Ligne de Valmondois à Marines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne de
Valmondois à Marines
Image illustrative de l’article Ligne de Valmondois à Marines
La gare de Nesles-la-Vallée vers 1900
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Valmondois, Nesles-la-Vallée, Marines
Historique
Mise en service 1886 – 1891
Fermeture 1949
Concessionnaire SE (à partir de 1883)
Caractéristiques techniques
Longueur 22 km
Écartement métrique (1,000 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Valmondois à Marines est une ancienne ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique de 22 km de longueur. Elle reliait les communes de Valmondois et de Marines dans le département du Val-d'Oise en traversant la plaine du Vexin.

Créée dans le cadre du plan Freycinet de 1880, la ligne fut tracée avec pour objectif de désenclaver l'arrière pays agricole vexinois en le reliant aux principaux axes ferroviaires de communication.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1875 que nait le premier projet d’une ligne au départ de la gare de Valmondois, gare de la Compagnie du Nord, destinée à relier cette dernière à Méru en longeant la vallée du Sausseron. Bien qu'accepté par le département de l'Oise le [1], le projet fut finalement refusé en 1879 par le préfet de Seine-et-Oise.

Cette année-là, Monsieur Léon Say, maire de L'Isle-Adam et conseiller général propose alors la mise à l'étude d'un projet alternatif qui est adopté à la suite de la récente promulgation de la loi Freycinet en 1880, facilitant la création de chemins de fer secondaires.

La concession est accordée en 1883[2] à la Société générale des chemins de fer économiques et les travaux démarrent un an et demi plus tard[1]. Le tronçon de la ligne à voie métrique d'intérêt local reliant la gare de Valmondois au village d'Épiais-Rhus est inauguré le dimanche [1] et mis en service le lendemain, le . Il est très rapidement étudié un prolongement à la demande de Monsieur Alexandre Peyron, maire de Marines et conseiller général ; le prolongement jusqu'à cette localité est accordé par la concession du et mis en service le .

Puis finalement, le même Monsieur Peyron fait une nouvelle demande de prolongement jusqu'à la gare de Chars, desservie par la Compagnie de l'Ouest, mais celui-ci est largement retardé, puis pris en main par cette dernière, soucieuse d'éviter la concurrence. Une jonction de six kilomètres, à voie normale (1 435 mm), voit finalement le jour entre Chars et Marines le , la ligne de Chars à Marines. Il est longtemps question de mettre à voie normale la ligne de Valmondois à Marines afin d'assurer une continuité sans rupture de charge ; mais les pouvoirs publics ne donnent jamais suite au vu de la faible rentabilité attendue de l'opération[3].

La ligne rencontre un certain succès mais, dès les années 1930, la concurrence routière automobile et surtout celle de l'autocar devenant sérieuse, certaines circulations sont transférées sur route. Au second semestre 1947, une baisse importante de fréquentation est enregistrée et la multiplication des transports par camions réduit le trafic de marchandises à néant.

Le déficit, accumulé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale[4], amène le conseil général de Seine-et-Oise à étudier le transfert sur route par autocar pour le service voyageurs. À la majorité, les conseillers généraux votent finalement l'arrêt du trafic le . L'interruption définitive des circulations a lieu le . La ligne est déclassée le . L'ensemble du matériel et des installations restent en place jusqu'en 1953, année durant laquelle l'infrastructure (voie et signaux) est déposée et le matériel mis à la ferraille ou revendu[5]. La ligne Marines – Chars est, quant à elle, supprimée le avec arrêt définitif du trafic le [6].

Renouveau[modifier | modifier le code]

Durant les années 1970, un petit groupe de passionnés, désireux de faire revivre la grande époque de la ligne et de faire connaitre l'histoire de la vallée du Sausseron, crée une association, le Musée des Transports de la Vallée du Sausseron (MTVS), en vue de réhabiliter une partie des installations autour du dépôt sur seulement un kilomètre de l'ancienne ligne oubliée et de créer un musée des trains à vapeur.

Né en 1976, le MTVS est devenu depuis le musée des tramways à vapeur et des chemins de fer secondaires français. C'est tout naturellement que celui-ci s'est installé dans les anciens bâtiments du réseau à la gare de Valmondois, où ont été installés les ateliers de restauration du matériel roulant, puis le musée renfermant des locomotives et wagons dorénavant en état de marche.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Ancienne gare de Bréançon - Grisy.

La voie ferrée d'origine a totalement disparu et la plateforme est devenue en grande partie un simple chemin de randonnée. La gare de Bréançon - Grisy, la seule restée en l'état, a d'ailleurs été reconvertie en gîte d'étape. Celle de Nesles-la-Vallée est devenue un foyer rural et celle de Vallangoujard une habitation. La gare de Marines est occupée par la direction départementale de l'Équipement (DDE). Seule une toute petite portion de voie métrique d'un kilomètre a pu être reconstituée entre la gare de Valmondois et le bois Thibault par les bénévoles du musée des tramways à vapeur car les anciens terrains ont été vendus lors de la fermeture de la ligne. Cette reconstitution est démontée en 2017-2018 lors de la fermeture pour être transformée en voie verte dans le cadre du programme des boucles du Vexin[7],[8].

La ligne[modifier | modifier le code]

La gare de Marines avant la Première Guerre mondiale.
Un train à la halte de Grisy.
Tracé schématique de la ligne de Valmondois à Marines et des lignes environnantes.

La ligne est construite sur une plateforme de 5,50 à 6 mètres de largeur, prévue pour la circulation de véhicules d'un gabarit de 2,50 m de largeur.

Le rayon de courbure de la voie est au minimum de 200 mètres, à l'exception de la sortie de la gare de Valmondois où le rayon descend à 182 mètres. La rampe maximale est de 15 mm/m jusqu'à Épiais-Rhus, et de 20 mm/m sur une section de 1 300 mètres afin de grimper sur le plateau du Vexin.

La ligne comporte peu d'ouvrages d'art ; un seul pont-rail enjambe la route de Marines à Bréançon et plusieurs petits ponts permettent de franchir le cours du Sausseron.

La voie est équipée de rails vignole de 20 kg par mètre, en longueur de neuf mètres, reposant sur onze traverses de chêne. Celles-ci reposent sur un ballast de 30 à 40 cm d'épaisseur, constitué simplement de gros graviers provenant de l'Oise[9].

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne est constituée de deux sections :

Les gares[modifier | modifier le code]

Les horaires entre Valmondois et Marines, en mai 1914.
Un train à Vallangoujard.
Une locomotive de type 031 T en gare de Nesles-la-Vallée dans les années 1920.
Voiture ex-SE Allier.

La ligne dessert treize gares ou simples arrêts le long de ses 21 kilomètres :

Exploitation[modifier | modifier le code]

Exploitée par la Société générale des chemins de fer économiques (SE), le trafic de la ligne se maintient à un relativement bon niveau jusqu'à la Première Guerre mondiale, avec pas moins de quatre, voire cinq aller-retour quotidiens.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

À l'ouverture de la ligne, en 1886, le matériel roulant est constitué de locomotive-tender de type 031 T (trois essieux accouplés et un essieu porteur) d'un poids à vide de 18 tonnes, construite par la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM)[11], et de trois voitures voyageurs d'un gabarit de 2,50 mètres à plates-formes d'extrémité (deux voitures mixtes 1re et 2e classe et une voiture de 2e classe).

L'ouverture de la section entre Épiais-Rhus et Marines et l'augmentation du trafic liée fait commander une quatrième voiture mixte fourgon, livrée en 1893[12]. Deux autres locomotives de type 031 T de la SACM, construites par les dépôt de La Chapelle de la Compagnie des chemins de fer du Nord, sont mises en service en 1887[11].

En 1923, une locomotive Mallet SACM de type 020-020 T est introduite sur la ligne en renfort des 031 T qui nécessitent d'être remises à neuf.

Locomotives SACM de la ligne de Valmondois à Marines
Numéro Nom Type Numéro SE Date de
mise en service
1 Valmondois 031 T 3501 1886
2 Épiais-Rhus 031 T 3541 1887
3 Nesles 031 T 3542 1887
4 Saint-Jeanvrin 020-020 T 3543 1923

Trafic[modifier | modifier le code]

Années Voyageurs GV PV
1913 223 508 1 057 t 13 054 t
1927 141 094 234 t 20 552 t
1928 146 935 218 t 16 328 t
1929 159 323 195 t 16 709 t
1930 163 608 185 t 18 375 t
1931 140 849 180 t 25 315 t
1932 127 809 160 t 15 617 t
1933 114 809 109 t 13 140 t
1934 80 704 122 t 10 146 t

Source : Claude Wagner, Les petits trains et les tramways du Val-d'Oise[13].

La ligne Chars - Magny-en-Vexin[modifier | modifier le code]

Cette ligne, embranchement à voie normale de la ligne de Saint-Denis à Dieppe et pendant occidental de l'embranchement de Chars à Marines, est concédée en 1865 et ouverte en août 1871.

D'une longueur de 12,1 km et desservant deux gares intermédiaires (Nucourt et Bouconvillers), elle est reprise par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest le . En 1909, la ligne passe sous le contrôle du réseau de l'État, comme toutes les lignes de la compagnie de l'Ouest.

Le trafic voyageurs est transféré sur route en 1952 et seul un trafic marchandise résiduel lui survit jusqu'en 1987. Le bâtiment de la gare de Magny-en-Vexin est resté depuis en l'état, seule la marquise ayant disparu[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Clive Lamming, Les réseaux secondaires autour de Paris, 1830-1950, Évreux, Éditions Atlas, coll. « La grande Histoire des transports urbains », 2e semestre 2012, 55 p. (ISBN 978-2-7312-4867-8), p. 116.
  2. Bulletin des lois de la république française, deuxième semestre de 1883, voir p. 813 et suivantes, sur gallica.bnf.fr. Consulté le 27 mai 2013.
  3. Claude Wagner, Les petits trains et les tramways du Val-d'Oise, p. 131.
  4. Clive Lamming, op. cit., p. 123.
  5. Claude Wagner, op. cit., p. 132-133.
  6. Claude Wagner, op. cit., p. 181.
  7. Présentation de la boucle autour d'Auvers-sur-Oise.
  8. Présentation du programme complet des boucles du Vexin.
  9. Claude Wagner, op. cit., p. 144
  10. Claude Wagner, op. cit., p. 142.
  11. a et b Clive Lamming, op. cit., p. 120.
  12. Claude Wagner, op. cit., p. 155-171.
  13. Claude Wagner, op. cit., p. 154
  14. Claude Wagner, op. cit., p. 179-181.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Sampité, Les chemins de fer à faible trafic en France : Lignes secondaires des grands réseaux, chemins de fer d'intérêt local et tramways à vapeur - établissement et exploitation, Baudry et cie, (réimpr. 2010 par BiblioLife), 467 p. (ISBN 978-1-145-90434-7, lire en ligne), « Chemin de fer à voie métrique : Valmondois à Épiais-Rhus », p. 290-300
  • Claude Wagner, les petits trains et les tramways du Val-d'Oise, éditions du Valhermeil, 1994, 250 pages. (ISBN 2-905684-57-7)
  • Henri Domengie et José Banaudo, les petits trains de jadis, tome 4 : Nord de la France, éditions du Cabri, 1982, 223 pages. (ISBN 2-908816-29-6)
  • Jean-Claude Riffaud & Jacques Renaud, Le chemin de fer de Valmondois à Marines, dossier publiée dans le no 31 (1984-3) de la revue Magazine des tramways à vapeur et des secondaires (MTVS) (ISSN 0150-116X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :