Tijaniyya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Confrérie tijane
Situation
Région Algérie, Angleterre, Burkina Faso, États-Unis, France, Côte d'Ivoire, Chine, Indonésie, Libye, Gambie, Ghana, Guinée, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad, Togo, Tunisie,Turquie
Création XVIIIe siècle
Type Confrérie soufie
Siège du califat Aïn Madhi (Algérie)[1],[2],[3]
Organisation
Membres + de 200 millions en 2020[réf. nécessaire]
Calife mondial de la Tijaniya Sidi Ali Tijani Bel Arabi, El Hadji Maodo Malick Sy Cheikh Ahmed Tijani Ibrahima Niasse
Califes des Zaouiya Serigne Babacar Sy Mansour (Khalif Général des tidjanes) à Tivaoune, Cheikh Mahi Ibrahima NIASSE à Kaolack, Cheikh Ahmed Tidiane Khalifa Niasse (Leona Niassene) Cheikh Ahmed Tidiane Ba (Médina Gounass) Serigne Mansour Abass Sall (Louga) Thierno Bachir Mountaga Tall à Louga, Cheikh Oumar SOUMBOUNOU à Fass Kahone, ,Cheikh Mounirou Al Khalifa à Thiès etc.
Organisations affiliées Islam, Soufisme, Malikisme,Asharisme

Site web www.tidjaniya.com, www.anqamughrib.com, www.beuguebaye.com, www.tidjaniyya.org, www.asfiyahi.org,

http://www.nayloulmaram.com/ www.ndieguene.com, www.mamecheikh92.com, www.cheikhsoumbounou.net, http://dakarplateau.free.fr/Tijaniyya.mp4

La Salat Al Fatihi

La Tijaniyya ou tariqa tijaniyya (en arabe : الطريقة التجانية (Al-Ṭarīqah al-Tijāniyyah), littéralement « la voie tijane », variantes tidiane, tidjane, tidjanie) est une confrérie (tariqa) soufie, fondée par Ahmed Tijani en 1782 dans une oasis algérienne[4],[5]

Cette confrérie musulmane est la plus répandue d'Afrique de l'Ouest[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Tijaniyya serait née en l’an 1196 de l’Hégire (1781-1782 de notre ère) lorsque le cheikh Ahmed Tijani, à 46 ans, lors d'une retraite spirituelle dans une oasis proche de Boussemghoun (Régence d'Alger), eut une expérience mystique en rencontrant le Prophète Mahomet dans une vision éveillée (et non simplement, comme le plus souvent dans la tradition musulmane, en rêve), qui lui ordonna d’abandonner toutes ses affiliations précédentes et lui promit d’être son intercesseur privilégié, et celui de ses fidèles, auprès de Dieu[7],[8].

Son ordre prend rapidement une expansion importante sur la région, ce qui provoque l'inquiétude des autorités du diwan de la Régence d'Alger et il est contraint de se réfugier à Fès où il s'installe jusqu'à sa mort en 1815 sous la protection du sultan alaouite Souleiman[6].

Le (18 safar 1214 de l'Hégire), Ahmed reçoit le statut de « Pôle caché », ce qui dans la hiérarchie islamique en fait un intermédiaire entre les prophètes et le commun des mortels, et le place immédiatement en dessous des prophètes et de leurs compagnons[9]. Le Prophète l'aurait élevé au rang spirituel du sceau de la sainteté (khātam al-awliyā), lui conférant la connaissance exclusive du nom suprême de Dieu (ism Allāh al-a'ẓam) et le pouvoir d'un vice-roi (khalifa) qui seul peut assurer la médiation entre Dieu et ses créatures[5].

Son enseignement a été compilé par un de ses compagnons du nom de Ali Harâzim Barrâda, dans Jawâhir al Ma'ânî, un livre de mystique. L'ouvrage avait déjà fait l'objet d'une glose marginale par le saint et calife de la tijaniyya, El Hadji Omar bin Said al-Futi (1796-1864)[5], dans Ar-rimâh (Les lances).

La zaouia tijaniyya était divisée entre une tendance « onze grains » et une tendance « douze grains ». La première récitait onze fois la prière « jawharatu el kamali » alors que la seconde la récitait douze fois.

Dans le cadre de sa guerre de résistance aux envahisseurs français, l’émir Abdelkader a sollicité, en 1832, le soutien de Mohammed Tijani, le chef de la zaouïa tijaniyya de Aïn Madhi. Mais celui-ci refusa sous prétexte que sa zaouia ne s’occupait que des questions célestes. L’émir marcha sur Ain Madi en , contraignant Mohammed Tijani à fuir au Maroc. En 1840, la zaouïa de Aïn Madhi apporte son soutien au maréchal Valée contre l’émir Abdelkader. La zaouia de Temassin fait de même. Par contre, la zaouia de Tlemcen sous la direction de Cheikh Tahar apporte son soutien à l’émir Abdelkader et proclama le djihad contre l’occupant français.

Or la zaouïa de Tlemcen soutenait un tijanisme à « onze grains » (qui récite onze fois la prière jawaharatu-l-kamali) alors que celles de Aïn Madhi et de Temassin un tijanisme à « douze grains ». De cette différence rituelle minime sont nées deux branches réputée différemment hostile à l'occupation coloniale.

Au milieu du XIXe siècle, Omar bin Said al-Futi, un Fulbe du Sénégal, assume la direction des Tijanis et le rôle de mujahid (guerrier de la foi), lançant un mouvement militant pour le djihad anticolonial en Afrique de l’Ouest, du Sénégal au Ghana et au Soudan nilotique[5].

En 1929, le cheikh Al Islam El Hadj Ibrahima Niasse, fils du grand Mujahid et calife de la Tijaniyya El Hadj Abdoulaye Niasse, se proclame détenteur de la grande Fayda Tijaniyya (« effluves de lumières ») prophétisée par le fondateur de la voie avant sa mort. Son mouvement finit par dépasser les frontières du Sénégal pour devenir le mouvement Tidiane le plus important[10] à travers le monde tant par le nombre de fidèles que par l’influence spirituelle et scolastique[11]. Son charisme est tel que Baye Niasse (« patriarche Niasse » en wolof) comme il est affectueusement appelé au Sénégal finit par devenir l’une des figures les plus marquantes du 20e siècle. Il se sera distingué notamment par son rôle diplomatique important joué auprès des leaders du mouvement tiers-mondistes tels que Abdel Nasser et panafricanistes tels que Kwame Nkrumah.

Doctrine[modifier | modifier le code]

Le contact direct avec le Prophète dont se prévalait le fondateur de la Tijaniyya est un atout important de la nouvelle confrérie dans la mesure où il raccourcit de façon spectaculaire la chaîne de transmission des fidèles (silsila), rendant ces derniers plus proches de Mahomet[8] que ce dont pouvaient se prévaloir les autres confréries. La Tijaniyya se veut en outre exclusive alors que l'affiliation multiple à des tariqas était généralement admise[8]. Elle se heurta d'ailleurs rapidement aux autres tariqas qui dénonçaient cette arrogance[8].

La doctrine de la Tijaniyya est décrite comme l'accès à la connaissance de Dieu par le fanâ’ et le baqa’.

La récitation (wird) tijane consiste à prononcer le Lazim et la Wazifa matin et soir dont 12 fois la prière des « perles de la perfection » (« jawharatou al-kamal ») concernant la wazifa. Voir dans Fâkihatu tulâb (fruits aux sollicitants de la voie), un ouvrage de vulgarisation et d'enseignement de la tijaniyya, écrit par El Hadji Malick SY en arabe et traduiten français par le grand spécialiste, Pr. Ravane MBAYE. On y trouve la quintessence de ce qui a été déjà publié dans maints ouvrages de la tariqa.[réf. souhaitée]

Elle doit sans doute une partie de son succès du fait qu'elle propose une voie plus sûre, plus rapide et moins ascétique que les autres tariqa[8].

Lieux saints[modifier | modifier le code]

Le centre intellectuel, culturel et historique de la Tijaniyya est Aïn Madhi en Algérie où se trouve le siège du califat avec le palais de Kourdane[3]. Le ksar abrite également la zaouïa mère de la confrérie qui conserve les tombeaux des chefs de la famille Tidjani[12]. En outre, Boussemghoun, où Ahmed Tijani vit Mahomet en état de veille et où il résida pendant 13 ans, est le centre le plus important[3].

La ville de Fès au Maroc où Ahmed Tijani a vécu une partie de sa vie (surtout vers la fin) et où se trouve son mausolée, est le lieu de pèlerinage de la Tijaniyya le plus visité dans le monde surtout par les ressortissants de pays subsahariens (Sénégal, Mali...).

Au Sénégal, autre place forte de la tijaniyya, on peut visiter la cité de Kaolack où se trouve le tombeau de celui faisant partie de ceux qui l'ont plus vulgarisée dans ce pays, Elhadji Abdoulaye Niass. Son fils, Elhadji Ibrahima Niass, a pour sa part propagé la tijaniyya surtout en Afrique et dans les coins les plus reculés du globe. Il s’était proclamé détenteur de la Faydha Tijaniyya, une branche de cette confrérie donnant accès à la connaissance divine et dont la venue avait été annoncée par Cheikh Ahmed Tijani vers la fin de sa vie. C’est d’ailleurs pour cette raison que Cheikh Ibrahim Niass est aujourd’hui le plus connu de cette confrérie et ses disciples sont estimés à plus de 90 % des adeptes de la tijaniyya dans le monde. Bien avant Elhadji Abdoulaye Niass, Cheikh Oumar Foutiyou Tall était également un grand propagateur de la tijaniyya au Sénégal et en Afrique de l’ouest. Il initia dans la voie, Elhadji Malick Sy, un autre grand de la tijaniyya qui repose dans la cité de Tivaoune. Il faut aussi ajouter la cité de Médina Gounass, entre autres foyers très importants de cette voie majoritaire au Sénégal, comme en témoignent ses multiples mosquées qui résonnent dans chaque quartier à l'aube et au crépuscule, après les prières canoniques, au son des litanies de la voie, à l'heure de la wazifa, ces séances de zikr collectif, propres à la tijaniyya

Zones d'implantation[modifier | modifier le code]

La Tijaniyya trouve son origine à Aïn Madhi[13], puis s'est diffusée dans un premier temps autour de Boussemghoun dans le désert algérien.

La Tijaniyya s'est ensuite répandue dans le reste du Maghreb et, de façon limitée[8], en Arabie saoudite.

Elle a surtout traversé le Sahara pour se diffuser en Afrique de l'Ouest (Mauritanie, qui allait devenir avant le Sénégal une plaque tournante[8] de la confrérie, Sénégambie, Mali, Burkina Faso), région où elle est aujourd'hui la confrérie la plus répandue, tout particulièrement au Sénégal, où elle jouit d'une influence inégalée[6].

Elle s'est implantée plus tard au Tchad, au Soudan[8], au Nigéria, en Indonésie et au Pakistan. Elle est également présente en Libye, en Égypte, en Syrie, en France et aux États-Unis.

Afrique de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Le djihad mené entre 1852 et jusqu'à sa mort en 1864 par El Hadj Oumar Tall, chef de guerre, érudit musulman, fondateur de l'éphémère empire toucouleur et membre de la Tijaniyya, à travers toute l'Afrique de l'Ouest, contribua beaucoup à la diffusion de cette dernière dans la région[14]. Il revint du pèlerinage auréolé du titre de khalife de la tariqa en Afrique sub-saharienne, conféré par Muhammad El GHÄLI, sur recommandation d'outre-tombe de Seydina Cheikh Ahmed Tijani, fondateur de la voie.

Sénégal[modifier | modifier le code]

Au Sénégal, deux dynasties familiales relaient le message spirituel de la Tijaniyya [6]:

  • Les descendants d’El Hadj Malick Sy, établis à Tivaouane, et héritier le plus direct d'El Hadj Oumar Tall (le grand marabout de la zaouïa fut Seydou Nourou Tall, un de ses descendants)[8]. Héritier de El Hadji Oumar, il opta pour l'enseignement et la décentralisation. De son école, sortirent plus de 700 muqaddams qui furent orientés dans tous les coins du Sénégal et même des autres pays de la colonie : Amadou Bouya GUEYE, en Côte d'Ivoire, Ndary MBAYE au Gabon, Diakhou Diongue en ex-Oubangui Chari, ... Dont les zawiyas ne leur ont toutefois pas survécu.
  • Les descendants d’El Hadj Abdoulaye Niasse, qui ont pris pour siège la ville de Kaolack, comme cheikh Ibrahim Niass, qui jouera un rôle majeur dans son rayonnement international avec la Faydha Tijaniyya. Cette branche est la plus dynamique et a des liens transnationaux forts[8] (contrairement à celle de Tivaouane, essentiellement Wolof et sénégalaise) avec des dizaines de millions d’adeptes au Nigéria, au Niger, au Soudan, au Burkina Faso, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Mali, en Gambie, en Mauritanie et dans les pays asiatiques comme l’Indonésie, le Pakistan, la Malaisie, le Singapour jusqu’en Inde.

Dans le centre, on retrouve El Hadji Amadou Dème, grand savant et écrivain à Sokone.

Dans la région de Thiès, Elhadji Ahmadou Barro Ndieguene diffusa aussi la voie.

Les villes de Louga[3] avec Cheikhna Abass Sall, Médina Gounass avec cheikh Mohamad siradji Dini Ba, Bandiagara (Mali) et Chinguetti (Mauritanie) sont également des villes significatives.

Mali[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle apparaît une branche fondée par Ahmedou Hamahoullah et installée à Nioro, désignée sous le nom de hamallisme.

Nigeria[modifier | modifier le code]

Dans les années 1830, l'érudit et futur dirigeant de l'empire toucouleur Omar Tall initie à la Tijaniyya Mohamed al-Amin al-Kanouri et son fils[15]. Les dirigeants de l'empire de Sokoto font pour leur part le choix de la Qadiriyya[15].

Les compagnons du cheikh Ahmed Tijani[modifier | modifier le code]

Les grands héritiers[modifier | modifier le code]

Sénégal[modifier | modifier le code]

Branche Sy de Tivaoune[modifier | modifier le code]

  • Cheikh Sidi Hadji Malick Sy, imam de la Tijaniyya qu'il contribua largement à diffuser au Sénégal et en Afrique noire
  • Seydi Ababacar Sy, marabout et un calife tidjane du Sénégal qui fut calife général des tidjanes de 1922 à 1957
  • Serigne Mansour SY Malick, demi-frère du précédent qui mourut quatre jours après son frère aîné et prédécesseurs et ne put même pas s'installer à la tête de la communauté, car malade au moment où mourait son frère.
  • Serigne Abdou Aziz Sy, très connu sous le surnom Dabakh (1957-1997) qui a beaucoup marqué les Sénégalais du fait de son implication dans la vie socio-politique sénégalaise dont il était un régulateur reconnu.
  • Serigne Mansour SY, surnommé "Borom Daara yi" ( le recteur), d'une érudition hors pair, calife de 1997 à 2012
  • Serigne Cheikh Tidiane SY, surnommé "al Maktum", en référence à son homonyme, le fondateur de la voie, un grand intellectuel, mystique et poète, ayant fait de la politique dans sa jeunesse, à la veille de l'indépendance du Sénégal. Calife de 2012 au .
  • Serigne Abdoul Aziz SY, surnommé Al Amine, décédé le .
  • Serigne Mbaye SY Mansour , calife depuis .


  • Branche des SY de Saint Louis


  • Cheikh Thierno Ousmane Sy grand erudit de l'islam et de la tidjaniya qui reçurent plusieurs idjaza de la branche hafizien de Mauritanie ainsi que de Mouhamed fall Baba Alawi, de cherif mouhamed Ali, du cherif mouhamed moukhtar et plusieurs idjaza du Maroc notamment de seydi larabi sayeh rattaché à sidi Ali Tamacini le grand khalif de Cheikh Ahmed Tidjane, de Tahiri mawla Alaoui, etc.

Ses Khalifs:

  • Mourchid Ahmed Iyane Sy
  • Elhadj Malick Iyane Sy
  • Seydi Moustapha Mouhamed Iyane Sy
  • Seydi Aboubacar Thierno Ousmane Sy

Branche Tall[modifier | modifier le code]

Branche niassène[modifier | modifier le code]

  • Elhadji Abdoulaye Niasse, grand calif et commandeur de la Tijaniyya en Afrique noire. Il fût le fondateur de la branche Niassène de la Tijanniya qui compte plus d'une centaine de millions de disciples à travers l'Afrique subsaharienne et le monde.
  • Cheikh Ibrahim Niasse, surnommé Baye Niasse, est un savant, maître soufi sénégalais ainsi qu'un imam de la confrérie Tijanniya. Fondateur de la Fayda Tijanniya et plus grand propagateur de cette confrérie.
  • Muhammad Al Khalifa Niasse, successeur d'Elhadji Abdoulaye Niasse et premier producteur littéraire de la tijanniya en Afrique subsaharienne.
  • Ckheikhou Omar Niasse
  • Elhadji Abdoulaye Khalifa Niasse
  • Imam Hassane Cissé
  • Seydi Alioune Cissé
  • Cheikh Ahmed Tidiane Niasse
  • Cheikh Mahi Ibrahima Niasse

Autres Mouqqadam[modifier | modifier le code]

  • Serigne Abbas Sall
  • El hadji Omar Thiam Kaffrine
  • Tafsir Balla Seck
  • Tafsir Moustapha Thiam Al foutiyou
  • Serigne Hady Touré (Fass Touré)
  • El hadji Omar Ndao Badr
  • Thierno Mansour Barro
  • Mouhammadou Samassa
  • Ahmad Tidiane Ba Fass Gounass
  • Serigne Mounirou Ndieguene
  • Elhadj Mamadou Seydou Ba Siradji Dini
  • Seydou Nourou Ba
  • Mohamed al Mansour Sy
  • Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine
  • El Hajj Mamadou Moussa Ly
  • Mame Serigne Alioune BA
  • Serigne Alioune Gueye*thierno amadou niang boynadji
  • Thierno Hamidou Alpha Moussa Sy
  • Thierno Alpha Moussa SY
  • Tafsir Amadou FALL

Mali[modifier | modifier le code]

Maroc[modifier | modifier le code]

Mauritanie[modifier | modifier le code]

  • Ahmad Ibn Baba
  • Mouhamed Fall Ibn Baba Alawi
  • Tidjane ibn Baba Alawi
  • Cheikh Mouhammad Koita
  • Ahmad As Sukayrij, auteur notamment de Kashf Ul Hijâb
  • Muhammad An Nazîfî, auteur de Durrat Khâridah
  • Amadou Dème
  • Aboubacar Maïga
  • Sidi Mohammad Maïga
  • Muhammad Ul Hâfiz Al Misrî, auteur notamment de Qasdu Sabîl
  • Ali Cissé
  • Al Hasan Ibn 'Alî Cissé
  • El Hadji Mama Ansou Niang
  • Hamidou Alpha Moussa Sy
  • Idrîs Al 'Irâqî Al Husaynî, auteur de Fayd Ur Rabbânî
  • Ahmad Tall, auteur notamment de Mishkat Ul Asrâr
  • Salâh Ud Dîn At Tijânî, auteur notamment de Rahîq Ul Makhtûm et de An Nûr Fî Tarîqat It Tijâniyyah
  • Muhammad al Radî Kannûn al Idrîsî, auteur de Nisâ Ut Tijâniyyât et d'une version de Ahzab Wa Awrad

Les grands ouvrages de la Tijaniyya[modifier | modifier le code]

Membres célèbres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laghouat se penche sur son patrimoine : Des sites sont proposés au classement en attendant leur exploitation, La Tribune du 18/11/2009
  2. Aïn Madhi : Restauration du vieux ksar, Le Soir d'Algérie du 14/08/2010
  3. a b c et d Mouhamadou Mawloud Diakhaté, L'aménagement du territoire au Sénégal: Principes, pratiques et devoirs pour le XXIe siècle, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 229
  4. (en) Diana Cousens, « Tijâniyya Sufi Order », dans Martin Baumann et L. Gordon Melton, Religions of the World: A Comprehensive Encyclopedia of Beliefs and Practices, ABC-Clio, , p. 1280
  5. a b c et d (en) Gerhard Bowering, The Princeton Encyclopedia of Islamic Political Thought, Princeton, Princeton University Press, , xv
  6. a b c et d Youssef Ait Akdim, « La Tidjaniyya, arme secrète du « soft power » marocain en Afrique », Le Monde,‎ .
  7. Odile Goerg et Anna Pondopoulo, Islam et sociétés en Afrique subsaharienne à l'épreuve de l'histoire: un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, Karthala, (lire en ligne), p. 188
  8. a b c d e f g h i et j Jean-Louis Triaud, « La Tidjaniya, une confrérie musulmane transnationale », Politique étrangère, no 4,‎ (lire en ligne)
  9. Vie et œuvre de Cheikh Ahmed Tijani (rta), sur le site officiel de la Voie Tidjaniya.
  10. Jean-Louis Triaud, « La Tidjaniya, une confrérie musulmane transnationale », Politique étrangère, vol. Hiver, no 4,‎ , p. 831 (ISSN 0032-342X et 1958-8992, DOI 10.3917/pe.104.0831, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2020)
  11. Christopher Gray, « The Rise of the Niassene Tijaniyya, 1875 to the Present », dans Islam et islamismes au sud du Sahara, Editions Karthala, (ISBN 978-2-86537-891-3, lire en ligne), p. 59
  12. Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Média-Plus, , 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 238
  13. Philippe Marchesin, Tribus, ethnies et pouvoir en Mauritanie., 2010, Karthala (lire en ligne)
  14. Lapidus, Ira M. A History of Islamic Socities. 3rd ed. New York, NY: Cambridge University Press, 2014. pg 472-473
  15. a et b Vincent Hiribarren, Un manguier au Nigeria, Plon, , 300 p. (ISBN 978-2259250863)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abdourahmane Aidara, Implantation et expansion des ordres Qadiryya et Tidjaniyya en Casamance, Dakar, université de Dakar, 1983, 107 p. (mémoire de maîtrise)
  • Doudou Kane, Sérigne Abbas Sall (1909-1990). Vie et œuvre d’une figure de proue de la Tidjaniya sénégambienne, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1998, 199 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Cheikh Ibrahima Sall, Guide pour le disciple Tidjane aspirant à la perfection, Nouvelle Imprimerie dakaroise
  • Mamadou Karfa Sane, Islam et société au Sénégal. Approche sociologique d'une confrérie : le cas de la confrérie tidjane, 2004, Université de Nantes, 2004 (thèse)
  • Alioune Traoré, Contribution à l’étude de l’islam : le mouvement tijanien de Cheikh Hamahoullah, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1975, 335 p. (Thèse)
  • Jean-Louis Triaud et David Robinson (sous la direction de), La Tijâniyya : une confrérie musulmane à la conquête de l'Afrique, Paris, Karthala, 2005 (2e édition), 512 p. (ISBN 2845860862)
  • Amadou Hampâté Bâ, Vie et enseignement de Tierno Bokar, le sage de Bandiagara, 1957, réécrit en 1980.
  • (en) Jamil M. Abun-Nasr, The Tijaniyya order, Université d'Oxford, 1961, 378 p. (thèse)
  • Jillali el Adnani, La Tijâniyya, 1781-1881: les origines d'une confrérie religieuse au Maghreb, Rabat, Editions Marsam, , 249 p. (ISBN 9954-21-084-9)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Éliane de Latour, Tidjane : les voies d'Allah, film documentaire, CNRS Images, 2004