Hizb ut-Tahrir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hizb ut-Tahrir
(ar) حزب التحرير
Image illustrative de l’article Hizb ut-Tahrir
Logotype officiel.
Présentation
Dirigeant mondial Ata Abu Rashta (en)
Fondation 1953
Siège Beyrouth, Liban
Idéologie Panislamisme[1],[2]
Islamisme[1],[2]
Suprémacisme musulman[3],[4],[5],[6],[7]
Califalisme[8],[9],[10],[11]
Salafisme[12]
Djihadisme[13],[14],[15],[16],[17]
Antilaïcité[18],[19],[20],[21]
Antioccidentalisme[20],[22]
Antihindouisme[20],[23]
Antichristianisme[24]
Antinationalisme[25]
Antisémitisme[3],[5],[6],[22],[24]
Antisionisme[2],[4]
Antidémocratie[26],[3],[5],[6]
Antilibéralisme[15],[26]
Anticommunisme[27]
Adhérents 10 000[28] à 1 000 000[29]
Site web hizb-ut-tahrir.org

Hizb ut-Tahrir (حزب التحرير, Parti de la Libération) est un parti islamiste[30], fondé à Amman en Jordanie en 1953 par le cheikh Taqiuddin an-Nabhani[31].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Hizb ut-Tahrir se présente comme une organisation non-violente[32]. Il est né d'une scission d'avec les Frères musulmans. Ce mouvement est aujourd'hui présent dans le monde entier. Il se prétend présent dans plus de 70 pays, mais il est loin d’emporter l’adhésion de tous les musulmans. Son appel au retour du califat est même refusé par le plus grand nombre des islamistes[33].

Si la motivation première du groupe était la libération de la Palestine, son but est désormais l'établissement d'un nouveau califat sur tout le monde musulman[31]. Après la mort de Taqiuddin an-Nabhani en 1977, le cheikh Abdel Qadir Zaloum devint le leader du groupe[31].

Il est actif surtout en Asie centrale, au Turkménistan, en Ouzbékistan et au Kazakhstan, où il a fait une avancée triomphale en distribuant des tracts le jour de l'anniversaire du président Noursoultan Nazarbaïev, qui avait incité son peuple à résister à l'islamisme radical[32]

Lors de l'affaires des caricatures danoises de Mahomet, des membres du Hizb ut-Tahrir ont manifesté le dans la capitale indonésienne Jakarta, notamment devant l'ambassade du Danemark. Les 500 manifestants affirmaient que les caricatures s'inscrivaient dans « une guerre contre l'Islam[34]

Après la fusillade de Copenhague, Olivier Truc souligne, dans le journal Le Temps, que cette organisation est régulièrement montrée du doigt par les médias, car « depuis la guerre en Syrie, les liaisons dangereuses se tissent entre islamistes et membres des bandes organisées avec, en outre, un défi de taille pour les autorités, comme le confie un spécialiste au Monde : « Islamistes et gangs tentent de recruter parmi les mêmes jeunes » (au Danemark)[35] ».

Le groupe est dissous par le président Joko Widodo en 2017[36].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le Hizb Ut-Tahrir est un parti politique dont l’idéologie est l'Islamisme[note 1]. Il agit au sein de la communauté des musulmans. Il œuvre pour le retour du califat. « Il entend n'utiliser la guerre sainte contre les régimes impies qu'une fois l'institution califale rétablie à l'échelon mondial. L'ordre d'entreprendre le djihad ne devrait être donné que par un calife ou un émir reconnu par Hizb ut-Tahrir[37]. »

Il prône l'instauration de la loi Islamique. Il considère aussi que le retour au califat n'aura de chance de s'établir que sous les coups d'une révolte contre les états musulmans laïques[38].

La question de l’emploi de la force et le djihad[modifier | modifier le code]

Le Hizb ut-Tahrir n’appelle pas à la violence ni à l’emploi de la force physique. C’est pour cette raison qu’il n’est pas inclus par l’administration américaine dans la liste des mouvements terroristes.

Mais il soutient le djihad, c'est-à-dire un effort sur soi-même ou bien, selon les définitions, une action armée[39] comme mode de défense.

Le Centre de recherches sur le terrorisme depuis le a classé cette organisation islamiste, comme « Un parti islamiste dont personne ne parle » qui, s'il n'appelle pas à la violence ouvertement, aboutira à un conflit avec l'occident[30].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Islam n'est pas une idéologie, c'est une religion. Tandis que l'islamisme est une idéologie politique

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Can the Muslim world really unite? », sur hizb.org.uk, (consulté le 15 janvier 2016)
  2. a b et c David Commins, « Taqi al-Din al-Nabhani and the Islamic Liberation Party », The Muslim World, vol. 81, nos 3–4,‎ , p. 194–211 (DOI 10.1111/j.1478-1913.1991.tb03525.x, lire en ligne, consulté le 6 mars 2016)
  3. a b et c Sandra Laville "Banned groups with roots in UK appeal to disaffected young Muslims," The Guardian (6 August 2005).
  4. a et b Lambroschini, Sophie. "Germany: Court Appeal By Hizb Ut-Tahrir Highlights Balancing Act Between Actions, Intentions", Radio Free Europe/Radio Liberty, 26 October 2004.
  5. a b et c "The Muslim Ummah will never submit to the Jews," Hizb ut-Tahrir (3/11/1999)
  6. a b et c « The Arab and Muslim rulers' betrayal of the issue of Palestine and its people » [archive du ], sur Khilafa.com, Hizb ut-Tahrir, (consulté le 8 février 2016)
  7. Diane Macedo, « Islamic Supremacist Group Holds First U.S. Conference », Fox News,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2019)
  8. Draft Constitution of the Khilafah State, 2011: Article 16
  9. Draft Constitution of the Khilafah State, 2011: Article 26
  10. Taqiuddin an-Nabhani, The Islamic State, London, De-Luxe Printers, , 240–276 p. (ISBN 978-1-899574-00-1, lire en ligne)
  11. an-Nabhani, The Islamic State, 1998: p.240–276
  12. Ramon Glazov, « The caliphate's troll vanguard », Overland,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2016)
  13. The Ummah's Charter, Hizb ut-tahrir, (lire en ligne), p. 85

    « Indeed, Allah (swt) has ordered the Muslims to carry the Da’wah to all mankind and to bring them into the Khilafah state. He (swt) has legislated Jihad as a method to carry the Da’wah. So the state must rise to declare Jihad against the Kuffar without any lenience or hesitation. »

  14. Hizb ut-Tahrir, Hizb ut-Tahrir, p.67
  15. a et b Dave Rich, « Why is the Guardian giving a platform to Hizb ut-Tahrir? », sur Left Foot Forward, (consulté le 28 janvier 2016)
  16. Ahmed & Stuart, Hizb Ut-Tahrir, 2009: p.3, 20–25
  17. Michael Whine, « Is Hizb ut-Tahrir Changing Strategy or Tactics? », Thecst.org.uk, (consulté le 18 mars 2015)
  18. Ahmed & Stuart, Hizb Ut-Tahrir, 2009: p.40
  19. « Adopting Secularism in Government is Apostasy from Islam », sur islamic system, (consulté le 11 février 2016)
  20. a b et c « An Open Letter to the Muslims in Britain regarding the Dangerous Call of Integration' [Hizb ut-Tahrir Britain Leaflet, posted on Ummah.com Forum] »,
  21. ‘Adopting Secularism in Government is Apostasy from islam’, Hizb ut-Tahrir Leaflet, 2 July 1996. An internet archive search reveals this leaflet was posted on Khilafah.com. See https://web.archive.org/web/20041109225357/http://www.khilafah.com/home/category.php?DocumentID=13&TagID=3 [accessed 31 August 2009]. This leaflet is currently uploaded on HT Pakistan's website, available at http://www.hizb-pakistan.org/home/leaflets/leaflets-international/adopting-secularism-in-government-is-apostasyfrom-islam [accessed 31 August 2009]
  22. a et b « Background: the Guardian and Dilpazier Aslam », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2016)
  23. Tom Harper, « Islamists 'urge young Muslims to use violence' », sur Telegraph.co.uk, (consulté le 26 décembre 2015)
  24. a et b Suha Taji-Farouki, Islam : Islam and social movements, Volume 4, London, New York, Taylor & Francis, , 471 p. (ISBN 978-0-415-12351-8, lire en ligne), « Islamists and the Threat of Jihad: Hizb al-Tahrir and Al-Muhajiroun on Israel and the Jews », p. 238
  25. « News from Khilafah Conference 2013: Nationalism weakened the unity of Muslim Ummah », sur Khilafah, (consulté le 15 mai 2016) : « HTI Press. Abdillah, a representative of Hizb ut Tahrir-Batam, confirmed that nationalism is dangerous for Muslim beliefs. Nationalism is a sense of identity with the nation. »
  26. a et b Baran, Hizb ut-Tahrir: Islam's Political Insurgency, 2004:24
  27. Hizbut Tahrir, System of Islam, 2002: p.37-8
  28. (en) Jean-Pierre Filiu, « Hizb ut-Tahrir and the fantasy of the caliphate », sur MondeDiplo.com, (consulté le 3 octobre 2019)
  29. (en) Shiv Malik, « For Allah and the caliphate », sur newstatesman.com, (consulté le 3 octobre 2019)
  30. a et b Centre de recherches contre le terrorisme
  31. a b et c Antoine Sfeir (dir.), Dictionnaire mondial de l'islamisme, Paris, Plon, , 518 p. (ISBN 2-259-19760-4), p. 243
  32. a et b Rashid Ahmed, Enquête sur une organisation secrète, Courrier International n°591, 28/02/2002.
  33. recherches sur le terrorisme
  34. Source : Le Nouvel Observateur du 11.02.06.
  35. des membres de bandes organisées ont servi de gardes du corps à un parti islamiste qui a pignon sur rue au Danemark et qui est régulièrement montré du doigt dans les médias : Hizb ut-Tahrir rechercher l'article avec les mots El Hussein Olivier Truc
  36. « Indonésie : les islamistes agitent le "péril rouge" », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2017)
  37. Zidane Meriboute, Islamisme, Soufisme, Évangélisme : la guerre ou la paix, Genève, Labor et Fides, , 287 p. (ISBN 978-2-8309-1370-5, lire en ligne), p. 49
  38. Zidane Meriboute, Islamisme, Soufisme, Évangélisme : la guerre ou la paix, Genève, Labor et Fides, , 287 p. (ISBN 978-2-8309-1370-5, lire en ligne), p. 51
  39. voir l'ambivalence du mot selon les traductions Larousse