Gouy-lez-Piéton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouy et Piéton (homonymie).
Gouy-lez-Piéton
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Commune Courcelles
Code postal 6181
Zone téléphonique 071,064
Démographie
Gentilé Gouytois(e)
Population 3 280 hab. (1 mars 2011)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ N 4° 19′ E / 50.483, 4.31750° 29′ Nord 4° 19′ Est / 50.483, 4.317  
Superficie 1 652 ha = 16,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Gouy-lez-Piéton

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Gouy-lez-Piéton

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Gouy-lez-Piéton

Gouy-lez-Piéton (en wallon Gowi ou Gowi-dlé-Pieton) est une section de la commune belge de Courcelles, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

L'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Construite au XIIe siècle, l'église originelle a disparu pour faire place à l'édifice actuel, classé en 1961. L'église Saint-Martin de Gouy-lez-Piéton telle qu'on peut la découvrir après sa restauration remonte en grande partie au XVIe siècle, avec une transformation ultérieure au XVIIIe siècle. Parmi son mobilier, certaines pièces dateraient toutefois des années 1600. Les abords du lieu de culte ont été aménagés, avec un petit parc à l'arrière du bâtiment. Celle-ci est la copie de l'église Saint-Martin de Trazegnies, village limitrophe de Gouy-lez-piéton.

La drève de l'ancien château[modifier | modifier le code]

Face à la chapelle datant de 1692 du château désormais disparu, se trouve une drève conduisant à la ferme du Château. De hauts arbres séculaires bordent ce chemin privé[1].

Événements, Folklore et traditions[modifier | modifier le code]

Les 24 heures vélo[modifier | modifier le code]

Les 24 heures vélo de Gouy-lez-piéton constitue un événement folklorique annuel important à Gouy-lez-Piéton. Celui-ci est organisé par les sections guides et scouts de la région. Chaque année, durant un week-end des vacances de printemps, de nombreuses équipes se réunissent sur une partie de la rue Joseph Lhoir et concourent durant 24h à vélo sur un circuit d'environ 2,5 km afin de gagner prix et trophées. Les 13 et 14 avril 2013 se déroulait la 24e édition[2].

Carnaval[modifier | modifier le code]

Le carnaval dure deux jours : le samedi matin a lien la remise des médailles d'ancienneté aux membres de la société ; le samedi après-midi a lieu le cortège carnavalesque rythmé au son des cuivres et aux lancés d'oranges, avec les gilles portant des chapeaux à plumes d'autruche blanches ou colorées ; le samedi soir a lieu le « brûlage de bosses » lors duquel les gilles et les paysan(nes) tournent en rond autour d'un feu brûlant un mannequin de paille déguisé en gilles, c'est également l'occasion pour les gilles de mettre au feu la paille qui forme leurs bosses sous leur costume.

Le dimanche matin est célébré l’anniversaire des géants du village en sarrau sans les cuivres. C'est en 1993 qu'un petit groupe de joyeux gouytois décidèrent de lancer cet événement en fondant la société des Joyeux Gilles Gouytois, voulant amener dans le village cette tradition du carnaval déjà fortement ancrée dans les villages voisins de Chapelle-lez-Herlaimont, Trazegnies, Souvret et Godarville. Le costume de gilles, un des personnages les plus populaires des carnavals belges est traditionnellement porté par les hommes. Les femmes défilaient auparavant en robes d'époques et distribuaient des bonbons, elles ont depuis échangé leurs jupons contre un costume de paysan, un autre personnage traditionnel du carnaval belge. Le costume se compose d'un sarrau, un apertintaille, de sabots et d'un chapeau légèrement orné de plumes d'autruche, les paysan(nes) lancent également des oranges tout comme les gilles. Le carnaval a également déjà reçu des sociétés étrangères invitées lors de certaines éditions. C'est en 2001 que furent construits les deux géants. Malheureusement, au cours de la nuit qui précédait le carnaval de juin 2001, un incendie criminel a réduit en poussière ces derniers ; deux nouveaux géants furent édifiés l'année suivante. Les géants Alice et Grégoire ont leur propre histoire :
Alice, née en 1900 et décédée dans les années 1980, Alice était la tenancière d’un café qui s’appelait "Le café 1900" (aujourd’hui racheté par des particuliers). Ce café, qui était bien connu de tous les habitants du village, était vraiment à l’ancienne : pas de pompe, WC dans le jardin[3].
Quant à Grégoire, il est le seul saint encore fêté dans la région.

Les géants ont fêté leur 10e anniversaire en 2012[4].

Saint-Grégoire[modifier | modifier le code]

La fête de la Saint-Grégoire a lieu tous les 12 mars dans tout le village. Ce jour-là, quel que soit le jour de la semaine, les enfants des deux écoles fondamentales de Gouy-lez-Piéton ont congé pour aller fêter Saint-Grégoire. Il s'agit en effet d'une fête essentiellement destinée aux plus jeunes ; durant la matinée, les enfants se déguisent, vont frapper aux portes des habitants pour récolter des friandises et récitent le traditionnel chant de la Saint-Grégoire aux habitants :

« Nous n'avons jamais vu, Saint-Grégoire, Saint Grégoire,
Nous n'avons jamais vu, Saint-Grégoire, si bien venu,
Donnez bien, vous aurez bien, des oignons dans votre jardin
Donnez mal, vous aurez mal, vos oignons seront tout véreux. »

L'après-midi les enfants sont habituellement invités a assister a un spectacle à l'école communale fondamentale des Hautes-Montées.

Notes et références[modifier | modifier le code]