Industrie papetière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'industrialisation s'est souvent faite sur les sites d'anciens moulins à papier, ou en bordure de canaux ou de fleuves navigables qui recevaient les effluents non traités des usines

L'industrie papetière désigne l'ensemble des entreprises travaillant dans la fabrication de pâtes à papier et de papier à partir de bois, de papiers et cartons récupérés, et plus rarement d'autres fibres (paille de blé, chanvre, etc.). Ses produits permettent, en fonction de leurs caractéristiques, la fabrication de supports d'impression et d'écriture, d'emballages, d'articles d'hygiène ou d'autres matériaux de spécialité (billets de banque, revêtements stériles, etc.).

Il s'agit d'une activité industrielle lourde, au sens ou elle nécessite une grande quantité de capitaux. En effet, les machines utilisées pour la fabrication de pâtes à papiers et de papiers représentent un coût de plusieurs centaines de millions d'euros.

Le groupe américain International Paper est le 1er mondial de ce secteur, suivi du finlandais Stora Enso, qui devait devenir le plus gros propriétaire terrien de l'Uruguay en 2009.

Produits[modifier | modifier le code]

La fabrication du papier se fait en deux étapes :

  1. La fabrication (mécanique, thermo-mécanique...) de pâte à papier (puis son éventuelle déshydratation et transport à distance par bateau ou camion) ; Il existe des pâtes spéciales (fabriquées à partir d'autres matières que le bois et les vieux papiers, pâtes à dissoudre..)[1]
  2. La fabrication du papier (pouvant intégrer pour tout ou partie de la pâte de papier-carton recyclé).


Classes de papiers/cartons
Elles sont définies selon les principaux composants entrant dans la composition de la pâte (qui influe aussi sur la charge polluante des effluents rejetés et la future recyclabilité du matériau En France les classes s'organisent comme suit [1] :

Plus de 90 % de Fibres neuves Plus de 90 % de « vieux papiers »
Sans charge ni produits de couchage Classe 1 Classe 4
Avec charges ou produits de couchage Classe 2 Classe 5
Avec charges et produits de couchage Classe 3 Classe 6

Des sous-catégories existent selon le taux de vieux papiers[1].

On parle aussi de papiers spéciaux qui font l'objet en France d'une codification professionnelle des papiers et cartons faite par la COPACEL (Confédération française de l'industrie des papiers, cartons et celluloses ; organisme agréée en tant qu'organisme professionnel pour l'exécution de statistiques industrielles en vertu de l'arrêté du 16 juillet 1962, modifié par l'arrêté du 9 janvier 1985)[1] :

Intitulé (papiers spéciaux) Code (ou classe)
Papiers à usages industriels et spéciaux classes 5000 à 5999
Papiers d'emballage calandrés et supercalandrés :
- celluloses d'emballages cristallisés
- papiers cristals

1351
1352
Autres emballages supérieurs ou spéciaux :
- ingraissables (greaseproof)
- non-ingraissables (imitation greaseproof)
1361
1362
Papiers à usage graphique :
- support photographique ;
- titre (fabriqué sur forme ronde) ;

339-92
339-86/87
Cartons à l'enrouleuse :
- celluloderme amiante (60 % au minimum de cellulose) ;
- celluloderme divers (autres que gris) ;

4772
4781
Papiers à cigarettes classe 5207

La pâte à papier[modifier | modifier le code]

La « pâte à papier », ou tout simplement la « pâte », est principalement composée de fibres de cellulose issues du bois.

On distingue :

  1. la pâte vierge. Elle est fabriquée à partir de bois par des procédés chimiques ou mécaniques visant à séparer la fibre de cellulose des autres constituants du bois (notamment la lignine et les hémicelluloses).
  2. La pâte recyclée ; elle est obtenue par dilution des papiers et cartons récupérée dans de grandes quantités d'eau, puis par séparation/extraction des éléments non cellulosiques (autres déchets contenus dans les balles de papiers et cartons récupérés, colles, encres, agrafes, etc.).

Ses caractéristiques physico-chimiques sont déterminantes pour la production de papier, l'une des principales étant la longueur des fibres de cellulose :

  • Les fibres courtes proviennent des arbres feuillus et confère une grande opacité au papier, ce qui est une caractéristique appréciée pour les supports d'impression et d'écriture.
  • Les fibres longues apportent une grande résistance mécanique au papier, caractéristique intéressante pour l'emballage.

Le papier[modifier | modifier le code]

Le « papier », au sens générique du terme, désigne à la fois le papier et le carton (qui se caractérise généralement par un grammage ou une rigidité plus élevés). Cependant, aucune caractéristique physico-chimique ne permet de distinguer le carton du papier. Les normes internationales ne distinguent pas ces deux termes comme représentant deux matériaux différents.

