Binche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Binche
La ville et son enceinte médiévale
La ville et son enceinte médiévale
Blason de Binche
Héraldique
Drapeau de Binche
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Bourgmestre Laurent Devin (PS)
Majorité PS-MR
Sièges
PS
Union
MR
cdH
31
20
7
3
1
Section Code postal
Binche
Battignies
Bray
Waudrez
Buvrinnes
Épinois
Leval-Trahegnies
Péronnes-lez-Binche
Ressaix
7130
7130
7130
7131
7133
7134
7134
7134
7134
Code INS 56011
Zone téléphonique 064 et 065
Démographie
Gentilé Binchois(e)[1],[2]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
33 009 (1er janvier 2014)
47,75 %
52,25 %
544 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
20,22 %
61,58 %
18,20 %
Étrangers 10,33 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 19,03 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 807 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 25′ N 4° 10′ E / 50.417, 4.1750° 25′ Nord 4° 10′ Est / 50.417, 4.17  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
60,66 km2 (2005)
66,37 %
9,44 %
19,43 %
4,76 %
Localisation
Situation de la ville dans l’arrondissement de Thuin et la province de Hainaut
Situation de la ville dans l’arrondissement de Thuin et la province de Hainaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Binche

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Binche
Liens
Site officiel binche.be

Binche [bɛ̃ʃ] est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut. Elle est célèbre pour son carnaval et son patrimoine architectural. Binche est située dans la région du Centre sur l'axe reliant les villes de Mons et de Charleroi.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enceinte médiévale.

Binche se développe au Moyen Âge à deux pas de la « chaussée Brunehault » qui reliait dans l’Antiquité Bavay à Cologne et restera longtemps un axe de communication important. Formes anciennes : 1124 Bincio. (Il existe une forme néerlandaise inusitée[3] Bing[4].) La ville a atteint son apogée en matière économique et de pouvoir lorsque la Belgique était sous domination espagnole. Binche fut le lieu de résidence de Marie de Hongrie, la sœur de Charles Quint. Elle a par ailleurs invité Charles-Quint à Binche en 1549 et elle a, pour cette occasion, organisé de magnifiques fêtes. Aujourd'hui, ces fêtes sont connues sous le nom des Triomphes de Binche. La ville est pillée par les troupes du duc d'Anjou, lors du siège de 1578.

La section de Binche est le chef-lieu de l'entité binchoise qui regroupe plusieurs anciennes communes (Bray, Buvrinnes, Épinois, Leval-Trahegnies, Péronnes-lez-Binche, Ressaix et Waudrez). L'ancienne commune de Battignies fut annexée à Binche dès 1881, les autres furent fusionnées avec Binche le 1er janvier 1977.

Folklore Binchois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Carnaval de Binche.
« Gilles portant leur masque de cire ».

Le carnaval de Binche est le plus célèbre de Belgique. Chaque année, il attire de plus en plus de visiteurs étrangers, notamment grâce à sa reconnaissance, en 2003, par l'UNESCO comme faisant partie du patrimoine mondial en tant que chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité.

Tous les Mardis gras, près d'un millier de Gilles arborant des habits chamarrés et des masques de cire envahissent la petite cité du Hainaut. Leur nom viendrait du prénom espagnol « Gil », très courant au XVIe siècle, lorsque l'Espagne occupait les Pays-Bas. Les Binchois se seraient alors inspirés à la fois des conquistadors et des costumes des Incas pour créer la tenue des personnages de leur carnaval.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason binche moderne.svg
Blason de Binche
Blasonnement : D'azur au château fort d'or, le mur d'enceinte crénelé percé de fenêtres et d'une porte à la herse levée et surmontée d'un pignon muni de quatre tours également crénelées à toit conique dont deux de part et d'autre de la porte, le troisième angle, le toit de la quatrième apparaissant derrière un donjon aux fenêtres de style gothique dont la cheminée est surmontée d'une cigogne. Le château fort est adextré d'un écu écartelé aux 1 et 4 d'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules, aux 2 et 3 d'or au lion de gueules, armé et lampassé d'azur (Hainaut), et senestré d'un écu d'argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules (Binche)[5].
Blason binche.svg
Ancien blason de Binche, avant l'arrêté royal du 26 mai 1857 confirmé en 1980.
Blasonnement : D'argent au lion de sable armé et lampassé de gueules.
Flag of Binche.svg
Par arrêté de la Communauté française du 17 juillet 2003, la ville de Binche possède son propre drapeau, dont les motifs proviennent des anciennes armoiries : « Drapeau blanc chargé d'un lion noir, les griffes et la langue rouges »


Devise[modifier | modifier le code]

La devise de la ville est « PLVS OVLTRE », (toujours plus loin), devise de Charles-Quint.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Résultats des élections communales[modifier | modifier le code]

Résultats des élections et répartitions des sièges au conseil communal depuis la fusion des communes (1977). Le conseil communal de Binche, y compris le bourgmestre et les échevins, est actuellement composé de 31 membres (commune de 30 000 à 34 999 habitants). Le collège des bourgmestre et échevins de Binche comprend quant à lui le bourgmestre et 7 échevins.

Résultats des élections de 1976 Résultats des élections de 1982
Parti Votes (19 179) Sièges Parti Votes (18 975) Sièges
PS 9 657 (50,4 %) 18 PS 10 994 (57,9 %) 20
PSC 4 968 (25,9 %) 8 RC 5 598 (29,5 %) 10
PRL 2 134 (11,1 %) 3 UAC 1 490 (7,9 %) 1
RW 1 507 (7,9 %) 2 PCB 893 (4,7 %) 0
PCB 913 (4,8 %) 0
Résultats des élections de 1988 Résultats des élections de 1994
Parti Votes (18 850) Sièges Parti Votes (18 286) Sièges
PS 10 882 (57,7 %) 20 PS 10 350 (56,6 %) 21
PSC 3 228 (17,1 %) 5 NG 2 952 (16,1 %) 5
AGIR 3 036 (16,1 %) 4 OSER 2 214 (12,4 %) 3
ECOLO 1 577 (8,4 %) 2 ECOLO 1 394 (7,6 %) 1
PTB 127 (0,7 %) 0 GU 1 160 (6,3 %) 1
PTB 216 (1,2 %) 0
Résultats des élections de 2000 Résultats des élections de 2006
Parti Votes (19 129) Sièges Parti Votes (20 537) Sièges
UNION 9 131 (47,7 %) 16 UNION 9 432 (45,93 %) 16
PS 6 513 (34,0 %) 11 PS 8 154 (39,70 %) 14
PRL-MCC 2 287 (12,0 %) 3 MRB 1 367 (6,66 %) 1
ECOLO 1 198 (6,3 %) 1 ECOLO 844 (4,11 %) 0
MCB 579 (2,82 %) 0
DLC 161 (0,78 %) 0
Résultats des élections de 2012
Parti Votes (20 288) Sièges
UNION 4 748 (23,4 %) 7
PS 11 573 (57,04 %) 20
MR 2 672 (13,17 %) 3
CDH 1 295 (6,38 %) 1

Habitations sociales de Binche[modifier | modifier le code]

Le 4 octobre 2005, le premier échevin de la ville, Albert Van Bastelaere (UNION) ainsi que le directeur gérant de la société Habitations sociales de Binche et environs, Philippe Gaillard, sont placés sous mandat d'arrêt. Les deux hommes sont inculpés d'abus de biens sociaux, de corruption active et sont écroués à la prison de Jamioulx[6]. Quelques jours après cette arrestation, Van Bastelaere est privé de ses attributions scabinales[7].

Élections du 8 octobre 2006[modifier | modifier le code]

D'après les résultats du scrutin, le parti UNION, cartel composé du Mouvement socialiste (Belgique) du bourgmestre sortant André Navez, du cdH, du parti local Oser et d'indépendants, dispose de 16 sièges sur 31. Le Parti socialiste conduit par la ministre-présidente de la Communauté française de Belgique, Marie Arena, récolte 14 sièges, le dernier siège revenant au Mouvement réformateur binchois mené par Jérôme Urbain (25 ans). Même si, de chaque côté, on affirme qu'il n'y a pas eu de «pratique de débauchage», tant dans le parti UNION qu'au sein du PS binchois, la tentation de récupérer l'un ou l'autre siège du camp adverse en vue de conforter une majorité est grande.

