Jean-Louis Michon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michon.
Jean-Louis Michon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Influencé par

Jean-Louis Michon (« Ali Abd al-Khaliq » en islam), né le à Nancy et mort le à Genève, est un traducteur, essayiste et érudit pérennialiste et soufi français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il naît le à Nancy.

Études[modifier | modifier le code]

Il est au lycée au commencement de la Seconde Guerre mondiale. Il commence d'y étudier la religion avec un groupe d'étudiants.

Diplômé en droit et en littérature anglaise, il quitte Paris et rejoint un programme de science politique.

Ayant lu René Guénon, il ressent le besoin de s'initier à la tradition primordiale. Attiré par l'hindouisme et le bouddhisme, et plus particulièrement le zen par les travaux de Daisetz Teitaro Suzuki, il aurait voulu se rendre au Japon afin de trouver un maître zen, mais le Japon était alors en guerre.

En , il s'engage dans les GI. Il retourne ensuite en France passer ses examens. Après une lecture dans La Revue africaine, il se convertit avec Michel Vâlsan à l'islam.

En 1946, il enseigne l'anglais à Damas. Il se rend ensuite à Lausanne en 1949 pour approfondir sa connaissance de l'islam. Il vit alors auprès de Frithjof Schuon. En 1953, il se marie avec l'ex-femme de Léo Schaya. Thomas Yellowtail (en) les adopte et les accueille parmi les Crows.

Il travaille ensuite en indépendant et devient traducteur permanent auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il devient ensuite docteur en études islamiques en soutenant une thèse intitulée L'Autobiographie (fahrasa) du soufi marocain Ahmad Ibn ‘Ajñba (1747-1809).

De 1970 à 1973, il enseigne à l'Istituto ticinese di alti studi (it) de Lugano.

Il meurt à Genève le , à l'âge de 88 ans[1],[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’Autobiographie (fahrasa) du soufi marocain Ahmad Ibn ‘Ajñba (1747-1809), Leyde, 1969
  • Le Soufi marocain Ahmad ibn Ajība (1746-1809) et son Mi'rāj : glossaire de la mystique musulmane, Paris, Vrin, 1973
  • Lumière d'islam : institutions, art et spiritualité dans la cité musulmane, Milan, Archè, 1994 (paru en anglais en 2000 sous le titre Lights of Islam: institutions, cultures, arts and spirituality in the Islamic city)
  • (en) The Moroccan Sufi Ibn 'Ajiba and His Mi'raj, Louisville, Fons Vitae, 1998
  • (en) Every Branch in Me: essays on the meaning of man, World Wisdom, 2002
  • "Remarques à propos de la communication faite par le Dr. Mark Sedgwick au Séminaire d’Alexandrie sur la tariqa shadhiliyya" 2003
  • (en)Avec Roger Gaetani, Sufism: love and wisdom, World Wisdom, 2006
  • (en) Introduction to Traditional Islam: foundations, art and spirituality, World Wisdom, 2008
  • (en) Ibn Ajiba: two treatises on the oneness of existence, Archetype, 2010

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le savant soufi Jean-Louis Michon est décédé », Saphirnews.com (consulté le 9 mars 2013)
  2. « Un grand connaisseur de la spiritualité musulmane s'est éteint. Hommage à Jean-Louis Michon », Oumma.com (consulté en 2013-03-13 (avec des photos de michon avec rené guénon et martin lings)

Liens externes[modifier | modifier le code]