1795 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1792 1793 1794  1795  1796 1797 1798

Décennies :
1760 1770 1780  1790  1800 1810 1820
Siècles :
XVIIe siècle  XVIIIe siècle  XIXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Droit Littérature Musique classique Photographie Science Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1795 du calendrier grégorien.

Économie & société[modifier | modifier le code]

  • Hausse des prix. Inflation. L’assignat s’échange contre du métal à 8 % de la valeur inscrite sur le billet en mars. La récolte médiocre renchérit encore le pain à l’automne. Les thermidoriens prennent des mesures : la vente publique sur le marché est rendue obligatoire (22 juillet). Les districts reçoivent l’autorisation de réquisitionner (18 août).

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

  • 2 mai : traité de Saint-Florent le Vieil avec Stofflet. Restitution des biens des rebelles saisis, dispense de service militaire, liberté de culte.
  • 6 mai : le 17 floréal, une commission de modérés est chargée de la rédaction d'une Constitution (Daunou, Boissy d'Anglas).
  • 16 mai : traité de la Haye avec la République batave.
  • 20, 21 et 22 mai : journées des 1, 2 et 3 Prairial an III : la foule en arme envahit la Convention en tirant pour forcer les barrages. Le député Ferraud est tué et sa tête portée sur une pique. La Convention est forcée d'adopter une série de mesures : libération des personnes arrêtées depuis le 9 thermidor, rétablissement des visites domiciliaires contre les accapareurs, permanence des sections, renouvellement des Comités. À minuit, un court combat oppose les sectionnaires de l'Est aux gardes nationaux de l'Ouest. Les députés de la majorité reprennent les débats. Les six députés qui se sont déclarés partisans de l'insurrection sont arrêtés (ils sont condamnés à mort le 16 juin) ; Duquesnoy, Goujon et Romme se suicident, Duroy, Bourbotte et Soubrany se blessent et sont guillotinés le 29 prairial) et on propose de désarmer les sectionnaires, ce qui se fait dans le calme le 4 prairial. Une répression anti-jacobine suit l'échec de prairial : arrestation, exécution de députés, poursuite contre les membres du gouvernement révolutionnaire, épuration de la garde nationale.
  • 20 mai (Floréal-Prairial an III) : terreur blanche (mai-juin) : exécution de Fouquier-Tinville (entre autres) le 7 mai.

Mesures de détente :

  • 30 mai : loi du 11 prairial ; restitution des églises aux populations qui en feraient la demande et partage des édifices entre le culte décadaire, le culte constitutionnel et le culte réfractaire.
  • 31 mai : suppression du Tribunal révolutionnaire.
  • 31 mai : réouverture des églises.
  • Annulation des condamnations pour fédéralisme. Radiation des listes des individus ayant émigré après le 31 mai 1793. Restitution des biens des condamnés à mort non vendus.


Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 18 septembre : séparation de l'Église et de l'État et suppression du budget de l'Église assermentée.

Octobre[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]