Maison de La Rochefoucauld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochefoucauld.
Maison de La Rochefoucauld
Image illustrative de l'article Maison de La Rochefoucauld
Armes

Blasonnement Burelé d'argent et d'azur, à trois chevrons de gueules brochant sur le tout, le premier écimé.
Devise « C'est mon plaisir »
Branches La Rochefoucauld
La Roche-Guyon
Estissac
Montbel
Doudeauville
Bayers etc.
Période XIe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine drapeau de l'Angoumois Angoumois
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Demeures
Charges Chambellans de nombreux rois de France, grands veneurs de France, grands maîtres de la garde-robe du roi,ministre de la Maison du roi, ministre, députés etc.
Fonctions militaires lieutenant-général des armées du roi etc.
Fonctions ecclésiastiques Grands aumôniers de France, 3 cardinaux, archevêques, évêques, 3 baillis de l'ordre souverain de Malte etc.

La maison de La Rochefoucauld, originaire de l'Angoumois est l'une des plus anciennes familles subsistantes de la noblesse française (la première maison de La Rochefoucauld suivie depuis 1019 s'éteignit au XIIe siècle dans la maison de Marthon et le nom fut relevé par Guy de Marthon, vivant en 1147, fils de Robert de Marthon et d'Emma de La Rochefoucauld).

Elle donna plusieurs branches ducales et fut notamment illustrée par François duc de La Rochefoucauld (1613-1680), l'auteur des célèbres Maximes (1665).

Origine[modifier | modifier le code]

Les auteurs anciens la disaient sans preuve issue de la maison de Limoges ou de la Maison de Lusignan et lui donnaient comme premier ancêtre Foucauld Ier seigneur de La Roche en Angoumois, vivant en 1019[1].

Les auteurs contemporains indiquent que la maison actuelle de La Rochefoucauld est issue de la famille de Marthon, avec Emma de La Rochefoucauld (fille d'Adémar de la Roche, seigneur de la Rochefoucauld et de Mathilde de Chabanais), qui épousa Robert de Marthon (fils de Hugues de Marthon et de Pétronille), dont le fils Guy prit le nom de La Rochefoucauld et fut l'auteur d'une nouvelle maison de la Rochefoucauld[2],[3],[4].

Première maison de la Rochefoucauld : seigneurs de la Roche[modifier | modifier le code]

  1. Foucauld Ier de La Roche, seigneur de la Roche en Angoumois assista en 1019 avec ses enfants à une donation de Guillaume évêque d'Angoulême. Il est nommé en 1026 avec sa femme Jarsande dans une charte de l'abbaye de Saint-Cybar d'Angoulême[5].
  2. Guy Ier de La Roche (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, fonde en 1060 le prieuré de Saint-Florent de La Rochefoucauld. Il fut père de Guy II, qui suit, et d'Arnaud[5].
  3. Guy II de La Roche (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, assista en 1081 à un accord entre les religieux de Saint-Florent de Saumur et ceux de Saint-Martial de Limoges. Il épousa Eve, dont on ignore le nom, et en eut au moins trois garçons dont Guy III, qui suit[5].
  4. Guy III de La Roche (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld († 1120). Il fut père d'au moins Aymar, qui suit[5].
  5. Aymar de La Roche (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld et de Verteuil († en 1140). Il mena différentes guerres contre Vulgrin II, comte d'Angoulême[5]. Il épousa Mathilde de Chabanais, dont il eut une fille, Emma mariée avec Robert de Marthon, seigneur de Marthon[3].

Deuxième maison de la Rochefoucauld : seigneurs de Marthon[modifier | modifier le code]

