Marolles-en-Brie (Val-de-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marolles et Marolles-en-Brie (Seine-et-Marne).
Marolles-en-Brie
L'église Saint-Julien-de-Brioude.
L'église Saint-Julien-de-Brioude.
Blason de Marolles-en-Brie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Créteil
Canton Villecresnes
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Sylvie Gerinte
2014-2020
Code postal 94440
Code commune 94048
Démographie
Gentilé Marollais
Population
municipale
4 777 hab. (2014)
Densité 1 041 hab./km2
Population
aire urbaine
5 060 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 57″ nord, 2° 33′ 03″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 102 m
Superficie 4,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Marolles-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Marolles-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marolles-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marolles-en-Brie
Liens
Site web mairie-marolles.fr/

Marolles-en-Brie est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Plateau briard. Au nord de la commune se trouve le bois Notre-Dame et elle est traversée par la rivière le Réveillon.

Localisation de Marolles-en-Brie dans le Val-de-Marne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sucy-en-Brie Rose des vents
Boissy-Saint-Léger N Santeny
O    Marolles-en-Brie    E
S
Villecresnes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre seigneuriale appartenait, en 1088, à Dreux III de Mellot, archidiacre de l'église de Paris. Il la donna, en 1097 à des religieuses, et leur bâtit un prieuré qui existait encore à la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Bâtiment de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1815 1820 Pierre Duclos    
1820 1825 Florian Guittard    
1825 1827 Claude Bontemps    
1827 1832 André Fournier    
1832 1842 Jean Guérin    
1843 1853 Louis Letourneur    
1853 1871 Pierre Duclos    
1871 1873 Charles Mazerot    
1873 1884 Pierre Duclos    
1884 1892 Magloire Coudray    
1892 1900 Edouard Sanglier    
1901 1907 Alfred Coudray    
1907 1919 Paul Bezançon    
1919 1935 Charles Boivin    
1935 1959 Pierre Bezançon    
1959 1995 Paul Redon UDF  
1995 2014 Alain Josse DVG  
2014 en cours Sylvie Gérinte UMP  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La ville, qui participe depuis plusieurs années au concours villes fleuries, possède trois fleurs.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 777 habitants, en diminution de -4,46 % par rapport à 2009 (Val-de-Marne : 3,41 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140 185 228 218 235 233 250 250 249
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
209 219 249 225 211 238 215 214 214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
234 234 250 253 281 318 276 244 311
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
309 493 501 1 501 4 606 5 191 5 057 4 806 4 777
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Marolles-en-Brie sont rattachés à l'académie de Créteil. La commune possède trois établissements scolaires : l'école maternelle des Buissons, l'école élémentaire des Buissons, et l'école maternelle et élémentaire de la Forêt.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune est riche culturellement : elle compte parmi ses bâtiments une des résidences secondaires des parents de l'Impératrice Sissi (Élisabeth d'Autriche, épouse de François-Joseph). Elle compte également une très ancienne église, l'église Saint-Julien-de-Brioude, au prieuré Saint Arnould, construit au XIe siècle.

L'église Saint-Julien-de-Brioude[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Julien-de-Brioude a été construite dans la première moitié du XIIe siècle sur l'emplacement d'une chapelle carolingienne du IXe siècle. Certains de ses éléments architecturaux sont encore romans mais d'autres témoignent de l'apparition du style gothique. Elle a été classée monument historique le 24 avril 1909.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le bourreau Charles-Henri Sanson, qui fit tomber à de nombreuses reprises le couperet de la guillotine, notamment sur celle de Louis XVI, est peut être originaire de cette ville[réf. souhaitée].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Armes de Marolles-en-Brie

La croix : à motif de pierres à cercles concentriques, elle surmonte l'absidiole sud de l'église Saint-Julien-de-Brioude de Marolles. Les fers à cheval : avec les fermes (aujourd'hui disparues), le centre hippique régional des Bagaudes et le centre d'entraînement de Grosbois, Marolles est placé sous le signe du cheval. L'arbre : c'est le chêne à casse-croûte, situé près du collège. Il était le lieu de rendez-vous des ouvriers agricoles pour la pause "casse-croûte".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]