Santeny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Santeny
Santeny
Mairie de Santeny.
Blason de Santeny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Créteil
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Grand Paris Sud Est Avenir
Maire
Mandat
Vincent Bedu
2020-2026
Code postal 94440
Code commune 94070
Démographie
Gentilé Santenois
Population
municipale
3 775 hab. (2017 en augmentation de 3,4 % par rapport à 2012)
Densité 381 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 33″ nord, 2° 34′ 20″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 105 m
Superficie 9,91 km2
Élections
Départementales Canton du Plateau briard
Législatives 3e circonscription du Val-de-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Santeny
Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne
Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Santeny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Santeny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Santeny
Liens
Site web http://www.mairie-santeny.fr

Santeny est une commune française située dans le département du Val-de-Marne, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de Santeny dans le Val-de-Marne

La commune fait partie du Plateau Briard. Elle est bordée au nord par la forêt de Notre-Dame et elle est traversée par la rivière Réveillon.

Elle est située dans la banlieue sud-est de Paris, à 22 km de Notre-Dame de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la RN19 et à deux kilomètres de la Francilienne (N104).

Elle est desservie par deux lignes de bus de la SETRA : la ligne 12 à destination de Créteil/Servon et la ligne 21 à destination de Boissy-Saint-Léger/Verneuil-l'Étang via Brie-Comte-Robert.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous le nom Centeniacum en 1140, Centeni en 1155[1], Centeny, Senteny[2], Centeniacwn en 1205[1], Centigniacum en 1352[1], Saintery au XVIe siècle[3].

Une des hypothèses est que le premier possesseur du lieu est un certain romain « Centenius ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne ferme des Lyons et son colombier au centre de l'agglomération.

En 1138, un texte mentionne pour la première fois le bourg. Un groupe de chevaliers-brigands qui sévissaient dans la région a restitué à l’évêque de Paris les différentes paroisses sous leur influence dont Santeny.

En 1290, l'ordre du Temple (templiers) acquiert la seigneurie de Santeny qui appartenait alors au seigneur de Villemenon[4]. Ils étendent ainsi leur pouvoir sur toute la vallée de l'Yerre et la forêt de Sénart. De cette seigneurie dépendait également les fiefs de Cossigny et d'Ormoy (Tigery). L'ordre disparaît au début du XIVe siècle et ses biens sont dévolus aux Hospitaliers[5].

La guerre de Cent Ans n'épargne pas Santeny. Les Anglais occupent le village entre 1419 et 1439. Le village possède de nombreux fiefs dont celui de Montanglos dont le portail est toujours visible.

En 1734, Germain-Louis Chauvelin rachète le château de la Commanderie aux hospitaliers et constitue le marquisat de Grosbois.

Le village connait une ère de prospérité durant tout le XIXe siècle. Les terres briardes sont riches et fertiles. À partir de 1875, la population diminue peu à peu en raison de la disparition des vignes, et malgré la reconversion dans la culture de la rose.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[6], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-de-Marne et à son arrondissement de Créteil après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, Santeny fait partie de la troisième circonscription du Val-de-Marne

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Boissy-Saint-Léger du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-de-Marne, elle est rattachée en 1967 au canton de Villecresnes[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Santeny est intégrée au canton du Plateau briard.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était, jusqu'en 2015, membre de la communauté de communes du Plateau briard, créée en 2002.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[8].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015 prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir, qui succède notamment à la communauté de communes du Plateau briard[9].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2012, lors de l'élection présidentielle Santeny est la ville du Val-de-Marne qui a voté le plus pour le candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy.

Lors du prémier tour des municipales de 2014, la liste conduite par Jean-Claude Gendronneau (UMP) a obetnu 53,28% des suffrages exprimés, celle de Vincent Bedu (DVD), 40,86% et celle de François Pennacchioli (DIV), 5,86%[10].

La liste menée par Jean-Claude Gendronneau ayant obtenu plus de la moitié des suffrages expriés, il n'a pas été organisé de second tour.

Le maire sortant, élu depuis les élections municipales de 2001 ne se représentant pas, la liste menée par Vincent Bedu (LR) remporte le second tour des émections municipales de 2020[11] avec 52,57 %, devançant les listes menées par Sophie Del Socorro (LR, soutenue par le maire sortant, 36,78 %) et par Valérie Mayer-Blimont (LR, 10,63 %) mors d'un scrutin marqué par une abstention de 45,24 %[12],[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1974 Fernand Gauchard[14]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1989 Jean Marche   Instituteur
mars 1989 mars 2001 Josiane Castets UDF-FD  
mars 2001 juillet 2020[10] Jean-Claude Gendroneau UMPLR Président de la CC du Plateau briard (2011 → 2011 et 2014 → 2015)
juillet 2020[13] En cours
(au 6 juillet 2020)
Vincent Bedu LR Ancien chef d'entreprise

Jumelages[modifier | modifier le code]

Santeny n'est actuellement[Quand ?] jumelée avec aucune ville.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2017, la commune comptait 3 775 habitants[Note 1], en augmentation de 3,4 % par rapport à 2012 (Val-de-Marne : +3,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380366455377484451479445457
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
455460203208419411407389397
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
393394377413455511461688666
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7017742 2422 6212 8103 1403 5503 6103 651
2017 - - - - - - - -
3 775--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Santeny sont rattachés à l'académie de Créteil.

