Farid al-Din Attar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Farid Al-Din Attar
Image dans Infobox.
La Conférence des oiseaux peinte par Habib Allah.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Attar Mausoleum (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
فَریدالدّین ابوحامِد محمّد عطّار نِیشابوریVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Soufi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
La Conférence des oiseaux, Tazkirat al-Awliya (d), Mokhtar-nameh (d), Asrâr nâmeh (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Farīd ad-Dīn ʿAṭṭār (en persan : فَرید الدّین ابو حامِد محمّد عطّار نِیشابوری, Farīd ad-dīn Abū Ḥāmid Moḥammed ʿAṭṭār Nīšābūrī), parfois surnommé Attar de Nishapur, est un poète mystique persan (v. 1145 - mort entre 1190 et 1229), né et mort à Nichapour (Khorassan), où se trouve son tombeau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mausolée de Farīd al-Dīn ʿAṭṭār à Nichapour.

Comme nombre de saints soufis (ou chrétiens) du Moyen Âge, sa vie transparaît surtout à travers des récits hagiographiques. On sait cependant qu'il a vécu à Nishapour, la ville de Omar Khayyâm, qui était alors un centre urbain important et florissant du nord-est iranien[1],[2].

Son père était un commerçant aisé et respecté, qui possédait plusieurs commerces de drogues, épices et parfums à Nishapur. Son fils suivit sa trace et travailla sa vie durant comme apothicaire et parfumeur (Attâr), dans le commerce hérité de son père. On peut noter que, à l'image de nombreux autre soufis, la dénomination de sa sa profession deviendra son nom[3]. Il semble bien avoir conservé cette profession durant toute sa vie et l'avoir ainsi conciliée avec une vie religieuse vers laquelle il s'est senti attiré déjà enfant, et avec la pratique du soufisme[1], menant de front ses activités professionnelles et littéraires[4]. Il a sans doute beaucoup voyagé, bien qu'on ne sache rien de vraiment précis sur ces déplacements[2],[4].

Les traditions ultérieures feront de Attar un de ces martyrs de l'amour divin exécutés par les tenants de l'orthodoxie religieuse ou, dans son cas, par l'envahisseur mongol[5]. Si cette mise à mort par les Mongols reste incertain, elle montre bien en quelle haute estime Attar était tenu en Iran[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Malik Ayaz (en) agenouillé devant le sultan Mahmûd de Ghaznî. Extrait des Six Poèmes, Iran du Sud, 1472 (British Library, Londres).

Attar a écrit plusieurs ouvrages moraux et mystiques, dont le plus célèbres est le Manṭiq al-ṭayr La Conférence des oiseaux »). Le livre ouvrage met en scène trente oiseaux qui se lancent à la recherche du Simorg (persan: « trente oiseaux »), l'oiseau royal par lequel la vie continue sur terre, symbole des êtres aériens ailés. Au prix d'efforts gigantesques qui découragent la plupart d'entre eux, certains traversent sept vallées merveilleuses. Ce voyage est une expression poétique de l'itinéraire mystique du soufisme iranien, doctrine selon laquelle Dieu n'est pas extérieur ou en dehors de l'univers, mais dans la totalité de l'univers. À l'issue de leur périple, c'est leur moi profond que découvrent les voyageurs.

On lui doit aussi le Tadhkirat al-Awliya (« Le mémorial des saints (ou des Amis de Dieu) »), importante compilation des vies de soixante-douze soufis. Le Elâhi nâmeh (« Le Livre divin ») offre plusieurs anecdotes religieuses et profanes, de haute tenue. Le Mosibat nâmeh (« Le Livre de l'épreuve ») raconte l'histoire de l'âme enfermée en elle-même, et qui finit par voir que sa véritable nature est dans le secret divin. Quant au Pend-namèh (« Le Livre des conseils »), c'est un bref livre qui présente essentiellement des règles morales assez sèches, mais qui a connu une grand popularité. Attar est aussi l'auteur d'une importante œuvre lyrique, rassemblée dans un Divan de ses poèmes, ainsi que du Asrâr nâmeh (« Le Livre des secrets »).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Le Livre divin (Elahi-Nameh) (trad. de Fuad Rouhani, préf. de Louis Massignon), Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », (1re éd. 1961), 478 p. (ISBN 978-2-226-04893-6). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Le Livre de l'épreuve (Musibatnãma) (trad. du persan par Isabelle de Gastines), Paris, Fayard, , 356 p. (ISBN 978-2-213-01016-8)
  • Le livre des secrets (Âsrar Nâma) (trad. du persan et présentation par Christiane Tortel), Paris, Les Deux Océans, , 248 p. (ISBN 978-2866810122)
  • Le mémorial des saints (trad. d'après le ouïgour par A. Pavet de Courteille, préf. par Eva de Vitray-Meyerovitch), Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », (1re éd. 1976), 320 p. (ISBN 978-2-757-84991-0). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Le mémorial des saints (trad. introduit et annoté par Hassan Boutaleb, traduction intégrale), Paris, Al Bouraq, , 400 p. (ISBN 979-1-022-50403-4)
  • Pend-Namèh ou Livre des conseils (édité et traduit par Silvestre de Sacy), Paris, Debure Frères, , LXIV + 320 p. (lire en ligne)
  • Les Sept cités de l'amour (trad. du persan par Jalal Alivinia, postface de Michael Barry, traduction partielle du Divan [Recueil de poésies] de Attar), Paris, Albin Michel, , 240 p. (ISBN 978-2-226-24950-0)

Manṭiq al-ṭayr[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]
  • Le Langage des oiseaux (trad. de Garcin de Tassy [1819]), Paris, Albin Michel, , 354 p. (ISBN 978-2-226-08513-9)
  • Le Langage des oiseaux. Manteq ut-Tayr (trad. intégrale versifiée, introduction et annotation de Manijeh Nouri, préf. de Mohammad Reza Shafi'i Kadkani), Paris, Cerf, , 505 p. (ISBN 978-2-204-09636-2)
  • Le Cantique des oiseaux d'‘Attâr illustré par la peinture en Islam d'orient (trad. du persan intégrale versifiée par Leili Anvar; dir. scientifique de l'iconographie, Michael Barry), Paris, Diane de Selliers, , 430 p. (ISBN 978-2-364-37003-6)
Adaptations[modifier | modifier le code]
  • La Conférence des oiseaux (adaptation par Henri Gougaud), Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », (1re éd. 2002), 304 p. (ISBN 978-2-757-84024-5)
  • La Conférence des oiseaux (Récit théâtral de Jean-Claude Carrière, inspiré par le poème de Farid Uddin Attar "Manteq Ol-Teyr"), Paris, Albin Michel, coll. « Espaces libres », (1re éd. 2008), 105 p. (ISBN 978-2-226-32036-0)
  • La Conférences des oiseaux (trad. de Jacob Bromberg ; avec la collab. de Marine Ninaud, album jeunesse illustré par Peter Sís), Paris, La Martinière, (1re éd. 2011 [Penguin Press]) (ISBN 978-2-732-45245-6, présentation en ligne)
Adaptation musicale[modifier | modifier le code]
  • Symorgh, Conte lyrique et philosophique, musique d'Yves Guicherd, livret de Nathalie Labry et Gérard-Henry Borlant, création le au Théâtre Passage vers les Étoiles (Paris).

Études[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Helmut Ritter (transl. [from German] by John O'Kane), The Ocean of the Soul: Men, the World and God in the Stories of Farid Al-Din 'Attar, Leide, Brill, , 833 p. (ISBN 9-004-12068-8)
  • Garcin de Tassy, Poésie philosophique et religieuse chez les Persans. D’après le "Mantic Uttaïr" ou "Le Langage des oiseaux" de Farid-Uddin Attar et pour servir d’introduction à cet ouvrage, Paris, Chez Benjamin Dupraz, , 4e éd. (1re éd. 1819), 76 p. (lire en ligne)

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fouchécour s.d..
  2. a et b Vitray-Meyerovitch 2014.
  3. Annemarie Schimmel, Mystical dimensions of Islam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2011 [1975], 542 p. (ISBN 978-0-807-89976-2) p. 84.
  4. a et b Rouhani 1990, Introduction.
  5. Hellmut Ritter, « ʿAṭṭār », in Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2010.
  6. Annemarie Schimmel, Mystical dimensions of Islam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2011 [1975], 542 p. (ISBN 978-0-807-89976-2) p. 302-308.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]