Émerchicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Émerchicourt
Émerchicourt
Vue du village.
Blason de Émerchicourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Régis Roussel
2020-2026
Code postal 59580
Code commune 59192
Démographie
Gentilé Émerchicourtois
Population
municipale
869 hab. (2018 en augmentation de 1,4 % par rapport à 2013)
Densité 170 hab./km2
Population
agglomération
335 262 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 32″ nord, 3° 14′ 41″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 71 m
Superficie 5,11 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Valenciennes (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Somain
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Denain
Législatives Dix-neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Émerchicourt
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Émerchicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Émerchicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Émerchicourt
Liens
Site web emerchicourt.fr

Émerchicourt est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Denain est à 11 km de Émerchicourt, Douai à 14 km, Valenciennes à 28 km, Cambrai à 28 km et Lille à 46 km, Maubeuge à 42 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 709 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[8] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 33 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Émerchicourt est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valenciennes (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 56 communes[18] et 335 262 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Somain, dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 5 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (83,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,3 %), zones urbanisées (7,6 %), mines, décharges et chantiers (6,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4 %), prairies (0,9 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Emernchicourt,J. de Guise. Ermenci curtis, cartulaire de Vicogne; 1154. Ermicicurt, id; 1188. Ermici cort, id;1208 [25].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1154 le pape Adrien IV confirme dans une bulle la possession par l'abbaye de Vicogne.
  • en 1181, le sieur d'Emerchicourt, prévôt de Douai, blesse en combat singulier un de ses parents. Pour le punir le comte de Hainaut brûla ses propriétés et rasa le manoir seigneurial. Le sieur de Rœulx, neveu du délinquant, tua par vengeance un des familiers du comte ; il lui en coûta la ruine complète de ses propriétés.
  • En 1200, Adam de Mastaing donne sa part dans la dîme d'Émerchicourt à l'abbaye de Vicogne[26]
Première Guerre mondiale

Un aérodrome militaire est implanté par l'armée allemande en 1916-1917. Il devient britannique à la fin 1918[27],[28].

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Le , un avion militaire s'écrase à Assevent : une formation de cinquante avions à réaction canadiens, effectuant un exercice de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, (OTAN), est prise dans une bourrasque de neige au-dessus de Maubeuge. Deux appareil s'écrasent, l'un à Assevent, l'autre à Émerchicourt. Les pilotes ont pu sauter en parachute[29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la dix-neuvième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bouchain[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Denain.

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Cœur d'Ostrevent située dans le Douaisis, créée en 2000, et qu'elle souhaitait quitter depuis plusieurs années car elle est située dans l’arrondissement de Valenciennes.

Elle obtient d'être rattachée le à la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut[30],[31],[32] par un arrêté préfectoral du .

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , quinze sièges sont à pourvoir ; on dénombre 679 inscrits, dont 413 votants (60,82 %), 2 votes blancs (0,48 %) et 407 suffrages exprimés (98,55 %). À l'issue du premier tour, onze sièges sont pourvus, quatre restent à l'être[33].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie d'Émerchicourt dresse ainsi la liste des maires[34] :

Titulaires de la fonction de maire d'ÉmerchicourtVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquetteFonction
DébutFin
Philippe Eugène Dupire (d)15 ans
Cosmes-Joseph Defontaine (d)8 ans
Auguste-César Defontaine (d)28 ans
Joseph Hayez (d)10 ans
Philippe Remy (d)41 ans
Cyprien Oblin (d)
( - )
9 ans
Rémi Lemoine (d)2 ans
Gustave Dessin (d)5 ansMaire faisant fonction (d)
Émile Thuillot (d)16 ans
Auguste Dufour (d)5 ans
Alfred Locquet (d)[35]4 ansPrésident de la délégation spéciale (d)
Auguste Dufour (d)9 ans
Narcisse Midavaine (d)12 ans
Jean Midavaine (d)
( - )
36 ans Parti communiste français
Daniel Dufour (d)7 ans Parti communiste français
Michel Loubert (d)[36],[37]
(né le )
12 ans et 4 mois Parti communiste français
Régis Roussel (d)[38]
(né le )
En cours1 an, 4 mois et 24 jours

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1806. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[40].

En 2018, la commune comptait 869 habitants[Note 7], en augmentation de 1,4 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
7142344549638683191
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
226329322336307330348370425
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
377300504502473457461578645
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018 -
673773936921974884880869-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Émerchicourt en 2007 en pourcentage[42].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,2 
2,5 
75 à 89 ans
4,4 
10,2 
60 à 74 ans
10,1 
23,6 
45 à 59 ans
24,8 
22,0 
30 à 44 ans
20,0 
21,6 
15 à 29 ans
19,0 
20,1 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[43].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Groupe scolaire Louis-Aragon[44]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Salle des sports Narcisse-Midavaine

Culture[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque Denis-Diderot[45]

Économie[modifier | modifier le code]

Un établissement de l'entreprise Saint Gobain Glass France, qui produit en 2017 du verre plat par le procédé du « float-glass », est implantée dans la commune[46],[47].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Motte castrale d'Hasencort[48]
  • Église paroissiale, rue de l’Égalité. Elle daterait du XIe siècle et se trouve au cimetière dans le vieux village d’Émerchicourt[49].
  • La Chapelle Notre Dame des Orages, très ancien édifice actuellement situé derrière la verrerie d'en Haut sur la route qui reliait l’ancien village d’Azincourt au village d’Aniche, mais initialement implanté non loin de la vielle ferme d’Azincourt, le long du chemin d’Emerchicourt à Abscon. Une procession annuelle des paroissiens y avait lieu annuellement afin de protéger les récoltes contre les orages[50].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Émerchicourt (59) Nord-France.svg

Les armes d'Émerchicourt se blasonnent ainsi : D'argent à une truie de sable passant sur une terrasse de sinople.


Depuis 1154 Émerchicourt porte les armoiries de l'abbaye de Vicoigne avec une truie symbole de fécondité. Chaque année depuis 2002 ceci est prétexte à la fête communale Les Pourchiaunades en rappel de cet animal et de cette histoire qui va atteindre le millénaire.

Les armoiries d'Emerchicourt : D'argent à une truie de sable passant sur une terrasse de sinople a comme Curgies les armoiries de l'Abbaye de Vicoigne qui possédait la totalité du village avant sa fusion avec le village d'Azincourt à la révolution. Armes confirmées en 1154 par le pape Adrien IV

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Émerchicourt et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Émerchicourt et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Valenciennes (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Somain », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Page 402 - Statistique archéologique du Département du Nord - seconde partie - 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books
  26. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome XI, 1re partie, Année 1200.
  27. Jérôme Grosse, « Emerchicourt », sur http://www.anciens-aerodromes.com/, (consulté le ).
  28. « Juin 1917 - Aérodrome d'Emerchicourt , verrerie d'en haut », Centre de Mémoire de la Verrerie d'en Haut à Aniche, (consulté le ).
  29. Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du 17 juin 1999, p. 59.
  30. « Le mot du maire », sur https://www.emerchicourt.fr, (consulté le ) « Après 8 années de combats, d’acharnement, de discussions, d’interventions, nous sommes enfin sur la dernière marche avant l’accès à notre changement d’intercommunalité (de la CCCO à la CAPH) ».
  31. Jérémy Lemaire, « Émerchicourt fait son entrée par la porte… du Hainaut : Des années que le maire d’Émerchicourt plaidait pour son rattachement complet au Valenciennois. Depuis le 1er janvier, la commune a officiellement quitté la communauté de communes Cœur d’Ostrevent pour rejoindre la Porte du Hainaut. Et concrètement, ça change quoi ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Bruno Place, « Émerchicourt : le caillou dans la chaussure de la CCCO », L'Observateur du Douaisis, no 837,‎ , p. 21 « Voilà qu’on nous enlève une commune. Là, j’avoue, c’est l’incompréhension totale. » Frédéric Delannoy, dans son discours de vœux, a réagi au départ annoncé d’Émerchicourt de la CCCO pour rejoindre la CAPH. Pour le président, les raisons du départ d’Emerchicourt sont « incompréhensibles », « voire inexplicables », regrettant « un schéma intercommunal à la carte » dans lequel « une commune peut quitter une intercommunalité pour une autre sans délibération du conseil communautaire de départ » (...) Mais il se pourrait que les suites du feuilleton soient plus judiciaires que politiques ».
  33. « Élections municipales, Émerchicourt », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 32.
  34. « Les anciens maires », Le village, sur https://www.emerchicourt.fr (consulté le ).
  35. Patrick Oddone, Les autorités municipales du Nord-Pas-de-Calais au Journal Officiel (septembre 1939 - août 1944), vol. 76, Université des sciences et technologies de Lille, , 79  p. (ISSN 0035-2624 et 2271-7005, lire en ligne), chap. 306, p. 591 :

    « Suspension du conseil municipal et institution d'une délégation spéciale ; président : Locquet Alfred, agriculteur. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  36. « Émerchicourt : Michel Loubert candidat à un nouveau mandat », La Voix du Nord,  : « Michel Loubert, élu en 2008, a décidé de se représenter. Il est à la tête d’« Écrivons ensemble une nouvelle page pour Émerchicourt » »
  37. J.-L. R., « Ostrevent : départ d’Émerchicourt : que va faire Cœur d’Ostrevent (CCCO) ? », La Voix du Nord,  : « Il y est finalement arrivé. Michel Loubert, maire d’Émerchicourt, claironnait depuis des années que sa commune, qui géographiquement appartient au Valenciennois, allait rejoindre la CAPH et quitter tous les syndicats intercommunaux du Douaisis auquel il appartenait. »
  38. V. A., « Maire d’Émerchicourt : pour Régis Roussel, le moment était venu », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, notice BnF no FRBNF34418428, lire en ligne) :

    « Conseiller municipal dès 1995, ensuite adjoint à deux reprises : pour Régis Roussel, le chemin était tout tracé. Le 4 juillet, il est, à 54 ans, devenu maire d’Émerchicourt. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. « Évolution et structure de la population à Émerchicourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  43. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  44. « Groupe scolaire Louis Aragon », sur https://www.emerchicourt.fr (consulté le ).
  45. « Médiathèque Denis Diderot », sur https://www.emerchicourt.fr (consulté le ).
  46. « Inauguration de la nouvelle ligne « Float » de Saint Gobain Emerchicourt », sur https://www.emerchicourt.fr, (consulté le ).
  47. J-J C. (Clp), « Émerchicourt - Saint-Gobain redémarre et ça, c’est une bonne nouvelle : Avec redémarrage du « float-glass » de Saint-Gobain et l’entrée de la commune dans la CAPH, il y a de quoi bien accueillir 2017 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Motte centrale avec basse-cour », notice no PA00107510, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « L’Église », Monuments, sur https://www.emerchicourt.fr (consulté le ).
  50. « La Chapelle Notre Dame des Orages », Monuments, sur https://www.emerchicourt.fr (consulté le ).