Liste des comtes de Roucy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
D'or au lion d'azur (armé et lampassé de gueules)[1],[2].

Le comté[modifier | modifier le code]

Les terres[modifier | modifier le code]

L'une des sept pairies du duché de Champagne, il en formait la limite nord ouest. Le comte de Roucy portait aussi le titre de comte de Reims, et a un temps possédé le château de la Porte de Mars, château de Reims.

Le comté, bien que variant au fil du temps et des querelles seigneuriales s’étendait le long de l'Aisne de Pragnan en aval à Évergnicourt en amont. Au nord limité par le tracé de l'Ailette et au sud par celui de la Vesle. Il jouxtait les terres du laonnois au nord, du domaine royal par l'ouest et la Braine, du duché de Champagne avec la ville de Reims et les terres du rethelois à l'est.

Les terres propres du comté sont assez restreintes, elles comprenaient les villages de Roucy, Bouffignereux, Berry-au-Bac, Pontavers, Concevreux, et pour partie ceux de Blanzy-les-Fismes, Courlandon, Chaudeude.

Le comté avait aussi un certain nombre de seigneurs vassaux, le principal étant le seigneur de Neufchatel, un temps vicomté. Celui de Bouffignereux, de Mazure, de Berry-au-Bac, de La Ville-aux-Bois, de Thony, de Beaumarais, de Juvincourt-le-petit et de Juvincourt-le-grand, de Mauchamps, du Feuillet, de Maizy, de st-Étienne-sur-Suippe, de Révillon, de la Petite-Pêcherie, d'Oeuilly, de Pargnan, de Vassogne, d'Oulches, de Lépine, de Merfy, de Chenay, de Meurival, de Sept-Saulx, de Lirval, de Muscourt, de Colligis, de Chamouille...

Ils devaient en général le suivre à la guerre pour un nombre de jours fixés, la garde du château du seigneur dans les mêmes conditions, hommage, reconnaissance des droits de leur suzerain, assister à des plaids et faire appliquer la justice du suzerain.

La justice[modifier | modifier le code]

Elle relevait de la coutume de Vitry pour la plus grande partie et de celle du Vermandois ou du bailliage de Châtillon-sur-Marne pour une partie. Elle était rendue aux fourches de justice qui étaient près du moulin à vent sur la colinne de Roucy pour ce qui était des fustigations ou pendaisons.

Le bailliage de Roucy fut supprimé par décret du 6 septembre 1790.

Premiers comtes[modifier | modifier le code]

D’origine viking, Ragenold devient l’allié du roi de France, Louis IV d'Outremer, avec lequel il s’empare de Reims. Le roi lui donne en fief la terre de Roucy sur laquelle il fait construire le premier château, une motte féodale, en 948. Converti au christianisme, Ragenold est enterré, sous le nom de Renauld, dans l’église Saint-Remi à Reims[3].

v.950-967 : Renaud de Roucy, comte de Roucy et de Reims († 967)[1]:p861

marié à Albérade, fille de Giselbert, duc de Lotharingie, et de Gerberge de Saxe (remariée à Louis IV d'Outremer roi de France)

967-v.1000 : Gislebert de Roucy, comte de Roucy et vicomte de Reims († v.1000), fils du précédent[1]:p862. C'est le premier a avoir porté le titre de « comte de Roucy »[4]

v.1000-1033 : Ebles Ier de Roucy, comte de Roucy et archevêque de Reims (1021-1033). Ce fut le dernier comte de Roussy à porter également de titre de comte de Reims.

marié à Béatrice de Hainaut, fille de Regnier IV, comte de Hainaut et d'Hedwige, fille d'Hugues Capet[1].:p862 Ils ont au moins deux enfants, Alix de Roucy qui lui succéda, et Hedwige.
Aucun document d'époque ne mentionne la parenté entre Gislebert et son successeur Ebles Ier. On a longtemps pensé qu'Ebles de Roucy était un fils de Gislebert et d'une fille de Guillaume III Tête d'Etoupe duc d'Aquitaine et comte de Poitiers.
Une étude récente[5] penche pour une autre thèse : Ebles Ier de Roucy serait fils d'Ebles de Poitiers (lui-même fils de Guillaume IV de Poitiers et d'Emma de Blois) et d'une fille d'Aubry II, comte de Mâcon, et d'Ermentrude de Roucy, sœur de Giselbert de Roucy.
Alix (ou Aléïde, ou Adélaïde) épouse Hildouin IV de Montdidier[1]:p862,[2]

Maison de Montdidier[modifier | modifier le code]

Montdidier : De gueules à la rose d'or[3].

