Ahmad NikTalab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ahmad NikTalab
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
TéhéranVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
signature d'Ahmad NikTalab
signature

Ahmad NikTalab (en persan : احمد نیک طلب, également connu sous le nom de Yavar Hamedani, persan : یاور همدانی ; - ) était un poète, soufi, auteur et linguiste iranien. L'Université de Harvard garde son livre intitulé Saye-Sare-Alvand pour ses poèmes en dialecte Hamedan[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est allé à Téhéran pour poursuivre ses études à l'université de Téhéran . Ses premiers articles ont été publiés dans les magazines Armaghan[3]. Ses premiers poèmes sont publiés à l'âge de treize ans[4]. Il a été actif dans les associations littéraires de amedan et de Téhéran, y compris l' Association littéraire iranienne. Il était également un membre éminent de l'Association littéraire iranienne[5].

À partir des années 1930, Ahmad Niktalab a commencé son travail avec la Radio Organization, dont beaucoup de chansons ont été chantées en musique depuis[6].

De nombreuses chansons locales de Hamedani ont été traduites dans de nombreuses langues orientales tout en étant diffusées sur des programmes de radio iraniens[7]. Il est mort à Téhéran le 3 mars 2020.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collection de paroles persanes de Ganj Nameh, Téhéran: Setavand Yazd, 2001[8]
  • Saye Sare Alvand (ou Sāyahʹsār-i Alvand), recueil de paroles persanes, Téhéran : Sūrah-i Mihr, [publié en 2004 ou 2005][9] Ce livre contient des poésies en dialecte Hamedani[10].
  • Sélection de poèmes, Téhéran: Neystan Publishing
  • Masnavi soroud farda ("L'hymne de demain")
  • De Téhéran à Téhéran: Histoire de Téhéran, Téhéran: Publications de la municipalité de Téhéran[7]

Une partie de son poème[modifier | modifier le code]

Une de ses célèbres poésies est Mehraban Mah (La Lune aimable) :

La nuit est venue, ma douce lune n'est pas venue
La lumière brillante de mon chemin n'est pas venue...
L'aube est venue et le soleil s'est épanoui comme une fleur
Mais la fleur du jardin du matin n'est pas venue[11],[12]...

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fa) Aḥmad Nīkʹṭalab, Sāyahʹsār-i Alvand: majmūʻah-i ashʻār-i Aḥmad Nīk Ṭalab Yāvar-i Hamadānī, Sūrah-i Mihr, (ISBN 978-964-471-945-5, OCLC 62117207, lire en ligne)
  2. (en) « https://hollis.harvard.edu/primo-explore/fulldisplay?context=L&vid=HVD2&search_scope=everything&tab=everything&lang=en_US&docid=01HVD_ALMA212096363320003941 », sur hollis.harvard.edu (consulté le )
  3. « Article », Armaghan Magazine, vol. 41 [lire en ligne].
  4. « Poems », Armaghan Magazine, vol. 47, [lire en ligne].
  5. (en) Esmaeeli, « Remembrance of Hamedani's helper on the fortieth day of his departure », ISNA.
  6. fa:یاور همدانی.
  7. a et b « Ahmad NikTalab Biography - Hamedan IRIB TV and Radio », web.archive.org, (consulté le ).
  8. « Ganjnameh(book) Bibliographic », National Library and Archives of Iran (NLAI)
  9. « Book storage of Saye Sare Alvand in Harvard Library », Harvard Library (HOLLIS)
  10. « Book Storage of Saye Sare Alvand », World Cat
  11. « "The Kind moon" in Persian », fa.wikisource.org (consulté le )
  12. (fa) vista, « احمد نیک طلب (یاور همدانی) », ویستا (consulté le )