Hydronymie de la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’hydronymie de la France est l'étude des hydronymes, ou noms de cours d'eau et d'étendues d'eau, en France.

Principaux bassins[modifier | modifier le code]

Garonne[modifier | modifier le code]

  • Garonne : Garumna, vient du pré-indo-européen Kar- "rocher" + -onna "rivière, source"
  • Lot : du latin Oltis, venant de olt + ik, "ruisseau qui vient d'en haut"
  • Tarn : Tarnis ou Tanara, des racines pré-indo-européennes tan- "falaise" + -ar "rivière"
  • Aveyron : Avario, transformé en veronius, provenant de awa "eau" + aar "rivière"[réf. non conforme]
  • Ariège : Aurigera, du latin auriger signifiant "aurifère, qui charrie de l'or"[Information douteuse]
  • Gers : du latin Ergitia, provenant du mot pré-indo-européen aguir "lande sèche"[Information douteuse]

Loire[modifier | modifier le code]

  • Loire : du latin Liger, provenant du celte liga (lie, boue, limon)
  • Allier : Elaver, vient du pré-indo-européen el (arbre)[Information douteuse] + ar (rivière dont la vallée est en forme de plaine), rivière aux arbres, sans doute car elle servait au flottage du bois[réf. nécessaire].
  • Sarthe : Sarta, vient du préceltique "sar" (cours d'eau)
  • Loir : du latin "Liger", venant du celte "liga" (boue)
  • Vienne : Vingenna, de "venda" (blanc ou brillante) + "-onna" (source)[réf. non conforme]
  • Creuse : Crosa, mot celtique (gaulois) signifiant « creuse »
  • Indre : Andra ou Ennara, du pré-indo-européen "enn" (rivière) + "arr" (rivière), rivière à nombreux bras
  • Cher : Caris, vient du pré-indo-européen "kar" (rocher)

Rhin[modifier | modifier le code]

  • Rhin : du celtique rēnos « rivière, fleuve », racine rē, « qui coule, flot ».
  • Ill : préceltique el, il
  • Meuse : du gallo-romain mosa, "marais temporaire".
  • Moselle : diminutif du précédent, même étymologie.
  • Meurthe : d'une racine indo-européenne[Laquelle ?] désignant la rigole, l’érosion terreuse causée par les eaux et aussi la capacité d’emporter la neige quand survient le printemps.
  • Moder : du gaulois Matrae, déesse gauloise des rivières.

Rhône[modifier | modifier le code]

  • Rhône : du grec rhodanos, vient de rho- (couler) + (idem Danube -danu (hardi, fier)
  • Saône : Saucona, sawk- (sacré) + -onna (rivière). Appelée Arar, avant la conquête romaine.
  • Durance : du préceltique dur-, dor- "cours d'eau"
  • Isère : Visara, issu des mots ligures "vis" + "aar", rivière coulant dans une vallée creuse
  • Doubs : vient du celtique (gaulois) "dub" (noir)

Seine[modifier | modifier le code]

  • Seine : Sequana, de sawk (sacré) + -onna (source)
  • Oise : du latin Isara des mots ligures "vis" + "aar"
  • Aisne : en latin Axonna, avec comme racine le mot ligure "awk" (eau) et "-onna" (source)
  • Marne : du gaulois Matrona, vient du celte Matra (mère) et du suffixe -onna (rivière).
  • Aube : du latin Alba, provenant du pré-indo-européen "albis" et auparavant "ob" (blanc)
  • Eure : en latin Atura, venant du pré-indo-européen "atur", rivière
  • Yonne : Isicauna, puis Sequana, de "sawk" + "-onna", la rivière sacrée
  • Suresnes, d'après Surisnas qui peut être l'accusatif du pluriel Surisnae, au singulier Surisna, est un nom d'origine celtique et sa terminaison en na indique qu'il s'agit d'un hydronyme[1].

Fleuves côtiers[modifier | modifier le code]

Manche[modifier | modifier le code]

  • Somme : vient du celtique samara (tranquille)
  • Vire : de ver / var « eau »

Océan Atlantique[modifier | modifier le code]

  • Odet : Odoanna, venant de od, "torrent" + -onna, "source"
  • Charente : Carantona, du pré-indo-européen kar, "rocher" + -onna, "source"
  • Adour : Atura, vient du pré-indo-européen aturra, "source"
  • Dordogne : du préceltique dur-, dor- "cours d'eau"
  • Vilaine : [réf. nécessaire] de l'indo-européen u̯eis, « flot », et de la racine hydronymique pré-celtique onna, « eau courante, rivière ».

Mer Méditerranée[modifier | modifier le code]

  • Hérault : Arauris ou Araris, vient de aar (rivière)
  • Var : de la racine *var (eau) identifiée également dans d'autres langues indo-européennes : sanskrit var(i) "eau", vieux norrois vari, louvite war-, etc.
  • Aude : Elita, formé avec la racine préceltique "el"
  • Orb : du préceltique "orobis" (orge)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945 (1965), Société historique de Suresnes, Alençon, p. 32.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]