Domblans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Domblans
Domblans
Panneau d'entrée dans le chef-lieu de la commune.
Blason de Domblans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Bresse Haute Seille
Maire
Mandat
Bernard Frachon
2014-2020
Code postal 39210
Code commune 39199
Démographie
Gentilé Domblanais, Domblanaises
Population
municipale
963 hab. (2015 en augmentation de 4 % par rapport à 2010)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 53″ nord, 5° 35′ 53″ est
Altitude Min. 234 m
Max. 405 m
Superficie 10,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domblans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domblans
Liens
Site web domblans.fr

Domblans est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Domblans est composé de Domblans, Blandans et la Muyre (réunis à Domblans le 26 octobre 1821). Situé à 12 km au Nord de Lons-le-Saunier, sur le revers occidental du premier plateau du Jura, le village de Domblans, traversé par la rivière Seille, s'étire longuement des dernières maisons de Frontenay aux abords immédiats de Plainoiseau. Au nord se trouvent des massifs boisés et d'anciennes vignes, tandis que le sud est constitué de coteaux occupés par un vignoble de qualité, ainsi qu’une plaine agricole s’étendant aussi à l’ouest[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller du Jura, où le charbon est découvert par un sondage[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bréry Frontenay Menétru-le-Vignoble Rose des vents
Arlay
(Saint-Germain-lès-Arlay)
N Château-Chalon
Voiteur
O    Domblans    E
S
Plainoiseau Le Louverot

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Empire romain, la forêt du Vernois et le val de Voiteur était une terre fiscale. Entre Domblans, la forêt du Vernois et la Muyre existait une métairie (fiscum). Plusieurs voies romaines traversaient le territoire pour aboutir au Gué Farou. L'une venait de Lons le Saunier en passant par la Muyre (Chemin des salines, les Grandes-Charrières, la vie Poire) pour aller vers Bréry (chemin des Allemands). Une autre en provenance de Chalon-sur-Saône allait vers Poligny en passant par Arlay[1].
D'après Rousset, le val de Voiteur fut le théâtre d'une bataille entre les Gallo-Romains et les hordes germaniques.

D'après cet auteur, lorsque les rois Bourguignons succédèrent au fisc romain, les riches familles patriciennes se partagèrent les domaines et c'est dans ce contexte que Donat de Besançon légua à son église les terres d'Arlay et de Domblans. Une église fut bâtie dans ce dernier lieu (650-660), "sous le vocable de saint Symphorien, martyrisé à Autun vers 170 pour avoir refusé d'adorer Cybèle, Apollon et Diane".

Guy II de Mâcon, comte de Macôn entre 1065 et 1078, s'empara de la prévôté de Domblans par la force, au détriment de l'église de Besançon, pour la donner à l'abbaye de Cluny. C'est Renaud II de Bourgogne, « petit-cousin » de Guy II, qui restitua à Hugues II de Montfaucon, archevêque de Besançon, sur sa demande, l'église de Domblans, du Vernois et de la Muyre. « L'abbaye de Baume, déjà propriétaire du prieuré de Brery, obtint » par la suite « de l'archevêque de Besançon l'église de Domblans et s'en fit confirmer la possession par une bulle du pape Urbain II, de l'an 1089, et par un diplôme de l'empereur Frédéric Barberousse de l'an 1157 »[1].

Les Seigneurs de Charrin possédèrent la seigneurie de Domblans jusqu'au XVe siècle.
Claude de Vautravers, écuyer, échanson du duc de Bourgogne, achète en 1444 la seigneurie de Domblans aux enfants d'Antoine de Toulongeon, chevalier, seigneur de Montrichard. Il obtint du duc Philippe-le-Bon, en 1446, l'autorisation de reconstruire le château de Domblans. Le 7 aout 1476, Charles le Téméraire y est reçu, à la suite de sa défaite à la bataille de Morat. Guillaume et Charles de Vautravers, descendants de Claude, se partagèrent le fief et la chevance de Domblans. Philibert de Vautravers était seigneur de Domblans, mais aussi de Charrin, Verges, Montfort, gentilhomme de la maison de l'empereur Charles Quint, châtelain et gouverneur de Château-Chalon et du val de Voiteur. Il fit commencer, en 1562, la construction d’un beau château à Verges et mourut en 1587 ; il fut enterré dans l’église de Domblans.
Jeanne de la Chambre, son épouse et sa veuve, accueillit, au château de Domblans, Henri IV de France, du 15 au 19 aout 1595. La chambre rouge où il logea était constituée de poutrelles vermillon sur lesquelles étaient gravées les inscriptions Espoir déçoit. Au-dessus de la porte une autre inscription, aujourd'hui effacée : In castello Domblanco Henricus magnus pernoctavit rex.
La fille de Philibert de Vautravers, Renée de Vautravers, se maria à Claude-François de Fouchier, baron de Savoyeux, seigneur de l'Étoile, qui se ruina. Le 15 janvier 1625, son fils vendit la seigneurie de Domblans à M. Louis de Grain de Saint-Marsault. Elisabeth de Grain de Saint-Marsault épousa en 1695 Charles-Guillaume Timonet des Gaudières, lieutenant-colonel d'infanterie, brigadiers des armées du roi et chevalier de Saint-Louis. Il mourut dans le château de Domblans en 1718. C'est un de ses descendants, Claude-Désiré Timonet des Gaudières, né en 1752, général, qui vendit la terre de Domblans en 1817 à M. Chevassus qui l'occupait encore en 1855.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Domblans Blason De gueules à la barre cousue d’azur chargée de trois tours droites d’or ouvertes et ajourées du champ posées à plomb, et accompagnée en chef de deux grappes de raisin d’or et de sable, celle d’or brochant en partie à dextre sur celles de sable, et en pointe d’une usine aussi d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1944 février 1963 Léon Sailland    
avril 1963 mars 1977 Marius Buisson    
mars 1977 mars 1983 Michel Ducey    
mars 1983 mars 2014 René-Jean Guillaume    
mars 2014 en cours Bernard Frachon SE Retraité

Services[modifier | modifier le code]

Domblans possède :

  • une brigade de gendarmerie,
  • une agence postale (ouverte le matin seulement),
  • une gare SNCF ;
  • une offre médicale : médecin généraliste, pharmacie, ostéopathe.
  • un centre d'intervention et de secours[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 963 habitants[Note 1], en augmentation de 4 % par rapport à 2010 (Jura : -0,36 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
344354317395616601589556554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
531531549559570530530522514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508506465404431448455494432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
513525615726733836902911913
2015 - - - - - - - -
963--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le siège social, une unité de production et un centre de recherche du groupe V33, entreprise de peintures et de produits pour le bois, sont implantés sur la commune.

Domblans possède :

  • divers commerces : un tabac-presse, une boulangerie-pâtisserie, une fromagerie, un supermarché Carrefour Contact, deux restaurants, un salon de coiffure, un garagiste, une station essence...
  • divers artisans : électricien, plombier-chauffagiste, peintre-plaquiste, menuisier, ferronnier...

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

60 odonymes recensés à Domblans
au 15 mars 2017
Allée Avenue Bld Chemin Cours Impasse Montée Passage Place Quai Rd-point Route Rue Ruelle Autres Total
0 0 0 15 0 6 0 0 3 0 0 5 30 0 1 [N 1] 60
Notes « N »
  1. Remillère type de voie non déterminé.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr

Édifices[modifier | modifier le code]

  • Église construite au VIIe siècle ; clocher restauré en 1831, à flèche quadrangulaire ; cloche en bronze de 1738, classée.
  • Château de Domblans [1], XVIe siècle, avec ses tours féodales restaurées. Exploitation actuelle d'une discothèque "le Babylone".
  • Château de Blandans, XVe siècle, remanié au XIXe siècle et au XXe siècle.
  • Château de la Muyre, maison forte du XIIe siècle, construite sur des ruines gallo-romaines ; elle est propriété de la famille des Comtes de Grivel depuis 1624 ; exploitation commerciale : [2]
  • Croix de pierre de l'ancien cimetière, 1713 (devant l'église).
  • Les fontaines de Blandans : la Grande Fontaine (rénovée en 2006) et la fontaine du dessus (dite fontaine Fémery).
  • Stèle funéraire de Philibert de Vautravers (XVIe siècle, à l'église).
  • Domblans-Voiteur possède une halte ferroviaire SNCF qui dispose d'un distributeur de billets, d'un parking et d'un parking à vélos. Cette halte est située sur la ligne Besançon-Lons-le-Saunier. Adresse : Gare SNCF 39210 DOMBLANS-VOITEUR

Sites[modifier | modifier le code]

  • Arboretum (rive droite de la Seille. Accès par la Passerelle).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de franche-comté, A. Rousset, Département du Jura, Bintot imprimeur-libraire, 1855
  2. Georges Lienhardt, Géologie du bassin houiller stéphanien du Jura et de ses morts-terrains, Éditions Technip Chambéry, Impr. réunies, coll. « Mémoires du BRGM », , p. 39, figure 15.
  3. « Voiteur : Pompiers médaillés », sur voixdujura.fr, (consulté le 15 mars 2017)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]