  1. Emma de La Rochefoucauld (fille d'Aymar de La Roche, seigneur de La Rochefoucauld et de Mathilde de Chabanais) épousa Robert de Marthon, seigneur de Marthon[3]. Elle vivait en 1140-1160.
    Les travaux d'André Debord font sortir les seigneurs de Marthon de la maison de Montberon au XIIe siècle. Les armoiries des Montberon (Écartelé : aux 1 et 4 burelé d'argent et d'azur; aux 2 et 3 de gueules) font penser à celles des Lusignan (burelé d'argent et d'azur) dont ils pourraient être issus.
  2. Guy de Marthon (Guy IV de La Rochefoucauld) (fils des précédents). Il prit le nom de sa mère et devint seigneur de La Rochefoucauld, Verteuil, Marthon, Blanzac. Il participa aux guerres contre Guillaume, comte d'Angoulême. Il assista en 1170 à la dédicace de l'Abbaye de Saint-Amant-de-Boixe. On suppose qu'il épousa une fille d'Aimery, vicomte de Rochechouart. Il fut le père de Foucauld II qui suit et d'Aimery[5].
  3. Foucauld II (fils du précédent) seigneur de La Rochefoucauld, de Verteuil, de Blanzac, de Marthon, etc. Il servit dans les armées du roi Philippe Auguste et fut fait prisonnier en 1198 à la bataille de Gisors. Il fut père d'au moins quatre garçons, dont Aimery Ier qui suit[5].
  4. Aimery Ier de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, de Verteuil, de Marthon, de Blanzac, de Cellefrouin, de Bayers et de Claix. Il testa en 1244 et fit un codicille à son testament en 1249. Il épousa Létice, fille estimée de Hugues LArchevêque seigneur de Parthenay. Il eut au moins cinq enfants, dont Guy qui suit[5].
  5. Guy VI de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, Verteuil, de Marthon, de Blanzac, de Cellefrouin, etc. Il se rallia à la cause d'Hugues le Brun, comte de La Marche, contre le roi de France Saint Louis. Il fit en 1295 son testament, par lequel il élut sa sépulture en l'abbaye de Grosbos auprès de ses père et mère et mourut la même année. Il épousa Agnès de Rochechouart, dont il eut au moins neuf enfants, dont son cadet et successeur Aimery II, qui suit[5].
  6. Aimery II de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, de Blanzac, de Marthon , de Bayers, etc. Il fit son testament en 1297, ordonnant sa sépulture dans l'abbaye de Grosbos et mourut la même année. En 1280 il épousa Dauphine de La Tour-d'Auvergne. Il eut au moins cinq enfants, dont Guy VII, qui suit[5].
  7. Guy VII de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, de Marthon, de Blanzac, de Cellefrouin, de Bayers, etc. Il servit le roi de France Philippe V le Long contre les Flamands (1317-1318). Il fonda en 1329 le couvent des Carmes de La Rochefoucauld. Il fit son testament en 1344. Il avait épousé en 1309 Agnès de Culant et en eut au moins neuf enfants, dont l'aîné Aimery III suit[5].
  8. Aimery III de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, de Marthon, de Blanzac, de Cellefrouin, de Bayers, etc. Dès 1338, il rendit de grands services au roi Philippe VI de Valois. Il mourut le . Il avait épousé Marguerite de Barbezieux dont il n'eut pas d'enfant, puis Rogette de Grailly (fille de Pierre de Grailly, vicomte de Bénauges et de Castillon et de sa seconde femme Rosamburge de Périgord) dont il eut Gui VIII qui suit[5].
  9. Guy VIII de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, de Marthon, de Blanzac, de Cellefrouin, de Bayers, de Claix, etc. Il acquit les terres de Marcillac et de Montignac. Chevalier, il fut gouverneur de l'Angoumois, conseiller et, à partir de 1394, chambellan des rois Charles V, Charles VI et du duc de Bourgogne Philippe le Hardi. Il devint à partir de cette date un homme de confiance du roi. Jouteur très adroit, il combattit, en 1380, à Bordeaux Guillaume de Montferrand, partisan des Anglais. Il épousa en premières noces Jeanne de Luxembourg, dont il n'eut point de postérité, et en secondes noces Marguerite de Craon qui lui donna au moins huit enfants, dont Foucauld III, qui suit[5].
  10. Foucauld III de La Rochefoucauld (fils du précédent), seigneur de La Rochefoucauld, de Marthon, de Blanzac, de Bayers, de Montignac, de Marcillac, etc. Conseiller, chambellan du roi Charles VII († 1467). Il participa au siège de Fronsac. Il Reçut le roi Charles VII en son château (du au , au moment de la bataille de Castillon, qui mit fin à la guerre de Cent Ans. Il avait épousé Jeanne de Rochechouart qui lui donna au moins trois enfants, dont Jean Ier, qui suit[5].
  11. Jean Ier de La Rochefoucauld († 1471), seigneur de La Rochefoucauld, de Marthon, de Blanzac, de Bayers, de Montignac, de Marcillac, etc. Conseiller et chambellan de Charles VII et de Louis XI, gouverneur de Bayonne en 1453, sénéchal du Périgord. « Le plus puissant de tous les vassaux du comte d'Angoulême pour être gouverneur de la personne et tuteur des biens de Charles d'Orléans, comte d'Angoulême ». Il obtint vers 1445 la permission de fortifier Marcillac et d'y bâtir un château. Il épousa sa cousine Marguerite de La Rochefoucauld, dame de Barbezieux et de Montendre, avec qui il eut au moins François, premier comte de La Rochefoucauld, qui suit[5].

Principales branches[modifier | modifier le code]

François I de La Rochefoucauld († 1541), chambellan des rois Charles VIII et Louis XII. Il fut le le parrain de François Ier qu'il tint sur les fonts baptismaux et son prénom fut attribué au futur roi. En 1515 François Ier érigea en sa faveur la baronnie de La Rochefoucauld en comté en y incorporant la baronnie de Marthon[5].

Il épousa en première noce Louise de Crussol, d'où François II, auteur de la branche ainée des comtes puis ducs de La Rochefoucauld (en 1622)[5],[6].

Il épousa en deuxième noce Barbe du Bois, d'où est issue la branche cadette des seigneurs de Montendre et de Surgères[5] qui donna les ducs de Doudeauville (1782) et de Bissacia (Deux-Siciles 1851)[6](titres éteints en 1995[7] et 1968 [6])

Branche ainée : comtes puis premiers ducs de la Rochefoucauld[modifier | modifier le code]

  1. Cette branche a pour auteur François II de La Rochefoucauld, comte de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, seigneur et baron de Verteuil, etc. (1494-1533). Marié en 1518 avec Anne de Polignac (1518)[5], il fit construire la partie renaissance du château de La Rochefoucauld.
  2. François III de La Rochefoucauld (1521-1572) (fils du précédent), comte de La Rochefoucauld et de Roucy, prince de Marcillac, seigneur de Verteuil, etc. épousa en premières noces Sylvie Pic de la Mirandole, petite fille du philosophe Jean Pic de la Mirandole (d'où François IV de La Rochefoucauld), et en secondes noces Charlotte de Roye, comtesse de Roucy, belle-sœur du prince de Condé. Protestant, il fut assassiné à Paris lors du massacre de la Saint-Barthélemy[5].
  3. François IV de La Rochefoucauld (1554-1591) (fils du précédent), comte de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, comte de Roucy, seigneur de Verteuil, etc. Il épousa en 1587 Claude de Madaillan, dame d'Estissac. Protestant, il fut tué à Saint-Yrieix-la-Perche par les Ligueurs catholiques[5].
  4. François V de La Rochefoucauld (1588-1650) (fils du précédent), 1er duc de La Rochefoucauld et pair de France en 1622, prince de Marcillac. Il épousa en 1611 Gabrielle du Plessis-Liancourt. Catholique, il soutint Louis XIII. Il se signala au combat de l'île de Ré et au siège de la Rochelle en 1628[5].
  5. François VI de la Rochefoucauld (1613-1680) (fils du précédent), 2e duc de La Rochefoucauld et pair de France, prince de Marcillac. Il épousa en 1628 Andrée de Vivonne[5]. Écrivain moraliste (Maximes, Mémoires), il mena une vie mondaine après avoir participé à différentes intrigues, notamment la Fronde.
  6. François VII de La Rochefoucauld (1634-1714) (fils du précédent), 3e duc de La Rochefoucauld et pair de France, prince de Marcillac. Il épousa Jeanne du Plessis-Liancourt (petite-fille et héritière du dernier duc de La Roche-Guyon de la maison du Plessis-Liancourt). Il fut grand veneur de France[5].
  7. François VIII de La Rochefoucauld (1633-1728) (fils du précédent), 4e duc de La Rochefoucauld et pair de France, {{1er} duc de La Roche-Guyon par lettres de novembre 1679[6], prince de Marcillac. Il épousa Magdeleine Charlotte le Tellier de Louvois, fille de François Michel Le Tellier de Louvois.
  8. Alexandre de La Rochefoucauld (1690-1762) (fils du précédent), 5e duc de La Rochefoucauld et pair de France 2e duc de La Roche-Guyon[6], prince de Marcillac. Il épousa en 1715 Elisabeth-Marie-Louise-Nicole de Bermond de Caylard[5].
    Il n'eut que deux fils mort en bas-âge et deux filles : Marie-Louise-Nicole (née en 1716) dite "Mademoiselle de La Rochefoucauld" et Marie-Elisabeth (née en 1718) dite "Mademoiselle de La Roche-Guyon" qui épousèrent leurs cousins de la branche cadette de Roye[6].

Branche de Roye : deuxièmes ducs de La Rochefoucauld[modifier | modifier le code]

Cette branche a pour auteur Charles de La Rochefoucauld dit de Roye († 1605), fils puiné de François III de La Rochefoucauld et de Charlotte de Roye, comtesse de Roucy[6].

