Dierrey-Saint-Julien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dierrey-Saint-Julien
Le lavoir
Le lavoir
Blason de Dierrey-Saint-Julien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Nogent-sur-Seine
Canton Saint-Lyé
Intercommunalité Communauté de communes de l'Orvin et de l'Ardusson
Maire
Mandat
Bruno Richard
2014-2020
Code postal 10190
Code commune 10124
Démographie
Population
municipale
254 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 46″ nord, 3° 49′ 49″ est
Superficie 21,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Dierrey-Saint-Julien

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Dierrey-Saint-Julien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dierrey-Saint-Julien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dierrey-Saint-Julien

Dierrey-Saint-Julien est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Dierrey-Beaugué[1] et le Petit-Dierrey[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hypothèse selon laquelle l'ancien hameau ou lieu-dit de Moirey aurait été le lieu où s'est déroulée la bataille contre Attila en 451 (la bataille de Campus Mauriacus), a été émise par quelques auteurs dont Louis Halphen, Joseph Roserot de Melin, Élie Griffe, et, de manière plus probable par l'historien Michel Rouche[3]. Néanmoins, bien qu'il demeure le plus tangible, ce postulat ne se révèle pas faire consensus[3]. À cet effet, pour d'autres spécialistes tels que les médiévistes Ferdinand Lot, Christian Pfister ou encore François-L. Ganshof, cette hypothèse ne s'appuierait uniquement sur les propos et arguments évoqués par Henri d'Arbois de Jubainville[3],[4]. Moirey n'avait plus qu'une maison en 1761 avant de disparaître totalement. Le village dépendait de la seigneurie de Villemaur.

En 1789, le village relevait de l'intendance et de la généralité Châlons-sur-Marne, de l'élection et du bailliage de Troyes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Dierrey-Saint-Julien.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’azur aux trois épées renversées d’argent, au chef du même chargé de trois croissants de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Francesca Ferré SE  
mars 2008 en cours Bruno Richard[5] LR Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 254 habitants, en diminution de -2,31 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
393 431 430 373 388 400 410 380 379
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369 379 382 379 353 340 350 315 312
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
296 300 263 220 226 234 247 241 240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
209 242 215 222 216 225 246 256 254
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'église était une succursale de celle de Moirey, dépendait du doyenné de Villemaur. Elle était sous le vocable de Saint Julien de Brioude et est du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Courtalon, Topo. Hist., III, 150.
  3. a, b et c Isabelle Crété-Protin, « La christianisation de l'Antiquité tardive », dans Isabelle Crété-Protin, Église et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe siècle., Presses Universitaires de France, coll. « Septentrion », , 446 p. (lire en ligne), page 168.
  4. Henri d'Arbois de Jubainville, « Encore un mot sur la bataille de Mauriacus. », Bibliothèque de l'école des chartes, École nationale des chartes, t. 31,‎ , p. 211 à 216 (DOI 10.3406/bec.1870.446323, lire en ligne).
  5. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .