Avesnes-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avesnes (homonymie).

Avesnes-le-Sec
Avesnes-le-Sec
Une rue proche de l'église.
Blason de Avesnes-le-Sec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Canton Denain
Intercommunalité Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Éric Delvaux
2014-2020
Code postal 59296
Code commune 59038
Démographie
Gentilé Avesnois, Avesnoises
Population
municipale
1 483 hab. (2015 en augmentation de 9,2 % par rapport à 2010)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ 01″ nord, 3° 22′ 42″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 77 m
Superficie 10,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Avesnes-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Avesnes-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avesnes-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avesnes-le-Sec

Avesnes-le-Sec est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Avesnes-le-Sec est situé au sud-est du département du nord à 18,6 km de Valenciennes, 14,4 km de Cambrai et 70 km de Lille[1].

Communes limitrophes d’Avesnes-le-Sec
Lieu-Saint-Amand Noyelles-sur-Selle Haspres
Hordain Avesnes-le-Sec Haspres
Iwuy Villers-en-Cauchies Villers-en-Cauchies

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’explication étymologique la plus répandue est celle qui donne pour origine à Avesnes-le-Sec le latin avena, c’est-à-dire avoine, lieu planté d’avoine ou terre maigre (Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboeck, 1960). Mais une double objection peut être avancée : d’une part, y-eut-il davantage d’avoine à Avesnes-le-Sec que dans les communes voisines, au point de transférer cette culture au toponyme même du site ? D’autre part, le mot latin avena ne comporte pas le /s/ intérieur que l’on trouve dans toutes les formes du nom du village, même si cette consonne est muette dans la graphie actuelle[2].

Il convient d’observer les formes anciennes du site, rapportées dans des actes officiels dont le plus ancien est un document daté du 25 juin 775 signé par Charlemagne et qui confirme les propriétés de l’abbaye de Saint-Denis près de Paris (Ch. Duvivier, Recherches sur le Hainaut ancien , 1866, codex 10). Le nom du village y est consigné sous la graphie Avisinas. Trois siècles plus tard, une charte de l’évêque Liébert en 1057 qui rappelle les possessions de l’abbaye de Saint-Aubert de Cambrai, mentionne villa Rainardi, villa Andra et villa Tiletum pour désigner les domaines de Rheinard, d’André, et la ferme des tilleuls (c’est-à-dire les villages actuels de Villers-Outreaux, Saint-Aubert et Tilloy-en-Cambrésis). Sur ces exemples, il est légitime d’émettre l’hypothèse, pour Avesnes-le-Sec, d’un prototype (non attesté dans des actes officiels) du genre villa Avisius, ou villa Aviso, qui aurait désigné la propriété d’un certain Avisius ou Aviso, personnage romain ou gallo-romain[3].

Par la suite, le mot villa aurait disparu comme il a été effacé dans les trois toponymes précédemment cités, et remplacé par le suffixe –inus ou –inas ajouté au patronyme pour marquer la propriété. Ainsi villa Avisius est devenu Avisius + inas = Avisinas (cf. diplôme de Charlemagne, 775). Cette formation est très fréquente puisqu’elle a engendré un grand nombre de localités : Valentius + inas = Valentianas (Valenciennes), Marcius + inas = Marcianas (Marchiennes). Ailleurs, ce sont d’autres suffixes qui ont été utilisés : Bulco + inius = Bulcinius (Bouchain), Camarus + (i)acum = Camaracum (Cambrai), etc. Dans tous ces cas, il s’agit d’un anthroponyme construit sur le nom propre d’un propriétaire. En effet, une des façons les plus simples de désigner un lieu n’est-il pas d’en nommer le propriétaire ? (Denise Poulet, professeur à l’université de Lille III, Les noms de lieux du Nord-Pas-de-Calais, 1997, p. 162)[3].

Pour Avesnes-le-Sec, le domaine d’Avisius correspondrait à la villa édifiée par les Romains après la conquête de la Gaule par Jules César, et dont d’importants vestiges en pierres blanches ont été mis au jour en 1880 par les abbés Dehaisnes et Bontemps (Histoire d’Iwuy, in Bulletin de la Commission historique du département du Nord, t. XVIII, 1888)[3].

Les autres localités portant le nom d’Avesnes dans le Nord et le Pas-de-Calais mais aussi dans la Somme, la Seine, l’Hérault et la Sarthe, proviennent de formes anciennes divergentes et différentes de celle d’Avesnes-le-Sec. L’évolution de leurs formes respectives a abouti à des similitudes qui ont rendu nécessaire, pour différencier ces toponymes (vers le XIe ou XIIe siècle), l’adjonction des suffixes -le-Sec, -lez-Aubert, -Chaussoy, -sur-Helpe, -le-Comte, etc. (voir Avesnes-Chaussoy)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1057, l'évêque Liebert donna aux chanoines de Saint-Aubert de Cambrai, altare de Avesnis siccis
  • 1384, le comte de Hainaut, Albert Ier de Bavière exempta tout étranger venant habiter à Avesnes-le-Sec du droit de meilleur cattel.
  • 17 juillet 1712, les Anglais, après s'être séparés des alliés austro-hollandais, campent à Avesnes-le-Sec. Le 23, lors de la Bataille de Denain le Maréchal de Villars s'installe dans le moulin comme point d'observation de la plaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Henri Levant PCF  
mars 2008 Michel Poulain    
Mars 2008 Mars 2014 Jean-Michel Tison    
Mars 2014 en cours Eric Delvaux DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 1 483 habitants[Note 1], en augmentation de 9,2 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9721 2591 5161 6071 5671 6171 6871 6111 690
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 7281 6311 6411 7341 7851 8381 8421 8511 840
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 8751 8881 4561 5931 5801 5401 5091 6451 663
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
1 6181 5841 4861 3891 2811 3351 3431 3501 430
2015 - - - - - - - -
1 483--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Avesnes-le-Sec en 2007 en pourcentage[9].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
1,2 
7,0 
75 à 89 ans
10,2 
12,4 
60 à 74 ans
15,7 
18,2 
45 à 59 ans
17,8 
21,8 
30 à 44 ans
21,2 
16,8 
15 à 29 ans
16,0 
23,5 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[10].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Le village a à sa disposition une pharmacie ainsi que de deux médecins et d'un pôle santé

Enseignement[modifier | modifier le code]

Avesnes-le-Sec fait partie de l'académie de Lille. Elle dispose d'une école primaire avec six classes.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le village est doté d'une église.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts des guerres 1914-1918 et 1939-1944. Situé rue Rouget-de-Lisle, à gauche à côté de la mairie. Descriptif : un personnage féminin symbolisant la patrie, coiffé d’un voile et longuement drapé, la tête légèrement inclinée sur la gauche, tient à la main une couronne de lauriers et serre dans ses bras un drapeau dont la hampe est brisée. À ses pieds, un casque et un étui à douilles. Le monument commémoratif, d’une hauteur totale de 4 m,80, consiste en une statue en pierre blanche, posée sur un piédestal autrefois entouré d’une chaîne retenue par huit obus. Le piédestal porte, sur la face principale, l’inscription suivante, disposée autour d’une palme et d’une croix de guerre : « Aux enfants / d’Avesnes-le-Sec / morts / pour / le Droit / et la / Liberté / 1914 – 1914 ». Le nom du statuaire est gravé sur le côté droit de la terrasse de la statue. L’inauguration a dû avoir lieu dans le courant de l’année 1922. Le marché pour l’exécution de la statue a été conclu le 13 mars 1920 entre A. Bury, maire d’Avesnes-le-Sec, et le sculpteur Paul Capellaro, de Paris. Le dessin du projet fut dressé et approuvé par le maire, l’architecte et le statuaire le 10 août 1920. Le procès-verbal d’adjudication pour les travaux du piédestal et du socle a été signé le 8 février 1921 par G. Rigot, architecte communal et Oscar Devémy, entrepreneur à Avesnes-le-Sec. (sources : archives d’Avesnes-le-Sec aux ADN, réf. 2 O-37/53 : 1921-1923 et 2 0-37/139 : 1921-1923. Les pièces sont consultables sur https://monumentsmorts.univ-lille.fr/monument/54/ avesnes-le-sec). La liste des 83 noms inscrits sur les faces latérales du monument est consultable sur le site internet MemorialGenWeb (relevé n° 36121).

Monument aux morts de la guerre 1870-1871. Situé à côté de l’église. Descriptif : haute stèle en pierre blanche posée sur un socle qui porte, sur sa face principale, une large palme, et est ceint de quatre bornes en pierre reliées par des barres métalliques. Sur la stèle sommée d'une croix, est gravée cette inscription : Aux enfants / d’Avesnes-le-Sec / morts / pour / la patrie / 1870 - 1871.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieu de séjour de Manfred von Richthofen, dit le baron rouge[réf. nécessaire]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Avesnes-le-Sec (59) Nord-France.svg

Les armes d'Avesnes-le-Sec se blasonnent ainsi : « De sinople au chevron d'argent accompagné de trois étoiles du même. »

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Toponymie : André Bigotte, « Avesnes-le-Sec est-il un anthroponyme », Valentiana, nos 37/38,‎ , p. 13-20 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]