On classe aussi les papiers selon leur usage :

  • Les papiers à usage graphique : ce sont les supports de la communication, de la littérature, de la connaissance et de l’information. On distingue le papier journal et magazine d’une part, et les papiers d’impression-écriture d’autre part (utilisés dans l’édition, la publicité, la bureautique, la correspondance, etc).
  • Les papiers et cartons d'emballage et de conditionnement : ils sont destinés à contenir, protéger et conserver les produits de grande consommation autant que les articles de luxe, si besoin de manière décorative. On distingue les papiers pour ondulé qui servent à la fabrication du carton ondulé, les papiers d’emballage souple et les cartons plats.
  • Les papiers d'hygiène : également dénommés papiers « tissue », ils entrent dans la fabrication du papier toilette, de l’essuie-tout, des mouchoirs, des couches et sont destinés à l’hygiène de la personne comme au maintien de la propreté.
  • Les papiers industriels et spéciaux : ils désignent les papiers et cartons qui n'entrent pas dans les catégories ci-dessus. ils font généralement appel à des techniques de fabrication de pointe pour différents types d’usage, tels les usages fiduciaires (papiers d’identité, billets de banque, etc), les usages graphiques spécifiques (papiers transferts, papier calque, etc.), les usages industriels (papiers pour stratifié, papiers abrasif, etc.), et d’autres usages spécifiques (papiers à cigarettes, filtre, etc.).

La confection d'articles à base de papier correspond aux activités de transformation (découpage, conditionnement...).

Papier et déforestation[modifier | modifier le code]

Dans l'inconscient collectif, la production de papier est bien souvent associée à l'artificialisation (monocultures d'eucalyptus par exemple) et voire à une surexploitation des forêts (déforestation). Cette conception doit être nuancée ; l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) identifie l'agriculture comme le principal responsable de la déforestation dans le monde[2]. Viennent ensuite l'utilisation de bois de chauffage et l'exploitation du bois comme matériau.

Comme le souligne l'ADEME[3], contrairement aux idées reçues, le papier provenant de pâte vierge n'implique pas de déforestation, tout comme l'utilisation de papier à base de fibres recyclées ne garantit pas une meilleure gestion des forêts.

Par ailleurs, une grande partie (1/3 pour la France) du bois utilisé pour la production de pâte vierge provient de chutes de sciages[réf. nécessaire]. On parle de Produits Connexes de Scierie (PCS). En effet, la production de bois de sciage pour l'ameublement et la construction génère des déchets de bois impropres à une utilisation comme matériau, mais qui (hors écorce) convient parfaitement à la production de pâte à papier. Le reste de l'approvisionnement de l'industrie papetière est principalement constitué de bois issu de coupes sylvicoles d'éclaircies.

Définition[modifier | modifier le code]

L'industrie papetière est classée comme :

  • industrie lourde,
  • industrie très consommatrice d'énergie. Les rendements ont été améliorés par la cogénération (production combinée d'électricité et de chaleur). La vapeur ainsi produite servira au chauffage des rouleaux séchant et pressant le papier. La source primaire d'énergie, c'est-à-dire le gaz, est brûlé dans un moteur à gaz ou une turbine à gaz.
  • industrie soumise aux quotas d'émissions de gaz à effet de serre et au marché du carbone et des droits à polluer.
  • industrie très consommatrice d'eau. C'est pourquoi les usines sont souvent situées en bordure de cours d'eau ou au-dessus d'une nappe phréatique accessible.

Spécialisation[modifier | modifier le code]

La transformation du bois, de fibres recyclées ou d'autres fibres en papier pouvant être un procédé extrêmement complexe, les entreprises tendent depuis les années 1980 à se spécialiser dans différents créneaux :

Par simplification, les usines de production qui appartiennent à ces sociétés sont souvent nommées papeteries.

Histoire[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1920, deux firmes canadiennes sont en tête pour les performances de production : l'Abitibi Power and Paper et la Belgo Paper.

À l'époque, l'industrie du papier est encore fragmentée en France. C'est la Chapelle Darblay à Saint-Étienne-du-Rouvray et Beghin à Corbehem et le groupe des Papeteries Navarre qui produisent la majorité du papier continu. D'autres firmes plus petites, comme ARJOMARI (regroupement de quatre papeteries de Seine-et-Marne) et les papeteries de France à Lancey, sont plus spécialisées dans des produits plus manufacturés, mais qui nécessitent néanmoins des machines performantes.

Dans les années 1990, avec la montée en puissance des groupes de défense de l'environnement, les papeteries nord-américaines ont pris le virage écologique. Elles ont commencé à fabriquer différents produits contenant des fibres recyclées.

Cette période a aussi marqué le début d'une ère d'intégration, les plus grandes achetant les plus petites.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2009, profitant d'un programme fédéral destiné à réduire la dépendance des États-Unis aux carburant fossiles, plusieurs importantes sociétés papetières américaines ont reçu de l'argent du gouvernement fédéral. Elles profitent d'une loi sur le transport en ajoutant du gazole à leurs produits de papier. En effet, la « liqueur noire » obtenue après traitement chimique de la pulpe de bois possède une forte concentration de carbone : elle sert de combustible. En ajoutant du diesel, elle devient un combustible couvert par le programme fédéral américain. Les dix plus grandes sociétés papetières américaines pourraient recevoir jusqu'à 8 milliards USD pour l'année 2009 seulement[4],[5].

En mai 2009, le no 2 mondial de l'industrie papetière, Stora Enso, a annoncé qu'il rachèterait la firme espagnole Enso avec le groupe chilien Arauco[6], pour un montant de 256 millions d'euros[7]. Cela ferait de cette coentreprise, partagée 50-50 entre Stora Enso et Arauco[8], la plus grande propriétaire terrienne d'Uruguay[9], avec 130 000 hectares de terres, soit près de la moitié du total des propriétés terriennes de Stora Enso[10]. Stora Enso disposait déjà de plantations et d'un moulin conjointement avec Arauco au Brésil, à Arapoti (Paraná)[8].

Liste des plus importantes entreprises papetières[modifier | modifier le code]

Entreprises papetières classé par leur production de papiers et de cartons en tonnes en 2010[11]
Rang Entreprise Pays Production (1 000 tonnes)
1 International Paper Drapeau des États-Unis États-Unis 11 922
2 Stora Enso Drapeau de la Finlande Finlande 10 812
3 UPM Drapeau de la Finlande Finlande 9 914
4 Svenska Cellulosa Aktiebolaget Drapeau de la Suède Suède 8 948
5 Smurfit Kappa Drapeau de l'Irlande Irlande 7 650
6 Nippon Paper Drapeau du Japon Japon 7 292
7 Nine Dragons Paper Drapeau de la République populaire de Chine Chine 7 280
8 Sappi Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 6 900
9 Oji Paper Drapeau du Japon Japon 6 861
10 Smurfit-Stone Container Drapeau des États-Unis États-Unis 5 896
11 Produits forestiers Résolu Drapeau du Canada Canada 5 318
12 NewPage Drapeau des États-Unis États-Unis 4 400
13 Norske Skog Drapeau de la Norvège Norvège 3 998
14 Mondi Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni/
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
3 697
15 Temple-Inland Drapeau des États-Unis États-Unis 3 660
16 Lee & Man Paper Drapeau de la République populaire de Chine Chine 3 500
17 Domtar Drapeau du Canada Canada 3 482
18 Chenming Paper Drapeau de la République populaire de Chine Chine 3 350
19 Cascades Drapeau du Canada Canada 3 330
20 Siam Cement Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 3 191

Industrie en France[modifier | modifier le code]

La Convention Collective Nationale française régissant la profession se nomme Fabriques d'articles de papeterie et de bureau. L'accord constitutif date du 24 novembre 1992[12] et la publication au JORF : le 16 juillet 1994.

Les partenaires sociaux signataires sont:

  • pour l'organisation patronale, la fédération des syndicats de fabricants d'articles de papeterie ;
  • pour les syndicats de salariés :
    • F.I.L.P.A.C.-C.G.T. - Fédération des industries du livre et du papier carton ;
    • F.U.C.-C.F.D.T ;
    • Fédération française des syndicats de la communication graphique écrite et audiovisuelle (C.F.T.C.) ;
    • Fédération force ouvrière du papier carton ;
    • Syndicat national F.I.B.0.P.A.-C.F.E.-C.G.C. du personnel d'encadrement de la filière bois-papier.

Les codes APE sont tous les codes de la division 17 (industrie du papier et du carton) dans la nomenclature d’activités française (NAF 2008) :

  • 17.11Z : fabrication de pâte à papier ;
  • 17.21A : fabrication de carton ondulé ;
  • 17.21B : fabrication de cartonnages ;
  • 17.21C : fabrication d’emballages en papier ;
  • 17.22Z : fabrication d’articles en papier à usage sanitaire ou domestique ;
  • 17.23Z : fabrication d’articles de papeterie ;
  • 17.24Z : fabrication de papiers peints ;
  • 17.29Z : fabrication d’autres articles en papier ou en carton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Droit[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]