Lucarne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une lucarne du XVIIe siècle à Richelieu (Indre-et-Loire)

Une lucarne est une baie verticale placée en saillie sur la pente d’une toiture, pour donner du jour, de l'aération et/ou l'accès au comble. La lucarne est composée d'une façade verticale, de deux côtés (appelés « joues » ou « jouées ») et d'une couverture généralement à 2 ou 3 pentes (croupe) formant des noues avec le pan de toiture principal. La lucarne est un ouvrage de charpente qui dépend de la toiture, même si sa façade peut être en maçonnerie.

Les lucarnes peuvent prendre de l'ampleur, la grande-lucarne réunit plusieurs fenêtres et peut être le couronnement d'un corps de bâtiment. Une lucarne à plusieurs niveaux éclaire plusieurs étages de comble.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon l'architecte Eugène Viollet-le-Duc, la lucarne apparaît au début de l'époque gothique : durant la période romane, les toitures sont planes et les combles perdus. Au XIIIe siècle, les toits deviennent plus pentus et les combles sont aménagés en de grandes salles lambrissées des logis des grandes demeures (palais, château, manoir), ces salles nécessitant d'être éclairées et aérées[1]. Les premières lucarnes recouvertes de plomb ou d’ardoises dans ces édifices sont en bois et à gable ajouré (souvent en arc tréflé emboîté dans deux potences), les tailleurs de pierre empruntant par la suite cette forme aux charpentiers pour construire des lucarnes en pierre à gable et pinacle. Leur fonction décorative se développe au gothique flamboyant et surtout à la Renaissance pour redevenir plus simples aux siècles suivants[2].

Typologie des lucarnes[3][modifier | modifier le code]

Les lucarnes ont de très nombreuses formes, et leur dénomination varie selon les régions.

Selon leur usage, on distingue deux types de lucarnes :

  • Les lucarnes d'accès servent à faire entrer les objets lourds ou encombrants (foin, fourrage, etc.) dans le comble (lucarne-poulie, lucarne-porte).
  • Les lucarnes à fenêtre servent à rendre habitable (éclairage et ventilation) l'étage de comble.

Selon leur position par rapport au mur gouttereau, on distingue :

  • La lucarne de façade, dont la façade repose sur le mur gouttereau. Elle peut ou non interrompre l'avant-toit.
  • La lucarne rentrante, dont la fenêtre est presque entièrement sous la pente du toit et en retrait par rapport au nu du mur gouttereau, dont elle est séparée par une terrasse. La lucarne rentrante a des jouées rentrantes. Elle peut poser des problèmes d'étanchéité.
  • La lucarne de versant est posée sur le cours d'un versant du toit. Elle peut servir à éclairer un deuxième étage de comble.

Lucarnes de petites dimensions :

  • L'œil-de-bœuf est une lucarne dont l’ouverture est circulaire ou ovale.
  • L'outeau ou lucarne pointue[4], lucarne sur le versant à deux pentes, recouvrant une ouverture triangulaire ou plus rarement rectangulaire.
  • Le chien-assis désignait à l'origine une petite lucarne destinée à la ventilation.
1/lucarne jacobine 2/lucarne rampante 3/lucarne à toit plat 4/lucarne à la capucine 5/lucarne bombée 9/lucarne hollandaise 11/lucarne meunière 13/lucarne en chapeau de gendarme 14/outeau 15/lucarne faîtière

Dénominations se rapportant à la façade :

  • La lucarne fronton se caractérise par son fronton triangulaire ou curviligne.
  • La lucarne historiée se caractérise par son tympan orné de sculptures d'armoiries ou de bas reliefs et son couronnement découpé en arcatures ou terminé en pinacles.
  • La lucarne flamande est construite en maçonnerie de pierre ou de brique et couronnée d’un fronton à multiples redans dissimulant la vue de la toiture.
  • La lucarne pendante ou lucarne meunière, placée à l’aplomb de la façade et dont la baie descend en dessous de la toiture.

Dénominations se rapportant à la couverture :

  • La lucarne jacobine, appelée aussi lucarne à deux pans ou lucarne à chevalet, a une couverture à deux pans dont le faîtage est perpendiculaire à la toiture principale et a un pignon ou un fronton en façade.
  • La lucarne demoiselle[5] est placée en partie supérieure d’un comble et terminée par une toiture triangulaire voir conique.
  • La lucarne rampante dont la toiture est à une seule pente légère.
  • La lucarne en forme de trapèze ou lucarne hollandaise : lucarne rampante dont les jouées sont inclinées.
  • La lucarne à la capucine, appelée aussi lucarne capucine ou lucarne à croupe, est couverte d’un toit à trois pentes dont une croupe sur le devant.
  • La lucarne bombée ou lucarne cintrée, dont la toiture suit la forme d’un un arc de cercle, une ferblanterie en zinc ou en cuivre permettant une exécution des plus modernes.
  • La lucarne carrée, dont la toiture est le plus souvent à deux pentes et à faîtière horizontale, est dénommée chien-assis dans les constructions modernes.
  • La lucarne faîtière ou lanterneau de toit est placée en partie supérieure d’un comble et qui termine le faîte d'une toiture à pignon.
  • La lucarne à la Mansart est percée dans le brisis des toits mansardés. Elle doit son nom à l'architecte François Mansart.

Photos[modifier | modifier le code]

Autres baies dans la toiture[modifier | modifier le code]

Certaines baies percées dans une toiture ne sont pas des lucarnes :

  • Le châssis à tabatière est un châssis vitré ayant la même pente que le toit dans lequel il est fixé. Le fabricant le plus connu de châssis à tabatière est Velux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucarne dans le Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle tome 6
  2. Eugène Lefèvre-Pontalis, Les origines des gâbles, Extrait du Bulletin Monumental de Caen, tome LXXI, p. 20-23, 1907
  3. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture - Vocabulaire typologique, 1972.
  4. Petite lucarne de ventilation à l'origine, elle comporte une charpente à la différence de la chatière.
  5. En référence aux demoiselles portant des coiffes triangulaires au Moyen Âge

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]