Ambre de la Baltique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Différentes teintes d'ambre de la Baltique.

L' ambre de la Baltique est une résine végétale fossilisée produite par des conifères de l'époque de l'Éocène, plus précisément, après datation radiométrique par la méthode potassium-argon, durant le Lutétien, il y a environ 44 Ma (millions d'années)[1].

Origine[modifier | modifier le code]

On pensait depuis les années 1850 que cet ambre provenait de la résine de Pinus succinifera, mais des recherches dans les années 1980 ont abouti à la conclusion que plusieurs espèces étaient concernées. Plus récemment, des études de l'ambre et de la résine d'arbres actuels par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier ont laissé penser que des conifères de la famille des Sciadopityaceae en étaient responsables[2]. Le seul représentant actuel de cette famille est le pin parasol japonais Sciadopitys verticillata. Une étude en 2009 a estimé la production d'ambre de ces forêts de conifères à plus de 100 000 tonnes[2].

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Faune fossile[modifier | modifier le code]

Fossile d'un coléoptère de la famille des Curculionidae :
Arostropsis groehni
longueur : 6,4 mm.
Fossile d'un coléoptère de la famille des Brentidae.

De nombreux animaux conservés dans l'ambre de la Baltique ont été décrits[3]. Les insectes constituent plus de 98 % de ces animaux, tandis que les autres arthropodes, annélides, mollusques, nématodes, protozoaires en représentent environ 0,5 %. Les vertébrés en composent également 0,5 % sous forme principalement de fragments de fourrures de mammifères, de plumes, et de restes de reptiles dont des mues[4] :

Flore fossile[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Ritzkowski, S., « K-Ar-Altersbestimmungen der Bernsteinführenden Sedimente des Samlandes (Paläogen, Bezirk Kaliningrad) », Metalla, Bochum, vol. 66, no Sonderheft,‎ , p. 19–23
  2. a et b (en) A.P. Wolfe et et al., « A new proposal concerning the botanical origin of Baltic amber. », Proceedings of the Royal Society B, vol. 276, no 1672,‎ , p. 3403–3412 (PMID 19570786, PMCID 2817186, DOI 10.1098/rspb.2009.0806)
  3. (en) Weitschat, W. et Wichard, W., Atlas of Plants and Animals in Baltic Amber, Pfeil, (ISBN 978-3931516949)
  4. (en) W. Weitschat et W. Wichard, Biodiversity of Fossils in Amber from the Major World Deposits, Siri Scientific Press, , 80–115 p. (ISBN 978-0-9558636-4-6), « Chapter 6: Baltic amber »
  5. W. M. Wheeler, « The ants of the Baltic amber », Schriften der Physikalisch-Okonomischen Gesellschaft zu Konigsberg, vol. 55, no 4,‎ , p. 56-59
  6. a, b et c B. E. Heterick et S. Shattuck, « Revision of the ant genus Iridomyrmex (Hymenoptera: Formicidae) », Zootaxa, vol. 2845,‎ , p. 169
  7. (en) N. N. Yunakov et A. G. Kirejtshuk, « New genus and species of broad-nosed weevils from Baltic amber and notes on fossils of the subfamily Entiminae (Coleoptera, Curculionidae) », ZooKeys, vol. 160,‎ , p. 73–96 (DOI 10.3897/zookeys.160.2108)
  8. a, b, c et d G. A. P. Gibson, « Description of three new genera and four new species of Neanastatinae (Hymenoptera, Eupelmidae) from Baltic amber, with discussion of their relationships to extant taxa », ZooKeys, vol. 20,‎ (DOI 10.3897/zookeys.20.161, lire en ligne)
  9. a et b M.S. Engel, « A new fossil snake-fly species from Baltic amber (Raphidioptera: Inocelliidae) », Psyche, vol. 102, nos 3–4,‎ , p. 187–193 (DOI 10.1155/1995/23626, lire en ligne)
  10. A.W. Skalski, « Studies on the Lepidoptera from fossil resins. Part II. Epiborkhausenites obscurotrimaculatus gen. et sp. nov. (Oecophoridae) and a tineid-moth discovered in the Baltic amber », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 18, no 1,‎ , p. 153–160 (lire en ligne)
  11. T.D.A. Cockerell, « Fossil Hymenoptera from Florissant, Colorado », Bulletin of the Museum of Comparative Zoology, vol. L, no 2,‎ (lire en ligne)
  12. G. Poinar, « Fossil Trigonalidae and Vespidae (Hymenoptera) in Baltic amber », Proceedings of the Entomological Society of Washington, vol. 107, no 1,‎ , p. 55–63 (lire en ligne)
  13. Stworzewicz E., Pokryszko B. M. (2006). "Eocene terrestrial snails (Gastropoda) from Baltic amber". Annales Zoologici 56(1): 215-224. abstract, abstract
  14. DOI:10.1111/j.1744-7410.2000.tb00178.x
  15. a, b et c (en) GM Dlussky et DA Dubovikoff, « Yantaromyrmex gen. n. – a new ant genus (Hymenoptera Formicidae) from Late Eocene ambers of Europe », Caucasian Entomological Bulletin, vol. 9,‎ , p. 305–314 (lire en ligne)
  16. (en) J Heinrichs, AR Schmidt, A Schäfer-Verwimp, C Gröhn et MAM Renner, « The leafy liverwort Notoscyphus balticus sp. nov. (Jungermanniales) in Eocene Baltic amber », Review of Palaeobotany and Palynology, vol. 217,‎ , p. 39–44 (DOI 10.1016/j.revpalbo.2015.02.006)
  17. (en) J Heinrichs, L Hedenäs, A Schäfer-Verwimp, K Feldberg et AR Schmidt, « An in situ preserved moss community in Eocene Baltic amber », Review of Palaeobotany and Palynology, vol. 210,‎ , p. 113–118 (DOI 10.1016/j.revpalbo.2014.08.005)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :