Thiès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres significations, voir Thiès (région).
Thiès
Blason de Thiès
Héraldique
Larges avenues ombragées du centre-ville
Larges avenues ombragées du centre-ville
Administration
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Région Thiès
Département Thiès
Maire
Mandat
Talla Sylla
2014-2019
Démographie
Gentilé Thiessois
Population 263 500 hab. (2007[1])
Géographie
Coordonnées 14° 47′ 26″ Nord 16° 55′ 29″ Ouest / 14.79056, -16.92472
Altitude 63 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Thiès

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Thiès
Liens
Site web www.thiesinfo.com

Thiès est l'une des plus grandes villes du Sénégal. Elle est située à 70 km à l'est de Dakar.

Administration[modifier | modifier le code]

C'est le chef-lieu du département de Thiès et celui de la région de Thiès.

En novembre 2008[2], trois communes d'arrondissement ont été créées à Thiès : Thiès Est, Thiès Ouest et Thiès Nord.

La ville est rattachée au réseau de l'Association internationale des maires francophones (AMF).

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges de l'architecture coloniale

Dianxène était un village sérère fondé au XVIIe siècle dans le Royaume de Cayor et qui ne comptait que 75 habitants en 1860.

Les colonisateurs français créent la commune de Thiès en 1904.

Léopold Sédar Senghor a présidé le premier conseil municipal.

Géographie[modifier | modifier le code]

Un nœud de communications

Thiès est située sur la ligne du chemin de fer Dakar-Niger. 14° 47′ 26″ N 16° 55′ 29″ O / 14.790556, -16.924722 : vue satellite de Thiès.

Physique géologique[modifier | modifier le code]

« Coupe schématique de Thiès à Rufisque » (1901)

Population[modifier | modifier le code]

Lors des recensements de 1988 et 2002, Thiès comptait respectivement 175 465 et 237 849 personnes.

En 2007, selon les estimations officielles[3], la population serait de 263 493 habitants. Tout en se référant à la même source, le site de la commune avance des chiffres plus élevés[4].

C'est à Thiès et aux alentours que vivent les Nones, un peuple parlant le noon, une langue cangin.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

La Chambre de Commerce
Micro-jardins

Ancien lieu de garnison, nœud ferroviaire et routier remarquablement situé sur l'axe Saint-Louis-Dakar, puis centre administratif et économique, Thiès dispose d'avenues larges et plantées.

De nombreux et ambitieux travaux d'urbanisme sont en cours, peut-être pas dépourvus de liens avec des enjeux électoraux : le nom de Thiès a parfois été cité parmi les quelques villes prétendant au titre de capitale du Sénégal.

Cependant les activités industrielles n'y sont pas absentes. En effet une grande partie des habitants travaille aux mines de phosphates de Taïba et de Pallo, ou dans d'autres entreprises locales comme l'usine de piles.

Évêché[modifier | modifier le code]

Éducation et culture[modifier | modifier le code]

Thiès forme des étudiants dans plusieurs domaines (École Polytechnique, École d'Officiers, Ecole des Ingénieurs agronomes (ENSA)...) et abrite un musée historique, les Manufactures sénégalaises des arts décoratifs (MSAD), spécialisées dans la tapisserie, ainsi que l'une des plus anciennes salles de cinéma du pays, détruite pendant les grands chantiers d'Idrissa Seck. Le Collège Bassirou Mbacke a l'ambition d'être à la pointe de l'enseignement numérique au Sénégal.

L'école Daniel Brottier – dont le nom rend hommage au père Brottier, missionnaire spiritain français – a été construite dans les années 1950 par les catholiques, sous l'impulsion d'Édouard Gérard.

Personnalités nées à Thiès[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (2007) Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, Sénégal (web).
  2. Décret no 2008-1344 du 20 novembre 2008 portant création de communes d’arrondissement dans la Ville de Thiès, Journal Officiel de la République du Sénégal, no 6446 du 31 décembre 2008
  3. Projections de population du Sénégal issues du recensement de 2002 (Direction de la prévision et de la statistique, janvier 2004) [1]
  4. Site de la commune de Thiès : Démographie [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Le chemin de fer de Thiès au Niger, Afrique occidentale française. Gouvernement général/Libr. Larose, 1931
  • (fr) Historique de la mission de Thiès (Sénégal), S.l.n.d., 1957 ?, 41 p.
  • (fr) « Le Centre national d'Éducation physique et sportive de Thiès (CNEPS) », Sénégal d'Aujourd'hui, décembre 1967, p. 11-13
  • (fr) Papa Djibril Ba, Dynamique urbaine et dysfonctionnement des réseaux d'assainissement dans la ville de Thiès, Université Gaston Berger, Saint-Louis, 2003, 129 p. (Mémoire de Maîtrise),
  • (fr) Papa Djibril Ba, Approche hydrologique des zones inondables : exemple de la ville de Thiès, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 2005, 80 p. (Mémoire de DEA)
  • (fr) Maurice Calvet, Le Français parlé : enquête au lycée de Thiès, Centre de linguistique appliquée de Dakar, 1965
  • (fr) Moustapha Diallo, Évolution de la propriété foncière dans le cercle de Thiès du milieu du XIXe siècle à 1920, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1995, 41 p. (Mémoire de DEA)
  • (fr) Mamadou Diédhiou, Le site préhistorique de Jakk-Mbodoxaan (Thiès). Approche typologique, Dakar, Université de Dakar, 1985, 162 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Aminata Diena, La vie politique dans la ville de Thiès 1946 à 1962, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1993, 72 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Samba Diouf, L’évolution commerciale de la ville de Thiès au Sénégal : de la période coloniale à nos jours, Paris, Université de Paris, 1980, 57 p. (Mémoire de Maîtrise).
  • (fr) Samba Diouf, La ville de Thiès (Sénégal). Croissance démographique et démesure spatiale d’une ville moyenne en pays sous-développé, Toulouse, Université de Toulouse, 1980, 377 p. (Thèse de 3e cycle).
  • (fr) Idrissa Fall, Le rôle et l’impact des fortifications dans la conquête française du Sénégal pendant la seconde moitié du XIXe siècle : le cas du fort de Thiès, Dakar, Université de Dakar, 1983, 132 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Josse, « Thiès, plaque tournante du trafic ferroviaire de l'AOF », Bulletin d'information de l'AOF, n° 124, 15 février 1952, p. 9-14
  • (fr) Khoudia Mbaye, L’évolution récente de la ville de Thiès, Dakar, Université de Dakar, 1980, 54 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Biram Ndour, Thiès. De la création coloniale au début du XXe siècle. Le développement d’un centre de colonisation 1864-1925, Paris, Université de Paris VII, 1978, 155 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Guy Quérec, La population urbaine au Sénégal. La ville de Thiès et sa région, Dakar, Université de Dakar, 1968, 2 fascicules, 167 p. + annexes (Diplôme d’études supérieures)
  • (fr) Georges Savonnet, Thiès et sa banlieue, 1954
  • (fr) Georges Savonnet, Une Ville neuve du Sénégal : Thiès, Les Cahiers d'Outre-mer (s.d.)
  • (fr) Georges Savonnet, Etude morphologique de la côte de Thiès (Sénégal),1954
  • (fr) Georges Savonnet, La Ville de Thiès : étude de géographie urbaine, Centre IFAN, 1955
  • (fr) Sidi Sissokho, Étude des rapports entre les Noon de Thiès et la ville de Thiès : 1890-1990. Repli socio-culturel, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1991, 93 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) M. J.-C. Tall, « Les chantiers de Thiès, ou réflexion sur les marchés publics », Wal Fadjri, 9 décembre 2005
  • (fr) Mor Talla Lo, "Le marché central de Thiès :approche géographique", Dép de Géographie, UCAD, 2010, 131 p. (Mémoire de Maitrise)
  • (fr) Mor Talla Lo, "Mutation spatiale aux alentours des marchés urbains: exemple des aires proches du marché central de Thiès", Dép de Géographie, UCAD, 2012, 63 p. (Mémoire de Master II Aménagement du Territoire et Gestion Urbaine en Afrique [A.G.U.A.).

Liens internes et articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :