Frithjof Schuon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frithjof Schuon (Allemand: [ˈfʀiːtˌjoːf ˈʃuːˌɔn]) (18 juin 1907 – 5 mai 1998), est un philosophe, écrivain et poète suisse, de l’école de pensée perennialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Frithjof Schuon est né à Bâle, Suisse en 1907, le deuxième des deux fils de Paul Schuon, violoniste d’origine allemande, et Margarete Bolaire, alsacienne de langue française. En enfant introverti il est précoce, s’intéressant à l’art et aux religions - notamment celles de l’Orient - auxquelles il est exposé dès très tôt par son père. Par son caractère et ses intérêts il attire l’attention et le respect de ses professeurs et camarades d’école[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père décède en 1920, et avec sa mère et son frère, le jeune Schuon déménage à Mulhouse, en France. Ici il va apprendre le français et, trois ans après, il commencera à travailler comme dessinateur textile. C’est toujours cette profession qu’il exercera quand il déménagera à Paris à l’âge de 17 ans. À cet âge là il découvre les écrits de René Guénon, qui sont pour lui une confirmation de son propre refus de la civilisation occidentale moderne[1].

Vie adulte[modifier | modifier le code]

Le désir qu'a Schuon depuis son adolescence de trouver un maître spirituel et d’être initié dans une voie ésotérique, et ses recherches dans ce sens, aboutissent en 1932 à la décision de partir en Inde pour y trouver un gourou. Pourtant, au début de ce voyage, lorsqu’il se trouve encore à Marseille, deux évènements imprévus le convainquent à partir à Mostaganem en Algérie, où réside un renommé maître spirituel soufi, Ahmad al-Alawi. Pour Schuon ce qui importe c’est d’avoir un maître et d’être reçu dans une voie ésotérique traditionnelle – il reconnaît la validité de toutes les voies spirituelles révélées, et n’a pas d’attachement une confession particulière ; il sera donc initié dans le soufisme par Ahmad al-Alawi, avec le nom d' 'Isâ Nûr ad-Dîn, et séjournera quelques mois en Algérie, avant de rentrer en Europe[1]. Quelques années plus tard il deviendra lui-même maître spirituel.

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, Schuon servira pendant dix mois dans l’armée française. Fait prisonnier par l’armée allemande, il réussit après un mois à s’échapper en Suisse, où il résidera désormais. Il s’établit à Lausanne, et puis, après son mariage à Catherine Feer en 1949, à Pully[1].

Entre 1950 et 1975, Schuon va faire des voyages en plusieurs pays – Espagne, Maroc, Turquie, Royaume-Uni, États-Unis, Grèce – et nouer des liens d’amitié, personnelle ou épistolaire, avec des personnes de plusieurs traditions : Marco Pallis, Swami Ramdas, James Red Cloud, Benjamin Black Elk, Thomas Yellowtail[2]. C’est aussi dans cette période, et jusque dans les années 1990, qu’il écrira une grande partie de son œuvre philosophique, traitant principalement des sujets de métaphysique, ésotérisme et tradition.

En 1980, Schuon quitte l’Europe pour les États-Unis, où il s’établit dans l’état de l'Indiana. C’est dans cette dernière période de sa vie qu’il produira son œuvre poétique, composée de plusieurs centaines de poèmes lyriques dans la langue de son enfance, l’allemand.

Frithjof Schuon est décédé à l’âge de 90 ans à Bloomington, Indiana.

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Leitgedanken zur Urbesinnung, Zürich, Orell Füssli Verlag, 1935, deuxième édition Urbesinnung - Das Denken des Eigentlichen (édition revue et corrigée), Aurum Verlag, 1989
  • De quelques aspects de l'Islam, Paris, Chacornac, 1935.
  • Sulamith (poésies), Urs Graf Verlag, 1947.
  • Tage- und Nächtebuch (poésies), Urs Graf Verlag, 1947.
  • De l'unité transcendante des religions, Gallimard, 1948 ; deuxième édition, Gallimard, 1958 ; troisième édition (revue et corrigée comportant un nouveau chapitre), Le Seuil, 1979 ; quatrième édition, Sulliver, 2000.
  • L'œil du cœur, Gallimard, 1950 ; seconde édition (revue et corrigée), Dervy-Livres, 1974 ; troisième édition, L'Âge d'Homme, 1995.
  • Perspectives spirituelles et faits humains, Cahiers du Sud, 1953 ; deuxième édition Maisonneuve & Larose, 1989.
  • Sentiers de gnose, La Colombe, 1957 ; seconde édition, La Place Royale, 1987 ; troisième édition revue et corrigée, La Place Royale, 1996.
  • Castes et races, Derain, 1957 ; seconde édition (revue et corrigé), Archè, 1979.
  • Les Stations de la sagesse, Buchet/Chastel-Corréa, 1958 ; deuxième édition Maisonneuve & Larose, 1992.
  • Images de l'Esprit, Flammarion, 1961 ; deuxième édition Le Courrier du Livre, 1982.
  • Comprendre l'Islam, Gallimard, 1961; seconde édition, Le Seuil, 1976, et rééditions ultérieures, Collection Point Sagesses.
  • Regards sur les mondes anciens, Éditions Traditionnelles, 1968 ; deuxième édition, Nataraj, 1997
  • Logique et transcendance, Éditions Traditionnelles, 1970.
  • Forme et substance dans les religions, Dervy-Livres, 1975.
  • L'Ésotérisme comme principe et comme voie, Dervy-Livres, 1978.
  • Von der inneren Einheit der Religionen (traduction par l'auteur de De l'Unité transcendante des Religions), Ansala- Verlag, 1979.
  • Le Soufisme, voile et quintessence, Dervy-Livres, 1980.
  • Christianisme/Islam : visions d'œcuménisme ésotérique, Arché, 1981.
  • Du Divin à l'humain, Le Courrier du Livre, 1981.
  • Sur les traces de la religion pérenne, Le Courrier du Livre, 1982.
  • Approches du phénomène religieux, Le Courrier du Livre, 1984.
  • Résumé de métaphysique intégrale, Le Courrier du Livre, 1985.
  • Avoir un centre, Maisonneuve & Larose, 1988.
  • Racines de la condition humaine, La Table Ronde, 1990.
  • Les Perles du pèlerin, Le Seuil, 1991.
  • Images of Primordial and Mystic Beauty, Paintings by Frithjof Schuon, Abodes, 1992.
  • Le Jeu des Masques, L'Âge d'Homme, 1992.
  • La Transfiguration de l'Homme, Paris, L'Âge d'Homme, 1995.
  • Road to the Heart (poésies en anglais), World Wisdom Books, 1995.
  • Trésors du Bouddhisme, Nataraj, 1997.
  • Liebe, Verlag Herder, 1997.
  • Leben, Verlag Herder, 1997.
  • Glück, Verlag Herder, 1997.
  • Sinn, Verlag Herder, 1997.
  • Le Soleil de Plumes, Art et Philosophie des Indiens des plaines (à paraître en 2016 aux éditions Hozhoni).
  • Adastra & Stella Maris, Les Sept Flèches, 2001.
  • Feuilles d'automne & L'anneau, Les Sept Flèches, 2002.
  • Chants sans noms I-XII, Les Sept Flèches, 2002-2004.
  • La roue cosmique I-VII, Les Sept Flèches, 2004-2005.
  • Méditation primordiale, Les Sept Flèches, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frithjof Schuon, Dossier conçu et dirigé par Patrick Laude et Jean-Baptiste Aymard, Les Dossiers H, Ed. de l’Age d’Homme, Lausanne, 2002.
  • CASEY Jennifer, Frithjof Schuon: Messenger of the Perennial Philosophy, 2012 (biographie en vidéo).
  • Frithjof Schuon et Thierry Béguelin (éd.), Vers l'Essentiel: Lettres d'un Maître spirituel, Lausanne, Editions Les Sept Flèches, 2013, 235 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jennifer Casey, Frithjof Schuon: Messenger of the Perennial Philosophy, DVD, 2012
  2. Frithjof Schuon, Vers l'Essentiel, Lausanne, Editions Les Sept Flèches, , 235 p. (ISBN 9782970032588)

Liens externes[modifier | modifier le code]