Référence religieuse algérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La référence religieuse algérienne est le cadre fondamentaliste et légal de la pratique de la religion de l'Islam en Algérie au sein du Sunnisme sous la tutelle du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs[1].

Éléments référentiels[modifier | modifier le code]

Sunnisme[modifier | modifier le code]

Le mot sahaba en arabe.

L'Algérie appartient au monde sunnite qui est la communauté islamique à laquelle appartient la grande majorité des musulmans[2].

Les sources de sa jurisprudence islamique sunnite sont le Coran et la Sunna du Prophète Mahomet dans les hadiths qui lui sont attribués[3].

Les Algériens prennent les préceptes jurisprudenciels des quatre imams sunnites, à leur tête l'Imam Malik, et croient à la succession des quatre premiers califes: Abou Bakr As-Siddiq, Omar ibn al-Khattâb, Othmân ibn Affân et Ali ibn Abi Talib, et croient en la justice et à la probité de tous les Sahaba du prophète Mahomet[4].

Acharisme[modifier | modifier le code]

L'Algérie s'appuie dans sa foi musulmane sur l'Acharisme qui est une école théologique de l'islam, fondée par Abu Al-Hasan al-ʾAshʿarī (873-935)[réf. nécessaire].

Malikisme[modifier | modifier le code]

L'Algérie adopte le Malikisme, qui est l'une des quatre madhhab du droit musulman sunnite, fondé sur l'enseignement de l'imam Mâlik ibn Anas (711-795)[5].

Soufisme[modifier | modifier le code]

Le Soufisme est pratiqué selon l'école de l'Imam Junayd pour guider l'éducation spirituelle de ses croyants musulmans[6].

Ce rite spirituel est enseigné et pratiqué dans plus de 1 600 zaouïas en Algérie.

Mosquées[modifier | modifier le code]

Adhan[modifier | modifier le code]

L'Algérie adopte le texte de l'Adhan à travers ses mosquées en ne répétant "Allahu akbar" que deux fois seulement au début de l'ppel, et seulement deux fois à sa fin[7].

Le rite Malikite préconise de répéter deux fois la Chahada à voix basse avant répéter de la réciter deux fois à haute voix[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'Algérie préconise l'architecture islamique dans sa version maghrébine dénommée architecture mauresque dans l'édification des mosquées sur son territoire national[9].

Minaret[modifier | modifier le code]

La construction d'une mosquée en Algérie selon le style mauresque impose la présence d'un seul minaret à base rectangulaire en accord avec la récitation d'un seul doublet d'Allahu akbar dans l'Adhan agréé par le Malikisme[10].

Mihrab[modifier | modifier le code]

Ce même style mauresque impose la présence d'un seul mihrab, souvent décoré avec deux colonnes et une arcature, qui est une niche indiquant la qibla en direction de la kaaba à La Mecque vers où se tournent les musulmans algériens pendant la Salat[11].

Ce mihrab est obligatoirement positionné au milieu du mur de la qibla[12].

Cette niche est en forme de demi-cylindre vertical couronné par un quart de sphère[13].

Minbar[modifier | modifier le code]

Ce style maghrébin requiert la présence d'un minbar en bois déplaçable et mobile[14].

Ce minbar sert à l'Imam Khatib pour se hisser à hauteur de quelques marches pour disserter sa prédication[15].

Il est utilisé particulièrement lors de la prière du vendredi, les prières de l'aïd lors de Aïd el-Fitr et de Aïd al-Adha, en plus de certaines autres circonstances[16].

Bâton[modifier | modifier le code]

Le port dans les mosquées algériennes d'un bâton est préconisé selon le Madhab Malikite lors de la Khutba de l'Imam Khatib, que ce soit au cours de la prière du vendredi ou dans d'autres cas de prédications admises[17].

Coran[modifier | modifier le code]

Warch 'an naafi'[modifier | modifier le code]

L'Algérie adopte la lecture du Coran à travers ses mosquées dans le strict respect de Warch 'an naafi'[18].

Cette méthode canonique de récitation du coran est suivie en Algérie depuis douze siècles[19].

Salat[modifier | modifier le code]

L'Algérie impose aux Imams assumant la Salat des cinq farâ'idh de réciter le Coran à travers ses mosquées dans le strict respect de Warch 'an naafi'[20].

Cette obligation se durcit lorsque la lecture des versets du Coran se fait lors de Salat al-Fajr, Salat al-Maghrib, Salat al-Isha et de Salat al-Jumu'ah[21].

Pour les prières surérogatoires, cette obligation s'applique lors des Tarawih et du Tahajjud, et des prières de l'aïd lors de Aïd el-Fitr et de Aïd al-Adha, en plus de certaines autres circonstances[22].

Psalmodie en groupe[modifier | modifier le code]

L'Algérie impose aux Imams la récitation du Coran en groupe avec des disciples et des fidèles avant ou après la Salat des cinq farâ'idh dans le strict respect de Warch 'an naafi'[23].

Cette récitation s'opère avant Salat al-Dhohr et Salat al-Asr, puis après Salat al-Maghrib[24].

Le strict respect des règles du Tajwid et de l'hymne religieux est de rigueur au couyrs de ce cercle de récitation[25].

Supplication[modifier | modifier le code]

Levée des mains[modifier | modifier le code]

Les Imams dans les mosquées algériennes lèvent les mains lors des supplications après la Salat des cinq farâ'idh[26].

Chaque fidèle apose alors ses deux mains sur son visage après la fin de la supplication et la prononciation du mot Ameen[27].

Misbaha[modifier | modifier le code]

Les Imams dans les mosquées algériennes sont dans le devoir de veiller à fournir une misbaha à chaque fidèle qui en demande pour accomplir un devoir de Dhikr dans la mosquée pour ensuite la restituer[28].

Cette misbaha est utilisée, au cours d'un court ou long Iʿtikāf, pour répéter la Chahada, le Tasbih, El Hamdouli'Allah, La'Ilaha'Illa'Allah, Allahu akbar, l'Istighfar, la Hawqala, le Tawakkul, Inna lillah wa inna ilayhi raaji'uun, et Allahoumma Salli wa Sallim âala Sayyidina Mohammad[29].

Plusieurs autres formules de Dhikr sont répétées des centaines de fois, voire des milliers de fois, par le fidèle avec sa misbaha[30].

Habits de l'Imam[modifier | modifier le code]

Les Imams dans les mosquées algériennes, étant des commis de l'état algérien, sont soumis au devoir de vestimentation en accord avec les us et coutumes et traditions cultuelles localesInterprétation abusive ?[31].

Il n'est pas toléré que l'Imam se présente devant les fidèles avec un accoutrement faisant référence à un autre pays (Arabie saoudite, Afghanistan, Iran, Soudan, etc.), alors que le burnous, la djellaba, la chéchia et le turban algériens sont plus qu'authentiquesInterprétation abusive ?[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Affaires religieuses et des Wakfs
  2. « La "référence religieuse nationale s'inspire de notre appartenance civilisationnelle" », Djazairess
  3. « Imams délégués à l'étranger: préserver la référence religieuse algérienne », Djazairess
  4. « La mémoire du Cheikh Ahmed Hamani revisitée dans son fief natal », Djazairess
  5. « Des extrémistes veulent déstabiliser le référent religieux de l'Algérie », Djazairess
  6. https://www.djazairess.com/fr/lexpression/241977
  7. https://www.algeriepatriotique.com/2017/09/14/appel-priere-reglemente/
  8. http://www.aps.dz/algerie/62796-affaires-religieuses-trois-arretes-relatifs-au-saint-coran-aux-mosquees-et-a-el-adhan-publies-dans-le-jo
  9. https://www.djazairess.com/fr/apsfr/449210
  10. https://www.djazairess.com/fr/reflexion/43833
  11. https://www.djazairess.com/fr/lexpression/254323
  12. https://www.djazairess.com/fr/infosoir/218300
  13. https://www.tsa-algerie.com/lappel-a-la-priere-fixe-par-arrete-et-un-referentiel-pour-les-denominations-des-mosquees/
  14. https://www.djazairess.com/fr/elwatan/552753
  15. http://www.algerie-focus.com/2017/04/religion-lappel-a-priere-bientot-encadre-loi/
  16. https://www.algerie1.com/societe/le-adhan-sera-regule-par-un-arrete-ministeriel
  17. https://www.djazairess.com/akhbarelyoum/147790
  18. https://www.djazairess.com/akhbarelyoum/236434
  19. https://www.djazairess.com/ennahar/66939
  20. https://www.djazairess.com/annasr/113953
  21. https://www.djazairess.com/elmassa/36923
  22. http://www.altahrironline.com/ara/articles/42400
  23. https://www.echoroukonline.com/%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%A6%D9%85%D8%A9-%D9%85%D9%84%D8%B2%D9%85%D9%88%D9%86-%D8%A8%D8%B1%D9%88%D8%A7%D9%8A%D8%A9-%D9%88%D8%B1%D8%B4-%D9%81%D9%82%D8%B7-%D9%81%D9%8A-%D8%B5%D9%84%D8%A7%D8%A9-%D8%A7%D9%84/
  24. https://www.djazairess.com/elbilad/208326
  25. https://www.maghress.com/attajdid/64097
  26. https://www.algerie360.com/parution-dun-nouvel-ouvrage-sur-la-reference-religieuse-en-algerie/
  27. https://www.algeriepatriotique.com/2017/08/16/coordinateur-imams-revele-mohamed-aissa-otage-de-sectaires-fanatiques/
  28. http://www.lematindalgerie.com/limam-est-libre-de-choisir-ses-preches-en-algerie-declare-le-ministre-des-wakfs
  29. https://www.echoroukonline.com/mohamed-aissa-les-salafistes-doivent-respecter-la-reference-religieuse-en-algerie/
  30. http://www.radioalgerie.dz/news/fr/article/20160615/80655.html
  31. https://www.tsa-algerie.com/non-lalgerie-ne-va-importer-dimams-etrangers-pour-sa-grande-mosquee/
  32. https://www.algerie1.com/societe/mawlid-enabaoui-mohamed-aissa-en-defenseur-intrepide-de-la-celebration-de-l-evenement

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]