Duc à brevet d'Enville (1732) puis duc de La Rochefoucauld (1762).
  1. Marie-Louise Nicole de La Rochefoucauld (1716-1797) (fille ainée d'Alexandre dernier duc de La Rochefoucauld de la branche ainée († 1762), épousa le son cousin Jean-Baptiste de La Rochefoucauld de Roye marquis de Roucy (1709-1744) de la branche cadette de Roy. Son époux fut fait duc à brevetd'Enville en mars 1732 à la suite de son mariage[6].
  2. Louis Alexandre de La Rochefoucauld (1743-1792) (leur fils), devint en 1762 6e duc de La Rochefoucauld à la mort de son grand-père maternel[6]. Sans postérité de ses deux mariages 1) en 1762 avec Pauline de Gand de Mérode, 2) en 1780 avec Alexandrine Charlotte de Rohan-Chabot. Il fut membre de l'Académie des sciences, membre de l'Assemblée des notables de 1787, député de la noblesse de Paris aux États généraux de 1789. Il mourut en 1792 sans postérité, victime des massacres de Septembre à Gisors, et le titre de duc de La Rochefoucauld passa à son cousin germain[6],[5].
Ducs d'Estissac (1737) ducs de Liancourt (1765) puis ducs de La Rochefoucauld (1792)
  1. Marie-Elisabeth de La Rochefoucauld (née en 1718) (fille cadette d'Alexandre dernier duc de La Rochefoucauld de la branche ainée († 1762), épousa son cousin Louis François Armand de La Rochefoucauld (1695-1783) de la branche cadette de Roye. Son époux fut fait duc à brevet d'Estissac en 1737 à la suite à son mariage[6].
  2. François XII de La Rochefoucauld (1747-1827) (fils des précédents), 7e duc de La Rochefoucauld, duc d'Estissac, duc à brevet de Liancourt (1765), pair de France héréditaire (1815), duc-pair héréditaire (1817 confirmé 1822)[6]. Il épousa en 1764 Félicité-Sophie de Lannion. Philanthrope, créateur de l'École des arts et métiers, propagateur de la vaccine en France. Il est connu pour avoir répondu « Non, Sire, c'est une Révolution » à Louis XVI qui lui demandait le « C'est une révolte? ». Homme politique, il fit partie de l'opposition libérale sous la Restauration.
  3. François XIII de La Rochefoucauld (1765-1848) (fils du précédent), 8e duc de La Rochefoucauld, duc d'Estissac puis duc de Liancourt (Il fut autorisé par ordonnance du 21 avril 1828 à substituer le titre de duc de Liancourt à celui de duc d'Estissac et céda à son frère Alexandre (1767-1841) le titre de duc d'Estissac, lequel fonda ainsi la branche d'Estissac)[6]. Il épousa en 1793 Marie-Françoise de Tott.
  4. François XIV de La Rochefoucauld (1794-1874) (fils du précédent), 9e duc de La Rochefoucauld, duc de Liancourt. Il épousa en 1817 Zénaïde de Chapt de Rastignac. (Son deuxième fils Alfred de La Rochefoucauld prit le titre de « duc de La Roche-Guyon »).
  5. François XV de La Rochefoucauld (1818-1879) (fils du précédent), 10e duc de La Rochefoucauld,, duc de Liancourt. Colonel de cavalerie, commandeur de la Légion d'honneur. Il épousa en 1852 Radegonde Bouvery.
  6. François XVI de La Rochefoucauld (1853-1825) (fils du précédent), 11e duc de La Rochefoucauld, duc de Liancourt. Marié en 1892 avec Matti-Elizabeth Mitchell, ils n'eurent qu'un fils mort enfant.
  7. Gabriel-Alfred de La Rochefoucauld (1854-1926) (frère du précédent), 12e duc de La Rochefoucauld, duc de Liancourt. Il épousa en 1884 Pauline Piscatory de Vaufreland.
  8. Jean de La Rochefoucauld (1887-1970) (fils du précédent), 13e duc de La Rochefoucauld, duc de Liancourt. Commandeur de la Légion d'honneur. Marié en 1917 avec Edmée Frisch de Fels.
  9. François Marie Edmond Hubert de La Rochefoucauld (1920-2011) (fils du précédent), {{14e} duc de La Rochefoucauld, duc de Liancourt. Marié 1) en 1946 avec Jeannine Renée Petit (divorcés en 1948), 2) en 1950 avec Sonia Marie Matossian (divorcés en 1961), 3) en 1967 avec Jeanne-Marie de Villiers du Terrages.
  10. François Alexandre-Marie-Joseph de La Rochefoucauld (né en 1958) (fils du précédent et de Sonia Matossian), 15e duc de La Rochefoucauld, duc de Liancourt. Il épousa en 1984 Michèle Suzanne Etter.

Ducs de La Roche-Guyon (1679-1762)[modifier | modifier le code]

François duc de La Rochefoucauld (1663-1728), fut créé duc de La Roche-Guyon par lettres de novembre 1679. Le 1er duché pairie de La Rochefoucauld et Le titre de duc de La Roche-Guyon se sont éteint en 1762[8],[6],[9],[10] avec Alexandre duc-pair de La Rochefoucauld et duc de la Roche-Guyon qui n'eut que deux filles qui épousèrent leurs cousins de la branche des comtes de Roye et de Roucy.

Ducs de La Roche-Guyon (titre de courtoisie) (XIXe – XXIe siècles)[modifier | modifier le code]

Alfred de La Rochefoucauld (1819-1883) (cadet issu de la branche cadette de Roye) releva proprio motu[9] au XIXe siècle sans lettres de confirmation le titre de duc de La Roche-Guyon éteint en 1762[10]. Ce titre de courtoisie de « duc de La Roche-Guyon » est porté depuis par ses descendants. Il s'agit d'un titre irrégulier[6],[11].

  1. Alfred de La Rochefoucauld (1819-1883), dit « duc de La Roche-Guyon »[12]. Marié en 1851 avec Isabelle Nivière.
  2. Pierre de La Rochefoucauld (1853-1930) (fils du précédent), dit « duc de La Roche-Guyon »[12]. Marié en 1888 avec Gildippe Odoard du Hazey de Versainville.
  3. Gilbert de La Rochefoucauld (1889-1964) (fils du précédent), dit « duc de La Roche-Guyon ». Marié 1) en 1899 avec la princesse Hélène de La Trémoille (mariage religieux annulé le 5 janvier 1927 et divorce civil le 30 août 1927), 2) le 26 novembre 1927 avec Marie-Louise Lerche.
  4. Alfred de La Rochefoucauld (1928-2013) (fils du précédent et de Marie-louise Lerche), dit « duc de La Roche-Guyon ». Marié avec Lydie Jacobé de Haut de Sigy.
  5. Guy-Antoine de La Rochefoucauld (né en 1958) (fils du précédent), dit « duc de La Roche-Guyon ». Marié avec Yolaine Françoise Marie Leclerc de Hauteclocque.

Le réalisateur Jean-Dominique de La Rochefoucauld (1931-2011) et ses filles Sophie(1965) et Claire (1972) sont issus de cette branche.

Ducs d’Estissac (depuis 1840)[modifier | modifier le code]

Cette branche est issue de la branche puinée des comte de Roye
Louis François Armand de la Rochefoucauld comte de Roye fut créé duc à brevet (non héréditaire) en 1737 et appelé duc d'Estissac. Son petit-fils Alexandre François de la Rochefoucauld (1761-1841), frère du duc de La Rochefoucauld (de la Restauration) reçut de son frère ainé le duché d'Estissac en mai 1839[13]. Son fils Alexandre Jules de La Rochefoucauld (1796–1856) fut autorisé par ordonnance royale du 2 juillet 1840 à prendre le titre de duc d'Estissac; toutefois cette ordonnance ne fut pas suivie de lettres patentes[13]. Titulaires :

  1. Alexandre Jules de La Rochefoucauld (1796–1856), duc d'Estissac en 1840. Marié en 1822 Hélène-Charlotte Dessolle.
  2. Roger Paul Alexandre Louis de La Rochefoucauld (1826–1889), son fils, duc d’Estissac. Marié en 1858 à Juliette de Ségur.
  3. Alexandre Jules Paul Philippe François de La Rochefoucauld (1854–1930), son fils, duc d’Estissac. Marié en I883 à Jeanne de Rochechouart-Mortemart.
  4. Louis François Alexandre de La Rochefoucauld (1885–1950), son fils, duc d’Estissac. Marié en 1911 à Nathalie de Clermont-Tonnerre.
  5. Alexandre Louis Marie François de La Rochefoucauld (1917-2008), son fils, duc d’Estissac. Marié en 1943 à Ghislaine de Moustier.
  6. Pierre-Louis de La Rochefoucauld (1947), son fils, duc d’Estissac. Marié en 1980 à Françoise de La Rochefoucauld.

Branche de La Rochefoucauld-Montbel, princes en Bavière (1909)[modifier | modifier le code]

Ce rameau est issu d'un cadet de la branche d'Estissac

  1. Jule de La Rochefoucauld (1857-1945), fils d'Arthur comte de La Rochefoucauld et neveu de Roger duc d'Estissac, fut créé en Bavière prince de La Rochefoucauld avec transmission par ordre de primogéniture le 22 juillet 1909 par décret roi Louis III de Bavière et inscrit comme tel au nobiliaire bavarois (il s'agit d'un titre étranger non reconnu en France)[13],[14]. Par décret du 22 mars 1922, il fut autorisé à ajouter à son nom celui de sa mère Marie-Luce de Montbel. Il épousa en 1881 Jeanne Louise Marie Nathalie Lebœuf de Montgermont.
    (Note: Aimery comte de La Rochefoucauld (1843-1928), de la branche aînée des ducs de La Rochefoucauld, reçut également le titre de prince en Bavière en vertu du même décret du 22 juillet 1909. Son fils unique Gabriel (1875-1942) n'eut qu'une fille marié à Armand de Gontaut-Biron[15],[13]).
  2. Emmanuel de La Rochefoucauld-Montbel (1883–1974), son fils, comte de La Rochefoucauld, prince bavarois de La Rochefoucauld, épousa en 1913 Simone Darblay.
  3. Charles-Emmanuel de La Rochefoucauld-Montbel (1914-2000), son fils, comte de La Rochefoucauld, prince bavarois de La Rochefoucauld, épousa en 1943 Flora d'Huart Saint-Mauris (mariage dissous par divorce le 24 janvier 1949)[16]. Remarié le 9 juin 1949, à Joanna-Isabelle Forbes.
    1. Guy-Emmanuel de La Rochefoucauld-Montbel (1944) (son fils, né du premier mariage), comte de La Rochefoucauld, prince bavarois de La Rochefoucauld. Marié en 1973 avec Éléonore Edmond-Blanc.
    2. Dominique de La Rochefoucauld-Montbel (6 juillet 1950), (son fils, né du 2e mariage), comte de La Rochefoucauld, prince bavarois de La Rochefoucauld. Marié en 1984 à Pascale Subtil. Membre depuis 2014 du souverain conseil et grand hospitalier de l'Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte[17].
    3. Emmanuel de La Rochefoucauld-Montbel (6 juillet 1950, jumeau du précédent), comte de La Rochefoucauld, marié en 1973 à Marie-Genevieve Heres.

