Psychologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Psychologique)
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Phycologie.

La psychologie (du grec psukhê, âme, et logos, parole, discours), est l'étude et le corpus des connaissances sur les faits psychiques, des comportements et des processus mentaux. La psychologie est la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d'une personne et des manières de penser, de sentir, d'agir qui caractérisent un individu ou un groupe[1]. Il est commun de définir aussi la psychologie comme l'étude scientifique des comportements[2].

La psychologie est une discipline qui appartient à la catégorie des sciences humaines. Divisée en de nombreuses branches d’étude dont les théories et les méthodes de recherche varient grandement, la psychologie a des applications également nombreuses.

Sommaire

Étymologie[modifier | modifier le code]

Lettre grecque psi.

Étymologiquement, le mot psychologie dérive du latin psychologia, terme lui-même formé à partir du grec ancien ψυχή (psukhē : le souffle, l'esprit, l'âme) et -λογία (-logia, la science, l'étude, la recherche)[1] par le savant humaniste croate Marko Marulić (1450-1524) et qui semble apparaître pour la première fois dans le titre de Psichiologia de ratione animae humanae (fin XVe - début XVIe) dont la trace a été perdue[3],[4] si bien que la première occurrence attestée se trouve chez le juriste et philosophe allemand Johann Thomas Freig (lat. Freigius, 1543-1583). Toutefois, le mot est véritablement popularisé par la Réforme protestante en Allemagne, à travers les écrits de Philippe Melanchthon qui reprend le terme dans ses études bibliques et ses commentaires de la philosophie aristotélicienne. Le terme se retrouve ainsi jusque dans les discours ésotériques, tel la Psichologie ou traicté de l'apparition des esprits de Noël Taillepied (1588)[5].

La lettre grecque Ψ (psi) est souvent utilisée comme une abréviation du terme psychologie.

Objet d'étude et objectifs[modifier | modifier le code]

L'objet d'étude de la psychologie est un débat non clos depuis des siècles. En effet, selon les auteurs, la psychologie s'est trouvée centrée sur des objets très différents, sans qu'il soit encore possible aujourd'hui de décider quelle est la théorie unitaire qui serait largement acceptée[1]. Ainsi les approches sur cette question extrêmement complexe se partagent-elles traditionnellement entre celles qui considèrent que l'objet de la psychologie est le comportement et sa genèse, les processus de la pensée, les émotions et le caractère ou encore la personnalité et les relations humaines, etc.[1].

De plus, les comportements humains sont influencés par des facteurs nombreux et également divers : les stimuli de l'instant présent, l'héritage génétique, le système physiologique, le système cognitif (les connaissances, pensées, souvenirs, etc.), l'environnement social, l'environnement culturel, les expériences passées, les caractéristiques personnelles comme le niveau d'intelligence, la personnalité ou la présence d'une maladie mentale[2].

Les différentes branches de la psychologie se distinguent soit par la méthode utilisée (clinique ou expérimentale), soit par l'activité humaine considérée (travail, mémoire, perception, apprentissage, soin, comportement en groupe, etc.), soit par grand domaine d'investigation (psychologie cognitive, psychopathologie, psychologie sociale, psychologie de l'enfant et du développement, psychophysiologie, psychologie animale)[1].

Histoire de la psychologie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Wundt (assis) et ses collègues dans le premier laboratoire de psychologie expérimentale, qu'il a fondé en 1879 (Leipzig).

Le développement de la psychologie a été influencé par des courants de pensée ou « écoles ». Dans l'ordre chronologique de leur apparition, les principales approches de la psychologie sont l'approche physiologique issue de la médecine et biologie (Gustav Fechner qui tente de comprendre les liens entre sensation et stimuli, Wilhem Wundt qui fonde le premier laboratoire de psychologie expérimentale au monde, en Allemagne au XIXe siècle) ; l'approche psychodynamique (issue de la psychanalyse avec Sigmund Freud dans les années 1890), le béhaviorisme ou comportementalisme (de John Watson, Ivan Pavlov et Burrhus Frederic Skinner après 1912), l'humanisme (avec Carl Rogers et Abraham Maslow dans les années 1950) et la psychologie cognitive (avec Donald Broadbent, Ulric Neisser, dans les années 1950)[6]. Ces approches sont présentées en détails dans les sections suivantes.

Sous-disciplines académiques et objets d'étude[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous illustre la diversité de la psychologie, avec différentes approches théories (première colonne), des objets d'investigation variés (deuxième colonne), des méthodes de recherches dépendant des questions posées et des théories sous-jacentes (troisième colonne). Les applications de la psychologie sont également nombreuses (quatrième colonne). La dernière colonne du tableau présente des disciplines où la psychologie a historiquement joint une autre discipline académique pour former une discipline indépendante. Ces listes ne correspondent pas à une nomenclature publiée et correspondent aux thèmes retrouvés dans divers manuels de référence.

Liste des sous-disciplines de la psychologie, selon les domaines concernés, les types d'approches théoriques et méthodologiques, et les liens avec d'autres disciplines académiques :
Approches théoriques Objets d'investigations Méthodes d'étude Applications Liens avec une autre discipline académique

Courants théoriques[modifier | modifier le code]

Courant psychodynamique[modifier | modifier le code]

L'approche psychodynamique de la psychologie est inspirée par la psychanalyse, discipline qui a été développé par Sigmund Freud à Vienne vers les années 1900[6]. Son approche se basait sur la méthode de traitement des troubles psychiques qu'il nomma la psychanalyse. Cette méthode d'étude du fonctionnement psychique l'amena à développer des théories sur le développement normal de l'enfant et sur le développement de la personnalité qui font fortement influencé la psychologie, en particulier dans le domaine de la psychopathologie[6]. Plusieurs psychanalystes ont influencé par leurs découvertes les théories de la psychologie de l'enfant. Les observations cliniques de Mélanie Klein et Donald Winnicott ont mené à une meilleure compréhension de l'attachement. Les observations de Eric Erikson ont mené à une meilleure compréhension de l'influence sociale et culturelle sur le développement de la personnalité et la recherche de l'identité du moi, ainsi qu'à la mise en évidence de stades de développement psychosocial[7]. Les méthodes psychanalytiques ou psychodynamiques sont basées sur l'observation clinique[7].

Courant béhavioriste[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Béhaviorisme.

L'approche béhavioriste fut développée par John B. Watson en 1912 aux États-Unis, se basant sur les recherches animales du physiologiste Ivan Pavlov, considéré comme le découvreur du conditionnement classique[6],[8]. Dans les années 1930, Burrhus F. Skinner développe la théorie du conditionnement instrumental ou opérant dont le postulat est que d'un renforcement augmente la fréquence d'apparition d'un comportement. Albert Bandura étend la théorie béhavioriste en prenant en compte la dimension sociale de l'apprentissage (les modèles et imitations) et la liberté du sujet (choix de ses modèles), dans sa théorie de l'apprentissage social qui devient la théorie sociale cognitive en 1989[8].

L'approche béhavioriste dresse les bases d'une psychologie qui veut développer des modèles scientifiques et a ses origines dans la recherche animale. L'objet d'étude du béhaviorisme est l'apprentissage dans des conditions contrôlées et les méthodes se basent sur des expériences menées en laboratoire de recherche[6].

Courant humaniste[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Psychologie humaniste et Abraham Maslow.

Le courant humaniste en psychologie a commencé à émerger aux États-Unis dans les années 1950. Ses origines viennent de la philosophie[6]. Le courant est fondé dans les années 1960 par Carl Rogers en réaction aux courants psychanalytiques et béhavioristes. Le courant humaniste considère l'humain comme fondamentalement bon, libre et capable d'orienter ses choix pour se réaliser pleinement (« actualisation de soi ») s'il est authentique et congruent avec lui-même[9]. Abraham H. Maslow est un autre chef de file du courant humaniste et est connu pour avoir élaboré dans les années 1970, la théorie de la hiérarchie des besoins décrivant les conditions nécessaires et préalables à l'actualisation de soi[9].

Tout comme l'approche psychodynamique, son principal objet est la thérapie dont l'objectif est d'amener les individus à réaliser leur plein potentiel[6]. Les méthodes de la psychologie humanistes sont cliniques et non directives[9].

Courant cognitiviste[modifier | modifier le code]

Modèle cognitif : mémoire de travail conceptualisée par Alan Baddeley dans les années 1980.

Le courant cognitiviste s'est développé à partir des années 1950 aux États-Unis et au Royaume-Uni[6]. Le courant cognitiviste privilégie l'observation scientifique des comportements. Il est distinct du béhaviorisme en ce qu'il tente de modéliser les processus mentaux comme l'attention, la perception, le raisonnement, la résolution de problème, ou encore la mémoire)[6].

Le projet cognitiviste a été de chercher à caractériser l'organisation des processus internes impliqués dans le comportement. Ces évolutions théoriques vont de pair avec des développements expérimentaux qui forment les bases méthodologiques de l'expérimentation en psychologie cognitive. Parmi ceux-ci, le renouvellement de l'approche dite de la chronométrie mentale proposée un siècle plus tôt par le physiologiste néerlandais Franciscus Cornelis Donders selon laquelle la mesure du temps de réaction fournit un indice du temps de traitement d'un stimulus donné[10]. La métaphore qui prévaut en psychologie cognitive est celle du cerveau-ordinateur, à une époque où les progrès en informatique sont plein de promesses pour l'intelligence artificielle. Selon ce paradigme cognitiviste, l'information ferait l'objet d'un traitement séquentiel ou parallèle en circulant entre les différents processus qui constituent l'esprit humain selon la structure schématique : entrées (perception) Traitement cognitif Sorties (comportements)[11]. D'autres approches conceptuelles se sont développées, par exemple, basée sur les modèles de réseaux de neurones où l'information est distribuée au sein d'un réseau constitué d'un grand nombre d'unité (cf. connexionnisme)[12],[13].

Les recherches et méthodes de la psychologie cognitive, d'abord limitées aux expériences de laboratoire, ont été utilisées ensuite pas d'autres disciplines, la psychologie du développement, du fonctionnement social, et le traitement de troubles mentaux[14]. Dans le domaine du développement de la cognition, Jean Piaget propose une théorie constructiviste du développement de l'intelligence et Lev Semenovitch Vygotsky propose une théorie socioculturelle du développement cognitif[15].

Méthodes de recherche[modifier | modifier le code]

Les thèmes de recherche en psychologie sont innombrables du fait du grand nombre d'objets d'étude de la psychologie et de ses applications très variées. Les méthodes de recherche sont par conséquent nombreuses. Certaines méthodes se basent sur des observations, dans des conditions plus ou moins contrôlées. D'autres méthodes se basent sur des méthodes expérimentales aux protocoles stricts et donnant lieux à des analyses statistiques élaborées. Toutes ces méthodes ont des avantages et des limites : certaines sont utiles pour observer la complexité d'un sujet, d'autres pour invalider des hypothèses et modèles théoriques. Les méthodes sont choisies en fonction des objectifs du chercheur.

Méthodes expérimentales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychologie expérimentale.

Les méthodes de recherche les plus souvent utilisées par les psychologues sont les méthodes expérimentales. Les méthodes expérimentales consistent à situer une question dans une théorie qui fournit un modèle explicatif du phénomène (par exemple, un comportement donné). Des hypothèses expérimentales sont formulées, qui sont des prédictions des comportements basés sur la théorie. Une expérience est menée et les données analysées. Beaucoup de recherches prennent place dans des laboratoires, souvent situés dans les universités, mais d'autres méthodes d'investigation sont également fréquentes[16].

Expérience en laboratoire[modifier | modifier le code]

Laboratoire de psychologie expérimentale en 1896.

L'avantage de la méthode expérimentale dans un laboratoire de psychologie est d'explorer des liens de cause à effet. En isolant des variables indépendantes et mesurant une ou des variables dépendantes, une relation statistique est établie (ou invalidée). Si un effet y (variable dépendante) suit une condition x (variable indépendante), alors il est probable que la cause x ait provoqué l'effet y. Ce raisonnement n'est pas infaillible et peut conduire à des conclusions erronées si d'autres variables sont ignorées ou inconnues. Un avantage de la méthode expérimentale cependant est sa réplicabilité. Si l'expérience est bien contrôlée, d'autres chercheurs qui mènent la même expérience trouvent les mêmes résultats et peuvent faire progresser la théorie en pratiquant un changement contrôlé des variables lors d'une réplication[16],[17].

Expérience sur le terrain[modifier | modifier le code]

L'expérience sur le terrain est une expérience dont les variables sont contrôlées par l'expérimentateur, mais qui prend place dans un milieu naturel afin d'en comprendre les effets. L'avantage des expériences de terrain est de recueillir cependant des comportements plus proches des réactions naturelles des participants. Sa validité externe est donc plus forte qu'une expérience de laboratoire. Cependant, sa validité interne risque d'être plus faible : l'expérience est moins bien contrôlée que l'expérience en laboratoire et les comportements observés ne peuvent pas être répétés de nombreuses fois pour chaque participant, comme c'est le cas en laboratoire[16],[17].

Méthodes quasi-expérimentales[modifier | modifier le code]

Exemple d'expérience naturelle : l'effet du stress provoqué par un risque d'éruption du Mt St Helens (Adams & Adams 1984).

Certaines questions ne peuvent pas être traitées en assignant les participants à des groupes de manière aléatoire, pour des raisons naturelles ou éthiques. Par exemple, étudier la différence entre hommes et femmes, ou entre des enfants de parents divorcés ou non. Lorsque les variables indépendantes ne peuvent pas être randomisées et que les groupes expérimentaux sont définis par les conditions naturelles, le plan d'expérience est dit quasi-expérimental[18].

Parmi les méthodes quasi-expérimentales, l'expérience naturelle consiste à utiliser un événement naturel pour étudier un phénomène. Par exemple, l'introduction d'une nouvelle technologie dans une communauté, ou l'observation des conséquences d'une catastrophe naturelle affectant une région[18],[17].

L'avantage des plans quasi-expérimentaux est qu'ils permettent d'observer des conditions qu'il ne serait pas éthique de créer artificiellement, comme l'introduction d'un stress élevé et son impact sur la santé, ou l'effet de l'introduction d'une nouvelle technologie sur l'agressivité des enfants. L'inconvénient est que ces conditions naturelles, ou variables indépendantes, sont peu contrôlables[18],[17].

Méthodes de recherche non expérimentales[modifier | modifier le code]

Étude des corrélations[modifier | modifier le code]

Exemple de modèle d'équations structurelles : des scores à des tests (carrés) corrèlent avec des variables latentes (cercles). Les relations entre variables latentes peuvent être estimées.

L'étude des corrélations vise à mesurer les relations entre des variables. Elle permet de mettre en évidence qu'une variable est liée à une autre sur un plan statistique, et de mesurer l'ampleur de la relation. Elle est utile pour étudier certaines variables qui ne sont pas manipulables expérimentalement comme le nombre de cigarettes fumées et les conséquences sur certains marqueurs de santé. Elle est utile pour collecter un grand nombre de variables, par exemple, en collectant des questionnaires sur de grands échantillons. Elle est utile lorsque des variables ne sont pas liées a priori et que l'interprétation des causes à effet ne sera pas ambiguë (par exemple, dans l'étude du rapport entre vieillissement et niveau de bien-être psychologique, s'il est possible que le vieillissement puisse affecter le bien-être, il est impossible que le bien-être puisse provoquer le vieillissement)[19].

Si l'étude des corrélations ne permet pas de déterminer l'existence de liens de causalité, elle est en revanche, comme les autres méthodes non expérimentales, une bonne source d'hypothèses de recherche. Elle est à la base de techniques statistiques plus sophistiquées permettant de mieux explorer les liens entre les variables en dégageant notamment des facteurs de manière exploratoire (analyse factorielle), ou en employant des méthodes de régression. Les modèles statistiques reposant sur des corrélations peuvent aussi conduire à combinant les analyses factorielles exploratoire à la méthode de recherche de relations causales (analyses causales ou Path analysis (en)) dans les modèles d'équations structurelles.

Observation de terrain, ou naturaliste[modifier | modifier le code]

Les interactions entre enfants dans une cour de récréation peuvent être étudiées sur le terrain.

L'observation naturaliste (en) est l'observation d'individus dans leur environnement familier sans intrusion, sans intervention ni changement des variables dans ce milieu naturel. La méthode a été mise en valeur par l'éthologue Konrad Lorenz qui a étudié ainsi les comportements sociaux des animaux. Chez les humains, l'environnement naturel peut être l'école, le lieu de travail, ou le domicile, par exemple[20].

La méthode présente de nombreuses difficultés techniques. Les observateurs doivent être les plus discrets possibles pour ne pas interférer avec les comportements naturels. Or les personnes qui se savent observées ont des comportements légèrement différents (par exemple des mères se sachant observées dans leurs interactions avec leurs jeunes enfants se montrent plus patientes)[20]. La présence d'un expérimentateur intrusif peut provoquer de nombreux biais expérimentaux, comme un effet de désirabilité sociale, l'effet Hawthorn, at autres biais expérimentaux (cf. liste de biais cognitifs).

Les données collectées sont nombreuses et complexes. Plusieurs méthodes d'échantillonnage permettent de limiter la collecte d'information pour simplifier la tâche de traitement de données. La méthode d'échantillonnage d'événements (en) vise à ne sélectionner que les actions ou événements qui intéressent les expérimentateurs. La méthode d'échantillonnage temporel consiste à ne traiter que les données de moments prédéterminés (par exemple, si la durée de l'observation porte sur plusieurs jours, ne traiter que les dix premières minutes de chaque heure). La méthode des points consiste à n'observer qu'un participant à la fois (par exemple dans une cour de récréation), puis de passer aux autres participants à tour de rôle d'après un plan déterminé à l'avance[20].

Un autre problème est celui des interprétations des comportements et de leur codage. Par exemple, les intentions ou émotions des participants comme la peur, ou l'agressivité, sont d'interprétation difficile. Pour éviter les interprétations subjectives, les observations de terrain décrivent uniquement les comportements, ou reposent sur des techniques où plusieurs codeurs indépendants analysent les comportements et leurs interprétations font l'objet de discussions en cas de désaccord[20].

Les observations naturalistes, ou de terrain, permettent une bonne description des comportements naturels et complexes ; elle est utile dans les situations où les expérimentations de laboratoire ne sont pas possible. Leur richesse permet d'émettre de nouvelles hypothèses de recherche[20].

Observation en laboratoire[modifier | modifier le code]

Laboratoire d'analyse du comportement de Szeged.

L'observation en laboratoire est l'observation de personnes dans un milieu artificiel mais sans intervention de l'expérimentateur qui influenceraient les comportements. Elle est une bonne source d'hypothèses de recherche.

Étude de cas[modifier | modifier le code]

Phineas Gage survit à un accident dans lequel une barre traverse son cortex frontal (reconstituté ici).

L'étude de cas consiste à étudier un seul individu sur une longue durée. Elle est utilisée parfois quand un patient présente une maladie rare pour laquelle un échantillon de plusieurs patients ne pourrait pas être observé. C'est souvent le cas en neuropsychologie, quand un patient présente des lésions cérébrales uniques, suite à un accident, ou des symptômes rares[21]. Des exemples célèbres sont celui de Phinéas Gage[22] ou encore des patients décrits par le neurologue Oliver Sacks dans ses livres de vulgarisation[23].

L'étude de cas est souvent employée en psychologie clinique et dans les disciplines cliniques qui en sont proches (psychanalyse, psychiatrie)[24]. Sigmund Freud s'est appuyé sur des études de cas pour développer ses théories psychanalytiques, par exemple, il décrit les détails de la cure psychanalytique d'un patient surnommé l'« homme aux loups »[25]. L'étude de cas est également préconisées par les expérimentalistes. Skinner écrit ainsi en 1966, que mieux vaut observer un seul rat pendant des milliers d'heures, que des milliers de rats pendant une heure chacun[21]. Combinant les deux avantages des études de cas, les études expérimentales menées individuellement sur des patients cérébro-lésés ont mené à des découvertes importantes sur le fonctionnement de processus cognitifs comme la mémoire. Ainsi, le patient HM a participé à des études expérimentales durant des décennies[26].

Entretien[modifier | modifier le code]

L'entretien ou entrevue avec un participant est une situation dans laquelle le psychologue, expérimentateur ou clinicien, pose des questions directement au participant ou au patient. Les entretiens ont plusieurs désavantages : contrairement aux questionnaires anonymes, ils génèrent un effet de désirabilité qui amène les participants à modifier leurs réponses ; ils n'informent que sur les processus conscients des participants, or les motivations d'un comportement sont en large partie inconscientes ; enfin, la qualité de l'interview dépend des qualités de l'expérimentateur[27].

Les entretiens varient énormément en termes de structure, c'est pourquoi ils sont parfois catégorisés en fonction de leur niveau de structure. Tandis que les entretiens peu structurés sont plus riches dans la diversité des réponses et moins artificiels, les entretiens plus structurés permettent de rendre les réponses des participants plus comparables. L'effet expérimentateur est minimisé, renforçant ainsi la fiabilité de la méthode.Les méthodes plus structurées sont plus faciles à répliquer et à dépouiller[27].

L'entretien non directif laisse le participant ou patient parler de ce qu'il désire avec très peu de directives de la part du psychologue qui pratique l'écoute attentive. Ce type d'entretien est utilisé dans surtout en psychothérapie plutôt qu'en recherche[27].

L'entretien semi-structuré laisse le participant parler de certains sujets en détails, et le psychologue a un rôle d'écoute attentive comme dans l'entretien non directif. Cependant, le psychologue pose des questions générales pour orienter les thèmes de discussion. Cette technique a été utilisée avec succès par le sociologue Elton Mayo dans l'étude des travailleurs de la Hawthorne Works dans les années 1930[27].

Dans l'entretien structuré, ou guidé, l'interviewer pose des questions dans un ordre fixe en suivant un ordre préétabli. Les questions restent ouvertes pour laisser aux participants l'opportunité de répondre de la manière la plus diverse possible (par exemple « comment imaginez-vous...? »)[27].

Dans l'interview suivant une méthode clinique, les questions sont les mêmes pour tous les participants, mais le psychologue adapte certaines de ses questions en fonction des réponses des participants, pour tenter de mieux comprendre leur point de vue ou leur raisonnement. Cette méthode était privilégiée par le psychologue Jean Piaget dans ses recherches sur la pensée chez l'enfant. Il a été critiqué en raison de la complexité des questions parfois posées aux enfants en utilisant cette méthode[27].

L'entretien totalement directif et structuré ne laisse pas de place à l'improvisation et peu de place aux questions ouvertes. Les questions sont données dans un ordre précis et immuable. Les participants doivent y répondre par un choix multiple (« oui », « non », « je ne sais pas », ou par des réponses graduées, de type échelle de Likert)[27].

Éthique de la recherche en psychologie[modifier | modifier le code]

La recherche en psychologie doit adhérer aux règles générales d'éthique de la recherche, aux règles d'éthique de l'expérimentation sur sujets humains, et l'éthique de la psychologie. Les règles éthiques du consentement libre et éclairé, le respect de l'estime de soi, le droit à la confidentialité et à la vie privée, entre autres, doivent être respectées. Lorsque la recherche porte sur des personnes vulnérables, les règles éthiques sont plus strictes. Les chercheurs menant des recherches sur les humains doivent adhérer aux déclarations internationales telles que la Déclaration de Genève et la déclaration d'Helsinki (définissant des règles éthiques internationales pour toute recherche impliquant un humain)[28]. L'American Psychological Association publie des règles éthiques de conduite pour mener des recherches en psychologie[29].

Diversité des thèmes et applications de la psychologie[modifier | modifier le code]

Psychologie sociale[modifier | modifier le code]

La psychologie sociale étudie comment les humains sont liés les uns aux autres et à la société dans laquelle ils vivent. L'humain est un animal social. Qu'il soit seul ou en groupe, son comportement et ses pensées sont fortement influencées par les connaissances transmises par la société et par ses interactions dans cette société[2].

Psychologie comparée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychologie comparée.

La psychologie comparée étudie les espèces non humaines, leurs comportements et leurs particularités biologiques. Elle cherche à comprendre l'humain de manière indirecte en le comparant aux autres espèces animales. Elle permet aussi de mener des expériences qui ne seraient pas possibles sur l'humain pour des raisons éthiques[2].

Biopsychologie et neurosciences[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Biopsychologie et Neurosciences.

La psychobiologie étudie le comportement humain dans une perspective biologique. Elle s'intéresse aux processus biologiques dans le corps et en particulier dans le cerveau, et leur rapport avec les comportements et pensées. La biopsychologie a pris une importance majeure durant le XXe siècle avec le développement important de la médecine scientifique, de la génétique, des neurosciences, et des méthodes d'imagerie cérébrale[2].

Psychologie clinique et psychopathologie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Psychologie clinique et Psychopathologie.

La psychologie clinique désigne à la fois l'utilisation de la méthode clinique, et l'application de la psychologie dans le domaine de la psychopathologie de l'adulte et de l'enfant. La méthode clinique repose sur des entretiens et sur des analyses de cas individuels. Le psychologue clinicien a pour objectif l'évaluation, l'orientation, le soutien ou la psychothérapie. La psychologie clinique utilise aussi les méthodes qui créées par la psychométrie : les tests psychologiques[30].

La psychologie clinique est diversifiée depuis ses débuts qui remontent aux travaux fondateurs de Lightner Witmer (en), Pierre Janet et Freud[30]. Elle est restée diversifiée dans ses techniques et théories, intégrant les apports théoriques et les différentes formes de psychothérapies développés tout au long du XXe siècle: thérapie systémique familiale, gestalt-thérapie, du psychodrame, psychothérapie humaniste, etc.

Psychologie cognitive[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychologie cognitive.

La psychologie cognitive cherche à modéliser les processus internes impliqués dans la perception, l'attention, la mémoire, la pensée, le raisonnement, le langage. Au fur et à mesure de son histoire, la psychologie cognitive a progressivement influencé d'autres disciplines qui ont adopté certaines approches expérimentales pour comprendre le développement, le fonctionnement social, et même le traitement des psychopathologies[2].

Psychologie développementale[modifier | modifier le code]

La psychologie du développement, ou développementale, s'intéresse aux changements qui se produisent au cours d'une vie humaine. Historiquement, la discipline s'est surtout intéressée à la relation entre le développement de l'enfant et son impact sur l'adulte. Elle a mis en évidence la grande importance de la période enfantine, socialement, émotionnellement et intellectuellement, sur l'adulte. La discipline s'intéresse aussi au développement durant la vie adulte et au vieillissement[2].

Études, diplômes et formation continue en psychologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Études de psychologie.

Dans le monde, la psychologie s'étudie principalement dans les universités, et plus rarement en école privée[31],[32].

En France, les études de psychologie peuvent mener à une carrière de psychologue praticien, suite à l'obtention d'un Diplôme d'Études Supérieures Spécialisées (DESS) en psychologie[31]. Les études en psychologie peuvent mener à une carrière dans la recherche par la voie du Diplôme d'Études Approfondies (DEA) et la préparation d'une thèse de Doctorat durant trois années après obtention du DEA, soit un total de huit années d'études après le baccalauréat[33].

Aux États-Unis, le psychologue conserve son droit d'exercer la psychologie à condition de présenter des preuves de sa formation continue. Des crédits d'éducation continue (CE) peuvent être obtenus en suivant des programmes validés par l'Association de psychologie américaine APA, conférences, formations ou tests validant la lecture d'articles de mise à niveau[34],[35].

Métiers de la psychologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychologue.

Code de déontologie[modifier | modifier le code]

Dans nombre de pays, les règles de conduite des psychologues professionnels sont régies par un Code de déontologie des psychologues. L'exercice de la psychologie peut être régulé juridiquement et le titre de psychologue peut être protégé par la loi.

En France, l'exercice de la psychologie est régulé par un cadre juridique de la santé mentale.

Liens avec d'autres disciplines[modifier | modifier le code]

Sciences cognitives[modifier | modifier le code]

Certaines disciplines de la psychologie sont également du domaine des sciences cognitives. Les sciences cognitives sont une combinaison de psychologie cognitive, de sciences informatiques, de philosophie, de neurosciences, et de linguistique[36].

Neurosciences[modifier | modifier le code]

À partir des années 1970, la psychologie cognitive évoluera fortement sous l'influence des neurosciences et des nouvelles méthodes d'étude du cerveau en activité. Avec les progrès de la technologie, l'électroencéphalographie (EEG) permet de mesurer (par Électroencéphalographie quantitative) des potentiels électriques depuis la surface du scalp qui reflètent la dynamique de l'activité globale des neurones. L'analyse de cette dynamique ouvre une voie d'accès à la séquence temporelle des activités nerveuses proposées d'identifier à la séquence d'opérations mentales mises en évidence par d'autres méthodes basées notamment la chronométrie mentale. Durant les années 1980, de nouvelles méthodes d'imagerie cérébrale feront leur apparition avec la tomographie par émission de positons (PET), puis l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) dans les années 1990. Ces techniques permettent de connaître les régions spécifiquement actives lors d'une tâche expérimentale donnée. L'association entre opération mentale se fait donc cette fois non pas sur la dimension temporelle, comme c'est le cas pour l'EEG, mais sur le plan spatial : l'objectif étant d'identifier les bases neurobiologiques des modules postulés par la psychologie cognitive.

Mathématiques[modifier | modifier le code]

Les mathématiciens ont abordé très tôt certains aspects de la psychologie, au titre de la logique ou de l'heuristique. Au XXe siècle on peut citer George Pólya (sur la résolution de problèmes) ou Imre Lakatos (sur la démarche mathématique en général, les idées motrices, l'affrontement des échecs).

Informatique[modifier | modifier le code]

Les sciences cognitives et la psychologie cognitive se sont développé à mesure du développement de méthodes et théories informatiques. Le mathématicien américain Norbert Wiener (18941964) a appliqué les statistiques à la communication et a fondé la cybernétique (le contrôle et la communication chez l’animal et la machine). Un des premiers à comparer le cerveau à un ordinateur, il est un pionnier des sciences cognitives modernes. Il a précisé les concepts de « but » et de « rétroaction » : le pilotage d’une activité passe par la détermination de divers buts hiérarchisés. L’activité fournit des informations qui sont constamment comparées aux buts, ce qui constitue la rétroaction et guide l’action (par exemple, pour atteindre un but personnel).

Le mathématicien américain d'origine hongroise John von Neumann (1903-1957) s'intéresse à la Physique quantique  puis à la Théorie des jeux  et à son application à l'économie mathématique. Précurseur de l’intelligence artificielle (IA), il a eu l’idée de coder les programmes et de faire coexister en mémoire données et traitements. Il s'intéressa aussi au traitement de l'information par les organismes biologiques pour définir des applications à des machines artificielles (précurseur du connexionisme et des neurosciences).

Le mathématicien et logicien anglais Alan Turing (19121954) 1936, son modèle dit Machine de Turing, qui constitue la base de la théorie des automates. Elle applique une succession de règles dépendant des informations d'entrée et d'un état interne, et fournissant un nouvel état interne et un éventuel résultat, modèle dépassant le behaviorisme. À la question « Une machine peut-elle penser ? » il répond par le test de Turing basé sur une conversation homme-machine. En 1954, il écrit un programme jouant aux échecs.

L'économiste américain Herbert Simon (1916-2001), « prix Nobel d'économie » en 1978, initiera le débat sur les limites de la rationalité : contraintes sur la capacité des agents à traiter l’information disponible, évolution de capacités limitées dans un environnement immensément complexe. Avec Allen Newell, l’un des pionniers de l’informatique, ils développeront la question de la résolution de problèmes à travers des procédures (General Problem Solver) et élaboreront la notion de processus cognitif dans un contexte d’IA.

Le pionnier de l'intelligence artificielle John McCarthy (), avec Marvin Minsky, incarne le courant mettant l'accent sur la logique symbolique. Il est également le créateur du langage LISP, en 1958, inspiré du lambda-calcul d'Alonzo Church. Il reçoit le prix Turing en 1971 pour ses travaux en intelligence artificielle.

Principaux débats et controverses[modifier | modifier le code]

La psychologie est-elle scientifique ?[modifier | modifier le code]

L'expression « psychologie scientifique » est apparue sous la plume de Johann Friedrich Herbart (1776-1841) comme une réponse à l'emprise philosophique de l'idéalisme allemand[37]. Longtemps controversée par son origine comme branche de la philosophie, la discipline a acquis le statut de discipline scientifique à part entière au travers d'une série de transformations épistémologiques, méthodologiques, institutionnelles et culturelles, intervenues à la fin du XIXe siècle puis tout au long du XXe siècle. L'intérêt nouveau porté à la perception par les psychophysiciens, la mise œuvre de la méthode expérimentale et d'analyses quantitatives, le rapprochement avec les disciplines médicales de la psychiatrie et de la neurologie, la création de laboratoires de recherche et de facultés universitaires, la structuration d'une communauté scientifique autour de sociétés savantes et de revues scientifiques furent autant de facteurs qui contribuèrent à faire de la psychologie une science émargeant à la fois au rang des sciences dites naturelles qu'à celui des sciences dites humaines[38].

Il reste cependant des arguments contestant à la psychologie son statut scientifique. D'une part, certains auteurs affirment que les méthodes utilisées[39] ne suffisent pas à faire de la psychologie une science, car beaucoup de ses concepts ne sont pas scientifiques, mais pré-scientifiques, dans le sens qu'ils sont trop souvent de forme anthropomorphiques (le vécu de l'individu sert de critère au savoir). Les défenseurs de cette thèse expliquent que la psychologie ne pourra devenir une science que lorsque celle-ci distinguera le vécu de la description scientifique. Cette critique reproche à la psychologie de faire des classifications instinctives et non basées sur des critères objectifs, ou tout du moins explicitées sur des critères qui permettront de donner des groupes homogènes (exemple de la classification émotion/ cognition ou de l'intelligence). « Les concepts psychologiques, au moins à certains égards déterminants, sont totalement aristotéliciens dans leur contenu réel, bien que, à d'autres égards, leur formulation ait été quelque peu civilisée, si l'on peut dire »[40].[réf. obsolète]

Il existe également un autre type de débat autour de la psychologie scientifique, dû au fait que Freud et beaucoup de psychanalystes à sa suite, ont défendu l'idée que la psychologie ne peut pas être réduite à une série de découvertes issues d'expériences et que l'entretien et l'étude de cas sont les meilleures techniques pour accéder à la complexité de la pensée humaine[41]. Des débats intenses ont eu lieu entre les défenseurs de cette position et leurs opposants qui défendaient les méthodes de la psychologie scientifique et souhaitaient donner à la psychologie un statut scientifique. Pierre Janet, Henri Ellenberger, Karl Popper ont été parmi les principaux critiques de la démarche psychanalytique à cet égard[42]. Des tentatives de conciliations ont été marquées par des ouvrages qui font la synthèses des études scientifiques confirmant ou invalidant les principales conclusions de la psychanalyse. Cependant, ces débats continuent, car même si des études valident des hypothèses de base de la psychanalyse, de nombreux psychanalystes restent opposés à la démarche expérimentale[41],[43],[44],[45].

Qu'est-ce que la nature humaine ?[modifier | modifier le code]

L'humain passif ou actif[modifier | modifier le code]

Les différentes approches de la psychologie reflètent non seulement la diversité des problèmes étudiés et des méthodes d'études en psychologie, mais illustre aussi des différences quant aux conceptions de l'humain. Certaines théories privilégient l'humain comme actif, généralement maître de son comportement et de son développement. C'est le cas des approches de Piaget (équilibre par assimilation et accommodation), Freud (renforcement du Moi), Erikson (construction de son sens d'identité) ou encore de Gibson (exploration de l'environnement). Tandis que des théories incluent aussi à différents degrés des processus passifs : les influences biologiques (Freud, Erikson, l'éthologie), l'expression de module innés (nativisme modulaire), les réponses automatiques aux stimuli (béhaviorisme), ou encore les processus d'apprentissage inconscients (connexionnisme, neurosciences, renforcement des contingences dans la théorie de l'apprentissage)[46].

Réaction aux stimuli ou structure interne[modifier | modifier le code]

Une des grandes distinctions entre les approches tient aussi à l'explication de l'origine des causes comportementales, qui met plus ou moins l'accent sur les causes externes (l'environnement) ou internes. Les associations entre stimuli et réponses sont surtout mises en avant par le béhaviorisme, mais aussi en éthologie (réaction fixes) et traitement de l'information (une entrée engendre une réponse). De nombreuses théories leur opposent que les comportement viennent aussi de processus régis par la structure entière : la structure cognitive (Piaget), les croyances, l'organisation du ça-moi-surmoi (Freud), la base de données (théories du traitement de l'information), et nombre d'autres facteurs internes[46].

Humain rationnel ou irrationnel[modifier | modifier le code]

Des théories tendent à mettre en valeur l'aspect rationnel de l'humain (Piaget, théories du traitement de l'information), tandis que d'autres insistent sur le fait que leurs besoins compromettent souvent leur pensée rationnelle (Freud, Erikson). D'autres enfin sont neutres dans ce débat car leurs théories prédisent des comportements parfois rationnels et parfois irrationnels. L'éthologie, la psychologie évolutionniste, la psychologie Gibsonienne et d'autres théories prenant en compte l'adaptation à l'environnement prédisent des comportements rationnels ou irrationnels, en fonction du type d'adaptation requis : les comportements seront plutôt rationnels lorsque la pensée scientifique est souhaitable, et plutôt irrationnels dans les relations interpersonnelles où la sensibilité aux émotions est souhaitable[46].

Individuel et collectif[modifier | modifier le code]

Bien que toutes les théories reconnaissent les interactions entre individus et société, certaines théories privilégient l'impact que les personnes individuelles ont sur la société (conception individualiste), tandis d’autres préfèrent partir du phénomène social pour comprendre l'individuel (holisme).

Inné (nature) ou acquis (culture)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Innéisme.

Des débats animés ont parfois opposé des conceptions différentes sur le rôle de la nature et de l'inné, d'une part, et l'acquis et l'influence de la culture, d'autre part, sur le comportement humain. Ces débats ont été particulièrement virulents dans le domaine de la psycholinguistique (Noam Chomsky). De grandes controverses ont eu lieu sur les interprétations des différences entre groupes ethniques observées sur les mesures de l'intelligence, qui ont conduit à des théories racistes[47]. Les débats actuels n'opposent plus de manière radicale des théories innéistes aux autres, dans les cercles scientifiques. Les débats portent plutôt sur l'importance respective de l'inné et de l'acquis, et sur la description de leurs mécanismes d'interaction[48].

Débats autour des questions éthiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éthique de la psychologie.

Les débats autour de l'utilisation éthique des connaissances en psychologie sont importants. Les connaissances en psychologie ont été utilisées durant les guerres, pour justifier des actes criminels (racisme), pour monter des campagnes de propagande, ou encore pour aider à développer des techniques de torture et humiliation[49].

La psychologie est utilisée dans le monde commercial pour influencer les consommateurs à leur insu. Elle est utilisée dans la publicité, dans le design des magasins, des étagères, ou encore des paquets et des produits, pour maximiser leurs ventes[49].

Biais en psychologie[modifier | modifier le code]

Les débats concernant les biais en psychologie portent principalement sur l'ethnocentrisme, les questions de l'objectivité, le racisme, le sexisme[49].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Reuchlin, Maurice (1985) Psychologie PUF.
  2. a, b, c, d, e, f et g Eysenck 2000, p. 3-4.
  3. Paul Mengal, « La constitution de la psychologie comme domaine du savoir aux XVIe et XVIIe siècle », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol. 1, no 2 « Aux origines de la psychologie européenne (16e-19e siècles) »,‎ , p. 5-27 (ISBN 2859396179, DOI 10.3917/rhsh.002.0005, résumé, lire en ligne).
  4. Classics in the History of Psychology – Marko Marulic – The Author of the Term "Psychology".
  5. « psychologie », étymologie, sur centre national de ressources textuelles et lexicale.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i Eysenck 2000, p. 15.
  7. a et b Papalia 2010, p. 12-17.
  8. a et b Papalia 2010, p. 17-20.
  9. a, b et c Papalia 2010, p. 24-26.
  10. (en) Josef Brozek, « Contributions to the History of Psychology: Xii. Wayward History: F. C. Donders (1818–1889) and the Timing of Mental Operations », Psychological Reports, vol. 26, no 2,‎ , p. 563–569 (ISSN 0033-2941, DOI 10.2466/pr0.1970.26.2.563, lire en ligne)
  11. Pierre Steiner, « Introduction cognitivisme et sciences cognitives », Labyrinthe, no 20,‎ , p. 13–39 (ISSN 1950-6031, DOI 10.4000/labyrinthe.754, lire en ligne)
  12. (en) Rumelhart, D.E., J.L. McClelland and the PDP Research Group (1986). Parallel Distributed Processing: Explorations in the Microstructure of Cognition. Volume 1: Foundations, Cambridge, MA: MIT Press
  13. (en) McClelland, J.L., D.E. Rumelhart and the PDP Research Group (1986). Parallel Distributed Processing: Explorations in the Microstructure of Cognition. Volume 2: Psychological and Biological Models, Cambridge, MA: MIT Press
  14. Eysenck 2000, p. 5
  15. Papalia 2010, p. 20-24.
  16. a, b et c Eysenck 2000, p. 813-818.
  17. a, b, c et d Papalia 2010, p. 30-32.
  18. a, b et c Eysenck 2000, p. 819-820.
  19. Eysenck 2000, p. 820-822.
  20. a, b, c, d et e Eysenck 2000, p. 822-823.
  21. a et b Eysenck 2000, p. 824-826.
  22. H. Damasio, T. Grabowski, R. Frank et A. M. Galaburda, « The return of Phineas Gage: clues about the brain from the skull of a famous patient », Science (New York, N.Y.), vol. 264, no 5162,‎ , p. 1102–1105 (ISSN 0036-8075, PMID 8178168, lire en ligne)
  23. Oliver Sacks, L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau, Seuil, (ISBN 2020146304)
  24. Jean-Louis Pedinielli et Lydia Fernandez, L'observation clinique et l'étude de cas (3e éd.), Paris, Armand Colin,
  25. S. Freud, L'homme aux loups, Paris, Payot,
  26. « L'image de la semaine: «Henry Molaison, l’homme qui ne pouvait plus se souvenir» », sur CNRS Le journal (consulté le 27 novembre 2017)
  27. a, b, c, d, e, f et g Eysenck 2000, p. 826-828.
  28. (en) « Ethical standards in Research », sur srcd.org, (consulté le 25 juillet 2016).
  29. « Ethical Principles of Psychologists and Code of Conduct », sur http://www.apa.org (consulté le 2 janvier 2017).
  30. a et b Jean-Louis Pedinielli, Introduction à la psychologie clinique-4e ed., Armand Colin,
  31. a et b « Psychologie : quelles études, quelles formations pour intégrer le secteur ? - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le 30 novembre 2017)
  32. Laura Buratti, « A quoi ressemble la première année d’études de psychologie ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  33. « Psychologue : études, diplômes, salaire, formation | CIDJ », sur www.cidj.com (consulté le 30 novembre 2017)
  34. (en) « Continuing Education Programs in Psychology », sur http://www.apa.org (consulté le 30 novembre 2017)
  35. (en) « APA Monitor's CE Corner », sur http://www.apa.org (consulté le 30 novembre 2017)
  36. Miller 2002, p. 219.
  37. (en) David E. Leary, « The philosophical development of the conception of psychology in Germany, 1780–1850 », Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 14, no 2,‎ , p. 113–121 (ISSN 1520-6696, DOI 10.1002/1520-6696(197804)14:23.0.CO;2-C, lire en ligne)
  38. Serge Nicolas et Ludovic Ferrand, Histoire de la psychologie scientifique, De Boeck Supérieur (ISBN 9782804156657, DOI 10.3917/dbu.nicol.2008.01, lire en ligne)
  39. Thierry Foucart, « Statistique et idéologies scientifiques », Idées, CNDP, no 138 « supplément en ligne »,‎ , p. 1-5 (lire en ligne).
  40. Lewin K., 1967, p. 35.
  41. a et b (en) Robert F. Bornstein, « The impending death of psychoanalysis. », Psychoanalytic Psychology, vol. 18, no 1,‎ , p. 3–20 (DOI 10.1037/0736-9735.18.1.2, lire en ligne)
  42. Catherine Meyer, Jacques Van Rillaer, Didier Pleux et Jean Cottraux, Le livre noir de la psychanalyse : vivre, penser et aller mieux sans Freud, Arènes (Editions des), (ISBN 2912485886, lire en ligne)
  43. Michael M. DelMonte, « Freud scientifically reappraised: Testing the theories and therapy by Fisher Seymour PhD and Greenberg Roger P PhD. », Irish Journal of Psychological Medicine, vol. 15, no 1,‎ , p. 39–40 (ISSN 0790-9667 et 2051-6967, DOI 10.1017/S0790966700004742, lire en ligne)
  44. (en) Fisher, Seymour, and Roger P. Greenberg, Freud scientifically reappraised: Testing the theories and therapy, New York,
  45. (en) Joseph Masling, « Empirical Evidence and the Health of Psychoanalysis », Journal of the American Academy of Psychoanalysis, vol. 28, no 4,‎ , p. 665–685 (ISSN 0090-3604, DOI 10.1521/jaap.1.2000.28.4.665, lire en ligne)
  46. a, b et c Miller 2002, p. 448-452.
  47. W. H. Angoff, « The nature-nurture debate, aptitudes, and group differences », The American Psychologist, vol. 43, no 9,‎ , p. 713–720 (ISSN 0003-066X, PMID 3052199, lire en ligne)
  48. (en) Arnold Sameroff, « A Unified Theory of Development: A Dialectic Integration of Nature and Nurture », Child Development, vol. 81, no 1,‎ , p. 6–22 (ISSN 1467-8624, DOI 10.1111/j.1467-8624.2009.01378.x, lire en ligne)
  49. a, b et c (en) Phil Banyard, Controversies in Psychology, Routledge, (ISBN 9781134647408)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages génériques[modifier | modifier le code]

Histoire de la psychologie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Disciplines liées[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]