Famille Séguier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Séguier.

Famille Séguier
Image illustrative de l’article Famille Séguier
Armes

Blasonnement D'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles de même, et en pointe d'un mouton d'argent passant
Période XVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Paris
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Charges Chancelier de France
Fonctions militaires Lieutenant-général des armées du roi
Officiers
Fonctions ecclésiastiques Évêque
Récompenses civiles Pair de France

La famille Séguier est une famille de la noblesse française subsistante.

À cette famille appartient le chancelier Séguier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille Séguier appartient à la noblesse de robe, elle a obtenu un titre de baron en 1809 et la branche du chancelier, duc de Villemor en 1650, est éteinte.

Sous l'Ancien Régime, ses membres accèdent aux magistratures les plus éminentes et donnent au royaume un chancelier de France, cinq présidents à mortier, treize conseillers au parlement, trois avocats généraux, sept maîtres des requêtes. Elle compte également un ambassadeur de France à Venise.

Au XVIIe siècle, époque de son apogée, cette famille noue des alliances avec la plus haute noblesse du royaume, démontrant une position sociale considérable. Les Séguier marient en particulier leurs filles aux maisons de Coislin, de Laval, à des maisons ducales comme celles de Béthune-Sully, d'Albert de Luynes, et même à la maison royale par l'union de Charlotte Séguier à Henri de Bourbon, duc de Verneuil, fils légitimé d'Henri IV.

Les sources sur l'origine de la famille Séguier ne sont pas consensuelles. Certains généalogistes avancent, sans preuves et sans remonter au-delà du XVe siècle, qu'elle prend souche dans le Bourbonnais en la personne d'Étienne Séguier, un apothicaire des rois Charles VII et Louis XI, né à Saint-Pourçain et mort en 1465[1].

Pour Moréri[2], la famille Séguier serait au contraire plus ancienne et originaire du Quercy. Ce patronyme est fréquent dans le Midi de la France et les armes parlantes des Séguier figure un ségui (« mouton » en occitan). Elle s'appuie aussi sur le fait que, dès le XIVe siècle, plusieurs Séguier portant ces armes sont déjà cités dans la noblesse de robe en Languedoc[3]. Selon Moréri, les Séguier se divisent en plusieurs branches. L'une reste en Quercy où elle donne, à Cahors, des sénéchaux et des chanceliers d'Armagnac. Une autre migre à Toulouse où elle produit des capitouls et des présidents à mortier du parlement de Languedoc. La dernière monte à Paris où elle prend une dimension particulière par les postes qu'elle occupe et les titres qu'elle acquiert ou qui lui sont accordés, notamment en la personne du chancelier de France Pierre Séguier, créé duc de Villemor. Toutefois cette hypothèse n'est pas confirmée dans l'ouvrage de Régis Valette intitulé Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle où il écrit que la famille Séguier (Île-de-France) a été anoblie en 1550 par l'exercice de charges à la Chambre des comptes de Paris[4] et que le rattachement de la famille de Séguier (Languedoc) à la famille Séguier (Île-de-France) est difficile à établir[4].

Pour sa part, D'Hozier se contente de reconnaître comme souche des Séguier de Paris un certain Gérard Séguier, mort conseiller au parlement de Paris († 6 août 1489) sans précision d'origine. C'est ce point de départ prudent que prend l'arbre généalogique descendant qui suit.

Branche parisienne aînée[modifier | modifier le code]

  • Gérard Séguier († 6 août 1489)[5], conseiller au parlement de Paris, dont deux fils :
    • Blaise Séguier († 25 avril 1510)[Note 1], élu de Melun en 1493[6]. Épouse (1) Catherine Chenart, fille de Jean, maître de la Monnaie, et de Thomasse Pigace, puis (2) Marguerite L'Homme. Dont sept enfants du premier lit :
      • Nicolas Ier Séguier († 22 septembre 1533), secrétaire du Roi, seigneur de l'Étang-la-Ville, Drancy, etc. Épouse Catherine Le Blanc († 1534), fille de Louis, greffier des comptes à Paris, et de Catherine Malingre. Dont six enfants :
        • Pierre Ier Séguier (1504-1580), avocat général, président à mortier au parlement de Paris, seigneur de Sorel, L'Étang-la-Ville, Saint-Brisson et Autry. Épouse en 1550 Louise Boudet († 5 août 1594), fille de Simon Boudet, seigneur de la Bouillie, et de Marie de la Saussaye. Inhumé dans l'église Saint-André-des-Arts à Paris. Dont douze enfants :
        • Nicolas Séguier, tuteur de Jean II Brinon à partir de 1528, cité en 1568, seigneur de Saint-Cyr, contrôleur général de l'Artillerie, maître des comptes. Épouse (1) Claude de la Forge, fille de Jean, receveur général des finances en Picardie, et de Claude Molé, et (2) Michelle de Fontaines, fille de Jean, auditeur des comptes à Paris, et de Marguerite Boucher d'Orsay. Dont cinq enfants du premier lit, les deux derniers du second :
          • Pierre Séguier, seigneur de Saint-Cyr, conseiller au parlement de Paris, épouse Charlotte Janvier, fille de Nicolas, secrétaire du roi, et de Marie Maillard. Dont postérité.
            • Branche des seigneurs de Saint-Cyr (voir infra)
          • Jean Séguier, maître des comptes à Paris (cité entre 1582 et 1586). Épouse Marie Hulin. Dont :
            • Isabelle Séguier, épouse Christophe Sanguin, seigneur de Livry, président des requêtes, prévôt des marchands à Paris
          • Marie Séguier, épouse Guillaume Baillon, maître des comptes à Paris
          • Françoise Séguier, épouse Jean Veau, seigneur de la Bauchère, maître des comptes
          • Madeleine Séguier, épouse Pierre Lescalopier, président des enquêtes à Paris
          • Jérôme Séguier, conseiller au Grand conseil (1595), maître des requêtes (5 février 1599), président au Grand conseil (1602). Épouse le 4 novembre 1584 Anne Viole, fille de Claude, seigneur de Ciresnes, conseiller au parlement de Paris, et de Jeanne Piedefer. Dont cinq enfants :
            • Jérôme Séguier, seigneur de Champigny, capitaine aux chevaux-légers, gouverneur de Marle. Épouse le 21 août 1623 Renée de Signier, fille de Pierre, gouverneur de Marle, et de Marie Le Clerc. Dont trois filles :
              • Anne Séguier, épouse Adrien de Canonne, secrétaire du roi
              • Marie Séguier, religieuse ursuline à Magny
              • Suzanne Séguier, religieuse ursuline à Magny
            • Anne Séguier, religieuse au couvent des Filles-Dieu de Paris
            • Michelle Séguier, religieuse à Pontoise
            • Madeleine Séguier, épouse (1) Pierre des Friches, conseiller au Grand conseil, puis (2) Anne-Charles Jacquelin, trésorier des bâtiments du roi
            • Élisabeth Séguier
          • Nicolas Séguier, correcteur des comptes à Paris. Épouse Françoise Le Prestre. Dont trois filles :
            • Madeleine Séguier, épouse (1) Pierre Gaucher, puis (2) Guillaume Philippes, secrétaire du roi
            • Françoise Séguier, épouse Antoine Regnault, seigneur de Montmor
            • Anne Séguier, épouse Jean de la Croix-Journée, seigneur de Chailly
        • Martin Séguier, prieur de Saint-Père près Étampes, conservateur des privilèges de l'université de Paris
        • Anne Séguier, épouse Guillaume Troussart, avocat
        • Catherine Séguier, religieuse à l'abbaye d'Hyères
        • Madeleine Séguier, épouse Adam Lormier, secrétaire du roi
      • Jacques Séguier († 7 mars 1535), contrôleur ordinaire des Guerres, garde des Menus engins de l'artillerie, épouse Louise de Stuart[7]. Dont postérité :
        • Branche des seigneurs de la Charmoye et de Gloise-en-Brie[7]
      • Pierre Séguier (cité en 1532)
      • Guillaume Séguier († 1525), seigneur en partie de l'Étang-la-ville et de Gloise, épouse Marie Le Prestre. Dont sept enfants :
        • Barthelemi Séguier (cité en 1541), argentier du roi de Navarre
        • Jacques Séguier († av. 1545)
        • Catherine Séguier, épouse Claude du Fresne
        • Marie Séguier, épouse Claude Coulon
        • Madeleine Séguier, épouse Claude le Roux, seigneur de la Fortinière
        • Geneviève et Isabelle Séguier, religieuses
      • Catherine Séguier, épouse (1) Émeri Barillau, puis (2) le 8 juillet 1531 Pierre Hayart (ou Havart), seigneur de Thuillay
      • Marie Séguier, épouse Jean Vialart, avocat, président au parlement de Rouen, fils de Pons Vialart, juge à Issoire en Auvergne
      • Thomasse Séguier, épouse Thomas de Bragelongne, receveur des aides à Paris
    • Barthélemi Séguier, seigneur de la Verrière, souche de la branche parisienne puînée (qui suit)

Branche des seigneurs de Saint-Cyr[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Séguier (cité en 1568), deuxième fils de Nicolas er Séguier et de Catherine Le Blanc, seigneur de Saint-Cyr, contrôleur général de l'Artillerie, maître des comptes. Épouse en premières noces Claude de la Forge, fille de Jean, receveur général des finances en Picardie, et de Claude Molé. Dont :
    • Pierre Séguier, seigneur de Saint-Cyr, conseiller au parlement de Paris, épouse Charlotte Janvier, fille de Nicolas, secrétaire du roi, et de Marie Maillard. Dont six enfants :
      • Pierre Séguier († 16 janvier 1625), seigneur de Saint-Cyr, conseiller au parlement, doyen des requêtes du Palais. Épouse Marguerite Froment, fille de Louis, lieutenant colonel à Provins puis contrôleur des Ligues suisses, et de Marguerite de Bragelongne. Dont quatre enfants :
        • Jérôme Séguier, seigneur de Saint-Cyr, mort sans alliance
        • Pierre Séguier, seigneur de Saint-Cyr après le précédent, enseigne au régiment des gardes françaises, mort sans alliance
        • Nicolas Séguier, seigneur de Saint-Cyr après le précédent, seigneur de Saint-Brisson, conseiller au Châtelet de Paris. Épouse Marguerite Le Lièvre, dont quatre enfants :
          • Jean-Baptiste Séguier, seigneur de Saint-Brisson, vend au roi la seigneurie de Saint-Cyr. Épouse Marie-Renée Quelain, fille de Nicolas Quelain, conseiller au parlement de Paris, et de Jacqueline Marin, dont quatre enfants :
            • Nicolas Séguier, page de la duchesse de Bourgogne en 1703
            • Jean-Baptiste Séguier († 1713), mort sans alliance au siège de Fribourg
            • Maximilien Séguier, maître-de-camp puis capitaine au régiment de Limousin
            • Jacqueline Charlotte Séguier
          • Claude-Alexandre Séguier(† 4 décembre 1725). Épouse (1) Marie-Jeanne Le Noir, fille de Charles Le Noir, président à la cour des Aides de Paris, et de Louise Target, et (2) Renée-Françoise de Canonne († 17 janvier 1712), fille d'Adrien de Canonne, secrétaire du roi, et d'Anne Séguier. Dont quatre fils du premier lit :
            • Alexandre-Charles Séguier († 28 septembre 1711), clerc tonsuré
            • Louis-Anne Séguier (28 août 1696-13 octobre 1749), conseiller au parlement de Paris,. Épouse le 26 février 1726 Jeanne-Thérèse-Antoinette Pelletier (†3 juin 1734), fille d'Antoine Denis, auditeur des comptes, et de Suzanne Le Noir, dont :
              • Antoine-Louis Séguier (né le 1er décembre 1726), de l'Académie française, avocat du roi au Châtelet (22 août 1748), avocat général au Grand conseil (26 février 1751), avocat général au parlement de Paris (10 mars 1755), réception à l'Académie française en 1757. Épouse le 29 décembre 1767 demoiselle Marguerite Henriette Vassal, fille de Jean Vassal, écuyer, receveur général des finances de Languedoc, secrétaire du roi près la chambre des Comptes de Montpellier, et de Julie Duveil. Marguerite Henriette Vassal était la cousine germaine de Cambacérès. Dont deux fils :
              • Alexandre-Louis Séguier (mort jeune)
            • Nicolas Séguier, chanoine régulier de la congrégation de France
            • François Séguier, épouse en 1726 Marie-Jacqueline de Ghistelle, fille de Liévin de Ghistelle et de Marie-Jeanne de Montbaillard, dont :
              • Claude-François-Louis Séguier († 21 février 1755), mousquetaire du roi dans la seconde compagnie
              • Jeanne-Antoinette Séguier
          • Nicolas Séguier († 8 avril 1690), seigneur d'Andé et du Mesnil, sans postérité
          • Charlotte Séguier, épouse de Vivien L'Abbé, seigneur de Bullonde, lieutenant-général des armées du roi
        • Charlotte Séguier, épouse d'Antoine Chomel, maître des requêtes
      • Nicolas Séguier († 16 septembre 1624), conseiller au parlement, chanoine de Paris, abbé de Saint-Jacques de Provins, prieur de Saint-Père d'Estampes et de Montreuil-Bellay
      • Jean Séguier, seigneur du Plessis et de Feux, avocat au parlement (1599), lieutenant-général de Provins. Épouse le 15 juillet 1604 Philippe de Maulevaut, fille de Guillaume, gentilhomme de la chambre du duc d'Anjou, et de Geneviève d'Asnières. Dont postérité.
        • Branche des seigneurs du Plessis et de Feux (voir infra)
      • Louise Séguier, mariée le 6 mai 1595 à Charles de Longueil, seigneur de Scure et de La Vaudoire
      • Françoise Séguier, religieuse aux cordelières de Saint-Marcel à Paris,
      • Jeanne Séguier, religieuse à Longchamp

Branche des seigneurs du Plessis et de Feux[modifier | modifier le code]

  • Jean Séguier, troisième fils de Pierre Séguier et de Charlotte Janvier, seigneur du Plessis et de Feux, avocat au parlement (1599), lieutenant-général de Provins. Épouse le 15 juillet 1604 Philippe de Maulevaut, fille de Guillaume, gentilhomme de la chambre du duc d'Anjou, et de Geneviève d'Asnières. Dont cinq enfants :
    • Nicolas Séguier († 1680 ou avant), seigneur de Feux en Berry et du Plessis en partie, prieur et seigneur de Ventelet. Épouse le 21 août 1655 Anne Le Juge, fille de Michel Le Juge et de Claude Messager. Dont quatre enfants :
      • Pierre-Louis Séguier (né le 2 juillet 1660 à Paris), seigneur de Feux, lieutenant de cavalerie au régiment de Marivaut. Épouse (1) Catherine Le Brun (citée en 1686) puis (2), le 22 janvier 1691, Jeanne de Rumigny, fille d'Antoine de Rumigny et d'Antoinette Prudhomme. Dont deux enfants du premier lit :
        • Louis Séguier, épouse (1) Louise Poulain puis (2) Françoise Pallu, dont deux enfants du premier lit, le dernier du second lit :
          • Louis Séguier, chanoine d'Étampes
          • Françoise Séguier, aux armées
          • Françoise Séguier
        • Dominique Séguier (mention d'un mariage)
      • Charles-Philippe Séguier, gendarme du roi en 1680, épouse Madeleine Menou, dont trois enfants :
        • Maurice Séguier, épouse N… Hareng (vivante en 1722)
        • X… de sexe masculin
        • Madeleine Séguier, religieuse à Sainte-Glossinde de Metz
      • Anne-Marguerite Séguier (vivante en 1708), décédée sans alliance
      • Anne-Dorothée Séguier (vivante en 1708), décédée sans alliance
    • Louis Séguier, seigneur de Beaulieu (1643), aumônier du Roi (1651)
    • Raymond Séguier, seigneur du Plessis, capitaine aux chevau-légers dans le régiment de La Meilleraye (1643)
    • Marguerite Séguier, religieuse à Longchamp (citée en 1643)
    • Anne Séguier, religieuse à Notre-Dame de Soissons (reçue le 30 novembre 1629) puis à Houdan (1643)

Branche parisienne puînée[modifier | modifier le code]

  • Gérard Séguier († 6 août 1489)[5], conseiller au parlement de Paris, dont deux fils :
    • Blaise Séguier († 25 avril 1510), souche de la branche parisienne aînée (qui précède)
    • Barthélemi Séguier, souche de la branche puînée dite « de la Verrière », avocat au parlement, lieutenant général au bailliage de Chartres. Achète vers 1520 la seigneurie de la Verrière, près de Chevreuse, à un M. Le Vacher[8]. Épouse Denise Poulain, dont trois enfants :
      • Pierre Séguier († 13 décembre 1559), seigneur de la Verrière, président au siège présidial du Châtelet de Paris. Épouse Catherine Pinot, dont trois enfants :
        • Claude I Séguier, écuyer, seigneur de la Verrière et d'Antilli, gentilhomme servant du roi Charles IX, chambellan ordinaire du duc d'Alençon. Épouse le 14 août 1567 Judith du Pui, fille de Clément du Pui, avocat au parlement, et de Philipe Poncet. Dont un fils :
          • Jacques Séguier, seigneur de la Verrière, conseiller du Roi en ses conseils d'État et privé (lettres du 6 avril 1636), garde des rôles des offices de France. Épouse le 20 février 1607 Marguerite Tardieu, fille de noble Richard Tardieu, conseiller notaire et secrétaire du roi, et d'Élisabeth Turquant. Dont six enfants :
            • Claude II Séguier, seigneur de Liancourt et de la Verrière, page du roi (1637) puis maître d'hôtel de la duchesse de Montpensier. Épouse le 27 mars 1666 Françoise de Lannoi, fille de François de Lannoi, maréchal de camp, gouverneur d'Eu, et de Louise de Torci. Dont trois enfants :
              • François Séguier, chevalier de Saint-Louis, seigneur de Liancourt, de la Verrière, d'Antilli, de Courthieux, capitaine de frégate. Épouse le 14 mai 1708 Louise-Marie-Anne de S. Paul, fille de Pierre de S. Paul et de Anne de la Tranchée. Dont, entre autres :
                • Marie-Marguerite-Françoise Séguier (née le 10 août 1712), reçue à Saint-Cyr le 8 mai 1720 sur preuves de noblesse
                • Marie-Anne-Victoire Séguier (née le 22 octobre 1716), reçue à Saint-Cyr le 14 mai 1726 sur preuves de noblesse
              • Charles-Antoine Séguier, lieutenant colonel du régiment de Canisy, colonel des milices de Normandie. Épouse Marie-Reine de France. Sans postérité.
              • Jean-Caude Séguier (né le 6 juin 1672), seigneur de Courthieux. Épouse le 14 septembre 1713 Marie-Françoise Chardin, fille de Nicolas Chardin, conseiller du roi, et de Marie Le Goix. Dont trois enfants :
                • Claude-François Séguier, seigneur de Courthieux
                • Pierre-Charles Léonard Séguier
                • Reine-Félicité Séguier (née le 10 août 1723), reçue à Saint-Cyr le 31 août 1734 sur preuves de noblesse
            • Jean-Jacques Séguier, chanoine de Chartres, aumônier du roi, évêque de Lombez (1666) puis de Nîmes
            • Guillaume Séguier, enseigne dans la compagnie colonelle du régiment de Nérestang
            • François Séguier, chanoine régulier de Sainte-Geneviève, prieur de Châteaulandon
            • Jean Séguier, écuyer du roi. Dont postérité :
              • Branche des seigneurs de la Verrière
            • Anne Séguier, épouse Jean Vialart, seigneur de Herce et de la Forest, président aux enquêtes du parlement
        • Anne Séguier, épouse de (1) François du Prat, baron de Thiern et de Viteaux (petit-filsdu cardinal du Prat, chancelier de France), puis de (2) Hugues de la Vergne, seigneur de la Vergne et de Mouci-le-Neuf, chambellan ordinaire et capitaine des gardes du duc d'Alençon
        • Catherine Séguier, épouse avant le 7 juillet 1578 Jacques d'Apchon, chambellan ordinaire du duc d'Alençon
      • Marie Séguier, épouse Étienne du Plessis, seigneur de la Saussaye
      • Marguerite Séguier, épouse Jean Berziau, seigneur de la Marsilière, avocat général à la chambre des Comptes de Paris, lieutenant général au bailliage de Chartres

Sources[modifier | modifier le code]

  • Père Anselme, [xxx Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne & de la maison du roi, & des anciens barons du royaume, etc.], t. IX, Paris, Compagnie des libraires associez (sic), 1733, 3e éd., p. 564-569
  • Louis Pierre d'Hozier et Antoine Marie d'Hozier de Sérigny, Armorial général de la France : Registre premier, seconde partie, Paris, Jacques Collombat, imprimeur ordinaire du Roi, 1738, p. 508-510 (pour les seigneurs de la Verrière et de Courthieux)
  • François du Chesne, conseiller du roi, historiographe de France, Histoire des chanceliers et des gardes des sceaux de France, à Paris, chez l'auteur, rue montagne Sainte-Geneviève, vis-à-vis le collège de Laon, , p. 814-818
  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, [xxx Dictionnaire de la noblesse contenant les généalogies, l'histoire et les chronologies, etc.], t. XII, Paris, Antoine Boudet, libraire imprimeur du Roi, rue Saint-Jacques, 1778, 2e éd., p. 523-530
  • Alphonse Brémond, Nobiliaire toulousain : Inventaire général des titres probants de noblesse et de dignités nobiliaires, Toulouse, Bonnal et Gibrac, , p. 421 (pour les Séguier de Toulouse)
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 174

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. P.-Louis Lainé le prénomme Blaise ou Blevet et le donne pour apothicaire du roi Louis XI, indiquant qu'il figurerait en cette qualité dans un rôle des menus officiers de l'hôtel du roi Louis XI (ms. d'emplacement inconnu). In Dictionnaire véridique des origines des maisons nobles ou anoblies du royaume de France, t. II, Arthus Bertrand, 1819, p. 396
  2. Veuve en premières noces de François de l'Isle, seigneur de Treigny.
  3. Entre au carmel après son veuvage sous le nom de Mère Marie de Jésus-Christ.
  4. Entre au carmel après son veuvage.
Références
  1. P.-Louis Lainé, Dictionnaire véridique des origines des maisons nobles ou anoblies du royaume de France, t. II, Arthus Bertrand, 1819, p. 396
  2. Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire historique ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, etc., t. IV, Paris, Denis Mariette, rue Saint-Jacques, près les Mathurins, à Saint Augustin, 1707, p. 587-588 (source à considérer avec prudence).
  3. Germain de La Faille, Traité de la noblesse des capitouls de Toulouse, Toulouse, Forest, 1666., 204 p.
  4. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 174.
  5. a et b Cité par d'Hozier, Armorial général de la France : Registre premier, seconde partie. Ed. Jacques Collombat, Paris, 1738, p. 509.
  6. Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des principales familles nobles du Royaume, (etc). Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Volume 8, p. 243-244. 1827.
  7. a et b François Blanchard, Histoire des présidents à mortier du parlement de Paris, depuis 1332 jusqu'en 1647, Paris, Cardin-Besongne, 1647.
  8. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne et de la maison du roi, etc., t. IX, Compagnie des libraires associez, 3e éd., p. 464

Articles connexes[modifier | modifier le code]