Rabia al Adawiyya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rabia al Adawiyya
Rabia al-Adawiyya.jpg

Rabia représenté sur une miniature persane.

Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
رابعة العدويةVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaines
Religions

Rabia al Adawiyya al Qaysiyya (arabe : رابعة العدوية القيسية) ou simplement Rabia Basri (713/717–801) est une mystique et une poétesse musulmane soufi née à Bassorah[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancienne esclave affranchie qui renonça jusqu'au mariage et à tous les plaisirs éphémères pour ne se consacrer qu’à Allah. Rabi’a al-Adawiya est une figure majeure de la spiritualité soufie[1]. Son immense rayonnement lui valut la vénération de ses contemporains et les maigres écrits qu'il nous reste d'elle en font également l'un des premiers chantres de l'amour divin. Pour les soufis, elle est connue comme « la Mère du Bien ».

Dans cet âge classique du soufisme, Rabia explore, comme d'autres, les sentiers de cette mystique. Ibn Arabi évoque son œuvre poétique dans Les Illuminations de La Mecque.

Rabia est peut-être la première grande voix du soufisme. Ces ascètes des premières heures de l'Islam étaient à cette époque en marge de la société et apparaissent tels des avertisseurs pour le peuple, démontrant par leur existence même la vanité de certains musulmans d'enfermer l'esprit dans la lettre. Ainsi rejetait-elle l'état par lequel l'humanité se conforte dans l'insouciance ou la facilité et que les soufis jugent à l'opposé d'un état de quête.

Cette première mouvance spirituelle se structurera plusieurs siècles plus tard dans ce qu'on appellera des Confréries soufies.

Nidham Guessoum rappelle que Rabia pratiquait le végétarisme[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chants de la recluse, traduction de l'arabe par Mohammed Oudaimah et Gérard Pfister, postface de Louis Massignon, Arfuyen, 1988.

Poèmes
  • Puisses-Tu ![3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Margaret Smith, Rābi’a the mystic and her fellow-saints in Islām : Being the life and teachings of Rābi’a al-’Adawiyya Al-Qaysiyya of Basra together with some account of the place of the women saints in Islām, Cambridge, 1928
  • Jamal-Eddine Benghal, La vie de Rabi‘a al-‘Adawiyya : une sainte musulmane du VIIIe siècle, éd. Iqra, 2000
  • Nadira KHAYYAT, « L’amour gratuit chez Rabiʿa al-ʿAdawiya et Jean de Dalyata », in Les mystiques syriaques, Paris, Geuthner, coll. « Études syriaques », vol. 8, 2011, pp. 79‐86.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Un film arabe de 1963 raconte son histoire de manière romancée. Le rôle est joué par Nabila Obeid, les chansons sont interprétées par Oum Kalsoum et écrites par Mohammed Abdel Wahab[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Râbi'a al-Adawiyya », sur www.ensemblerabia.net (consulté le 3 décembre 2010)
  2. (en) Ramadan, Meat, Vegetarianism, and Islam.
  3. (fr) « Poème traduit par sidi Salih KHLIFA. », sur www.madaniyya.com (consulté le 3 décembre 2010)
  4. (en) Rabia al Adawiyya sur l’Internet Movie Database.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale de Suède

Articles connexes[modifier | modifier le code]