Communauté de communes du Vimeu Industriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une intercommunalité française image illustrant la Somme
Cet article est une ébauche concernant une intercommunalité française et la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le Projet des intercommunalités françaises.

Communauté de communes du Vimeu Industriel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Somme
Forme Communauté de communes
Siège Friville-Escarbotin
Communes 14
Président Bernard Davergne (PS)
Date de création 1er janvier 1997
Code SIREN 248 000 630
Démographie
Population 18 189 hab. (2007)
Densité 209 hab./km2
Géographie
Superficie 87 km2
Liens
Site web http://www.cc-vimeuindustriel.fr

La Communauté de Communes du Vimeu Industriel est une structure intercommunale française, située dans le département de la Somme.

Historique[modifier | modifier le code]

Le « Syndicat à vocation multiple du Vimeu » (SVMV) est créé en 1964 par les communes de Friville, Fressenneville, Feuquieres, Woincout, Chepy, Meneslies et Yzengremer, et a comme compétences l'assainissement, les zones industrelles, les équipements sportifs, la collecte et le traitement des ordures ménagères, le ramassage scolaire et l'amélioration du réseau routier[1].

Le SVMV analyse alors les problèmes et les besoins du Vimeu Industriel, et dégage ainsi les principales orientations à choisir en faveur du développement socio-économique du Vimeu et, dès 1966, lance ses premières réalisations[1].

Progressivement les communes de Valines, Nibas, Bourseville, Tully, Aigneville, Ochancourt et Béthencourt-sur-Mer intègrent la structure intercommunale,qui se transforme en communauté de communes le sous le nom de communauté de communes du Vimeu industriel (CCVI)[2].

À partir de 2015 et l'adoption de la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe), les élus du Vimeu industriel et de la communauté de communes du Vimeu Vert, dont les compétences, la fiscalité et le bassin de vie sont proches, envisagent de fusionner[3],[4],[5],[6]. Cette proposition a été retenue dans le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Somme[7] et sera mise en œuvre le après consultation des conseils municipaux et communautaires concernés[8].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Cette communauté de communes est composée des communes suivantes :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Friville-Escarbotin (siège) 80368 Frivillois 8,86 4 718 (2013) 533
Aigneville 80008 Aignevillois 10,76 872 (2013) 81
Béthencourt-sur-Mer 80096 2,95 1 033 (2013) 350
Bourseville 80124 Boursevillois 8,07 706 (2013) 87
Chépy 80190 7,35 1 288 (2012) 175
Feuquières-en-Vimeu 80308 Feuquiérois 7,99 2 527 (2013) 316
Fressenneville 80360 Fressennevillois 8,66 2 240 (2013) 259
Méneslies 80527 Menesliens 4,04 309 (2013) 76
Nibas 80597 Nibasiens 12,65 835 (2013) 66
Ochancourt 80603 Ochancourtois 3,95 293 (2013) 74
Tully 80770 Tullysiens 1,88 583 (2013) 310
Valines 80775 Valinois 5,25 650 (2013) 124
Woincourt 80827 Woincourtois 4,18 1 364 (2013) 326
Yzengremer 80834 3,40 522 (2013) 154

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de l'intercommunalité est à Friville-Escarbotin, rue Henri-Barbusse.

Toutefois, compte tenu des travaux nécessaires pour y assurer l'accessibilité aux personnes handicapées et de la perspective réunir sur un même site en 2017 l'administration de la communauté de communes du Vimeu Vert et celle du Vimeu Industriel, la communauté envisage d'acheter à EDF un bâtiment de 750 m2 situé à Friville-Escarbotin, avenue Albert-Thomas[9].

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est administrée par son conseil communautaire, composé de 36 conseillers municipaux représentant chacune des communes membres, et répartis sensiblement en fonction de la population de chaque commune, soit, pour la mandature 2014-2020 :

  • 7 délégués pour Friville-Escarbotin ;
  • 3 délégués pour Bourseville, Feuquières-en-Vimeu et Fressenneville ;
  • 2 délégués pour Tully et Woincourt ;
  • 1 délégué et son suppléant pour Aigneville, Béthencourt-sur-mer, Chépy, Méneslies, Ochancourt, Valines et Yzengremer[10].

Le conseil communautaire du 16 avril 2014 a réélu son président, Bernard Davergne, maire de Friville-Escarbotin[11], et celui du 23 avril 2014 a élu les 8 vice-présidents du Vimeu industriel, qui sont :

  1. Magalie Havard, maire-adjoint de Béthencourt-sur-Mer ;
  2. Jean-Pierre Boudinelle, 1er maire-adjoint de Valines ;
  3. David Lefevre, maire de Friville-Escarbotin ;
  4. René Roussel, maire de Nibas ;
  5. Jean-Jacques Leleu, 1er maire-adjoint de Fressenneville ;
  6. Michel Dequevauviller, maire d'Aigneville ;
  7. Denis Vandenbulcke, 1er maire-adjoint de Chépy
  8. Christian Ducatillon, 1er maire-adjoint d'Yzengremer[10].

Ensemble, ils forment le bureau de la communauté de communes pour la mandature 2014-2020.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs du SIVOM et de la communauté de communes[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1964 1977 Charles Saint-Germain SFIO Maire de Woincourt ( ? → 1977)
1977 1983 François Vauquelin   Maire de Feuquières-en-Vimeu (1977 → 1983)
1983 2001 Jacques Mullesch PCF Maire de Tully (1977 → 2001)
2001 2003 Guy Roussel PCF Commerçant
Maire de Friville-Escarbotin (1977 → 2003)
Conseiller général de Friville-Escarbotin (1992 → 2003)
Décédé en cours de mandat
2003 2008 Noël Ricouard PCF Maire de Fressenneville (1977 → 2008)
Conseiller régional (1995 → 2004)
2008 en cours
(au 14 mai 2016)
Bernard Davergne PS Directeur d'école
Maire de Feuquières-en-Vimeu (2001 → )
Conseiller général de Moyenneville (2009 → 2015)
Conseiller départemental de Gamaches (2015 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[11]

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions définies par le code général des collectivités territoriales.Il s'agit de :

  • Développement économique : zones d’activité industrielle, artisanale et/ou commerciale ;
  • Aménagement du territoire  : création des zones d'aménagement concerté (ZAC) et du schéma de cohérence territoriale (SCOT) ;
  • Environnement :
    • Collecte et traitements des déchets ménagers
    • Assainissement Collectif : Réalisation et Gestion
    • Assainissement Individuel : Gestion et suivi
    • Aménagement paysager hors agglomération
    • Fauchage des accotements, talus, entretien des grands espaces verts
    • Valorisation des déchets verts et assimilés
  • Actions culturelles et sportives :
    • École de musique :
    • Gymnases des collèges et lycées
    • Piscine intercommunale Viméo
  • Actions sociales, scolaires et culturelles :
    • Repas à domicile pour les personnes âgées ;
    • Centre Animation Jeunes et actions socioculturelles envers les adolescents ;
    • Structures d’accueil jeunes enfants et Relais Assistantes Maternelles ;
    • Transport scolaire, périscolaire et parascolaire ;
    • Actions culturelles et sportives de dimensions intercommunales ;
    • Actions autour de la lecture ;
  • Sécurité  :
  • Nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) :
  • Emploi : Adhésion à la création d'une maison de l'emploi et de la formation (MEF)[12].

Depuis l'été 2015, l'intercommunalité instruit pour le compte des communes les demandes de permis de construire et autres autorisations d'urbanisme[13].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin d'assurer ses compétences, la communauté de communes perçoit une fiscalité additionnelle aux impôts locaux perçus par les communes, avec FPZ (fiscalité professionnelle de zone) et sans FPE (fiscalité professionnelle sur les éoliennes)[14]. Elle perçoit également la taxe d'enlèvement des ordures ménagères[2] (TEOM).

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Historique », La communauté, sur http://www.cc-vimeuindustriel.fr,‎ (consulté le 13 mai 2016).
  2. a et b « CC du Vimeu Industriel (N° SIREN : 248000630) », Fiche signalétique BANATIC, Ministère de l'intérieur,‎ (consulté le 14 mai 2016).
  3. Vincent Héry, « Vimeu industriel - intercommunalité: « Nous sommes en position d’attente » : Les prochaines semaines décideront de l’avenir de la communauté de communes du Vimeu industriel. Les élus souhaitent la voir grandir, mais avec qui s’allier ? », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  4. Vincent Héry, « Les élus favorables à une fusion Vimeu vert-Vimeu industriel : Les deux conseils communautaires se sont prononcés en faveur de ce mariage, qui n’a pas été envisagé dans le schéma présenté par la préfète », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  5. Julien Levasseur, « Les élus favorables à un mariage avec le Vimeu Vert : Fiscalité proche, bassin de vie et d'emploi homogène, compétences proches et complémentaires. A l'unanimité, les élus du Vimeu Industriel se sont déclarés favorables à une fusion avec leurs voisins du Vimeu Vert. », L'Informateur - L’Éclaireur,‎ (lire en ligne).
  6. G. L., « Vimeu vert - Pour une gestion égalitaire : La Communauté de communes de Vimeu Vert vit sa dernière année. Elle mènera un ultime chantier, la voirie, et se prépare à la fusion », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Vimeu - Oui à la fusion des intercommunalités », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du Vimeu Vert et de de la communauté de communes du Vimont industriel », Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 96-97 (lire en ligne [PDF]).
  9. V. Héry, « Vimeu industriel - Deux grands chantiers à lancer : Les délégués du Vimeu industriel ont validé le déménagement du siège de la communauté de communes. La maison de santé pluridisciplinaire est le second chantier attendu », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  10. a et b « Composition du Conseil Communautaire », L'Organisation, sur http://www.cc-vimeuindustriel.fr,‎ (consulté le 14 mai 2016).
  11. a et b Vincent Héry, « Bernard Davergne reconduit à la tête de la communauté de communes du Vimeu industriel », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  12. « Compétences exercées par la Collectivité », La Communauté, sur http://www.cc-vimeuindustriel.fr,‎ (consulté le 14 mai 2016).
  13. Vincent Héry, « Vimeu industriel : Un nouveau service communautaire vient d’être créé », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  14. « Communauté de Communes du Vimeu Industriel », Liste des intercommunalités de France, sur http://www.comersis.fr (consulté le 14 mai 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]