Liste des ducs de Longueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Duc de Longueville)
Aller à : navigation, rechercher

Le comté puis duché de Longueville tient son nom de la ville de Longueville-sur-Scie, actuellement dans le département de Seine-Maritime[1]. Il fut donné à Jean bâtard d'Orléans comte de Dunois, fondateur de la Maison d'Orléans-Longueville, mari de Marie d'Harcourt (héritière des vicomté de Melun, comté de Tancarville, seigneurie de Varenguebec, charges de chambellan et connétable de Normandie, seigneurie de Montreuil-Bellay, comté de Montgomery, vicomté d'Abbeville, baronnie de Parthenay, principauté de Châtelaillon...). Dunois « bâtard d'Orléans » et Marie d'Harcourt sont les parents du comte François Ier, époux d'Agnès de Savoie, père de François II le premier duc et de Louis Ier le deuxième duc, qui suivent. Le titre de comte de Dunois est attaché au duché.

Liste des ducs[modifier | modifier le code]

Coats of arms of the Dukes of Longueville.png
  • François II (1478 - 12 février 1512), comte puis duc (1505) de Longueville, comte de Montgommery, comte de Tancarville, vicomte de Melun. Il épousa en 1505 Françoise d’Alençon dont le frère Charles IV était l'époux de Marguerite d'Angoulême, la sœur de François Ier et la grand-mère maternelle d'Henri IV. Françoise d'Alençon se remaria ensuite avec Charles de Bourbon duc de Vendôme (grand-père paternel d'Henri IV ; frère de François de Bourbon-Vendôme comte de Saint-Pol et mari de la duchesse Adrienne d’Estouteville ; Charles était donc l'oncle de Marie de Bourbon-St-Pol d’Estouteville, qui viendra comme épouse du duc Léonor de Longueville). Sans postérité survivante.
  • Marie (1649 - 16 juin 1672), demi-sœur des précédents (fille du duc Henri II et de Louise de Bourbon-Soissons), leur succéda aux comté de Saint-Pol, comté de Dunois, comté de Tancarville, duché d'Estouteville, comté souverain-principauté de Neuchâtel et Valangin jusqu'à sa mort sans héritier direct en 1707, mais pas au duché de Longueville, non successible en ligne féminine, et qui s'éteignit donc en 1694. La succession des autres fiefs, sauf St-Pol vendu en 1705 aux Melun d'Epinoy (d'où les Rohan-Soubise), se partagea entre les Bourbons-Soissons-Noyers (issus de Françoise, la sœur du duc Léonor, citée plus haut ; d'où les d'Albert de Luynes comtes de Dunois) et la descendance des deux filles du duc Léonor, aussi évoquées plus haut (les Goyon-Matignon puis Grimaldi de Monaco, seigneurs du duché d'Estouteville et sires de Gacé ; et les Colbert de Seignelay comtes de Tancarville, d'où les Montmorency). Neuchâtel et Valangin, dont la succession fut une affaire internationale, passèrent aux rois de Prusse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Gazan, Historique des paroisses du canton de Longueville-sur-Scie, 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]