Ida Bauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bauer et Dora.
image illustrant la psychanalyse
Cet article est une ébauche concernant la psychanalyse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ida Bauer
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) AutricheVoir et modifier les données sur Wikidata
Frère(s) Otto BauerVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant(s) Kurt Herbert Adler (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ida Bauer, née le à Vienne et morte le à New York, est le sujet d'un cas psychanalytique célèbre, étudié par Sigmund Freud en 1905 dans Fragment d'une analyse d'hystérie : Dora et publié dans les Cinq psychanalyses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Philip Bauer est un industriel né en 1853 à Pollerskirchen, ville de l'actuelle république tchèque, et sa mère, Käthe Gerber-Bauer, elle aussi originaire de Bohême, est née à Köninginhof. Ils sont installés à Vienne au moment de la naissance de leurs deux enfants, Otto et Dora. Otto Bauer est député puis ministre des Affaires étrangères durant la première république autrichienne, théoricien marxiste et secrétaire du Parti démocrate des travailleurs autrichiens[1].

Le cas Dora[modifier | modifier le code]

En 1888, Philip Bauer est atteint de la tuberculose et décide de s'installer avec sa famille à Merano, dans le Tyrol italien. Dans cette ville, la famille se lie avec un couple de résidents, les Zellenka, qui apparaissent dans l'analyse de Freud comme « Monsieur et madame K. ». Le père d'Ida a une liaison avec Mme Zellenka durant ce séjour, tandis que M. Zellenka tente d'abuser d'Ida, alors âgée de 16 ans. Ida est une patiente de Freud à deux moments, brièvement en 1898, puis, deux ans après les faits, durant onze semaines en 1900, du fait de symptômes, parmi lesquels une toux forte et persistante, des évanouissements à répétition, des crises de dyspnée, et des accès de dépression, que Freud diagnostiqua comme des manifestations d'hystérie.

Ida Bauer se maria en 1903 avec Ernst Adler, ils eurent un fils, Kurt Herbert qui devint directeur de la compagnie de l'Opéra de San Francisco. En 1923, Felix Deutsch, sollicité par le médecin de la famille , fit une consultation avec Ida, qu'il trouva incapable de se lever et en proie à des bouffées paranoïaques[2]. Ida Bauer devient amie avec « Mme K. », qui l'accueille en 1938, lors de l'annexion de l'Autriche, avant le départ d'Ida Bauer pour Paris, puis les États-Unis.

Fragment d'une analyse d'hystérie (Dora)[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sigmund Freud, Dora : Fragment d'une analyse d'hystérie (1905), Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2010 (ISBN 978-2-228-90496-4).
  • Sigmund Freud, Fragment d'une analyse d'hystérie : Dora (1905), Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2006, (ISBN 2-13-055784-8)
  • Patrick Mahony :
    • Dora s'en va, violence dans la psychanalyse, Les Empêcheurs de penser en rond, 2001.
    • « Bauer, Ida », p. 184-185, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
    • « Fragment d'une analyse d'hystérie (Dora) », p. 628-630, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
  • Michel Neyraut, Le Transfert. Étude psychanalytique, PUF, 2004 (5e édition), (ISBN 2-13-054801-6)
  • Élisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Fayard, 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Mahony, « Bauer, Ida », cf. bibliographie.
  2. Patrick Mahony, cf. bibliographie.