1033-1063 : Hildouin IV, comte de Montdidier, d'Arcy et de Ramerupt († 1063), gendre du précédent.

mariée en 1031 à Alix de Roucy (v.10201062), fille du précédent[1]:p863 il en a de nombreux enfants, dont André de Roucy Ramerupt et Ebles II. Alix lui apporte le titre de comte de Roucy, titre porté par la suite par les comtes de Montdidier[6]. Ils ont trois fils, Ebles, André et Hugues[7]. Ils ont pour enfants Ebles, Félicie, Béatrix, Margueritte, Adde, André, Hugues

1063-???? : André de Roucy Ramerupt, comte de Roucy, fils des précédents.

Marié deux fois, il a trois fils qui meurent sans postérité.

???-1103 : Ebles II, comte de Roucy et de Rameru, frère du précédent, mena une armée en Espagne contre les Sarazins, il meurt en 1103.

marié à Sybille de Hauteville, fille de Robert Guiscard et de Sykelgaite de Salerne[1]:p864

1104-1160 : Hugues Ier Cholet, comte de Roucy, fils du précédent

marié à Richilde de Hohenstaufen, fille de Frédéric Ier de Staufen et d'Agnès de Franconie[1]:p864

1160-1180 : Robert Guiscard, comte de Roucy, fils du précédent

marié à sa cousine Elisabeth de Mareuil[1]:p864 il en a huit enfants, dont trois hériteront successivement du titre : Raoul Ier, Jean Ier et Eustachie de Roucy.

1180-1196 : Raoul Ier, comte de Roucy, fils du précédent

marié à Isabelle (Mélissande?) de Coucy, fille de Raoul Ier, seigneur de Coucy et d'Agnès de Hainaut[1]:p865, mais meurt sans enfant.

1196-1200 : Jean Ier, comte de Roucy, frère du précédent

marié à Béatrice de Vignory[1]:p865, il hérite du titre à la mort de son frère, mais meurt sans postérité. Son héritière est sa sœur Eustachie.

Eustachie de Roucy (1170 - 1221), femme de Robert de Pierrepont, hérite du titre de comtesse de Roucy après la mort de ses frères[1]:p865, mais elle ne peut s’opposer aux ambitions d’Enguerrand III de Coucy, lequel prend le titre de Roucy en 1200, en épousant la veuve Béatrice de Vignory[3].

1200-1204 : Enguerrand III de Coucy († 1243), fils de Raoul Ier et seigneur de Coucy, comte de Roucy

Les raisons pour lesquelles il devint comte de Roucy ne sont pas claires  :
  • il s'est marié à Béatrice de Vignory, veuve de Jean Ier
  • sa sœur est l'épouse de Raoul Ier
  • il est le tuteur d'Eustachie de Roucy, qui ne se marie qu'en 1204 (?).

Maison de Pierrepont[modifier | modifier le code]

Pierrepont : De gueules au chef émanché d'or[3].

1204-1221 : Eustachie de Roucy, (1170 - † 1221) fille de Robert Guiscard de Roucy, comtesse et héritière de Roussy après la mort de ses frères.

mariée en 1204 (ou 1185[2]?) à Robert Ier de Pierrepont, seigneur de Pierrepont[8], qui devient comte de Roucy du chef de sa femme[1]:p866. Enguerrand III de Coucy est contraint à rétrocéder le titre à Eustachie vers 1204. Robert pis le titre de comte de Roucy, que gardèrent ses successeurs[6].

1221-1251 : Jean II de Pierrepont, fils des précédents[1]:p866

marié en premières noces à Isabelle de Dreux
marié en secondes noces à Jeanne de Dampierre (?)
marié en troisièmes noces à Marie de Dammartin († 1279)

1251-1271 : Jean III de Pierrepont, fils du précédent

marié à Isabelle de Mercœur[1]:p867

1271-1304 : Jean IV de Pierrepont, fils du précédent

marié à Jeanne de Dreux[1]:p867
Roussy : D'or au lion d'azur.

1304-1346 : Jean V de Pierrepont, fils du précédent. Jean V abandonne les armes de la maison de Pierrepont pour le lion d’azur sur un champ d’or[3].

marié à Marguerite de Baumetz[1]:p867

1346-1364 : Robert II de Pierrepont, fils du précédent

marié à Marie d'Enghien, fille de Gautier II d'Enghien, chevalier, seigneur d'Enghien, avoué de Tubize[1].:p867

1364-1370 : Isabelle de Pierrepont, fille du précédent

mariée à Louis de Namur

Isabelle vendit Roucy à Louis d'Anjou en 1370, mais son oncle Simon de Pierrepont fit valoir son droit de forlignage et fit un procès devant le parlement de Paris pour obtenir le comté. Le procès dura 20 ans et fut jugé en sa faveur.

1370-1384 : Louis Ier d'Anjou, duc d'Anjou, fils de Jean II le bon, roi de France
1384-1390 : Louis II d'Anjou, fils du précédent


1390-1392 : Simon de Pierrepont, fils de Jean V, comte de Braine et de Roussy après la mort de sa nièce Isabelle.

marié à Marie de Châtillon, issue de la maison de Châtillon[1]:p868

1392-1395 : Hugues II de Pierrepont, fils du précédent

marié à Blanche de Coucy-Montmirail dame d'Encre, petite-fille de Guillaume de Coucy[1]:p868

Leurs filles Marguerite dame d'Encre et Blanche épousent respectivement en 1403 Thomas III de Vasto marquis de Saluces (d'où Giovanna dame d'Encre, femme de Guy IV de Clermont-Nesle) ; et en 1414 Louis Ier de Bourbon-Vendôme, comte de Vendôme, Grand Maitre de la Maison du Roi[1]:p868,[9]

1395-1415 : Jean VI de Pierrepont, fils du précédent

marié enfant en 1398 à Elisabeth de Montagu fille de Jean de Montagu, Souverain maitre de la Maison du Roi[1].:p869

Maison de Sarrebruck[modifier | modifier le code]

Sarrebruck : d'azur semé de croisettes recroisetés au pied fiché d'or au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or brochant sur le tout[3].

1415-1459 : Jeanne de Pierrepont, fille du précédent

mariée en 1417 à Robert Ier de Sarrebruck-Commercy, seigneur de Commercy († 1460). Fille unique, Jeanne apporta les comtés de Roussy et de Braine à son époux Jean de Sarrebruck-Commercy[1]:p869 Ils eurent pour enfants Jean VII de Sarrebruck-Commercy, Amé II de Sarrebruck-Commercy, Marie et Jeanne[1].:p535

1459-1492 : Jean VII de Sarrebruck-Commercy, fils des précédents, fut comte de Roucy par la donnation que lui fit sa mère à condition pour lui de porter le nom et les armes de Roucy[1]:p535

marié à Catherine d'Orléans, mort sans enfants légitime (mais laissant deux enfants naturels).

1492-1504 : Robert II de Sarrebruck-Commercy, neveu du précédent, fils d'Amé II de Sarrebruck-Commercy et de Guillemette de Luxembourg[1]:p536 et petit-fils de Jeanne de Pierrepont.

marié à Marie d'Amboise, sœur du cardinal d'Amboise. Ils ont un fils, Amé III de Sarrebruck-Commercy, et trois filles, Philippe (épouse de Charles de Silly), Catherine (épouse Antoine de Roye) et Guillemette, qui épouse Robert III de La Marck de Bouillon[1].:p536

1504-1525 : Amé III de Sarrebruck-Commercy, fils du précédent[1].:p536

Marié en 1520 à Renée de la Mark, ils n'eurent qu'un fils, Robert, mort en bas âge.

À la mort de Amé III, ses trois sœurs se partagent son héritage.

Maison de Roye[modifier | modifier le code]

Roye : De gueules à la bande d'argent.

1525-1542 : Catherine de Sarrebruck, sœur de Amé III de Sarrebruck-Commercy et fille de Robert II de Sarrebruck-Commercy,

mariée en 1505 à Antoine de Roye († 1515)

1542-1551 : Charles Ier de Roye, fils des précédents

marié en 1528 à Madeleine de Mailly

Maison de La Rochefoucauld[modifier | modifier le code]

de Roye de la Rochefoucault : Ecartelé aux 1 et 4 de gueules à la bande d'argent ; aux 2 et 3 burelé d'argent et d'azur de 10 pièces à trois chevrons de gueules brochant sur le tour, le premier écimé ; sur le tout d'or au lion d'azur (armé et lampassé de gueules).

1551-1572 : Charlotte de Roye, fille du précédent

marié en 1557 à François III de La Rochefoucauld

1572-1589 : Josué de La Rochefoucauld de Roye, fils des précédents

1589-1605 : Charles II de La Rochefoucauld, frère du précédent

marié à Claude de Gontaut-Biron

1605-1680 : François IV de La Rochefoucauld, fils du précédent

marié à Julienne Catherine de La Tour d'Auvergne, fille de Henri de La Tour d'Auvergne

1680-1690 : Frédéric-Charles de La Rochefoucauld, fils du précédent

marié à Elisabeth de Durfort, petite-fille de Henri de La Tour d'Auvergne et sœur de Jacques-Henri de Durfort

1690-1721 : François V de La Rochefoucauld, fils du précédent

marié à Catherine-Françoise d'Arpajon, héritière du duché pairie d'Arpajon depuis 1672.

1721-1725 : François VI de La Rochefoucauld, fils du précédent

marié à Marguerite Elisabeth Huguet

Maison de Béthune-Chârost[modifier | modifier le code]

de Béthune-Chârost : D'argent à la fasce et au lambel de gueules.

1725-1784 : Marthe Elisabeth de la Rochefoucauld, fille du précédent

mariée en 1737 à François Joseph de Béthune (1719 † 1739), marquis d'Ancenis

1784-1789 : Armand Joseph de Béthune († 1800), marquis de Charrost

marié à Henriette Adélaïde du Bouchet.

Il est le dernier à porter le titre de comte de Roucy. En 1767 il vend son titre de comte de Roucy à Jacques Henri Salomon Joseph de Roucy, seigneur de Manre, dit le comte de Roucy, maréchal de camp et colonel du régiment de cavalerie de la Reine, époux de Marie Perrine de Scépeaux, mais mort sans postérité en 1814[3].

Possesseurs du domaine de Roussy[modifier | modifier le code]

Ancien château de Roussy.

Après ce sont des possesseurs du château, des biens mobiliers et des terres, qui jouent un rôle important dans la vie, politique, économique, caritative du village.

1800-1837 : Henriette Adélaïde du Bouchet De Sourche. Elle devient duchesse de Charost par son mariage avec Armand Joseph de Béthune, hérite du domaine de Roucy à la mort de son mari en 1800, mais meurt sans postérité[3].

1837-1843 : Joséphine, sœur de la précédente, marié à Louis de Sainte Aldegonde.

Maison d'Imécourt[10]

1843-1872 : leur fille Albertine de Sainte Aldegonde, épousant Louis d'Imécourt, comte d'Imécourt

mariée à Marguerite Louise Joséphine de Galliffet fille de Gaston de Galliffet bienfaitrice à Roucy.

1872-1890 : Charles Louis Xavier, leur fils.

1890-1924 : Madeleine, leur fille, épousa Victor Hugues Kraft prince de Holhenlohé-Oéringen en 1885, divorcée en 1901 ; remariée à Jules Othon de Vangheneim, chambellan et grand maréchal de Brunswich.

En 1908, Marguerite met en vente le domaine de Roucy. Il est acheté par Gérard Henri comte Gaston de Néverlée[3]

1917 : Gérard Henri Neverlé, époux de Madeleine Picot de Vaulogé[3]. Veuve, elle fit détruire le château alors qu'il avait assez peu souffert des dégâts de la guerre.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa et ab Généalogie des comtes de Roucy, in Histoire Généalogique Et Chronologique De La Maison Royale De France, Des Pairs, Grands Officiers de la Couronne & de la Maison du Roy: & des anciens Barons du Royaume, Avec Les Qualitez, L'Origine, Le Progrès & les Armes de leurs Familles, par le P. Anselme, Augustin déchaussé. Paris, Compagnie des libraires associés, 1733.
  2. a, b et c Seigneurs de ROUCY, 2004 Etienne Pattou.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Abrégé historique et généalogique des comtes de Roucy, Adrien Grave, novembre 2012.
  4. Le grand dictionnaire géographique, historique et critique, par M. Bruzen de la Martinière, article Roucy.
  5. Jean-Noël Mathieu, « La Succession au comté de Roucy aux environs de l'an mil », dans Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica / 3 », , 310 p. (ISBN 1-900934-01-9), p. 75-84
  6. a et b P. Roger, Noblesse et chevalerie du comte de Flandre, d'Artois et de Picardie, Duval et Herment, 1843.
  7. François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois 86, Dictionnaire de la noblesse ... de France, 1786, Roucy.
  8. Eustachie de Roucy.
  9. Gilles A. de La Roque de la Lontière, Histoire généalogique de la maison de Harcourt, Volume 2. Cramoisy, 1662.
  10. Abbé, Bigot, Notice sur les droits des Seigneurs de Roucy in Travaux de l'Académie Nationale de Reims, no 111, année 1901-1902, tome 1, p. 163-174.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.A Périère, Essais généalogiques et historiques sur les comtes et le comté de Roucy, Bergères-sous-Montmirail, 1957.
  • Honoré Fisquet, France pontificale, (gallica christiana), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèse de France, depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, Repos, libraire éditeur Paris, 1864-1873.

Liens externes[modifier | modifier le code]