèse, les chanoines, heureux d'avoir enfin trouvé un endroit définitif pour y établir leur communauté, ayant donc bon espoir pour le devenir de la communauté, auraient baptisé leur maison Bona Spes, traduction latine de bonne espérance. La légende dit même qu'en découvrant le site, Odon se serait exclamé « Bonæ spei fecisti filios tuos », qui signifie en latin « Tu as inspiré à tes fils la bonne espérance » (Sg 12,19)[10]. La seconde hypothèse prône qu'un culte à Notre-Dame de Bonne-Espérance existait déjà à cet endroit au moment de la fondation de l'abbaye[9].

Développement économique[modifier | modifier le code]

Les XIIe et XIIIe siècles représentent une période d’important développement économique pour l’abbaye : en deux siècles environ, la communauté acquiert plusieurs milliers d'hectares de terres dispersées çà et là dans le Comté de Hainaut et le Duché de Brabant. À la fin de l'Ancien Régime, on dénombre pas moins de 4 700 hectares de terres[11], ce qui fait de Bonne-Espérance une puissance foncière relativement importante.

Déjà en 1130, les chanoines de Bonne-Espérance ne partent pas de rien : en effet, Raynard offre quelques-uns de ses domaines à l’abbaye, suivi par d’autres généreux chrétiens. Les domaines en question sont rapidement entretenus par les frères convers, qui exercent avant tout une activité manuelle et ne sont normalement pas destinés à la prêtrise. Ces derniers vivent dans de petits prieurés plus proches des domaines administrés. La situation économique de la communauté reste stable jusqu’au XVIe siècle. Cependant, dès le XIVe siècle, le nombre de frères convers baissant, les chanoines doivent faire appel à des domestiques[12]. Le déclin progressif de cette prospérité de l'abbaye les amène même à licencier presque tous les gens de métier[13].

Philippe de Harveng[modifier | modifier le code]

Un personnage-clé des débuts, qui participe substantiellement à la prospérité économique de la communauté, est le frère Philippe de Harveng (né au début du XIIe siècle - mort en 1183), prieur de Bonne-Espérance dès 1130-1131. Vers 1147, Philippe se querelle avec le célèbre moine Bernard de Clairvaux au sujet du transfert d’un religieux de Bonne-Espérance vers l’abbaye de Clairvaux. Cet incident conduit les supérieurs de Philippe à le condamner à l’exil en 1148. Mais, trois ans plus tard, ils reviennent sur leur décision et finissent par l'innocenter. En 1152, Philippe de Harveng peut donc regagner le monastère, dont il devient le deuxième prélat de 1157 à 1182[4].

À côté de la gestion quotidienne de Bonne-Espérance, Philippe de Harveng est un grand intellectuel. On lui attribue plusieurs lettres à caractère théologique ou plus personnelles ; des œuvres d'exégèse comme un opuscule sur la Damnation de Salomon, des commentaires sur le Cantique des cantiques. Philippe a également rédigé des vies de saints écrites en prose rimée, comme celles de Feuillien de Fosses, de Ghislain de Mons, de Landelin ou encore d'Oda de Rivreulle, contemporaine de Philippe, abbesse d'un éphémère couvent norbertin situé près de Faurœulx. Enfin, on lui a attribué bien souvent à tort certains poèmes[14].

Certaines de ces œuvres offrent des informations utiles à la compréhension de la vie chez les Prémontrés de l'époque et plus généralement de la Renaissance du XIIe siècle.

Guerres et pillages[modifier | modifier le code]

Au centre, les vestiges du refuge de Bonne-Espérance à Binche (XIIIe siècle).

La première partie du XVIe siècle est marquée dans la région par les affrontements entre les troupes de François Ier et celles de Charles Quint. À ce moment-là naissent également les tensions entre catholiques et protestants. En 1542, les formations du futur roi Henri II de France, le fils de François Ier, assiègent la ville de Binche, située à quatre kilomètres de Bonne-Espérance. Les environs sont inévitablement pillés par les soldats et l'abbaye n'échappe pas au pillage, qui se reproduira à nouveau en 1554[15].

Bien pire encore, le 10 novembre 1568, en plein contexte de guerres de religion, le prince d'Orange Guillaume Ier d'Orange-Nassau envahit l'abbaye et ses soldats mettent le feu aux bâtiments. La communauté se tourne vers ses refuges établis à Mons et à Binche, mais le premier est lui-même mis à sac en 1572 par les troupes de Louis de Nassau et le second subit le même sort en 1576[16]. S'ensuit alors une période d'endettement et de précarité pour la communauté norbertine.

Renouveau[modifier | modifier le code]

L'escalier d'honneur (XVIIIe siècle)

Au début du XVIIe siècle, Bonne-Espérance tente de se relever et commence à emprunter des fonds pour pouvoir restaurer les bâtiments abbatiaux. Les chanoines peuvent également compter sur de pieux mécènes. En effet, les gouverneurs des Pays-Bas espagnols, les archiducs Albert de Habsbourg et Isabelle d'Espagne se montrent généreux envers les communautés religieuses dont les bâtiments ont été dévastés par les guerres de religion. Bonne-Espérance peut donc bénéficier de grandes restaurations[17].

Cependant, les emprunts se multiplient sous l'abbatiat d'Augustin de Felleries (1642-1671) : la situation financière de l'abbaye est telle que son successeur, Englebert Maghe (1671-1708), doit faire face à de nombreux procès. Pour la défense de la communauté, il s'attèle à réunir tous les documents concernant l'abbaye en un précieux cartulaire, dont les dix-huit volumes sont encore conservés à la bibliothèque à l'heure actuelle[4].

Au XVIIIe siècle, le comté de Hainaut, sous domination autrichienne, connaît une longue période de prospérité et de paix. Un vaste chantier de modernisation des bâtiments de Bonne-Espérance commence alors dès 1714 avec les réalisations néo-classiques de l'architecte montois Nicolas De Brissy et se termine peu avant la Révolution française avec notamment l'édification, de 1770 à 1776, de la nouvelle abbatiale dessinée par Laurent-Benoît Dewez[18].

Les conséquences de la Révolution française[modifier | modifier le code]

Après la bataille de Jemappes qui voit s'affronter les troupes révolutionnaires et autrichiennes, la communauté norbertine est contrainte de quitter le monastère, déclaré « bien national » par les révolutionnaires français en 1793. Les Autrichiens reprennent ensuite temporairement le contrôle de la région et les chanoines regagnent l'abbaye. L'abbaye est cependant pillée par les troupes françaises le 13 mai 1794[13]. Au même moment, les abbayes voisines de Lobbes et d'Aulne sont incendiées et détruites par les soldats du général Charbonnier : plusieurs milliers de manuscrits partent ainsi en fumée.

Le 6 mars 1797, les troupes révolutionnaires françaises chassent définitivement les derniers religieux de Bonne-Espérance. Les bâtiments sont vendus et rachetés en secret par la communauté via le fermier de la Basse-Cour[19]. Mais les difficultés à reprendre la vie monastique sont telles que les derniers chanoines survivants se résolvent, le 29 décembre 1821, à faire don de leur abbaye au séminaire épiscopal du diocèse de Tournai[20]. L'évêché de Tournai décide alors d'ouvrir, le 4 mai 1830[3], dans les bâtiments de l'abbaye un « petit séminaire », c'est-à-dire un établissement d'enseignement secondaire destiné en premier lieu à la formation des prêtres[21].

Liste des abbés de Bonne-Espérance[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne des chanoines[modifier | modifier le code]

Les communautés norbertines suivaient la Règle de saint Augustin. La vie monastique s'y partageait entre vie contemplative et vie active, selon le vœu de saint Norbert.

La vie contemplative et intellectuelle[modifier | modifier le code]

Des offices appelées Matines (lectures de psaumes) et Laudes avaient lieu avant l'aube. Les Laudes comprenaient généralement trois psaumes, une lecture et un cantique biblique. La journée du chanoine commençait d'ordinaire vers 4 heures du matin. Avaient lieu alors des messes, une méditation, l'office de Prime (au lever du jour) et la coulpe, c'est-à-dire la confession publique de ses péchés. Vers 7 heures 30 du matin, les jeunes prenaient part à la leçon de théologie, tandis que les plus anciens s'adonnaient à des études quelconques. À 9 heures était célébré l'office de Tierce, suivi d'une grand-messe conventuelle et de l'office de Sexte. Vers 10 heures 30 reprenait une période d'étude jusqu'au dîner. À 11 heures 30, un chanoine sonnait la cloche pour annoncer le dîner. Le dîner se prenait dans le silence et un chanoine récitait, depuis la chaire, des versets de la Bible. La discussion entre chanoines était néanmoins autorisée, un dîner par semaine.

Après dîner, la communauté se rendait à l'église pour le Miserere et l'office de None. Ces offices suivis, les chanoines avaient droit à un temps de récréation et, une fois par semaine, à une promenade. Après la récréation, ils se remettaient à étudier jusqu'aux Vêpres. L'office terminé, chacun rejoignait sa chambre pour une dernière période d'étude. Vers 5 heures du soir venait le souper ou collation, toujours pris en silence. Une ultime récréation précédait l'office de Complies, à 7 heures du soir ; vers 8 heures, tout le monde allait dormir[23].

La bibliothèque[modifier | modifier le code]
La bibliothèque (1713-1718).

La pièce qui sert encore de bibliothèque aujourd'hui date de la prélature de l'abbé de Patoul, c'est-à-dire vers 1713-1718, mais il est attesté qu'une autre pièce de 1510-1537 servait auparavant de bibliothèque[24]. Ce local a été entièrement rénové et sert actuellement de salle de conférence. La copie des manuscrits a eu lieu dès le début à Bonne-Espérance et même après l'apparition de l'imprimerie[25].

À la fin du XVIIIe siècle, bon nombre d'ouvrages ont disparu ou ont été déplacés à des endroits divers[5]. Cependant, quelques manuscrits se trouvent encore à Bonne-Espérance :

D'autres manuscrits sont conservés à des endroits divers, comme à la bibliothèque de l'Université de Mons, à la Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles, à l'Abbaye de Maredsous, à La Haye, à Paris ou encore à Tournai. Parmi ceux-ci, on peut mentionner :

La vie « séculière »[modifier | modifier le code]

Anderlues, l'église St-Médard

Dès la fondation de l'abbaye, il arriva que des chanoines fussent appelés à exercer le ministère paroissial, c'est-à-dire la fonction d'un prêtre de campagne. En effet, de nombreuses paroisses des régions avoisinantes appartenaient à l'abbaye. Il s'agissait, dans l'ordre alphabétique, des cures d'Anderlues, Bois-d'Haine, Carnières, Chaumont-Gistoux, Courcelles, Croix-lez-Rouveroy, Erquelinnes, Familleureux, Fayt-lez-Manage, Feluy, Gentinnes, Gouy-lez-Piéton, Haine-Saint-Paul, Huizingen, Leugnies, Mont-Sainte-Aldegonde, Mont-Sainte-Geneviève, Morialmé, Morlanwelz, Orbais, Ressaix, Seneffe, Senzeille, Sombreffe, Soumoy, Thorembais-Saint-Trond et, non loin de la communauté, Vellereille-les-Brayeux[27].

Cette similitude avec le clergé séculier n'est qu'apparente. En effet, les chanoines en paroisse devaient toujours obéir à l'abbé et revenir dans la communauté s'il leur en avait donné l'ordre. De plus, ils devaient, comme à l'abbaye, vivre pauvrement, jeûner, s'abstenir régulièrement, manger avec frugalité… Ils n'étaient pas libre de circulation et ne pouvaient, par exemple, rendre visite à leurs parents sans autorisation de l'abbé. Toute action temporelle ou personnelle des Norbertins était régie par l'abbé, le ministère paroissial restant de l'autorité de l'évêque de Cambrai.

Trois sources de revenus incombaient au chanoine en paroisse. La première était, bien entendu, la dîme. La deuxième consistait en douaires, c'est-à-dire des ressources nécessaires à l'entretien de l'église et du presbytère, en ce compris le salaire du prêtre en fonction. La dernière provenait du casuel, en d'autres termes les offrandes versées par les fidèles lors de la messe[28].

La vie charitable[modifier | modifier le code]

La chapelle de l'infirmerie terminée en 1791.

On sait qu'une infirmerie existait à Bonne-Espérance depuis 1260. On y soignait et logeait des jeunes malades, des vieillards ou même des invalides de la région. Toujours, l'abbaye de Bonne-Espérance a eu le souci d'accueillir les plus démunis et les gens du peuple devaient avoir beaucoup de considération pour cette communauté qui les soignait et les nourrissait. En 1787, on mentionne d'ailleurs que l'argent consacré aux aumônes et aux frais d'hospices représentait le quart des revenus engrangés par l'abbaye. Ces revenus provenaient des nombreuses dépendances (fermes, terres, extractions de charbon) que possédait l'abbaye[25].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le jardin botanique et les bâtiments de l'aile gauche en vue aérienne

Des premières constructions en style roman, il ne reste rien. En revanche, plusieurs pièces de style gothique subsistent, comme le cloître, la salle capitulaire, la cuisine, la tour de la basilique et quelques éléments de l'ancienne abbatiale (fenêtres, colonnes) intégrés dans les murs de l'actuelle basilique. La majeure partie de l'abbaye, de style néoclassique, date en fait du XVIIIe siècle. Par après, d'autres annexes ont été construites, aux XIXe et XXe siècles, la dernière réalisation en date étant le bassin de natation du Collège, en 1969. Comme signalé plus haut, le site abbatial fait partie du patrimoine majeur reconnu comme tel par la Région wallonne depuis plusieurs décennies. Durant les années 1990, la basilique de Bonne-Espérance a bénéficié de subsides destinés à la restauration extérieure de cette abbatiale et de sa tour : 95 % de ces subsides provenaient de la contribution de la Région wallonne en matière de sauvegarde du patrimoine majeur, les 5 % restants représentant l'argent récolté par l'association sans but lucratif (ASBL) Les Compagnons de l'Abbaye mais aussi les subsides versés par la Commune d'Estinnes. Enfin, d'importantes restaurations des bâtiments entourant le jardin ont débuté en 2005, toujours grâce à des subsides de la Région wallonne, de la commune d'Estinnes et à la générosité des anciens et amis de Bonne-Espérance impliqués dans l'une ou l'autre ASBL.

Plan du site[modifier | modifier le code]

Plan général des bâtiments abbatiaux et des annexes plus récentes, tels qu'on peut les admirer en 2014. Chaque couleur correspond au siècle de construction du bâtiment :
  •      XIIIe siècle
  •      XVe siècle
  •      XVIe siècle
  •      XVIIIe siècle
  •      XIXe siècle
  •      XXe siècle

La façade et les ailes du jardin botanique[modifier | modifier le code]

Aile gauche (1767)
Aile droite (1760)
Entrée de l'ancienne basse-cour (1765-1769)

Il faut savoir qu'à l'époque, le jardin botanique n'existait pas. En lieu et place de ce jardin se déployait une cour, dite « Cour d'honneur », et qui datait du XVIIe siècle. Tous les bâtiments entourant le jardin datent, eux, du XVIIIe siècle.

En entrant dans ce jardin, on peut remarquer d'abord de chaque côté un bâtiment présentant en son centre une ancienne porte charretière surmontée d'une tourelle. Le bâtiment de gauche est occupé aujourd'hui par la section primaire du collège, tandis que celui de droite fait partie de l'ancienne « basse-cour » (1765-1769), toujours habitée actuellement. Le regard se tourne ensuite vers la façade principale au centre et les deux ailes principales du jardin, de style néoclassique : elles sont l'œuvre de Nicolas De Brissy, architecte originaire de Mons.

La façade (1738-1741), d'une longueur de 76 mètres, est flanquée de deux pavillons, dont celui du père abbé à gauche. Le reste du bâtiment de façade était quant à lui destiné au logement des hôtes. On remarque que le centre de la façade est constitué uniquement de pierre : c'est par là que les hôtes de marque accédaient à leurs appartements. On accède alors à l'étage de cet ancien quartier des hôtes par un large escalier en pierre bleue et en chêne sculpté. Les deux rampes de l'escalier présentent des motifs en forme de lyre et se rejoignent à l'étage pour former une balustrade.

L'aile principale de gauche (1767) présente en son centre un portail surmonté d'un cadran solaire. Celle de droite (1760) présente quant à elle plusieurs baies vitrées en arcade. À côté de cette aile principale de droite, entre l'aile et la façade, subsiste un large portail appelé portail de Felleries, construit sous la prélature de l'abbé éponyme.

Le quartier abbatial[modifier | modifier le code]

Le pavillon à gauche de la façade abritait les appartements du père abbé : on y accède via un escalier de chêne en courbe. À l'étage se trouve un oratoire datant du milieu du XVIIIe siècle, lambrissé de chêne, avec son autel. Le motif du parquet de l'oratoire représente une étoile, tandis que le plafond représente Dieu dans les nuages en trompe-l'œil. L'existence d'un quartier abbatial à Bonne-Espérance est attestée dès la fin du XVe siècle, quartier rénové vers 1570-1588, agrandi en 1640.

Le cloître[modifier | modifier le code]

Le cloître (aile sud)

Le cloître de Bonne-Espérance, de style gothique, date de la seconde moitié du XIIIe siècle : les ailes sud, est et ouest ont été achevées à la mort de l'abbé Adam de Cousolre, c'est-à-dire en 1286, tandis que l'aile nord fut achevée quelques années plus tard[29]. Représentant le plus ancien vestige des bâtiments de l'abbaye, le cloître de Bonne-Espérance entoure aujourd'hui un jardin intérieur.

Sur le plan architectural, chaque aile du cloître compte neuf travées. Chacune des travées est couverte de croisées d'ogives quadripartites, aux nervures retombant sur des culs-de-lampes en pierre blanche d'Avesnes ou, plus tardifs, en pierre bleue d'Écaussinnes[30].

L'ensemble a donc conservé son aspect gothique, mais plusieurs éléments montrent que le cloître a subi des remaniements aux XVIe et XVIIIe siècles. Il restera ouvert sur le jardin intérieur jusqu'en 1715, date à laquelle des murs de briques et pierres, percés de fenêtres en plein cintre, viendront remplacer les arcades ouvertes sur le jardin.

Le chauffoir[modifier | modifier le code]

Le réfectoire[modifier | modifier le code]

Le réfectoire (1738).

Le premier réfectoire qu'a connu Bonne-Espérance datait du XIIe siècle. On sait également qu'un nouveau réfectoire avait été reconstruit entre 1510 et 1537. Ce dernier a été démoli au début du XVIIIe siècle pour laisser la place à celui que l'on peut encore admirer aujourd'hui. L'actuel réfectoire date, lui, de 1738.

Le long des murs sont disposés des bancs en chêne que supportent des consoles cannelées. Sur ces mêmes bancs, devant lesquels on dressait les tables, s'asseyaient les chanoines pour prendre leurs deux repas quotidiens.

Dans le coin gauche du côté ouest se trouve une chaire d'où le lecteur récitait à haute voix durant le repas des passages de la Bible. À l'avant de cette chaire de bois, on remarque un bas-relief représentant un évêque barbu. Les spécialistes pensent qu'il s'agit de saint Augustin. À droite de la chaire se trouve une toile cintrée, représentant le Christ en croix, entre la Vierge Marie et saint Jean.

Apparition de la Vierge à Norbert, une des cinq scènes de la vie de Norbert de Xanten, dans le réfectoire des chanoines

La paroi sud est presque entièrement recouverte de toiles, cintrées et enchâssées dans des boiseries en chêne (hauteur maximale : 2,80 m ; largeur : 1,30 m). Cinq scènes, peintes par Bernard Fromont (1715-1755), de Valenciennes, racontent la vie de saint Norbert. La première évoque la conversion de Norbert, en 1115, sur la route de Xanten à Vreden (villes d'Allemagne, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Une vision, qui le mènera à sa conversion, le surprend alors qu'il est à cheval. Sur cette toile, Norbert gît non loin de son cheval. Sur la deuxième scène, on peut reconnaître la Vierge Marie avec Jésus. Des anges présentent à saint Norbert l'habit blanc qui sera porté par les Norbertins. Le fondateur de l'Ordre prêche à Anvers, sur la troisième toile. Sa prédication en 1122, du parvis d'une église anversoise, vise Tanchelin, hérétique représenté torse nu et contorsionné. La quatrième toile raconte l'entrée à Rome de Norbert. Celui-ci avait contribué à la remise sur le trône du pape Innocent II, chassé par l'antipape Anaclet II. Saint Norbert est vêtu de blanc, coiffé du chapeau d'archevêque. Enfin, la dernière scène représente Norbert alité, se préparant à la mort, en juin 1134. Plusieurs disciples entourent l'abbé malade.

Ces cinq toiles ont été exécutées par Fromont entre 1740 et 1755. L'iconographie de ces scènes a été puisée dans des estampes de Corneille Galle, éditées à Anvers en 1622.

Enfin, le plafond est voûté, ses arcs doubleaux en pierre moulurée reposant sur des consoles qui surmontent des pilastres de chêne.

La cuisine[modifier | modifier le code]

La cuisine (XVIe siècle).

La cuisine actuelle date du milieu du XVIe siècle et est de style gothique. Elle sert toujours actuellement à la préparation des repas. Deux piliers de pierre divisent le local en deux nefs de trois travées.

Des fouilles effectuées en 1957 ont mis au jour, 1 m sous l'actuel niveau, un pavement datant de la première moitié du XVIIe siècle et, 1,40 m sous l'actuel niveau, un pavement encore plus ancien sur lequel reposait la base des colonnes.

La salle capitulaire[modifier | modifier le code]

La salle capitulaire

La salle capitulaire présente des voûtes de style gothique et date de la fin du XIIIe siècle, voire du début du XIVe siècle. Cette salle est composée de deux fois trois travées, deux colonnes centrales recevant la retombée des nervures des six travées. On sait également que le mur du côté est fut bâti bien après la construction initiale de cette salle : en fait, la salle capitulaire était plus vaste, de forme carrée, et comportait quatre colonnes centrales, qui elles-mêmes ont subi des modifications ultérieures. À l'époque également, de larges baies assuraient la communication entre l'aile est du cloître et cette salle : elles ont été remplacées par un mur plus récent.

La basilique et la sacristie[modifier | modifier le code]

L'actuelle abbatiale, de style néoclassique, est l'œuvre d'un célèbre architecte des Pays-Bas autrichiens, Laurent-Benoît Dewez. Il s'agit en fait de la troisième église érigée à cet endroit. Une première abbatiale, dont on n'a gardé aucune trace, est construite en 1132. Ensuite, une tour y est ajoutée en 1212 : celle-ci est conservée pour la construction de la seconde église entre 1266 et 1274 avant de s'écrouler en 1277. Le second édifice, de style gothique, s'étend sur 64 mètres de longueur. Lors de travaux de rénovation entre 1473 et 1495, on y ajoute une tour gothique qu'on peut encore admirer aujourd'hui. Cette abbatiale est la proie des flammes en 1568, puis restaurée au début du XVIIe siècle. Après sa démolition, il est décidé de la remplacer par l'actuelle abbatiale, construite entre 1770 et 1776.

En 1957, une lettre apostolique du pape Pie XII élève l'abbatiale Notre-Dame de Bonne-Espérance au rang de basilique mineure.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le Petit Séminaire et le Collège[modifier | modifier le code]

Une salle d'étude (début du XXe siècle)

Bonne-Espérance était alors un internat ouvert uniquement aux garçons. Il s'agissait, pour le diocèse de Tournai, d'y former de futurs prêtres catholiques. La société évoluant, Bonne-Espérance devient en 1985 un collège mixte et ouvert aux élèves externes. L'internat, ouvert pour la première fois aux filles en 2013, est encore occupé à ce jour par environ 80 élèves.

Architecture propre aux besoins du Collège[modifier | modifier le code]

Aux XIXe et XXe siècles, le Petit Séminaire s'est doté d'une série de nouveaux bâtiments nécessaires à la vie scolaire de l'institution. Une première salle des fêtes, devenue salle de jeux et maintenant est le réfectoire des externes, est construite en 1858 dans un style éclectique. D'autres annexes sont construites principalement dans les années 1930 : chapelle destinée aux séminaristes, salles d'études et locaux. La dernière réalisation en date étant le bassin de natation, construit en 1969.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Milieu associatif autour de Bonne-Espérance[modifier | modifier le code]

  • L'Association royale des Anciens du Collège Notre-Dame de Bonne-Espérance, fondée en 1880, apporte un soutien moral et financier à l'école. Une assemblée générale des anciens se tient annuellement le premier samedi d'octobre. Cette association est constituée en association sans but lucratif (ASBL) depuis 2005 et bénéficie du soutien de ses sections :
    • Association régionale des Anciens de Bonne-Espérance, région de Charleroi (ARABE), fondée en 1923 ;
    • Association bruxelloise des Anciens de Bonne-Espérance (ABABE), fondée en 1926 ;
    • Association montoise des Anciens de Bonne-Espérance (AMABE), fondée en 1946 ;
    • Association de la région du Centre des Anciens de Bonne-Espérance (ACABE), fondée en 1973 ;
    • Association des Jeunes Anciens de Bonne-Espérance (AJABE), fondée en 2012 ;
  • Les Amis de Bonne-Espérance, ASBL fondée en 1947, chargée de l'organisation des évènements culturels ayant lieu à Bonne-Espérance.
  • Les Compagnons de l'Abbaye de Bonne-Espérance, ASBL fondée en 1973, chargée des dossiers de restauration des bâtiments classés de Bonne-Espérance.
  • La Maison de la Mémoire de Bonne-Espérance, ASBL fondée en 1993.
  • La Fête de la Moisson, ASBL fondée en 1994.
  • Le Projet épiscopal de Bonne-Espérance, ASBL.
  • L'Association des Parents du Collège.

Autres abbayes[modifier | modifier le code]

Abbayes prémontrées en Belgique[modifier | modifier le code]

Abbayes voisines de Bonne-Espérance[modifier | modifier le code]

Abbayes voisines de Bonne-Espérance sur la carte du Hainaut.
Saint-Feuillien
Saint-Feuillien
Saint-Ghislain
Saint-Ghislain
Saint-Denis
Saint-Denis
Aulne
Aulne
Lobbes
Lobbes
Bonne-Espérance
Bonne-Espérance
Voir l’image vierge
Abbayes voisines de Bonne-Espérance sur la carte du Hainaut.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tondreau 1973, p. 3
  2. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant la liste du patrimoine immobilier exceptionnel de la Région wallonne
  3. a et b Clément 2000, p. 43
  4. a, b et c D'Haenens 1973, p. 69 et Pêtre et Peeters 2005, p. 35
  5. a et b Le Guide en ligne des manuscrits médiévaux Wallonie-Bruxelles dresse l'inventaire des manuscrits conçus et/ou conservés à Bonne-Espérance.
  6. Pêtre et Peeters 2005, p. 15 et Puissant 1930, p. 3
  7. a et b Les documents d'époque citent les noms de Ramelgeis et Sartum Richwini, comme expliqué dans Puissant 1930, p. 3
  8. Puissant 1930, p. 3 et D'Haenens 1973, p. 57
  9. a et b D'Haenens 1973, p. 57
  10. Declèves 1869, p. 20 et Geudens 1913
  11. 3 364 bonniers, soit environ 4 709 ha (Pêtre et Peeters 2005, p. 22)
  12. Ibid.
  13. a et b D'Haenens 1973, p. 58
  14. Berlière 1923, p. 13-14
  15. Puissant 1930, p. 5
  16. Pêtre et Peeters 2005, p. 32
  17. Pêtre et Peeters 2005, p. 33-34
  18. Pêtre et Peeters 2005, p. 36
  19. Milet 1994, p. 61
  20. Pêtre et Peeters 2005, p. 38
  21. À vrai dire, il existait une clause dans le contrat signé entre le diocèse de Tournai et la communauté : une rétrocession des biens était possible au cas où la communauté renaitrait avant la mort du dernier chanoine. Le 19 juin 1856, à la mort du tout dernier chanoine, André-Joseph Dailly, le séminaire épiscopal de Tournai devint définitivement propriétaire des bâtiments abbatiaux. Le détail de toutes les démarches juridiques entreprises au début du XIXe siècle est expliqué dans Milet 1994, p. 59-68
  22. Declèves 1869, p. 17-147 ; Brouette 1954, p. 1-3 ; Brouette 1964
  23. Tondreau 1973, p. 33 ainsi que G. M. Lebrun, L'abbaye prémontrée de Bonne-Espérance avant la Révolution française, dans Revue de l'Ordre de Prémontré et de ses Missions, t. X, 1908, cité par D'Haenens 1973, p. 70
  24. a et b D'Haenens 1973, p. 67
  25. a et b Tondreau 1973, p. 33
  26. Pêtre et Peeters 2005, p. 16
  27. Tondreau 1973, p. 33 et Pêtre et Peeters 2005, p. 17
  28. Pêtre et Peeters 2005, p. 19
  29. Le patrimoine monumental de la Belgique, p. 432.
  30. Tondreau 1973, p. 10

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette section reprend les principaux ouvrages qui concernent de près ou de loin Bonne-Espérance. Une bibliographie plus complète est disponible dans l'ouvrage d'Albert Milet (voir ci-dessous).

Ouvrages et articles consacrés à Bonne-Espérance[modifier | modifier le code]

  • Joseph de Borchgrave d'Altena, « La vierge de la Collégiale Saint-Vincent et la vierge de Bonne-Espérance », dans Congrès archéologique et historique de Mons, Bonne-Espérance, Mons/Frameries, Union des imprimeries,‎ 1930.
  • Émile Brouette, « Note sur la chronologie des abbés de Bonne-Espérance », Bulletin de la Société royale paléontologique et archéologique de l'arrondissement judiciaire de Charleroi, no 1,‎ mars 1954, p. 1-3
  • Émile Brouette, Obituaire de l'abbaye de Bonne-Espérance de l'ordre de Prémontré, Louvain, Warny,‎ 1964, XXXVIII-326 p.
  • Charles-Louis Declèves, Notre-Dame de Bonne-Espérance, Bruxelles, Victor Devaux et Cie,‎ 1869 (1re éd. 1857), 271 p.
  • Paul Faider (avec la collaboration d'Isabelle Vercauteren), « Bonne-Espérance : Notice », dans Congrès archéologique et historique de Mons, Bonne-Espérance, Mons/Frameries, Union des imprimeries,‎ 1930.
  • (en) Martin Geudens, « The Abbey of Bonne-Espérance », Catholic Encyclopedia,‎ 1913
  • Albert Milet, Bonne-Espérance : Histoire d'une abbaye prémontrée aux XVIIe et XVIIIe siècles, Ottignies, Quorum,‎ 1994, 174 p. (ISBN 2-8041-1552-6)
    Compilation d'articles écrits par Albert Milet sur l'histoire et l'archéologie de l'abbaye. Cet ouvrage offre également une importante bibliographie sur Bonne-Espérance (pp. 144 à 157).
  • Philippe Pêtre et Pierre Peeters, L'Abbaye de Bonne-Espérance : 1130-2005, Tournai, Incipit,‎ 2005, 160 p. (présentation en ligne)
    Histoire de l'abbaye accompagnée de plus de 200 illustrations touchant de près ou de loin Bonne-Espérance.
  • Edmond Puissant, « Bonne-Espérance : Notice », dans Congrès archéologique et historique de Mons, Bonne-Espérance, Mons/Frameries, Union des imprimeries,‎ 1930.
  • Maurice Servais, « L'abbaye de Bonne-Espérance », dans Au fil de l'Estinnes, les clochers de Leptines : Estinnes, passé, présent, futur, Estinnes-au-Val, Comité du 1250e anniversaire du concile de Leptines,‎ 1991, p. 125-130.
  • Lucy Tondreau, L'Ancienne abbaye de Bonne-Espérance, Mons, Fédération du tourisme de la Province de Hainaut,‎ 1973, 38 p.
    Points de vue artistique et archéologique sur l'abbaye.
Sur Philippe de Harveng[modifier | modifier le code]
  • Ursmer Berlière, Philippe de Harvengt, abbé de Bonne-Espérance, Bruges, Desclée De Brouwer,‎ 1892, 46 p.
  • Ursmer Berlière, Philippe de Harvengt : Abbé de Bonne-Espérance c. 1157-1183. Conférence faite à la réunion des Anciens Élèves de Bonne-Espérance le 20 septembre 1923, Charleroi, Éditions de la Terre wallonne,‎ 1923, 14 p.
  • G. P. Sijen, « Philippe de Harveng, abbé de Bonne-Espérance : Sa biographie », Analecta Praemonstratensia, vol. 14,‎ 1938, p. 37-52
  • G. P. Sijen, « Les oeuvres de Philippe de Harvengt, abbé de Bonne-Espérance », Analecta Praemonstratensia, vol. 15,‎ 1939, p. 129-166
  • N. J. Weyns, « À propos des Institutions pour les clercs (De Institutione Clericorum) de Philippe de Harvengt », Analecta Praemonstratensia, vol. 53,‎ 1977, p. 71-79
Sur le Petit Séminaire et le Collège[modifier | modifier le code]
  • Paul Clément, « Histoire du « Petit Séminaire » de Bonne-Espérance », Bona Spes, no 141,‎ octobre 2000, p. 42-48
  • Paul Clément, « Histoire du « Petit Séminaire » de Bonne-Espérance (suite) », Bona Spes, no 143,‎ mai 2001, p. 15-21

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Gérard Bavay (coord.), Patrimoine et histoire des moulins en Hainaut : Inventaire descriptif, Mons, Hannonia, coll. « Analectes d'histoire du Hainaut / XI »,‎ 2008, p. 507-510
  • Albert D'Haenens (dir.), Abbayes de Belgique : Guide, Bruxelles, Dewincklear,‎ 1973, p. 54-71
  • Le patrimoine majeur de la Wallonie : Liste du patrimoine exceptionnel arrêtée par le Gouvernement wallon le 08/06/1993 sur la proposition de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, Alleur, Éditions du Perron,‎ 1993 (ISBN 2-87114-102-9), p. 112-115
  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 10, t. 1 : A-E, Province de Hainaut, Arrondissement de Thuin, Liège, Mardaga,‎ 1983 (ISBN 2-8021-0045-9), p. 427-447

Revue[modifier | modifier le code]

  • Bona Spes. Bulletin de l'Association royale des anciens du collège Notre-Dame de Bonne-Espérance, Vellereille-les-Brayeux.
    Revue trimestrielle publiée depuis 1935. Référence pour l'histoire et la vie du collège.