Perrigny (Jura)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrigny.
Perrigny
Image illustrative de l'article Perrigny (Jura)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Espace Communautaire Lons Agglomération
Maire
Mandat
Christiane Maugain
2014-2020
Code postal 39570
Code commune 39411
Démographie
Gentilé Perrignois, Perrignoises
Population
municipale
1 529 hab. (2014)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 10″ nord, 5° 35′ 10″ est
Altitude Min. 271 m – Max. 564 m
Superficie 8,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Perrigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Perrigny

Perrigny est une commune française et une banlieue de Lons-le-Saunier, située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Perrigny fait partie du canton de Poligny ; elle est voisine de Lons-le-Saunier à l'est de celle-ci.

Perrigny est constituée d'un centre historique entre les 2 églises, d'une partie résidentielle et d'une importante zone industrielle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pannessières, Baume-les-Messieurs Rose des vents
Lons-le-Saunier N Hauteroche (Crançot)
Briod
O    Perrigny    E
S
Montaigu, Conliège

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller du Jura, où le charbon est découvert par un sondage[1]. De l'halite est exploité pour la saline de Montaigu.

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Perrigny se trouve adossé au revers occidental de la montagne de Coldre où se situait dans l’Antiquité un important camp romain qui fut sans doute à l’origine de cette implantation.

Le village est successivement dénommé Parruniachum, Parriniacum, Preigney, Parigny, Parrigney.

Il s’agit certainement d’une cité fort ancienne qui appartenait à l’abbaye de Baume comme l’atteste un recensement effectué en 1157 par l’empereur Frédéric Barberousse.

On y a découvert en 1815 des pièces de monnaie à l’effigie de Justinien et Faustine et une statuette de Minerve (déesse de la sagesse dans la mythologie romaine) appelée aussi Perrina.

Entre Perrigny et Pannessières se trouvait un vaste territoire bordé de fossés, qualifié en 1313 de "champ de bataille" en souvenir des combats sanglants qui s’y déroulèrent.

C’est dans la Plaine au-dessous de Perrigny qu’en 1394 le maréchal de Vergy convoqua toute la noblesse de la Bourgogne pour marcher contre le seigneur de Beaujeu qui avait empiété sur ses territoires.

C’est encore au château de Perrigny que le connétable de Castille fixa son quartier général en 1595 lorsqu’il fit le siège de Lons occupée alors par les troupes françaises. Henri IV avait également séjourné au château pour signer la capitulation de la ville.

L’année la plus terrible pour Perrigny fut 1637 quand le village fut incendié par le duc de Longueville et ses habitants massacrés.

La ville était autrefois desservie par les Chemins de fer vicinaux du Jura.

En 2014, Perrigny et Conliège ont accueilli la 18e Percée du Vin Jaune. 43 000 personnes se sont pressées dans les caves. Jean-François Stévenin en était le parrain.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Perrigny Blason Taillé abaissé à senestre: au 1er d'or à la grappe de raisin de gueules tigée d'azur et à l'inscription « JURA » du même en chef senestre, au 2e de gueules à deux roues dentées d'or, percées d'azur et engrenées en barre, accompagnées en pointe d'une losange d'azur sommée de flammes de sable bordées d'or et au petit listel du même chargé de l'inscription « Per Ignis » de sable, brochant sur la losange ; le tout sommé d'un comble d'azur chargé de l'inscription « PERRIGNY » d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 André René    
mars 2001 mars 2008 Jamaigne Denis    
mars 2008 en cours Maugain Christiane[2] DVD Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 529 habitants, en augmentation de 0,2 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
774 834 810 803 808 810 841 861 856
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
812 884 846 860 850 875 831 806 781
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
814 733 718 705 758 857 889 937 940
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 243 1 322 1 645 1 619 1 580 1 646 1 529 1 537 1 529
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

73 odonymes recensés à Perrigny
au 1er décembre 2013
Allée Avenue Bld Chemin Cours Impasse Montée Passage Place Quai Rd-point Route Rue Square Autres Total
0 0 0 9 0 19 0 0 2 0 0 2 [N 1] 36 1 [N 2] 4 [N 3] 73
Notes « N »
  1. Route de Champagnole et Route de Conliège
  2. Square du 19-Mars-1962
  3. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, résidences, stations hertziennes, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap & FNACA-GAJE du Jura

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Le parc de Perrigny : sur un terrain donné par Madame Peltier-Guyon à la commune.
  • La Plaine : lieu-dit situé dans les bois de Perrigny ; c'était, au Moyen Âge, un lieu de rencontre et de commerce.

Associations[modifier | modifier le code]

  • USPC : Union Sportive de Perrigny et Conliège :
  • Zik'Live: Association organisant concerts et festivals
  • La Perrina: Chorale
  • Yoga - Association Chemins d'Éveil

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Lienhardt, Géologie du bassin houiller stéphanien du Jura et de ses morts-terrains, Éditions Technip Chambéry, Impr. réunies, coll. « Mémoires du BRGM », , p. 39, figure 15.
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]