Mastaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mastaing
Mastaing
Mairie.
Blason de Mastaing
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Ludovic Aiguier
2020-2026
Code postal 59172
Code commune 59391
Démographie
Population
municipale
889 hab. (2021 en augmentation de 5,33 % par rapport à 2015)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 26″ nord, 3° 18′ 17″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 67 m
Superficie 5,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Denain
Législatives Dix-neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mastaing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mastaing
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Mastaing
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Mastaing

Mastaing est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau de Mastaing

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mastaing
Émerchicourt Abscon
Mastaing Rœulx
Marquette-en-Ostrevant Bouchain

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs canaux liés à la centrale thermique de Bouchain traversent la commune avant de se rejeter dans le canal de l'Escaut, situé à l'ouest de son territoire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Maxtin, cartulaire de l'Abbaye de Saint-Vaast; 673. Masteng, tournoi d'Anchin; 1096. Mastingeium, cartulaire de Marchiennes; 1123[1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 710 mm, avec 12,5 jours de précipitations en janvier et 9,4 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Douai à 17 km à vol d'oiseau[4], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 729,2 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mastaing est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (87 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,8 %), zones urbanisées (7,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,6 %), prairies (0,9 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 101 du réseau Transvilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Jauche est retrouvée de longue date à Mastaing, son fief de base. En 1318, Jean de Jauche, sire de Mastaing et de Sassegnies est cité dans un acte : il projette de réaliser un pèlerinage en Terre sainte[14].

En , par lettres données à Madrid, la terre et seigneurie de Mastaing en Hainaut est érigée en comté pour Philippe de Jauche, seigneur de Mastaing, Hermez, Brugelet et Marie-Lierde. Il a pour armes « De gueules à la fasce d'or »[15].

Vers 1700, Mastaing appartient à la famille Taviel. Augustin Taviel (1688-avant 1773), fils de Jean-Baptiste, seigneur de Grimaretz, bourgeois de Lille, échevin de Lille, lieutenant général de la gouvernance de Lille et de Marie-Anne de Lannoy, nait à Lille en septembre 1688 (baptisé le ), est seigneur de Mastaing. Reçu avocat à Douai le , il devient bourgeois de Lille le , a un fils illégitime né à Lille en octobre 1717 et meurt avant 1773. Il se marie d'abord à Lille le avec Marie-Catherine Imbert, (1696-1732), dame des Mortelettes, née le , morte à Lille le , puis prend pour femme à Lille le , Marie-Agnès Beauchamp, fille de Simon-Pierre, maître brodeur et de Philippe Lustang. Elle nait à Lille en février 1714 (baptisée le ) et se remarie le avec Joseph-Léandre de Madre, seigneur de Kerckove[16].

Marie-Lucie Taviel (1678-1754) est dame de Mastaing. Sœur d'Augustin, elle nait à Lille en août 1678 (baptisée le ), et meurt le , à 76 ans. Elle a épousé après 1724, Ignace-Nicolas-Bernard de Crombeen, écuyer, seigneur de Terbecke, fils d'Ignace-Bernard et de Marguerite-Thérèse d'Hons. Il nait à Courtrai, devient bourgeois de Lille le , après avoir été anobli en 1720[17].

Augustin-Didier Taviel (1745-1802), fils d'Augustin, est seigneur de Mastaing. Il nait le , est baptisé à Dijon le . Il devient administrateur de la charité générale de Lille (la ville de Lille connait alors plusieurs hospices, hôpitaux accueillant les malades, déshérités etc., il coordonne cette activité), est nommé échevin de la prévôté d'Esquermes le . Il meurt le . Il prend pour femme à Lille le Sabine-Joseph Fry (1746-1823), fille de Pierre-Ignace et de Marie-Catherine Hoel. L'épouse nait à Lille en mars 1746 (baptisée le et meurt à Lille le , à 77 ans. Augustin-Didier Taviel lors de son mariage reconnait deux enfants[18]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Huart, maire de 1965 à 2017

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la dix-neuvième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bouchain [19]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Denain.

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, créée fin 2001.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire de 1802 à 1807 : Lefebvre[20],[21].

Titulaires de la fonction de maire de MastaingVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Clément-Albert-Nicolas Coquelle (d)
( - )
Jean-Marie Huart (d)[22],[23],[24],[25]
( - )

(mort en cours de mandat)
52 ans et 1 mois divers droite
Ludovic Aiguier (d)[26],[27],[28]
(né le )
En cours6 ans, 11 mois et 23 jours
Charles Camille Coquelle (d)
(mort le )

Labels[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[32].

En 2021, la commune comptait 889 habitants[Note 2], en augmentation de 5,33 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
489523580648742788830809786
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
819850855835835841830861867
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
971998938940914905844898963
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
871809798825878910920848877
2021 - - - - - - - -
889--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,3 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 448 hommes pour 429 femmes, soit un taux de 51,08 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,9 
3,8 
75-89 ans
7,7 
21,2 
60-74 ans
22,6 
19,6 
45-59 ans
22,4 
20,1 
30-44 ans
18,4 
14,7 
15-29 ans
12,6 
20,1 
0-14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Mastaing se blasonnent ainsi :« De gueules à la fasce d'or accompagnée en chef d'une divise vivrée du même. »

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Thelliez (abbé), Histoire de Mastaing. 1re partie, Les seigneurs, la seigneurie et comté de Mastaing, impr. de H. Mallez et Cie (Cambrai), (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page 408 - Statistique archéologique du Département du Nord - seconde partie - 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Mastaing et Douai », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VIII, Année 1318.
  15. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 227, lire en ligne.
  16. Paul (1874-19 ) Auteur du texte Denis Du Péage, Recueil de généalogies lilloises. Tome 2 / par Paul Denis Du Péage,..., 1906-1909 (lire en ligne), p. 591-593.
  17. Paul (1874-19 ) Auteur du texte Denis Du Péage, Recueil de généalogies lilloises. Tome 2 / par Paul Denis Du Péage,..., 1906-1909 (lire en ligne), p. 591.
  18. Paul (1874-19 ) Auteur du texte Denis Du Péage, Recueil de généalogies lilloises. Tome 2 / par Paul Denis Du Péage,..., 1906-1909 (lire en ligne), p. 593.
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  21. « Annuaire statistique du département du Nord Année 1807 », p. 140-141 (images 170-171)..
  22. Mylène Brieux, « Mastaing : le maire, Jean-Marie Huart, est décédé », L'Observateur du Valenciennois,‎ (lire en ligne) :

    « La petite commune de Mastaing est en deuil. Ses quelques 800 habitants ont perdu ce jour Jean-Marie Huart, maire depuis 1965. Il avait 77 ans. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  23. « Jean-Marie Huart élu pour un nouveau mandat », L'Observateur du Valenciennois, no 708,‎ , p. 21Voir et modifier les données sur Wikidata
  24. Annuaire des mairies du Nord (préf. Christian Poncelet et Jean-Louis Debré), Les Éditions Céline, , 282 p. (ISBN 2-35258-159-1), p. 175 :

    « Appartenance politique : DVD »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  25. Guide économique du Nord-Pas-de-Calais, La Voix du Nord, , 320 p. (ISBN 2-84393-090-1), p. 259Voir et modifier les données sur Wikidata
  26. S. C. et Th. To., « Ludovic Aiguier, héritier élu de Jean-Marie Huart : Ludovic Aiguier a été élu sans grande surprise maire de Mastaing, ce vendredi soir, un peu plus d’un mois après le décès de Jean-Marie Huart, à l’âge de 77 ans », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « L’état de santé chancelant du maire avait conduit celui qui était devenu son premier adjoint à peine entré au conseil municipal, en 2014, à plus ou moins gérer les affaires courantes ces derniers mois. Il y a une vraie logique à voir aujourd’hui Ludovic Aiguier, qui était le délégué de la commune à la Porte du Hainaut (et le restera), à devenir maire. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  27. Mylène Brieux, « Mastaing : Ludovic Aiguier succède à Jean-Marie Huart en tant que maire », L'Observateur du Valenciennois,‎ (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  28. Véronique Bertin et Thierry Tonneaux, « Ludovic Aiguier, une force tranquille à la tête de la commune », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Depuis vendredi, Ludovic Aiguier est le nouveau maire de Mastaing. Ce directeur d’agence bancaire de 44 ans, père de deux enfants, aura une ligne de conduite pour ce mandat : « Ne jamais rien lâcher ». Cet éternel optimiste est bien décidé à travailler à la mairie, comme il le fait à la banque, en équipe »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  29. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  30. Un beau village fleuri
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Mastaing (59391) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  36. Notice no PA00107744, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.