Un véritable coup de théâtre se produit lorsqu'une élue du parti UNION, Marie-Rose Trézegnies, décide de quitter le parti, de siéger comme indépendante et de s'allier avec le PS et le MR binchois. La nouvelle coalition négociée par Marie Arena (PS) et Olivier Chastel (MR) dispose donc de 16 sièges sur 31 et compte présenter son pacte de majorité le 4 décembre 2006[8].

Scandalisés, les élus d'UNION décident alors d'organiser une manifestation chaque vendredi sur la Grand-Place de Binche. La première manifestation rassemblera environ 1.500 personnes[9].

Le premier conseil communal de la nouvelle mandature tenu le 4 décembre 2006 à l'hôtel de ville de Binche se déroule dans une ambiance électrique et fait la une des journaux télévisés le lendemain : Marie-Rose Trézegnies est la cible des invectives d'une foule de partisans du bourgmestre sortant André Navez. Ce dernier crée la polémique lorsqu'il annonce qu'un élu PS, Philippe Labar, ne peut prêter serment, étant donné qu'il occupe un poste d'enseignant dans cette même commune. Labar décide alors de remettre sa lettre de démission en séance, ce qu'André Navez refuse, demandant alors l'expulsion de Labar de l'hôtel de ville par la police[10]. Le résultat étant de 15 voix de chaque côté, un nouveau conseil communal est tenu le 15 décembre 2006 pour régler la situation. Ce jour-là, les membres de la nouvelle majorité PS-MR peuvent désormais prêter serment : Laurent Devin (PS), élu PS ayant remporté le plus grand nombre de voix devant Marie Arena, devient bourgmestre de Binche et Jérôme Urbain, élu MR devient 1er Echevin[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Collégiale Saint-Ursmer.
  • Le beffroi de la ville qui figure au patrimoine mondial de l'UNESCO.
  • Chapelle Saint-André.
  • Reste du château comtal, Palais de Marie de Hongrie
  • Musée du Carnaval et du masque.
  • Centre sur la dentelle et le Fuseau.
  • Église du Saint-sacrement
  • Couvent des Récollets
  • Le patrimoine immobilier classé

Personnalités liées à Binche[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • La commune de Binche abrite aussi de nombreux clubs de sport dans des disciplines diverses. Les clubs de football y sont nombreux dans l'entité, le club le mieux classé étant Leval (Provinciale 1). La Royale Union Sportive Binchoise, récente championne de Provinciale 3, évoluera en Provinciale 2 en 2012 - 2013. Le club de Buvrinnes évolue en Provinciale 3. On doit également citer le club de Péronnes.
  • Binche a toujours disposé d'une bonne équipe de volley-ball (VC Binche).
  • La ville dispose aussi d'un club de basket (BC Binche), qui évolue dans la salle du DBM. Les sports de combat ont aussi une part importante dans la ville.
  • La ville dispose également d'un club de rugby, le R.C.C.Binche (Rugby Coyotes Club), qui a fêté ses dix ans le 11 novembre 2011 en inaugurant ses nouvelles installations à Epinois.

L'équipe séniors évolue en régionale 3 et l'école des jeunes a considérablement évoluée en quelques années, elle compte désormais une équipe dans chaque catégorie d'âge.Mais pour être complet, le R.C.C se devait de compter dans ses rangs une équipe féminine,depuis ce début d'année 2013 c'est chose faite, les " Coyotes girls " se prépare pour une première année de championnat prévue pour 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 29.
  2. Binchou en dialecte local (ibid.).
  3. Binche dans les médias flamands
  4. Armorial du Royaume de Belgique et du Grand Duché de Luxembourg. 1931
  5. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia,‎ 2002, p. 174
  6. Article de La Libre Belgique du 06/10/2005
  7. Article de La Libre Belgique du 29/10/2005
  8. Article de La Libre Belgique du 17/10/2006
  9. Article de La Libre Belgique du 10/11/2006
  10. Article de La Libre Belgique du 05/12/2006
  11. Article de 7 sur 7 du 16 décembre 2006
  12. http://www.grg.org/Adams/E.HTM

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]