Tanchelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tanchelin, Tanchelme ou encore Tanchelm d'Anvers (né en Zélande - mort en 1115 à Anvers) est un moine réformateur religieux, un prophète "communaliste" du début du XIIe siècle, connu surtout pour son antisacerdotalisme.

Il aurait fait partie de l'entourage du comte Robert II de Flandre (Robert de Jérusalem), dont il est peut-être officier ou notaire qui avait suivi le duc Godefroy de Bouillon en Palestine.

Tanchelin commence à prêcher en Hollande, en Zélande et en Brabant dès 1112. Ses critiques sont dirigées contre l'Église catholique romaine. Il prône l'agrandissement de l'évêché de Thérouanne jusqu'à Utrecht, prêche le refus de payer la dîme et nie la validité des sacrements délivrés par les prêtres indignes. Il opère aussi la distinction entre l'Église des simples - dont il se prétend le représentant au nom de l'Esprit qu'il dit incarner - à l'Église des clercs. Il s'oppose aux fastes et aux richesses inutile de l'Église qu'il qualifie de bordel et vante les mérites de la vie apostolique, pour lui synonyme de pauvreté. Enfin, il favorise les mariages librement consenti par les époux. Il tire parti d'un conflit d'intérêt entre le comte et l'archevêché d'Utrecht afin de soulever le peuple anversois contre son clergé corrompu. Il dirige Anvers au nom de Dieu, s'entoure d'une garde armée et à sa dévotion et multiplie les sermons dans une ambiance d'hystérie. Emprisonné à Cologne en 1113-1114, il est libéré malgré les protestations des chanoines d'Utrecht. Finalement, il est assassiné en 1115 par un prêtre catholique alors qu'il traverse l'Escaut à Anvers. Toutefois ses adeptes conservent le pouvoir dans la ville.

Le pape ordonne en 1124 à Norbert de Xanten de se rendre à Anvers. Pour combattre le « tanchelisme », Norbert y mène sa prédication. Il transforme par ailleurs le chapitre séculier de l'abbaye Saint-Michel d'Anvers en chapitre régulier. Appuyé par des forces armées, le clergé catholique finit par reprendre son emprise sur la ville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Raoul Vaneigem, La résistance au christianisme, Fayard, 1993, pp. 257-258