Balustrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Balustrade d'escalier, au Musée national de Prague.
Élément décoratif de balustrade à la maison Losseau.

Une balustrade, dans le domaine des éléments d'architecture, est une rangée de balustres fixés entre un socle et une tablette formant appui, et constituant un garde-corps ajouré, à vocation de sécurité et participant au style des constructions.

Description[modifier | modifier le code]

La balustrade constitue une barrière installée à hauteur d'appui souvent ajourée, faisant fonction de garde-corps, comme la balustrade d'un balcon, d'une passerelle (rambarde), d'une rampe d'escalier ou d'une barrière d'un pont (garde-fou, de parapet). Son but est donc de prévenir les chutes.

Elle n'a parfois qu'un rôle d'ornement, de décoration, comme en couronnement de façade.

On distingue :

  • les balustrades intérieures, destinées à garnir le devant des galeries, des tribunes ;
  • les balustrades extérieures, disposées à l'extrémité des terrasses dallées des édifices ou sur les chéneaux des combles.

Par extension et analogie, une balustrade désigne :

  • une clôture ajourée ou non, à hauteur d'appui le long d'un escalier, d'une terrasse, d'un pont, etc. ;
  • dans le domaine ferroviaire, le plancher où se tient le mécanicien à l'arrière de la locomotive, qui est garni des deux côtés d'une clôture, à hauteur d'appui, pour le garantir d'une chute ;
  • dans le domaine de la marine, un garde-corps à jour placé à hauteur d'appui sur l'avant d'une dunette et aux fronteaux des gaillards ;
  • une rampe[1].
Balustrade de la cathédrale de Rouen, dessin d'Eugène Viollet-le-Duc.

D'abord en construites en bois ou mur d'appui en pierre, les balustrades sont ensuite évidés sous forme d'arcatures surmontées d'une assise. Le style des balustrades est tributaire de la dureté de la pierre et des régions. On ajoute dès le XIIIe siècle des chéneaux pour faciliter l'écoulement des eaux de pluie vers des gargouilles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Balustrade », gdt.oqlf.gouv.qc.ca (consulté le 17 mai 2019).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Viollet-le-Duc, Encyclopédie médiévale, Paris, Georges Bernage, , p. 144-157.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]