Écaussinnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écaussinnes
Le château fort d'Écaussinnes-Lalaing
Le château fort d'Écaussinnes-Lalaing
Blason de Écaussinnes
Héraldique
Drapeau de Écaussinnes
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Soignies
Bourgmestre Xavier Dupont
Majorité PS - RL - ECOLO
Sièges
PS
RL
ECOLO
ENSEMBLE
ACE
21
7
3
2
8
1
Section Code postal
Écaussinnes-d'Enghien
Marche-lez-Écaussinnes
Écaussinnes-Lalaing
7190
7190
7191
Code INS 55050
Zone téléphonique 067
Démographie
Gentilé Écaussinnois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
10 747 ()
48,66 %
51,34 %
309 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
23,38 %
60,58 %
16,04 %
Étrangers 4,06 % ()
Taux de chômage 13,51 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 030 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 34′ N 4° 10′ E / 50.567, 4.17 ()50° 34′ Nord 4° 10′ Est / 50.567, 4.17 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
34,77 km2 (2005)
71,09 %
2,25 %
19,54 %
7,12 %
Localisation
Situation de la commune dans l'arrondissement de Soignies et la province de Hainaut
Situation de la commune dans l'arrondissement de Soignies et la province de Hainaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Écaussinnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Écaussinnes
Liens
Site officiel ecaussinnes.be

Écaussinnes (en wallon Les Scåssenes) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne, dans la province de Hainaut.

La commune se situe entre Nivelles, Braine-le-Comte et Mons.

Elle résulte de la fusion de trois villages :

C'est du fait de l'existence de ces trois villages que le nom d'Écaussinnes est au pluriel. D'ailleurs, il se dit : « Bienvenue aux Écaussinnes ».

Une rivière, la Sennette, affluent de la Senne (d'où son nom), traverse la commune.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Écaussinnes : "Four à chaux" mot-à-mot : "Rocaille de calcaire calciné"

La forme la plus archaïque du nom est "Scaucia" (le "Ia", signifie le Lieu et a pour origine latine Ium).

On la trouve dans un diplôme de Pépin le Bref, maire du palais, restituant à l’Abbaye de Saint-Denis près de Paris diverses possessions qui lui avaient été ravies dans le Pagus Bracbatensis (le pays de Brabant), notamment Scaucia et Cambro (Ecaussinnes et Cambron). Par un diplôme de 775, Charlemagne, qui s’intitule encore roi des Francs et des Lombards, confirme la restitution faite par son père.

(attesté en 1138 sous la forme Scalcinis) A pour origine Latine, "Calx" qui signifie "Chaux" Calcarius "à Chaux" qui signifie Calcaire

"Skalka" Signifie "Rocailleux" en Slave

En vieux norrois, Skàl signifie "Chauve" plat (sans rien) De l'anglais, Skull qui signifie « Crâne ».

Scilla, ville rocheuse italienne pourrait signifier "Rock"

Scylla, est un montre de la mythologie grec Résumé, "Il existait une tour dans la ville. Scylla y montait souvent et jouait de la musique et lançait de petits cailloux. Depuis que la guerre avait éclaté, elle montait tous les jours en haut de la tour pour regarder la bataille."

"Cinis" De l’indo-européen commun *ken- (« frotter, mordre, cendres ») qui donne κόνις, konis (« cendre ») en grec ancien ; le sens initial semble être « résultat de la morsure (du feu) », il est apparenté à gnaw (« ronger ») en anglais, kus (« morsure, bouchée » d'où « morceau ») en tchèque.

Le É initial anaptyctique est courant en français dans les mots commençant étymologiquement par s + consonne, p.ex. schola → école, Scaldis → Escaut, sperare → espérer, scutum → écu, etc.

Les appellations Écaussinnes-d'Enghien et Écaussinnes-Lalaing découlent du mariage en 1357 de Jeanne d'Écaussinnes, fille d'Oste d'Écaussinnes, avec Simon III de Lalaing (près de Douai), et de celui de leur fille Marie de Lalaing en 1384 avec Englebert d'Enghien, fondateur de la ville d'Enghien, qui avait acquis la seigneurie voisine de La Follie.

Le nom de Marche provient du latin marca (limite). Ce village se trouvait à la limite de l'ancien comté de Hainaut et du duché de Brabant.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La création du village d'Écaussinnes n'est pas à ce jour datée.

La plus ancienne trace de la présence humaine dans l'entité est une hache polie en silex de Spiennes, datant d'environ 2250 ans avant Jésus-Christ, découverte en 1974 lors de travaux d'excavation à la carrière de Scouffleny.

Les travaux de construction du chemin de fer Bruxelles-Haine-Saint-Pierre ont permis la mise au jour sur le site de Combreuil d'une nécropole datant sans doute du Ve siècle de notre ère. C'est la plus ancienne preuve d'une vie en communauté aux Écaussinnes.

C'est en 751 qu'Écaussinnes est érigée en seigneurie. Le titre de seigneur d'Écaussinnes est attribué uniquement aux propriétaires de la seigneurie située sur la rive droite de la Sennette, qui deviendra au XIVe siècle Écaussinnes-Lalaing.

Une charte de 1199 place les Écaussines près de la Forêt Charbonnière, tandis que quatre siècles auparavant cette localité devait se trouver au centre de cette forêt[1]:

La "Follie", située sur la rive gauche, aurait appartenu à la famille de Rœulx, avant d'être vendue en 1365 à Englebert d'Enghien.


Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason ville be Ecaussinnes.svg
Blasonnement : Écartelé : aux 1 et 4 écartelé aux a et b de de gueules à dix losanges d'agent posées 3, 3, 3 et 1 qui est Lalaing et aux b et c d'or à trois lions de gueules qui est Rœulx dit d'Écaussines, aux 2 et 3 de sinople au lion d'argent armé, lampassé et couronné d'or, au chef d'argent chargé de trois aiglettes de sable. Sur le tout écartelé : aux 1 et 4 d'argent à cinq fasces d'azur, au lion de gueules à la queue fourchue armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout qui est Luxembourg-Houffalize, aux 2 et 3 d'argent à deux pals de gueules, qui est Orley et sur le tout du tout gironné d'argent et de sable de dix pièces, chaque giron de sable chargé de trois croix recroisettées au pied fiché d'or, les pieds dirigés vers le cœur de l'écu qui est Enghien[2].



Le petit-granit et les carrières[modifier | modifier le code]

Le petit-granit ou pierre bleue a fait la réputation d'Écaussinnes. Cette pierre, datant du Tournaisien (Carbonifère), s'est formée sous la mer il y a environ 350 millions d'années. Il ne s'agit pas d'un granite (roche magmatique), mais d'une roche sédimentaire, qui était appelée autrefois « Marbre de Ligny » (ou aussi « Écaussinnes »). Cette roche contient essentiellement des fossiles de crinoïdes[3] (des animaux de la même famille que les oursins), dont le squelette est composé de cristaux de calcite. Ces cristaux brillent comme le font les quartz dans les granites. C'est sans doute cette ressemblance qui est à l'origine de l'appellation « petit-granit ».

L'exploitation des gisements de pierre à Écaussinnes est très ancienne, comme en témoignent des documents datant du XIVe siècle. Mais c'est au XIXe siècle qu'elle prit son essor, avec l'arrivée de la vapeur qui permit de faciliter les travaux carriers de pompage, levage etc. C'est de cette époque que date le développement du quartier d'Écaussinnes-Carrières, poussé notamment par l'arrivée du chemin de fer en 1842. C'est aussi à partir de la fin du XIXe que commence à Écaussinnes l'immigration d'ouvriers carriers italiens, provenant de la région de Pietrasanta, Carrare et Seravezza (Toscane).

Après un siècle de prospérité vint le déclin et les fermetures. L'exploitation a cessé à Écaussinnes le 21 décembre 2004 avec la fermeture de la carrière Nocarcentre[4] (anciennement carrières de Restaumont[5]). Elle a repris en 2009 avec la création d'une toute nouvelle carrière au lieu-dit « Tellier des Prés »[6] aux limites d'Écaussinnes, Soignies et Braine-le-Comte.

À quelques pas de là, au bord de l'ancienne carrière de Nocarcentre, un centre de traitement des eaux d'exhaure des carrières de Soignies et de la carrière de Tellier des Prés est entré en service en 2007. Ce sont ainsi 13 millions de mètres cubes d'eau qui seront revalorisés pour approvisionner le zoning proche de Feluy et la Société Wallonne de Distribution d'Eau, et limiter ainsi les prélèvements dans la nappe phréatique.

Les carrières ont façonné le paysage écaussinnois, parsemé de trous inondés et de « tiennes ». Les anciennes carrières de Scouflény figurent à l'inventaire des Sites de Grand Intérêt Biologique de la Région Wallonne. Le Trou Barette et le Trou Rivière servent de réserve d'eau potable à la la société Vivaqua (anciennement CIBE (Compagnie intercommunale bruxelloise des eaux)).

Musique, arts et littérature[modifier | modifier le code]

Quelques artistes sont passés par Écaussinnes dont Julos Beaucarne, figure emblématique de la chanson et de la littérature hennuyère, ainsi que d'autres personnalités fortes, telles que les peintres: Henry Lejeune, Serge Poliart et André Buzin, sont nées et, pour la plupart, vivent encore aux Écaussinnes ou dans la région.

Beaucoup d'autres groupes de musique émergent à Écaussinnes (The Dirty Bees, etc.). La société d'Arc-en-musique, entre' autres, les promeut[7].

Les artistes écaussinnois sont très nombreux, et beaucoup d'entre eux exposent leurs œuvres chaque année en septembre durant le week-end "Cité d'Arts".

Le Spring Blues Festival qui avait lieu tous les ans à Marche-lez-Ecaussinnes à la mi-mai, depuis les années quatre-vingt, était devenu un des principaux événements européens du genre.

Festivités et folklore[modifier | modifier le code]

Le goûter matrimonial.

Écaussinnes est surtout célèbre pour son goûter matrimonial[8] qui a lieu chaque année le lundi de Pentecôte, et ce depuis 1903. Il trouve son origine dans la tradition séculaire du mai qui était à l'époque toujours vivante à Écaussinnes: à l'origine, un jeune homme qui souhaitait déclarer sa flamme à une jeune fille plantait un mai (un petit arbre ou une branche) devant la maison de sa bien aimée. Par la suite, les jeunes se contentèrent de planter un seul mai par hameau. En remerciement, les jeunes filles offraient un goûter.

À l'occasion du mai de 1903, Marcel Tricot eut l'idée d'une farce et plaça près de l'église une affiche sur laquelle on pouvait lire: « Lundi 1er juin 1903 (Pentecôte) à 16 heures : Goûter monstre offert par les soixante jeunes filles à marier du centre de la commune. Étant délaissées par un grand nombre de nos concitoyens, nous prions les jeunes gens des environs à bien vouloir participer au dit Goûter, et espérons avoir sous peu le plaisir d'assister à de nombreux mariages ». Cette farce fut le point de départ de ce qui est devenu une tradition, et qui vaut à Écaussinnes le surnom de « Cité de l'Amour ». Durant le XXe siècle, d'autres goûters matrimoniaux virent le jour comme à Trazegnies, mais seul celui d'Écaussinnes subsiste encore.

Un festival de blues, le Spring Blues Festival[9], s'y tenait annuellement entre 1988 et 2013. Sa réputation dépassait largement les limites de la région et du pays. Il s'agissait en fait d'un des premiers événements de blues européens. Fin 2013, décision a été prise de ne plus organiser le Spring Blues Festival.

À Marche-lez-Écaussinnes se déroule depuis 1960 l' Oberbayern[10] dont les réjouissances, organisées tout au long du mois d'août, attirent aujourd'hui plus de 25 000 personnes.

Notons aussi de nombreuses fêtes typiques des différents quartiers d'Écaussinnes telles que les ducasses de la Bassée, du Quartier, de l'Avedelle, des Marchous et du Platoit, le carnaval (premier week-end suivant Pâques) avec Les Marchous[11], Les Scaussinoûs, les Cayoteux[12], les Ladies et les «  Fonk à Touss », les fêtes de Pâques et de Noël au Quartier, la fête d'Halloween du grand sorcier Maurice du Kiosque, la balade à vélo, la balade pédestre et gastronomique «  De Ferme en Ferme », les Façades fleuries, les Féeries lumineuses, les Journées du Patrimoine en collaboration avec le CIHL, la fête des Musiques, les Rencontres européennes entre jeunes.

Ce qui fait dire aux habitants des communes limitrophes : « Aux Écaussinnes, il se passe toujours quelque chose».

Patrimoine et tourisme[modifier | modifier le code]

La tour-porche du château.
L'église Saint-Géry à Marche-lez-Écaussinnes.
Article détaillé : Château d'Écaussinnes-Lalaing.
La ferme du château à Écaussinnes-Lalaing.
  • L'église du Sacré-Cœur, construite en 1892, suite au développement du quartier des carrières, en plein essor à l'époque. La pierre bleue locale y occupe une place prépondérante, aussi bien dans la construction (colonnes, carrelage) que dans la décoration (maître-autel, chaire de vérité (offerte par les maîtres de carrières), bas-reliefs)
  • Écaussinnes compte également de nombreuses chapelles, dont la chapelle, classée, de Scoufflény (XIVe-XVIe siècle). Dédiée à Notre-Dame de Liesse, elle remonterait à la seconde moitié du XIVe siècle. Elle fut restaurée en 1971

Il faut également mentionner l'existence de plusieurs musées : le Musée de la vie locale (près de l'église Sainte-Aldegonde), le Musée du souvenir des guerres 1914-1918 et 1940-1945 (à Écaussinnes Carrières) et le Musée du château fort.

Au cours d'une balade dans le village, on pourra encore découvrir :

  • le Pont des Douces Arcades (un ancien viaduc vicinal à douze arches rebaptisé à la sauce locale). Il fut construit entre 1914 et 1916 pour le passage d'un tram à vapeur qui devait relier Soignies à Nivelles. Aucun tram ne passa cependant sur ce pont, le projet de liaison ayant été abandonné après la Première Guerre mondiale.
  • la ferme du château ou ferme de la Basse-Cour, équipée de 4 tours rondes, qui fut la résidence de Simon du Parcq et de son épouse Blandine Rubens
  • le tunnel des amoureux (lieu mythique de la cité de l'amour), sentier bordé de murailles, longeant le château de La Follie
  • le Gouffre, une ancienne grésière, fermée en 1863, actuellement siège d'une association de pêche.

Les alentours pittoresques peuvent être découverts en parcourant le sentier dit Val de la Sennette, ou l'ancienne ligne de chemin de fer 106 qui reliait jadis Écaussinnes à Clabecq, en passant par Ronquières.

Écaussinnes est une étape incontournable dans la visite du parc des Canaux et Châteaux[15].

Voir aussi la liste du patrimoine immobilier classé.

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales industries d'Écaussinnes sont installées dans le zoning de Feluy, créé dans les années 1960-1970 par l'IDEA (Intercommunale de Développement Économique et d'Aménagement du territoire) et dont une grande partie est située sur le territoire d'Écaussinnes. Ce zoning est le second pôle pétrochimique de Belgique après celui du port d'Anvers.

La vie économique est aussi animée par une multitude de petites et moyennes entreprises dont :

  • Les ateliers Debelle-ESTOM (et qui ont racheté par la suite les bâtiments des établissements G-A Wallem)ont fait faillite le 16/07/2013 (Moniteur Belge du 29/07/2013 p. 47616 - (26928).
  • Les transports Vanreck repris par la société de transport Van Egdom en 2006 (Moniteur Belge du 15/01/2007) ont depuis déménagé dans le parc industriel de Manage Seneffe en 2007 (Moniteur Belge du 08/07/2007)
  • Les Voyages Dessaintes - Autocars Coccinelle[16]
  • La Brasserie d'Écaussinnes[17], qui a repris le brassage de l'ULTRA, qui avait disparu du paysage écaussinnois il y a plusieurs décennies. La brasserie est installée dans la ferme-château de Restaumont.
  • Les Écuries d'Ecaussinnes[18], qui forment et préparent des chevaux de jumping de qualité mondiale.
  • La marbrerie Cuisenaire[19], fondée en 1925, où se pratique toujours la taille de la pierre bleue.
  • Gare de Marche-lez-Écaussinnes
  • Gare d'Écaussinnes

Enseignement[modifier | modifier le code]

Écaussinnes et Marche comptent plusieurs implantations d'écoles maternelles et primaires, tant de l'enseignement communal (école fondamentale communale mixte du sud[20], école fondamentale mixte Odenat Bouton au village et école fondamentale mixte à Marche) que de l'enseignement libre (école libre du Sacré-Cœur au Sud, école libre Saint-Rémy au village et école libre Saint-Géry à Marche).

L'École industrielle et commerciale d'Écaussinnes (EICE)[21] propose des formations en journée et en soirée dans des domaines aussi variés que l'informatique, la photographie numérique, les langues, l'habillement ou la gestion. L'origine de cette école remontre au 18 avril 1872, lorsque le conseil communal d'Écaussinnes-d'Enghien « considérant que bon nombre de pères de famille détournent leurs enfants de la profession de tailleur de pierre autrefois si respectée, à cause des habitudes d'ivrognerie qu'ils contractent aux carrières au contact d'hommes vicieux » décide de créer une école professionnelle et d'industrie pour l'enseignement du dessin, de l'architecture, de la géométrie, du modelage, de la coupe et de la taille de pierre.

Le Lycée technique et commercial provincial Soignies-Écaussinnes (LTC)[22] offre à Écaussinnes une section hôtelière, installée dans une ancienne « ferme-moulin ».

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Citoyens d'honneur[modifier | modifier le code]

  • Arsène Burny, chercheur, un des pères fondateurs du Télévie (opération humanitaire et publicitaire d'une station de radio-télévision commerciale fortement implantée en Belgique)
  • Siou-Ling Tsien, épouse Perlinghi, une femme d'origine chinoise, qui avait permis en 1944 de sauver de la mort une centaine d'habitants d'Ecaussinnes pris en otages par les nazis. Son histoire a inspiré la série télévisée "Une chinoise sous le fusil de la Gestapo" (2001), du réalisateur chinois Jian-zhong Huang, produite par China Central Television (CCTV).
  • Angelo Lazzerini, président des "Lucchesi nel Mondo" d'Ecaussinnes
  • Jules Regner, parachutiste SAS de 1942 à 1945.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ecaussinnes
Braine-le-Comte Braine-le-Comte Braine-le-Comte/Seneffe
Soignies Ecaussinnes Seneffe
Le Rœulx Le Rœulx/La Louvière/Seneffe Seneffe

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune d'Écaussinnes est jumelée avec :

Elle est également associée avec

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Suivi par
Feluy
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
Coquille Saint-Jacques
Via Gallia Belgica
-- Itinéraire sur GR belge SJC (variante par Le Rœulx) --
(? km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Le Rœulx