Sahl ibn ‘Abd Allāh al-Tustārī

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sahl al-Tustari
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Domaines
Théologie islamique (en), soufismeVoir et modifier les données sur Wikidata
Religions
Maître
Élève
Œuvres réputées

Sahl ibn ‘Abd Allāh al-Tustārī, né à Shushtar dans le Khuzestan et mort à Bassora, est un grand maître soufi, qui reçut son éducation de son oncle maternel et du cheikh Hamza al-‘Abbādānī.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il vécut une vingtaine d’années ascétiques dans sa maison avant de commencer à enseigner. Il fut chassé de sa ville natale pour raisons politiques et doctrinales, il s’établit à Bassora où il fut en butte avec certains savants chaféistes. Il fut le premier maître d’Hallāj et c’est ainsi que ce dernier le suivit dans son exil en Irak. Sahl y mourut en 896.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Nombre de ses ouvrages ont été perdus et bien des textes qui nous sont parvenus de lui sont des compilations effectuées par certains de ses disciples.

Sa pensée[modifier | modifier le code]

Le dhikr, qu’il rattache au Pacte primordial, est le pivot de son enseignement, par ailleurs, fort riche. Deladrière note que « ses disciples, les Sahlis, longuement étudiés par Hujwirī, mettaient l’accent sur le rôle des mortifications (mujāhadāt) »[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hujwirî (Traduit du persan, présenté et annoté par Djamshid Mortazavi), Somme spirituelle, Sindbad, , 482 p. (ISBN 2-7274-0149-3), « Abû Muhammad Sahl Ibn 'Abdallâh al-Tustarî », p. 171
  • Farid-ud-Din 'Attar (Traduit d'après le ouïgour par A. Pavet de Courteille), Le mémorial des saints, Editions du Seuil, , 309 p. (ISBN 2-02-004468-4), « Sentences de Soheïl (ibn) Abd Allah Techteri (Tusteri) », p. 233-236
  • Louis Massignon, La Passion de Hallâj : martyr mystique de l'Islam, t. 1, Gallimard, , 708 p. (ISBN 2-07-071891-3), « Sahl Tustarî », p. 110-112
  • Tafsīr al-Tustarī - Sahl b. ʿAbd Allāh al-Tustarī

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Le Livre des Haltes, Émir Abd el-Kader, trad. de Abdallah Penot, Dervy, Paris 2008, avec l’aimable autorisation de Jean Annestay.

Liens externes[modifier | modifier le code]