Margès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Marg ou Marge.

Margès
Margès
Le village de Margès.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Drôme des collines
Intercommunalité Arche Agglo
Maire
Mandat
Jean-Louis Morin
2014-2020
Code postal 26260
Code commune 26174
Démographie
Gentilé Margessois, Margessoises
Population
municipale
1 133 hab. (2016 en augmentation de 20,4 % par rapport à 2011)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 52″ nord, 5° 02′ 11″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 344 m
Superficie 9,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Margès

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Margès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Margès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Margès

Margès est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Charmes-sur-l'Herbasse Crépol Rose des vents
Saint-Donat-sur-l'Herbasse N Arthemonay
O    Margès    E
S
Peyrins

Margès est située à 35 km au nord-est de Valence et à 12 km au nord de Romans-sur-Isère. Margès appartient au canton de Drôme des collines.

Les communes les plus proches sont Arthémonay, Charmes-sur-l'Herbasse, Crépol et Montchenu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si l’origine de Margès reste imprécise, une première mention « villa turna » remonte à 1080, selon le dictionnaire topographique de la Drôme de Brun-Durand (publié en 1891).

Il s’agit vraisemblablement de l'actuel village de Margès qui jusqu'au XIXe siècle portait le nom de Tournay, patronyme encore usité par les patoisants locaux au XXe siècle (« m'invô vé Tournay »).

Géographiquement il convient de distinguer Margès et Tournay : pendant longtemps Margès se trouvait au lieu actuellement nommé « Château de Margès » avec pour église la paroisse Saint Didier.

Le chef-lieu de la commune d'aujourd'hui ne constituait qu'un bourg que l'on nommait Tournay.

De ce fait, jusqu'au XVIIe siècle, les paroisses de Margès et Tournay avaient chacune leur église : Saint Didier pour Margès et Notre Dame de l'Assomption pour Tournay.

C'est au début de XVIIIe siècle que les deux paroisses sont réunies.

Rapide regard sur l'histoire de Margès

Margès sous fief de la baronnie de Clérieux au Moyen Âge :

Rappelons qu'à cette époque, Marjai ne désigne pas un village mais un château féodal et la terre qui l'entoure.

Vers 1250, il constituait le centre de la vie sociale, la vie des paysans dépendait principalement du seigneur par les divers impôts qu’ils devaient lui payer mais aussi la protection que celui-ci devait leur assurer, la France était alors sous le règne de Louis IX.

En 1327, Guillaume Allemand reconnait tenir de Guichard de Clérieux et d'Aimar de Poitiers le château et le territoire de Marjai, réservant l'hommage qu'il doit au Dauphin et aux chapitres de Lyon et de Vienne, c’est-à-dire l’Église, puissance seigneuriale très importante.

En 1475, Imbert de Bathernay obtient le château et la châtellerie de Marjai, l'histoire du château  et donc de tout Marjai est désormais confondue avec celle de Charmes.

Du XIIe au XVe siècle, Marjai dépendait donc de la Baronnie de Clérieux et seulement à partir de la fin du XVe siècle, Marjai revient sous la coupe de Charmes.

Margès, seigneurie du Comté de Charmes :

Le comté de Charmes appartient après 1475 aux Costes dont un membre de la famille réussit à faire ériger en comté les différentes seigneuries de Charmes, Margès et Bathernay. Il devient indépendant par rapport à la baronnie de Clérieux.

Le comté de Charmes (et donc de Margès) passe ensuite aux mains des Béranger, puis des Chabrières, alors seigneurs de Peyrins vers la fin du XVIIe siècle.

Le château appartient ensuite aux De La Font, et vers 1710 aux Jacquemet de St Georges.

L'ancienne habitation seigneuriale disparait du coteau sur lequel elle se trouvait et est remplacée au pied de la même colline par une résidence qui appartiendra plus tard aux Molières de Florence et enfin aux Monier de la Sizeranne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 En cours Jean-Louis Morin[1]   Fonctionnaire
Ancienne mairie de Margès.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 1 133 habitants[Note 1], en augmentation de 20,4 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
258233276270308347408421405
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
502505565530586563563581579
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
622591556462440439460449431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4213703734445327238469251 113
2016 - - - - - - - -
1 133--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Cizeranne : motte et ruines de tour dominant la maison forte remaniée au XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Margès sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 9 mars 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]