Cheminot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Chemineau.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cheminot (homonymie).
Cheminotes employées par la compagnie Baltimore & Ohio Railroad, 1943.
Photo : United States Women's Bureau (en)
Source : fonds historique de la NARA.

Un cheminot (une cheminote) est le nom donné aux personnes employées dans les chemins de fer.

L'origine[modifier | modifier le code]

Locomotive à vapeur et cheminots

En français oral, le mot cheminot a d'abord été utilisé pour désigner un ouvrier parcourant les chemins pour trouver du travail, un vagabond, un mendiant errant dans les campagnes[1], et s'orthographiait parfois « chemineau ». Il a ensuite été utilisé pour désigner les employés des compagnies de chemins de fer puisqu'en se déplaçant le long des voies, ils cheminaient (cheminer v.i. Suivre un chemin souvent long, lentement et régulièrement. Ex : Cheminer sur une petite route[2]). Aujourd'hui ce terme général désigne toute personne employée par une entreprise de transport ferroviaire.

Métiers du cheminot[modifier | modifier le code]

L'aiguilleur[modifier | modifier le code]

Un aiguillage est un type d'appareil de voie actionné par l'Aiguilleur

L'aiguilleur est l'employé chargé de la manœuvre de signaux ou d'appareils de voie. Un autre rôle appelé aussi aiguilleur était l'aiguilleur de dépôts. Celui-ci consistait à signaler au chef de feuille, responsable des machines dans les dépôts, les machines rentrant aux dépôts et à signaler au service exploitation les machines prêtes à prendre le service.

L'atteleur[modifier | modifier le code]

Attelage ferroviaire à vis

L'atteleur est l'employé du chemin de fer chargé d'atteler les wagons.

Employé aux aiguillages et aux écluses[modifier | modifier le code]

L'employé aux aiguillages et aux écluses doit diriger les manœuvres de trains dans le cadre du transport de marchandises ou de voyageurs. Cette fonction s'apparente à celle d'éclusier.

Le cantonnier[modifier | modifier le code]

Le cantonnier est un ouvrier préposé à l’entretien des voies ferrées et de leurs abords.

Le conducteur[modifier | modifier le code]

Le conducteur est un employé d'une entreprise ferroviaire dont la fonction principale est d'assurer la conduite d'un train. Il était souvent appelé « Mécanicien » (en Belgique "machiniste"), terme utilisé lors de la traction vapeur[3].

Le chauffeur[modifier | modifier le code]

Le chauffeur était un employé des chemins de fer s'occupant de la marche d'une locomotive à vapeur. Il a disparu avec la fin des locomotives à vapeur (sauf aux États-Unis, où il a subsisté jusque dans les années 1980, à la suite de l'opposition du syndicat à l'abolition de ce poste).

En France à la SNCF, de 1938 à 1974 une locomotive à vapeur fonctionne toujours avec deux agents[4], le chauffeur et le mécanicien forment une équipe titulaire d'une machine, ils sont à ce titre coresponsables de la bonne tenue de leur locomotive. Le chauffeur s'occupe notamment de la « conduite du feu » et de la production de vapeur en fonction des besoins, c'est néanmoins le mécanicien qui est le « chef de bord »[5].

Le chef de service[modifier | modifier le code]

Le chef de service à la SNCF est un agent chargé d'assurer sur le terrain la direction, la surveillance et, s'il y a lieu, l'exécution du service. Il peut assurer notamment la fonction d'agent-formation, l'expédition des trains et, à la demande d'un agent-circulation, certaines opérations relatives à la sécurité telles que la vérification de la libération d'une partie de voie, l'immobilisation d'un appareil de voie.

Le chef de manœuvre[modifier | modifier le code]

Le chef de manœuvre est chargé de commander et d'exécuter des manœuvres dans le cadre d'une opération de formation d'un train (fret ou voyageur) ou de garage de rame.

Le chef de train[modifier | modifier le code]

Le chef de train est doté de la responsabilité d’un convoi.

Le Contrôleur de circulation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le Contrôleur de circulation ferroviaire est responsable de la circulation de tous les trains sur une (ou plusieurs) ligne(s) ferroviaire(s) donnée(s).

Le garde-barrière[modifier | modifier le code]

Le garde-barrière est un employé des chemins de fer chargé de garder les barrières d'un passage à niveau non automatique.

Le garde-frein ou serre-frein[modifier | modifier le code]

Le garde-frein est un employé dont la fonction était, à l’origine, de serrer les freins de son train sous les ordres du mécanicien de locomotive et de participer à la manœuvre du convoi. Le terme serre-frein est utilisé en Amérique du Nord (en anglais : brakeman). En France on utilise le terme de garde-frein. Cette fonction a graduellement disparu avec la généralisation du frein automatique.

Le mécanicien de locomotive[modifier | modifier le code]

Le mécanicien de locomotive, est en France l'employé dont la fonction est de conduire la locomotive d’un train. Il est généralement posté dans la cabine de la locomotive. Il formait avec le chauffeur une équipe qui était titulaire d'une machine et à eux deux ils étaient à ce titre responsable de la bonne tenue de leur machine.

L'opérateur télégraphiste[modifier | modifier le code]

L'opérateur télégraphiste était un employé dont la fonction était de transmettre et recevoir des ordres provenant du contrôleur de circulation ferroviaire, ainsi que de lui retransmettre la progression du train. Il établissait également les radio-télégrammes des voyageurs.

Le piqueur[modifier | modifier le code]

Le piqueur est un agent technique qui a pour tâche de seconder le conducteur de travaux, de surveiller les équipes d'ouvriers et la bonne marche des travaux.

Le poseur de voie ferrée[modifier | modifier le code]

Le poseur de voies ferrées est un employé chargé de poser et réparer les rails sur la ligne de chemin de fer.

Le saboteur[modifier | modifier le code]

Le saboteur, ou « enrayeur », est l'employé chargé de poser un sabot sur le rail, afin de freiner et d'arrêter un wagon. Le sabot est un morceau de fonte, que l'on pose sur le rail. Lorsqu'un wagon arrive, il percute le sabot qui glisse sur le rail, ce qui immobilise le wagon au bout d'un moment.

Le signaleur (aiguilleur)[modifier | modifier le code]

Le signaleur est en Belgique un maillon important dans le processus d’écoulement du trafic ferroviaire. Il exerce une tâche essentielle dans un poste de signalisation où il travaille sous la responsabilité d’un sous-chef de gare. Sous sa conduite, il réalise un nombre d’opérations qui sont directement liées à la sécurité du trafic ferroviaire. C’est ainsi que pour chaque train, il trace un « itinéraire », cette action place tous les aiguillages qui vont être parcourus dans la bonne position. De cette façon, il peut faire circuler un train d’un point A vers un point B.[réf. nécessaire]

L'agent de services en gare (plus tard)[modifier | modifier le code]

Les services en gare assurent des opérations de manipulation, de portage, de déplacement ou de chargement de marchandises, de produits ou d'objets. L'agent réalise ces opérations manuellement ou à l'aide d'engins spéciaux de manutention. Il réalise également toutes sortes d'opération de l'après-vente voyageur (Objets Trouvés, Consigne à bagages, aides aux personnes à mobilité réduite, recyclage chariots à bagages, etc.).

Le wagonnier[modifier | modifier le code]

Le wagonnier est chargé de la manœuvre des wagons. Dans les ateliers, il travaille à la construction, à l'entretien et au démontage des wagons. Dans les cours des triages, il est chargé de l'inspection du matériel remorqué.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Larousse en 2 volumes, édité vers 1900
  2. Petit Larousse 2009
  3. http://fr.wiktionary.org/wiki/m%C3%A9canicien
  4. De 1932 à 1982 la SNCF est une société anonyme d'économie mixte, son personnel, appelé agent, n'est pas fonctionnaire mais bénéficie d'un régime particulier.
  5. « Evolution des conditions de travail des conducteurs de trains de la SNCF », par Mariam Sankhane, professeur Patrick Hamelin, module : conditions et organisation du travail dans les transports, IUP - ENPC, DEA Transport, Université Paris XII Val de Marne, 2004-2005. p. 9 lire lire (Consulté le 31/12/2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :