Marly (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marly
Marly (Nord)
La mairie.
Blason de Marly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valenciennes Métropole
Maire Jean-Noël Verfaillie
Code postal 59770
Code commune 59383
Démographie
Gentilé Marlytrons ou Marlisiens
Population
municipale
11 855 hab. (2017 en augmentation de 3,55 % par rapport à 2012)
Densité 1 475 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 20′ 59″ nord, 3° 32′ 42″ est
Altitude Min. 29 m
Max. 70 m
Superficie 8,04 km2
Élections
Départementales Canton de Marly
(bureau centralisateur)
Législatives Vingtième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Marly
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Marly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marly
Liens
Site web www.marly.fr/

Marly, également connue sous le nom de Marly-lez-Valenciennes, est une commune française de la banlieue de Valenciennes, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Marly est une commune de plus de 12 000 habitants située à la limite de Valenciennes.

Entourée de nombreuses zones industrielles[réf. nécessaire], Marly est une ville au fort potentiel économique[réf. nécessaire].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • Centre
  • La Briquette
  • Les Floralies
  • Les Fontinettes
  • Le Petit Cavin
  • La Rhônelle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Marlysiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, cette localité appartient à la banlieue de Valenciennes, sur laquelle cette dernière a autorité directe[1].

Le eut lieu le combat de Marly pour dégager Valenciennes qui était assiégée. Marly fut incendié de fond en comble par les troupes Alliées, et une infinité d'habitants furent brûlés ou ensevelis sous les ruines de leurs maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Marly a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[2].

Elle fait partie de la communauté d'agglomération Valenciennes Métropole, qui regroupe 35 communes et 191 000 habitants, en 2006.

À la suite du redécoupage cantonal de 2014 défini par la loi du [3] le bureau centralisateur de la commune de Marly devient le bureau centralisateur du canton Marly comprenant les communes suivantes : Condé-sur-l'Escaut, Crespin, Curgies, Estreux, Hergnies, Marly, Odomez, Préseau, Quarouble, Quiévrechain, Rombies-et-Marchipont, Saint-Aybert, Saultain, Sebourg, Thivencelle, Vicq, Vieux-Condé[4].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

À la suite des élections municipales de 2014, qui ont vu la réélection de Fabien Thiémé, un recours est formé par son opposant, Jean-Noël Verfaillie, chef de la liste d'union de la droite, qui alléguait de nombreuses irrégularités. Le TA de Lille a annulé ces élections le en raison du collage, pendant la campagne électorale, d’affichettes « anonymes, contenant des imputations injurieuses et diffamatoires mettant en cause la vie privée de M. Verfaillie (…) ainsi que la probité de deux de ses colistières, [qui] ont été apposées sur au moins deux emplacements réservés à l’affichage électoral dont l’un situé près d’un bureau de vote », et de l'impact que ces manœuvres ont pu avoir sur les électeurs, compte tenu de l'écart de voix réduit qui séparaient les deux listes (46 voix)[5]. Compte tenu de l'appel formé devant le Conseil d'État par l'équipe élue, qui estime que « le motif invoqué par le tribunal administratif (...) ne laisse aucun doute sur notre honnêteté, notre intégrité et notre légitimité à continuer à travailler sereinement avec et dans l’intérêt des Marlysiennes et Marlysiens », celle-ci reste en place jusqu'à la décision de cette haute juridiction[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, Marly a notamment pour maires Jean-Baptiste Monchicourt, Alexis-François-Joseph Lévêque, Émile Seutin et Émile Weill-Mallez. Ce dernier, Républicain puis Radical, est un industriel qui a été député de la 1re circonscription de Valenciennes de 1893 à 1902 et conseiller général du canton de Valenciennes-Est de 1892 à 1902.

Oscar Carpentier, ouvrier métallurgiste et syndicaliste a été conseiller général du canton de Valenciennes-Est de 1937 à 1940 et de 1945 à 1949. Fabien Thiémé, maire depuis , ancien fraiseur, a été notamment conseiller général de ce même canton de 1988 à 1992 puis de 1998 à 2015, et député de la 21e circonscription du Nord de 1988 à 1993. Réélu pour le mandat 2014-2020, l'élection est annulée par le tribunal administratif de Lille[7] et il est réélu en )[8]. Il meurt en cours de mandat le . Jérôme Leman est élu maire par intérim avec dix-neuf voix le

Titulaires de la fonction de maire de MarlyVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Jean-Baptiste Monchicourt (d)
( - )
Émile Seutin (d)
Alexis-François-Joseph Lévêque (d)
( - )
Émile Weill-Mallez
( - )
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)
Oscar Carpentier (d)
( - )
5 ans Parti communiste français
Oscar Carpentier (d)[9]
( - )
26 ans Parti communiste français
Guy Ville (d)
( - )
13 ans et 4 mois Parti communiste français
Jean-Claude Rorive (d)[10]
( - )
4 ans et 8 mois Parti communiste français
Philippe Duée (d)[11]19 ans divers droite
Fabien Thiémé[12],[13],[14],[15],[16]
( - )

(mort en cours de mandat (en))
11 ans et 9 mois Parti communiste français
Par intérim :
Jérôme Leman (d)[17],[18]
(né le )
5 mois et 25 jours divers gauche
Jean-Noël Verfaillie (d)
(né le )
En cours3 mois et 22 jours divers droite

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[19],[Note 1]

En 2017, la commune comptait 11 855 habitants[Note 2], en augmentation de 3,55 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
6827167571 0061 1061 1131 2581 3371 449
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 5321 5191 4541 6521 8712 2062 4242 8633 127
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 1363 5463 4774 2465 0755 0435 0055 8477 435
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
13 11415 39014 32012 08111 66611 91511 64611 49511 855
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Marly en 2007 en pourcentage[22].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,2 
75 à 89 ans
8,9 
12,3 
60 à 74 ans
14,5 
18,7 
45 à 59 ans
19,8 
19,9 
30 à 44 ans
18,6 
21,6 
15 à 29 ans
19,4 
22,0 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[23].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • école de musique
  • cinq écoles élémentaires
  • six écoles maternelles
  • un collège
  • un lycée d'enseignement professionnel.
  • le Centre de Formation des Apprentis du Bâtiment et des Travaux-Publics (CFA-BTP)

Le Centre de Formation du Bâtiment et des Travaux Publics (CFA-BTP) est implanté sur la commune depuis 1962. Il accueille aujourd'hui près de 1000 apprentis qui y préparent, en apprentissage, les diplômes du CAP (Certificat d'Aptitude Professionnelle), du BP (Brevet Professionnel), du Bac-Pro et du BTS. Le CFA prépare aux métiers de l'installation sanitaire et thermique (plombier-chauffagiste), de l'électricité, de la couverture, de la maçonnerie et du carrelage, du bois (menuisier, ébéniste), de la peinture et de la plâtrerie, de la construction de routes et de canalisations. Il met en œuvre une pédagogie basée sur la réalité du travail du jeune en entreprise, accueille également des adultes en formation, dispose d'un restaurant et d'équipements d'animation. Les apprentis peuvent également bénéficier de périodes de formation en entreprise en Europe, notamment en Finlande ou en Écosse. Il fait partie de l'association BTP-CFA Nord-Pas-de-Calais.

Sports[modifier | modifier le code]

  • La patinoire
  • Le golf
  • Salle Maurice-Schumann (derrière la salle Gosselin)
  • Tennis (Stade Denayer), avenue Henri-Barbusse
  • Stade Denayer, rue Gilles-Fabry, où jouent le club de football de la ville et le club de rugby de Valenciennes.
  • Stade Masnaghetti, rue de Champagne
  • Boulodrome, rue Roger-Salengro
  • Salle Raymond-Dumont, rue Gilles-Fabry
  • Salle Gosselin, avenue Henri-Barbusse
  • Salle du Caillou, rue des Violettes
  • Stade Papin, rue Roger-Salengro
  • Salle Louis-Aragon, rue de Champagne

Médias[modifier | modifier le code]

Un impressionnant château d'eau dans la zone industrielle des Dix Muids est muni d'émetteurs TV et radio pour notamment couvrir tout le Valenciennois pour France 5 et M6 à une PAR de 6 kW mais aussi la TNT (Télévision Numérique Terrestre) depuis le .

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone Industrielle des Dix Muids
  • Zone d'Activités de la Rhônelle
  • Zone Industrielle N°2
  • Espace Création d'Entreprise

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le moulin Souverain, édifice datant du XIIIe siècle, a reçu une restauration récente : il abrite aujourd'hui l'atelier du moulin pour amateurs de peinture.
  • Chapelle Saint-François-d'Assise (1972)[24].
  • La ferme de l'abbaye de Fontenelle, comportant un porche monumental datant de 1781 et surmonté d'une tour carrée, au 48 rue Camélinat (quartier de la Briquette) (Photo du porche de la ferme).
  • Le carillon : inauguré le , il est situé au grenier de la mairie. Il possède 18 cloches.
  • La chartreuse Notre-Dame de Macourt, de Marly-lès-Valenciennes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le tristement célèbre Antoine-Joseph Moneuse, chef de la bande du Capitaine Moneuse est né à Marly en 1768.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Marly (59) Nord-France.svg

Les armes de Marly se blasonnent ainsi :

D'or à la croix de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphanie Pirez-Huart, « Divisions socio-politiques et occupation de l’espace. L'exemple de Valenciennes au bas Moyen Age », Divisions urbaines. Représentations, mémoires, réalités,‎ , p. 195-216
  2. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  3. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 19 février 2015)
  4. Décret no 2014-167 du 17 février 2014
  5. Bernard Défontaine, « Marly : des affichettes anonymes ont fait annuler les élections », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2014).
  6. S. K., « Thiémé saisit le Conseil d’État à la suite de l’annulation du vote », L'Observateur du Valenciennois, no 737,‎ , p. 12.
  7. Bernard Défontaine, « Marly : Fabien Thiémé fait appel : Réélu maire de Marly le 23 mars dernier, Fabien Thiémé (PCF), avec ses colistiers, fait appel de la décision du tribunal administratif d’annuler les élections municipales. », La Voix du Nord,‎
  8. Gérald Rossi, « Fabien Thiémé réélu maire de Marly », sur humanite.fr, (consulté le 11 mai 2018)).
  9. Yves Le Maner, « Carpentier Oscar », Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, Paris, Éditions de l'Atelier,‎ (lire en ligne) :

    « Élu maire de Marly à la tête de la liste communiste lors des élections municipales de 1935. [...] Revenu à Marly en 1945. [...] Rétabli dans ses fonctions de maire dès son retour, il le demeura jusqu’en 1971. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  10. S. L., « Marly : Jean-Claude Rorive, ancien maire, est décédé », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne) :

    « Comme ses prédécesseurs, Oscar Carpentier et Guy Ville, il s’est engagé pour sa ville ; 36 années au conseil municipal dont 11 en qualité de premier adjoint aux finances, et maire de 1984 à 1989. «  Un élu accessible et dévoué », disent ces Marlysiens. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  11. « À Marly, Philippe Duée riposte », L'Observateur du Valenciennois,‎ (lire en ligne) :

    « Philippe Duée et les conseillers d'opposition ont donc défendu ardemment leur bilan financier précédent. Mais les chiffres de l'audit sont tout de même là. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  12. « Le maire de Marly, Fabien Thiémé est décédé », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne) :

    « Membre du Parti communiste Français, il était le maire de Marly depuis mars 2008. Il fut également conseiller général du canton de Valenciennes-Est de 1988 à 1992 et de 1998 à 2015, et conseiller régional de 1998 à 2004. Fabien Thiémé fut aussi le député de la 21e circonscription du Nord de 1988 à 1993. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  13. Noémie Javey, « Le maire de Marly et ancien député du Nord, Fabien Thiémé, est mort », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne) :

    « Fabien Thiémé était le maire de Marly depuis 2008. Il est décédé à l'âge de 67 ans. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  14. « L'ancien député communiste du Nord Fabien Thiémé est mort », Paris Match, Hachette Filipacchi Médias et Hachette,‎ (ISSN 0397-1635, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  15. « Fabien Thiémé, maire de Marly et ex-député communiste, est mort », Le HuffPost,‎ (lire en ligne) :

    « L’ancien député communiste du Nord Fabien Thiémé, adversaire historique du centriste Jean-Louis Borloo et maire de Marly depuis 2008, est mort à l’âge de 67 ans, a-t-on appris ce samedi 28 décembre de sources concordantes. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  16. Laurent Goudet, « Fabien Thiémé, « l’avocat du peuple », est décédé. Élus et habitants rendent leurs hommages », L'Observateur du Valenciennois,‎ (lire en ligne) :

    « Il briguait un troisième mandat en vue des prochaines élections municipales, après 30 ans passés au sein du conseil municipal de Marly, dont 12 ans en tant que maire, depuis 2008. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  17. Véronique Bertin, « Jérôme Leman, nouveau maire de Marly, succède à Fabien Thiémé », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne) :

    « Jérôme Leman était le seul candidat à la succession de Fabien Thiémé. L’ancien adjoint à l’écologie et à la politique de la ville a été élu par 19 voix. Il sera aussi la tête de liste de la majorité pour les municipales. Il fût également l'adjoint sous le mandat du maire Philippe Duée (divers droite) de 2001 à 2007. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  18. Cécile Thiébaut, « À Marly, le chevalier blanc Jérôme Leman en route pour la mère des batailles », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne) :

    « Jérôme Leman, 51 ans, cadre à la mairie de Fresnes, a succédé, mercredi, à feu Fabien Thiémé, dans une ambiance toujours de deuil et de respect pour l’ancienne figure communiste. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  22. « Évolution et structure de la population à Marly en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  23. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  24. Notice no IA59002635, base Mérimée, ministère français de la Culture.