La commune possède trois établissements scolaires[Quand ?] : l'école maternelle des 40-Arpents, l'école élémentaire des 40-Arpents, et le collège Georges-Brassens.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Santeny Sports Loisirs : Football
  • Santeny Roller : Rink Hockey
  • Association culturelle et sportive santenoise : regroupement de plusieurs clubs (judo, karaté, marche, bibliothèque, peinture, club vidéo...)
  • Club de badminton
  • Santeny Solex : passionné de Solex, qui organise chaque année une course de Solex à Santeny
  • Tennis Club Santeny

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Santeny, 1868.
  • En 1920, Nicolas Nikolaïevitch de Russie (1856-1929) et son épouse s’installent dans une maison de campagne, au château de Choigny, à vingt kilomètres de Paris. Le grand-duc est constamment gardé par la police secrète française et un petit nombre de Cosaques.
  • Château dit " La Commanderie". Dès le XIIe siècle, l'ordre militaire et religieux des Templiers possède des biens sur le territoire de Santeny. Un château fort (aujourd'hui disparu) fut acheté en 1292 au chevalier Gillaume Bataille par les Templiers afin d'en faire leur commanderie. Les biens et les possessions de l'ordre passent entre les mains de l'ordre des chevaliers de Rhodes puis des chevaliers de Malte en 1530. En 1732, Chauvelin, ministre de Louis XV, achète et rase l'ancienne commanderie pour y faire construire l'actuelle propriété donnant sur rue.
  • Lavoir communal, 1881.
  • L'église Saint Germain, 1881. Complètement reconstruite en 1880, l'ancienne église remonte sans aucun doute au XIIIe siècle. Une vierge à l'enfant datant du XIVe siècle est encore visible à l'intérieur.
  • Vitrail " Vie de Saint Nicolas", XIIIe siècle, église Saint-Germain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Santeny

Les armes de Santeny se blasonnent ainsi :

D'azur à la barre ondée d'or, accompagnée en chef d'un besant du même chargé d'une croisette de Malte du champ et en pointe d'une rose aussi d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Santeny », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 5 mars 2020).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Revue de linguistique romane, volume 57, numéros 225 à 228, page 97.
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak, J.-M. Bordessoules, Origine des noms de lieux de Paris et grande couronne, page 309
  4. Alain Demurger, « Les ordres religieux-militaires: sources et pratiques », dans The Templars and their Sources, Routledge, , 420 p. (ISBN 978-1-3154-7527-1, présentation en ligne), p. 180-181
    Guillaume dit Bataille était seigneur de Villemenon et possédait en fief Santeny qu'il tenait de la comtesse de Blois.
  5. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (lire en ligne), p. 25-26
  6. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  9. Décret n° 2015-1664 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Créteil sur Légifrance.
  10. a et b Marine Legrand, « Municipales : à Santeny, vous avez le choix entre LR, LR et LR : Trois candidats Les Républicains se disputent la commune. La première adjointe, Sophie Del Soccoro, est défiée par une autre adjointe et par le leader de l’opposition », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2020) « Qui succédera à Jean-Claude Gendronneau (SE) à la tête de Santeny? Le maire du village briard, élu depuis 2001, a décidé de passer la main. Il adoube sa première adjointe, Sophie Del Soccoro (LR). Mais le chemin ne sera pas si évident pour la candidate puisque deux listes se sont dressées face à elle, menées aussi par des élus de droite (...) Têtes de liste : Sophie Del Soccoro (LR) ; Vincent Bedu (LR) ; Valérie Mayer-Blimont (LR) ».
  11. Marine Legrand, « Municipales 2020 : à Santeny, trois candidats LR veulent succéder au maire : Situation inattendue dans le village briard, où trois élus actuels se disputent la succession de Jean-Claude Gendronneau », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020). « Le maire Jean-Claude Gendronneau (SE), élu depuis 2001, a décidé de raccrocher les crampons en mars 2020. La nature ayant horreur du vide, trois élus n'ont pas tardé à déclarer leurs candidatures, dont deux issus de la majorité. Et tous ont la même étiquette politique : LR »
  12. Résultats du 1er tour : Marine Legrand, « Municipales dans le Val-de-Marne : un vent de dégagisme souffle sur le Plateau briard : Guille perd la mairie à Villecresnes, Gerinte est distancée à Marolles ; Perrault, Urlacher et Gendronneau passent la main à leurs poulains parfois avec difficulté », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020) « À Santeny, la première adjointe est deuxième. Sophie Del Socorro (LR), qui avait obtenu le soutien du maire sortant Jean-Claude Gendronneau (SE), arrive sur la deuxième marche du podium avec 36,51 % des suffrages. C'est Vincent Bedu (LR) chef de file de l'opposition, qui rafle la première position avec 44,96 % des votes. Valérie Mayer-Blimont (LR) est 3 e avec 18,52 %. « Il m'a manqué 70 voix pour passer au premier tour, constate-t-i ».
  13. a et b Marine Legrand, « Val-de-Marne : voici les cinq nouveaux maires du plateau briard : Mandres-les-Roses, Marolles-en-Brie, Périgny-sur-Yerres, Santeny et Villecresnes ont élu de nouveaux maires. Mais le plateau briard conserve son ancrage de centre droit. Portraits de ces élus aux parcours parfois étonnants », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020) « Vincent Bedu, 64 ans, est le nouveau maire de Santeny (52,57 %) ».
  14. « Val-de-Marne : Martine, 90 ans, élucide le mystère de l’arsenal à la maison de retraite », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne)
    « La fille de Fernand Gauchard, maire de Santeny de 1944 à 1974, a habité pendant 32 ans la belle maison bourgeoise »
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.