Fakir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Fakir (journal).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Fakear.
Un fakir à Varanasi (Herbert Ponting, 1907). Aucun élément extérieur ne différencie les fakirs dans leur appellation occidentale de leurs confrères hindous, les sâdhus.
Un fakir dessiné en 1869 par Geraldine Mitton (en)

Un fakir ou faquir[1] est un ascète soufi (mouvement de spiritualité de l'islam) dans le sous-continent indien. Ce mot d'origine arabe (faqīr qui signifie « pauvre »[2]) devient fuqarā’ au pluriel. Ce mot a un sens proche du mot persan derviche[3], signifiant « mendiant », avec lequel il est parfois confondu.

Le terme est notamment employé pour désigner des individus qui réalisent des actes semblant magiques ou surhumains. Dans l'imaginaire occidental, ils sont communément associés aux planches à clous, à la lévitation et, parfois, au charme de serpents.

En ourdou et en hindî, le mot est de plus en plus employé pour désigner les pauvres, les mendiants (c'est aussi un des sens de ce mot en turc[4]). Shirdi Sai Baba employait le terme de fakir pour nommer Dieu. Ce qui doit être pris au sens figuré.

Dans la culture occidentale[modifier | modifier le code]

En Occident, le mot est parfois utilisé pour désigner un mystique hindou comme les sâdhu, voire certains saltimbanques et acrobates orientaux, sans aucune référence ou différence religieuse.

Le terme désigne aussi tout artiste pratiquant en public certains exercices, comme le transpercement, le crucifiement, etc... Ces « fakir occidentaux »ne sont aucunement reliés a la religion musulmane ou hindou contrairement à leurs homologues indiens. Parmi les fakirs connus on trouve l'arménien Tahra-Bey , le français Ben-Ghou-Bey , le hollandais Mirin Dajo[5],[6] ou le belge Seuqcaj[7].

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

Lors de ses aventures, Tintin rencontre trois fakirs : le premier, anonyme, intervient dans Les Cigares du pharaon et fait partie d'un gang de trafiquants de stupéfiants contre lequel lutte Tintin ; personnage maléfique, ses dons de fakir le rendent difficile à neutraliser ; le deuxième, nommé Cipaçalouvishni, apparaît dans l'album suivant, Le Lotus bleu ; il est présenté à Tintin par le maharadjah de Rawajpoutalah chez qui il donne un petit spectacle pour montrer ses dons. Enfin, le troisième et dernier, portant le nom de « Ragdalam le fakir » apparaît dans l'album Les Sept Boules de cristal où, accompagné d'une voyante, « madame Yamilah », il procède à un tour de prestidigitation. Ce dernier personnage est inspiré d'un fakir ayant réellement existé, Tahra-Bey, qui s'est produit en France et dans le monde à partir du milieu des années 20[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fakir, en arabe : faqīr, فقیر, lit. « pauvre » ; plur. : fuqarāʾ, فقراء
  2. Malek Chebel, « Dictionnaire des symboles musulmans » version poche, Éditions Albin Michel, coll. Spiritualités Vivantes, Paris 2001, p.159.
  3. Derviche, en persan : derwiš, درويش, « mendiant », passé à l'arabe : darwīš, دَرويش et au turc ; derviş.
  4. https://en.wiktionary.org/wiki/fakir#Turkish
  5. (en) « Mirin Dajo », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  6. (en) David Magny, « Mirin Dajo - Le fakir qui médusa la médecine », sur www.dark-stories.com (consulté le 15 juin 2017)
  7. « Le fakir Seuqcaj a joué son dernier numéro d'artiste », sur courrier-picard,
  8. Dominique Maricq, « Hergé et le Docteur-Fakir », La revue Hergé, Éditions Moulinsart, no 6,‎ , p. 18-19

Articles connexes[modifier | modifier le code]