Branche cadette de Montendre et de Surgères[modifier | modifier le code]

  1. Cette branche cadette a pour auteur Louis de La Rochefoucauld, seigneur de Montendre, Montguyon, Roissac et des Salles, fils puiné du deuxième mariage de François I comte de La Rochefoucauld (†1541) et de Barbe du Bois[18]. Chevalier de l'ordre du roi, il se trouva au siège de Metz en 1559 et autres guerres de son temps. Il épousa en 1534 Jacquette de Mortemer.
  2. François de La Rochefoucauld (†1600), (fils du précédent), seigneur de Montguyon, baron de Montendre fut lieutenant du prince de Condé. Il épousa Hélène Goulard (fille unique et héritière d'Egmond Goulard seigneur de Marsay)[18].
  3. Isaac de La Rochefoucauld (†1625) (fils du précédent), baron de Montendre, seigneur de Montguyon, épousa en 1600 Hélène de Fonsèque (fille de Charles de Fonsèque, seigneur de Surgères)[18]. dont entres autres : Charles, auteur de la branche de Montendre et François, auteur de la branche de Surgères.
Branche dite des marquis de Montendre
  1. Charles de La Rochefoucauld, marquis de Montendre. En 1627 il mena une compagnie de 100 gentilshommes au secours de l'île de Ré, attaquée par les anglais. Il épousa en 1633 Renée Thévin[18].
  2. Charles-louis de La Rochefoucauld (fils du précédent), marquis de Montendre, marié à Anne Pithou (fille de Pierre Pithou, seigneur de Luyeres, conseiller au parlement de Paris)[18].
    1. Isaac Charles de La Rochefoucauld († 1702) (fils du précédent), comte de Montendre. Officier dans l'armée du roi, il servit au siège de Mayence, à la bataille de Fleurus, au siège de Mons, au siège de Barcelone. Il participa activement à la bataille de Crémone où il fut blessé. Il fut tué à la bataille de Luzzara le 15 août1702[18].
    2. François de La Rochefoucauld (1672-1739) (frère du précédent) dit le marquis de Montendre. D’abord chanoine régulier en l’abbaye de Saint-Victor à Paris. Il s'engagea dans l'armée anglaise et servit avec distinction dans toutes les guerres du roi Guillaume III. Il devint maître général de l'artillerie en Irlande en 1728 et feld-maréchal général de cavalerie des armées de Grande-Bretagne. Il épousa Marie-Anne von Spanheim (fille du baron Ezéchiel von Spanheim, ambassadeur de Prusse en Angleterre) dont il n'eut pas de postérité. Il est enterré à l'abbaye de Westminster[18],[19]
    3. Louis de La Rochefoucauld († 1742) (frère des précédents), marquis de Montendre. Capitaine de vaisseau en 1704, il fut ensuite capitaine-colonel des suisses de la garde du duc de Berry. Il épousa en 1710 Suzanne d'Argouges dont il n'eut pas de postérité.
Branche dite des marquis de Surgères
  1. François de La Rochefoucauld (1620?-1680?) seigneur et marquis de Surgères, épousa Anne Philippier[18].
  2. Charles-François de La Rochefoucauld (1643?-1714?) (fils du précédent), marquis de Surgères, épousa en 1662 Anne de La Rochefoucauld (fille de Benjamin de La Rochefoucauld, baron d'Estissac)[18].
  3. François de La Rochefoucauld (1664-1731) (fils du précédent), marquis de Surgères, capitaine de vaisseau. Il épousa en 1704 Angélique Lee (veuve de François Lucas de Démuin)[18]. Il participa aux expéditions de Le Moyne d'Iberville.
  4. Alexandre-Nicolas de La Rochefoucauld (1709-1760) (fils du précédent), marquis Surgères, Lieutenant Général des Armées du roi en 1748. Il épousa en 1728 Jeanne-Thérèse Fleuriau de Morville (fille de Charles-Jean-Baptiste Fleuriau de Morville secrétaire d'État à la Marine en 1722)[18].
  5. Jean-François de La Rochefoucauld (1735-1789) (fils du précédent), marquis de Surgères, gouverneur de Chartres, chevalier du Saint Esprit. Il épousa en 1752 Anne Chauvelin de Grosbois fille de Germain-Louis Chauvelin, marquis de Grosbois, commandeur des Ordres du roi, garde des sceaux de France. Elle fut la fondatrice de l'Hôpital La Rochefoucauld à Paris. Dont Ambroise-Polycarpe, auteur des ducs de Doudeauville qui suivent.

Ducs de Doudeauville (Espagne 1782, reconnu en France en 1814) et de Bisaccia (Deux-Siciles 1851)[modifier | modifier le code]

  1. Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld (1765–1841) (fils du précédent), marquis de Surgères, grand d'Espagne au titre de duc de Doudeauville en 1782 (par sa femme héritière du titre de la grandesse d'Espagne au titre de duc de Doudeauville de la famille Le Tellier de Courtanvaux), titre reconnu en France par l'ordonnance de pairie du 4 juin 1814. Pair de France héréditaire le 19 août 1815, duc-pair héréditaire le 31 août 1817 confirmé par lettres du 9 décembre 1817[6]. Il fut ministre-secrétaire-d'État au département de la Maison du roi (1824-1827). Chevalier du Saint Esprit. Il fonda en 1826 l'École nationale supérieure d'agronomie de Grignon. Il épousa Bénigne le Tellier de Louvois, fondatrice en 1822 de la congrégation des religieuses de Nazareth.
  2. Louis François Sosthène de La Rochefoucauld (1785–1864) (fils du précédent), 2e duc de Doudeauville, grand d'Espagne de première classe. Il fut aide de camp du roi Charles X et directeur des Beaux Arts. Il épousa en 1807 Élisabeth de Montmorency-Laval (fille du duc Mathieu duc de Montmorency, ministre des Affaires étrangères).
    1. Stanislas de La Rochefoucauld (1822–1887) (fils du précédent) 3e duc de Doudeauville, grand d'Espagne de première classe. Sans postérité de son mariage avec Marie de Colbert-Chabanais.
    2. Sosthène de La Rochefoucauld (1825–1908) (frère du précédent)4e duc de Doudeauville, grand d'Espagne 1er duc de Bisaccia (1851 - Deux-Siciles par héritage des Montmorency-Laval). Titre non reconnu en France[6] mais inscrit dans le nobiliaire bavarois le 24 novembre 1855 dans la classe des princes sous la dénomination de duca di Bissacia[6],[20],[21],[22]. Ambassadeur de France, député (1871-1898), conseiller général de la Sarthe, président du conseil général de la Sarthe, président du Jockey Club, Bailli Grand Croix de l'Ordre souverain de Malte. Marié avec Yolande, princesse de Polignac, fille du premier ministre du roi Charles X. Marié en secondes noces à Beloeil avec Marie, princesse de Ligne.
      1. Charles Marie François de La Rochefoucauld (1863–1907) (fils ainé du précédent). Il prit le titre espagnol de « duc d'Estrées » (non reconnu en France) par transfert en 1892 de la grandesse d'Espagne à ce titre au lieu de Doudeauville [6]. Marié en 1885 avec Charlotte, princesse de La Trémoïlle, fille du duc de La Trémoïlle. Fondateur et président du Polo de Paris. D'où une fille.
        1. Marguerite (1886-1929), mariée 1) en 1907 à François de Rochechouart-Mortemart (d'où postérité), 2) en 1919 à Alain Gabriel de Kergariou, 3) en 1922 à Léon Dufresne de Saint-Léon.
      2. Armand François Jules Marie de La Rochefoucauld (1870–1963) (frère du précédent), 5e duc de Doudeauville. Président du Jockey Club (1919-1963), Président du Polo de Paris. Conseiller général de la Sarthe. Marié avec S.A.S. la princesse Lise Radziwill.
        1. Sosthènes III de La Rochefoucauld (1897-1970) (fils du précédent) 6e duc de Doudeauville. Commandeur de la Légion d'honneur à titre militaire en 1917 (soit le plus jeune médaillé à titre militaire de toute l'histoire de la Légion d'honneur, avec le Général Vallette d'Osia). Marié à Madrid en 1924 avec Leonor de Saavedra, comtesse de Torrehermosa. Sans postérité masculine.
        2. Armand Charles François Marie de La Rochefoucauld (1902-1995) (frère du précédent) 7e et dernier duc de Doudeauville. Sans postérité masculine de son mariage en 1957 à Esther Millicent Clarke. Il eut en 1944 de Clémentine Elisabeth Brandt un fils naturel reconnu : Armand Sosthène[23].
          1. Armand Sosthènes de La Rochefoucauld (né le 23 décembre 1944 à Lisbonne), fils naturel reconnu du dernier duc de Doudeauville [23], dit « duc de Doudeauville ». Marié en 2007 avec Anne-Caroline Laudrel des Essars, dont Elisabeth, Hedwige et Anne-Yolande.
          2. Lise de La Rochefoucauld (fille issue du mariage d'Armand 7e et dernier duc de Doudeauville et d'Esther Millicent Clarke) (1958), mariée en 1988 à Jean-Pierre Ribes.
      3. Édouard François Marie de La Rochefoucauld (1874-1968) 2e et dernier duc de Bisaccia, marié avec Camille de Colbert-Chabanais. D'où trois enfants :
        1. Marie-Carmen de La Rochefoucauld (1902) mariée en 1928 au comte de Mailly-Nesles, d'où postérité.
        2. Stanislas comte de La Rochefoucauld (1903-1965), marié 1) en 1926 Sophie Alice Cocea, 2) en 1947 à Jeanne princesse de San Felice de Viggiano. Sans postérité.
        3. Elisabeth de La Rochefoucauld (1909) mariée 1) en 1929 à Robert Le Gras du Luart (d'où postérité), 2) en 1958 à Mario comte Pinci.

Branche de Bayers[modifier | modifier le code]

Cette branche a pour origine Geoffroy de La Rochefoucauld, seigneur de verteuil († vers 1329) dont est issu Guillaume seigneur de Nouans († vers 1487) dont un des fils Guillaume de La Rochefoucauld († vers 1512) fonda la branche de Bayers[6]. Ses membres prirent le titre de marquis de Bayers[24].

