Publy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Publy
L'église Saint-Nicolas.
L'église Saint-Nicolas.
Blason de Publy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Espace Communautaire Lons Agglomération
Maire
Mandat
Michel Montagnon
2014-2020
Code postal 39570
Code commune 39445
Démographie
Population
municipale
283 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 00″ nord, 5° 38′ 36″ est
Altitude Min. 471 m – Max. 669 m
Superficie 15,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Publy

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Publy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Publy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Publy

Publy est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Publy est un village situé sur le premier plateau jurassien, à l'est de la ville de Lons-le-Saunier. L'altitude du village de Publy est d'environ 550 m, cependant sur la Côte de l'Euthe, on relève par endroit des altitudes de 650 m. La Côte de l'Euthe est un soulèvement qui traverse le premier plateau du Jura. Ce village possède un riche passé. La commune a sur sa superficie deux ruines de châteaux forts, le château de Binans et le château de Beauregard qui permettaient de contrôler la vallée de l'Ain.

Seul le troisième château a été rénové. Celui-ci se dresse au beau milieu du village.

La commune de Publy a un hameau nommé Binans ; il se situe à 2 km à l'est de Publy. Binans est niché au pied de la Côte de l'Euthe. Les ruines du château de Binans dominent et égaillent la vue que l'on a depuis le hameau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Briod Vevy Verges Rose des vents
Conliège
Revigny
N Blye
O    Publy    E
S
Nogna Mesnois

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller du Jura, où le charbon est découvert par un sondage[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de Publy et Binans se situent dans des bulles des papes Anastase IV et Adrien IV et mentionnant l’oppidum et le castrum (château fort) de Binans et celui de Beauregard (Bello Respectu) ; ces bulles datent de 1153 et 1154.

Les deux châteaux sont pris et démantelés par les troupes de Louis XI en 1479. Le château de Binans capitule devant les troupes de Henri IV en 1595. Il abrite la population de Conliège pendant le siège de Lons-le-Saunier en 1638. Les deux châteaux de Binans et de Beauregard sont finalement démantelés en 1668 sur ordre de Louis XIV[2].

La commune de Publy annexe celle de Binans en 1824[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
         
    Louis Roux    
    Léon Bland    
    Michel Hugonnet    
    Charles Charnu    
    Louis Bouquin    
1983 1989 Daniel Sappez    
1989 2001 Marc Barbier    
2001 2008 Jean-Claude Minet    
2008 2014 Jean Pimentel[4]    
2014 en cours Michel Montagnon DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 283 habitants, en diminution de -0,35 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
438 448 464 418 570 564 553 548 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
493 484 476 425 411 397 408 433 406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380 398 365 357 345 336 313 295 268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
291 290 248 281 287 262 288 283 283
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Vu l'étendue de la surface cultivable de la commune, il reste plusieurs agriculteurs en activité ; on notera la présence de trois GAEC sur le territoire de Publy.

Publy possède de nombreuses et importantes forêts, ce qui explique la présence de petites entreprises locales liées au bois : tourneur sur bois, menuisier, ébéniste mécanicien..

La fruitière n'a pu surmonter le passage aux normes européennes, et la coopérative pour la fabrication du fromage a donc vendu la fruitière qui est dorénavant un logement individuel.

Les ateliers de tournerie fabriquent et commercialisent des meubles pour enfants en bois.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Beauregard (Jura).
  • Château de Publy (restauré).
  • Église Saint-Nicolas située sur le lieu-dit la promenade, qui est en fait une colline boisée de grands arbres, située au centre du village qu'elle domine. Le toit de l'église Saint-Nicolas est composé de lauze, on dit aussi « en lave ». De dimensions modestes, avec une assise solide, sa forme massive ne nécessite pas de contrefort. Cette église est un exemple de la persistante romane très fréquente sur le premier plateau jurassien. Dépendant de la paroisse de Saint-Étienne-de-Coldre, une chapelle dédiée à saint Nicolas est attestée en 1133. L'édifice actuel daterait du XVe siècle et fut agrandi en 1593 par la chapelle Sainte-Barbe, et en 1695 par la chapelle Saint-Renobert utilisée par les seigneurs du château tout proche. Le clocher a été érigé au XVIIIe siècle. Pauvre en ouverture, la nef est bordée de murs d'une épaisseur de 1,80 m portant une voûte en berceau brisé continu. Après l'arc triomphal robuste, bien appareillé et chanfreiné, le chœur continue et s'ouvre sur les deux chapelles.

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Publy.

À l'initiative de M. le maire Jean Pimentel, la commune est dotée d'un blason présenté officiellement le 11/11/2009. Un tableau a été réaliser pour décorer la nouvelle salle communale inaugurée le 8/05/2010.

Le blason azur orné deux fleurs et d'un chevron doré surmontant la tour du château du village, est entouré de deux croisettes d'or. Ce blason est inspirée d'une gravure se trouvant sur une pierre à l'intérieur de la chapelle de Binans datée de 1573.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Lienhardt, Géologie du bassin houiller stéphanien du Jura et de ses morts-terrains, Éditions Technip Chambéry, Impr. réunies, coll. « Mémoires du BRGM », , p. 39, figure 15.
  2. Dictionnaire Rousset des communes du Jura
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .