Forêt domaniale de Grande Chartreuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forêt de la Grande Charteuse
Image illustrative de l’article Forêt domaniale de Grande Chartreuse
Forêt de la Grande Chartreuse
(Col du Coq et Chamechaude)
Localisation
Coordonnées 45° 24′ 00″ nord, 5° 52′ 32″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Savoie
Géographie
Superficie environ 42 500 ha
Longueur 50 km
Largeur 25 km
Altitude
 · Maximale
 · Minimale

2085 m
415 m
Compléments
Statut Forêt privée française,
Forêt domaniale
Essences Picea, Sapin pectiné, Hêtre commun

La Forêt domaniale de Grande Chartreuse est une forêt domaniale française située dans le massif de la Chartreuse.

Il s'agit de la plus grande forêt publique des Alpes françaises. Elle appartient à l'État depuis la Révolution française et la confiscation des biens du clergé. Elle faisait partie auparavant des possessions de l'ordre des chartreux qui lui donna son nom.

Histoire de la forêt de la Grande Chartreuse[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Des monnaies gauloises et des sépultures de l'âge du fer sont mises au jour sur le pourtour du massif mais pas à l'intérieur de celui-ci, un indicateur qui permet de supposer que la forêt n'est quasiment pas exploitée.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Fondation du monastère de la Grande Chartreuse[modifier | modifier le code]

Le devant le synode diocésain à Grenoble, l'évêque Hugues, dans une charte de donation, ratifie solennellement les donations qu'avaient faites deux ans plus tôt les seigneurs propriétaires des terres de Chartreuse, soit un domaine de 1 700 ha[1]. Cet espace naturel, agrandi et arrondi par des donations postérieures, recouvre progressivement une partie importante de la forêt de la Grande Chartreuse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Situé entre les agglomérations de Grenoble et de Chambéry, l'ensemble de la forêt couvre en Chartreuse, environ 60 % du territoire du Parc naturel régional de Chartreuse.

La surface forestière de l'ensemble du massif répartie sur les deux départements de l'Isère et de la Savoie, est estimée à environ 42 500 hectares, la forêt domaniale couvre environ 20 % de cette superficie, soit 8 466 hectares selon l'Office national des forêts (ONF) qui gère cette partie de la forêt considérée comme la plus grande forêt domaniale des Alpes[2]. La futaie de conifères et la futaie mixte représentent une grande partie de la forêt.

Climat de la Grande Chartreuse[modifier | modifier le code]

La forêt près de la Chamechaude, au cœur du massif

Le massif de la Chartreuse, à l'instar du massif du Vercors et du massif des Bauges est un des trois massifs préalpins que rencontrent les perturbations atlantiques venant généralement de l'ouest. La pluviométrie y est donc marquée, et de manière encore plus accentuée en Chartreuse. Il tombe ainsi plus de 2 mètres d'eau par an près de la Grande Chartreuse, contre moitié moins en vallée du Grésivaudan, située plus à l'est et protégée par ce même massif.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux possibilités, quant à l'origine du nom :
La plus classique avec Calma Trossa qui signifie, à l'origine, la « prairie troussée », c'est-à-dire une prairie labourée ou défrichée en francoprovençal qui a ensuite évolué en Charme Trousse, puis Chartrousse ou Chatrousse, nom que l'on retrouve encore au XVIe siècle.

Une autre hypothèse, plus ancienne, veut que le nom dérive de catorissium ou caturissium (voire de formes plus anciennes telles Catourisa au VIIe siècle ou Catuserias au Xe siècle), lieu où l'on trouve des chaumières[3], mais qui est également rapproché étymologiquement du peuple celte des Caturiges, de catu, « combat », et riges, pluriel de rix, « roi »; cette explication est reprise par Alain Rey dans son Dictionnaire historique de la langue française.

Écologie[modifier | modifier le code]

Le Parc naturel régional de Chartreuse[modifier | modifier le code]

Périmètre du PNR.

Le parc a été créé le 6 mai 1995[4] et révisé le 18 avril 2008. Le Journal officiel a publié vendredi 18 avril 2008 le décret renouvelant le parc naturel régional de Chartreuse pour les onze prochaines années en y intégrant huit nouvelles communes des départements de l'Isère et de la Savoie.

Depuis cette révision de 2008, le parc couvre une superficie de 76 700 hectares[5] et compte 60 communes adhérentes (41 en Isère, 19 en Savoie) qui totalisent 46 300 habitants, tous résidents du parc.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse héberge 820 espèces végétales sont recensées dont une trentaine sont rares à l'échelle régionale comme le Liparis de Loesel (Liparis loeselii), le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus) le Vulnéraire des Chartreux et la Potentille luisante[6].

Parmi les mammifères recensés figurent le chamois et des chiroptères : la Barbastelle d'Europe, la Sérotine de Nilsson et l'Oreillard septentrional. La présence du Lynx boréal est également avérée. Le chevreuil, le sanglier et le cerf fréquentent la Chartreuse centrale[7]. Les oiseaux présents au Charmant Som sont en particulier l'Aigle royal, le Tichodrome échelette, le Chocard à bec jaune et le Tétras lyre. La Rosalie des Alpes est une espèce de coléoptère protégée.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

De nombreux sites historiques, culurels et naturels accueillent un grand nombre de touristes dont notamment (pour les sites naturels) le Cirque de Saint-Même et les Gorges du Guiers Vif et les différents sommets du massif.

L'AOC Bois de Chartreuse[modifier | modifier le code]

L'arrêté interministériel au Journal Officiel du labellise le Bois de Chartreuse avec l'Appellation d'Origine Contrôlée, grâce au travail décennal du Comité Interprofessionnel Bois de Chartreuse constitué à l’initiative du Parc. Les espèces pour produire le Bois de Chartreuse sont le Sapin pectiné (Abies alba) et l'Épicéa commun (Picea abies). Il est produit et transformé sur le territoire de 134 communes de l'Isère e de la Savoie[8],[9],[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Bligny, Recueil des plus anciens actes de la Grande Chartreuse (1086-1196), acte I, p. 5.
  2. Site de l'ONF, page sur la Forêt de la Grande Chartreuse
  3. Claude Simon, Le Néron, 2002 (ISBN 2951842708), pages 31-38, chapitre II : « Toponymie et microtoponymie - Étymologie - Évocations » [lire en ligne]
  4. « Carte d'identité du parc naturel régional de Chartreuse », sur parc-chartreuse.net (consulté le 28 juin 2014)
  5. « Parc naturel régional de Chartreuse », sur Fédération des Parcs naturels régionaux (consulté le 28 juin 2014)
  6. [PDF] « Synthèse du Plan de gestion 2007-2012 », sur PNR de Chartreuse
  7. Parc naturel régional de Chartreuse, Fédération des parcs naturels régionaux de Frace.
  8. L'AOC Bois de Chartreuse, site officiel du Bois de Chartreuse.
  9. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  10. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]