  • Cette branche s'est éteinte en ligne masculine en 1940 avec Raoul Gustave marquis de La Rochefoucauld-Bayers (1845-1940), mort sans postérité sans postérité de son mariage avec Elisabeth de Griffon-Sénéjac[6].
  • Elle s'est éteinte en ligne féminine avec Victoria de La Rochefoucauld-Bayers (1880-1950) (fille d'un cousin du précédent), décédée célibataire[6].
Personnalités

Témoignage[modifier | modifier le code]

  • Saint-Simon : « Les ducs de La Rochefoucauld s'étaient accoutumés depuis longtemps à ne vouloir chez eux qu'un successeur pour recueillir tous les biens et toute la fortune du père, à ne marier ni filles ni cadets, qu'ils comptaient pour rien, et à les jeter à Malte et dans l'Église ; le premier duc de La Rochefoucauld fit son second et son quatrième fils prêtres. »[25]

Armorial[modifier | modifier le code]

Figure Nom et blasonnement
Burelé d’argent et d’azur, à trois chevrons de gueules brochant sur le tout, le premier écimé. Maison de La Rochefoucauld

Burelé d’argent et d’azur, à trois chevrons de gueules brochant sur le tout, le premier écimé.[26],[27] Ces armes à une brisure près, sont proches de celles des Lusignan (burelé d'argent et d'azur).

Écartelé: aux 1 et 4, burelé d'argent et d'azur à trois chevrons de gueules brochant, le premier écimé (La Rochefoucauld) ; au 2 et 3, d'or à une écusson d'azur. Charles de La Rochefoucauld (1520-1583), seigneur de Barbezieux, chevalier du Saint-Esprit (reçu le 31 décembre 1578)

Écartelé: aux 1 et 4, burelé d'argent et d'azur à trois chevrons de gueules brochant, le premier écimé (La Rochefoucauld) ; au 2 et 3, d'or à un écusson d'azur.[27]

Écartelé : aux 1 et 4, de gueules à la bande d'argent (de Roye) ; au 2 et 3, d'or au lion d'azur armé et lampassé de gueules (Limoges) ; sur le tout, burelé d'argent et d'azur à trois chevrons de gueules brochant, le premier chef écimé (La Rochefoucault). François XII de La Rochefoucauld (1747-1827) duc de La Rochefoucauld et duc de Liancourt, homme politique, français,

Écartelé : aux 1 et 4, de gueules à la bande d'argent (de Roye) ; au 2, d'or au lion d'azur armé et lampassé de gueules (de Roucy) ; sur le tout, burelé d'argent et d'azur à trois chevrons de gueules brochant, le premier écimé (La Rochefoucauld).[28]

Châteaux et hôtels[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Hôtels et autres propriétés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anselme de Sainte-Marie, Histoire de la Maison Royale de France, et des grands officiers de la Couronne, Tome IV, 1726, pages 418-419.
  2. André Debord La société laïque dans les pays de la Charente: Xe-XIIe siècles, Picard, 1984, page 511.
  3. a, b et c Congrès archéologique de France, Volumes 152 à 153, A. Picard, 1997, page 111.
  4. Jean Tricard, Philippe Grandcoing, Rencontre des historiens du Limousin, Robert Chanaud, Le Limousin, pays et identités, Presses Univ. Limoges, 2006, page 474.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z Père Anselme, Pol Louis Potier de Courcy Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, 1868, pages 387-430.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v E.de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, supplément, 1977, page 35.
  7. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-nobilaire français, 2002, page 305.
  8. J.G. Fick Abrégé historique des chevaliers et officiers commandeurs de l'Ordre du Saint Esprit depuis son institution jusqu'à la Révolution de 1789, 1873, page 387.
  9. a et b Bertrand Galimard Flavigny, Noblesse: Mode d'emploi, Editions Christian, 1999, page 78.
  10. a et b Quid 2007, page 752.
  11. Charondas, A quel titre, volume 37, 1970.
  12. a et b Annuaire de la noblesse de France, Volume 70, 1914, page 101.
  13. a, b, c et d E. de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 608.
  14. L'Allemagne dynastique: Oldenbourg, Familles alliées H-L, 1976 Page 658.
  15. Annales de l'Académie royale d'archéologie de Belgique, 1913, page 30.
  16. Guy Coutant de Saisseval, Les Maisons impériales et royales d'Europe, Éditions du Palais-Royal, 1966, page 153.
  17. (en) « Grand Hospitaller » Sovereign Order of Malta », sur orderofmalta.int (consulté le 17 janvier 2015)
  18. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Père Anselme, Pol Louis Potier de Courcy Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, volume IV, 1864, pages 411 et suivantes.
  19. Journal historique, 1759, page 355.
  20. ICC 1994, page 1193
  21. Almanach de Gotha, 1917, page 354.
  22. L'Allemagne dynastique, 1976, page 658.
  23. a et b Pierre-marie Dioudonnat, Le Simili-nobiliaire français, Sedopols, 2002, page 305.
  24. Le Bulletin héraldique de France, 1888, page 27.
  25. Saint-Simon, Mémoires (1707-1710), tome III, Éditions de la Pléiade-Gallimard, 1985, p. 569
  26. Malte-Brun, La France illustrée, 1883
  27. a et b Armorial de J.B. Rietstap - et ses compléments
  28. Duché de La Rochefoucauld sur www.heraldique-europeenne.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :