Islam des Lumières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

« Islam des Lumières » est une expression désignant un islam libéral et progressiste. Elle est apparue en France au milieu des années 1990 pour imaginer un islam compatible avec les valeurs de la République française[1],[2],[3]. Elle est aussi utilisée par certains auteurs, avec une portée historiographique, pour désigner des pratiques islamiques antérieures[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La docteur en littérature Isabelle Safa rapproche le concept d'islam des Lumières de l'islam prôné au VIIe siècle dans la cité de Kairouan, dans l'actuelle Tunisie. Dans son article Kairouan, un islam des Lumières dans Les Cahiers de l'Orient, elle décrit l'islam de Kairouan comme un « islam éclairé » et « tolérant » qui constituait « un rempart contre les extrémismes »[5].

Le journaliste algérien Farid Lounis, pour le quotidien El Watan, qualifie d'islam des Lumières les pratiques religieuses des Mutazilites au VIIIe siècle, du philosophe médiéval andalou Averroès (1126-1198) et du philosophe algérien Mohammed Arkoun (1928-2010)[6]. Le médiéviste Omar Merzoung associe aussi le philosophe et médecin persan Avicenne (980-1037) à l'islam des Lumières. Ce dernier mêlerait culture musulmane et philosophie grecque[4],[7].

L'idée d'un islam des Lumières est défendue par l'anthropologue franco-algérien Malek Chebel notamment dans son ouvrage Manifeste pour un islam des Lumières. 27 propositions pour réformer l'islam publié en 2004[8].

Cette notion d'islam des Lumières est assez proche de celle d' « islam de France » (ou « islam français », ou encore « islam francophone ») qui désignait aussi un islam adapté à la société française et aux principes de la république. Le terme d' « islam de France » est employé pour la première fois par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, lors de sa présence à l’ouverture du vingtième congrès de l’Union des organisations islamiques en France, tenu le 19 avril 2003. L'islam des Lumières est parfois vu comme une alternative, ou un prolongement, à cet « islam de France »[9].

En 2020, à la suite de l'assassinat de Samuel Paty, le président de la République française Emmanuel Macron annonce sa croyance en un islam des Lumières[10]. Cette idée se concrétise avec des modifications apportées au projet de loi confortant les principes républicains (anciennement appelé projet de loi contre le séparatisme), qui lutte essentiellement contre l'islam politique[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17]. Ce projet est présenté en Conseil des ministres le 9 décembre 2020[18],[2].

Début 2021, le Conseil français du culte musulman (CFCM) signe une charte des principes de l'islam, comme demandé par Emmanuel Macron en novembre 2020[19]. Cette charte rejette entre autres l'islam politique et les ingérences étrangères. Pour le président français, c'est un pas vers l'islam des Lumières qu'il plaide. Il explique que cette charte « dit de façon claire que les principes de la foi musulmane sont complètement compatibles avec les principes de la République ». D'après Mohammed Moussaoui, président du CFCM, il a réaffirmé au chef de l'Etat sa « volonté de mettre en place le Conseil des imams dans les plus brefs délais pour pouvoir commencer le vrai travail : celui d’agréer les imams, clarifier leur statut, leur cadre de travail et leur mission, et protéger l’imamat des autoproclamés et des personnes non formées »[20]. Selon la présidence, la charte affirme sans ambiguïté « la supériorité des principes de la République sur les principes religieux » et « ceux qui la refusent » n’auront droit à « aucun traitement de faveur »[21],[22].

Le 17 avril 2021, le journaliste algérien Farid Lounis publie un article sur le site du journal El Watan dans lequel il décrit l'islam des Lumières comme étant la forme sous laquelle l'islam va survivre à l'avenir. Il l'oppose à « l'islam des Ténèbres », l'islamisme, qui serait « en phase terminale »[6]. L'islamologue Saïd Djabelkhir, specialiste du soufisme[23], cité dans l'article précédent, définit l'islam des Lumières comme « un islam qui ne sera pas en contradiction avec les valeurs humaines universelles »[24].

Avis critiques[modifier | modifier le code]

Islam artificiel[modifier | modifier le code]

Selon Fouad Bahri, journaliste spécialisé sur la question de l'islam en France, cette notion d’« islam des Lumières » a un caractère artificiel : c'est un « islam sans islam ». D'après lui, cette démarche n'est pas religieuse, mais en réalité plus proche de la philosophie grecque et demeure le rêve laïque d’un islam bourgeois français. Cette tendance a pour lui un impact faible, pour ne pas dire inexistant auprès de la majorité des musulmans[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fouad Bahri, 24 mai 2019, « L’islam des Lumières : requiem d’un concept », sur Mizane.info (consulté le )
  2. a et b Abdessamad Belhaj, « Le difficile chemin vers « l’islam des Lumières » », sur theconversation.com, .
  3. Akram Belkaïd, « Réflexion sur « l’islam des Lumières » », sur monde-diplomatique.fr, (consulté le )
  4. a et b Omar Merzoung, Avicenne ou l'islam des Lumières, Paris, Éditions Flammarion, , 416 p. (ISBN 9782081348097)
  5. a et b Isabelle Safa, « Kairouan, un islam des Lumières », Les Cahiers de l'Orient,‎ , p. 83 à 87 (lire en ligne)
  6. a et b Farid Lounis, « Saïd Djabelkheir : le procès de la honte », sur elwatan.com, (consulté le )
  7. Djalila Dechache, « Avicenne ou l‘islam des Lumières, Omar Merzoug, Editions Flammarion, 2021, 415 p. », sur blogs.mediapart.fr, (consulté le )
  8. Par afp, « Décès de l'anthropologue Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières" », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  9. Mahjoud Bensaid, « De "L'Islam Français" à "L'Islam des lumières" », sur maroc-hebdo.press.ma, (consulté le )
  10. Alain Auffrey, « Macron réaffirme son vœu d’un «islam des Lumières» », sur liberation.fr, (consulté le )
  11. Thibaut Le Gal, « Attentat à Conflans : Emmanuel Macron pressé d’intensifier la lutte contre l’islam radical », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  12. « Instruction à domicile : "Il y a un recul évident du gouvernement, pour l'instant, on n'a pas de victoire", temporise Anne Coffinier, fondatrice d’Educ France », sur Franceinfo, (consulté le )
  13. Vincent Geny, « Scolarisation obligatoire : ces associations qui veulent faire plier Macron », sur www.marianne.net, 2020-12-08utc16:20:24+0000 (consulté le )
  14. « Projet de loi « séparatismes » : le Conseil d’Etat donne son feu vert malgré quelques réserves », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Séparatisme : les principaux axes du projet de loi dévoilés dans le détail par Darmanin », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  16. Agence France-Presse, « Séparatismes : ce qu'il faut retenir des annonces de Macron », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  17. « Le projet de loi contre les séparatismes sera présenté « à la rentrée » et visera notamment « l'islam politique » annonce Marlène Schiappa », sur francetvinfo.fr (consulté le ).
  18. « Projet de loi sur les « séparatismes » : Structurer l'islam, le délicat projet d'Emmanuel Macron », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  19. « Islam de France: Macron met la pression sur le CFCM pour élaborer une «charte des valeurs républicaines» », sur lopinion.fr, (consulté le )
  20. Steven Gouaillier, « Islam : le CFCM dévoile les grandes lignes d'un futur conseil des imams à l'Elysée », sur francebleu.fr, (consulté le )
  21. « Islam de France : le CFCM présente à l’Elysée un projet de « conseil des imams » », sur lemonde.fr, (consulté le )
  22. Thibaut Le Gal, « Projet de loi sur les « séparatismes » : Le CFCM signe une « charte des principes » républicains, une réussite pour Emmanuel Macron ? », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  23. Madjid Zerrouky, « La condamnation de l’islamologue Saïd Djabelkhir marque la dérive rigoriste de la justice algérienne », sur Le Monde, (consulté le )
  24. Saïd Djabelkhir (interviewé) et Hocine Neffah (intervieweur), « «Ce que j'ai dit sur l'Islam» », Lexpression.dz,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rachid Benzine, Les nouveaux penseurs de l'islam, collection L'islam des lumières, Albin Michel
  • Abdennour Bidar, L'islam sans soumission : Pour un existentialisme musulman, Paris, éd. Albin Michel, coll. « L'islam des lumières », , 288 p. (ISBN 978-2226183033)
  • Omar Merzoung, Avicienne ou l'islam des Lumières, éditions Flammarion, 2021 (ISBN 9782081348097)

Articles connexes[modifier | modifier le code]