Chronologie de catastrophes industrielles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article contient une liste de catastrophes industrielles par ordre chronologique.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Explosion de la poudrière de Grenelle à Paris, en pleine zone urbaine, après la mise en place de nouvelles méthodes de travail permettant d'augmenter sa capacité de production. Un millier de victimes est dénombré parmi les employés et la population riveraine. Les secours aux victimes et la reconstruction des maisons suscitèrent un immense élan de solidarité au sein de la population parisienne. À la suite de cette catastrophe, la prise de conscience des risques que peuvent créer les activités de nature industrielle a contribué au fondement de la réglementation française sur les établissements dangereux par le décret impérial de 1810[1]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • — L’invasion subite des eaux dans la mine de Beaujonc, située à 16 km de Liège, enferma 127 mineurs dans un étroit espace où, pendant cinq jours et cinq nuits, ils travaillèrent sans relâche à surmonter les obstacles qui s’opposaient à leur délivrance. L'héroïsme et la force d’âme d'un maître mineur, Hubert Goffin permet à 70 ouvriers d'en sortir vivants.
  • — Le Drerheims, un bateau à vapeur, effectue ses premiers essais sur le Rhône près la rive gauche à Lyon. Sa chaudière explose, il coule aussitôt non sans expulser ses débris sur les badauds attroupés sur le quai. On dénombre 28 morts et de nombreux blessés[2].
  • — Un coup de grisou au puits Sainte-Eugénie de Montceau-les-Mines entraîne la mort de 89 ouvriers.
  • — Au fond de la fosse du puits no 1 de Bully-les-Mines (Pas-de-Calais) à 300 m de l'axe du puits, les gaz chauds d'une machine à vapeur mirent le feu aux bois de soutènement et aux parties charbonneuses des remblais du conduit des fumées. Lors de la tentative d'étouffement du feu, dix-neuf victimes, dont des enfants qui légalement n'auraient pas dû travailler, ont péri asphyxiées[3].
  • — Un coup de grisou dans le puits no 1 de la Compagnie des mines de Liévin fait 28 morts.
  • — La rupture d'un barrage en amont de Johnstown (Pennsylvanie) fait 2 200 morts.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de la catastrophe minière du Many, au Val-Saint-Lambert.

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

  • — Explosion de l'usine de pesticides Anaversa de Córdoba (Mexique), au milieu d'une ville de plus de 300 000 habitants ; 38 000 litres de pesticide sont répandus dans l'atmosphère.
  • — À 5 h 20 du matin, une brèche provenant de « la vaporisation d'un mélange d'essence totale et de gaz libéré » crée un nuage gazeux d'hydrocarbure qui s'enflamme dans l'unité de transformation des distillats en carburant (craqueur 3) à la Raffinerie de Provence de Total, à la Mède. L'explosion qui s'ensuit est perçue jusqu'à Marseille. Sur les huit membres de l'équipe présent depuis 4 heures du matin, six meurent sur le coup à l'intérieur ou à proximité de la salle de contrôle.
  • — Naufrage du pétrolier Aegean Sea dans la baie de la Corogne, en Espagne. Le navire perd la totalité de ses 80 000 tonnes de pétrole brut.
  • naufrage du Braer, un pétrolier, aux îles Shetland ; la totalité de son chargement de 84 500tonnes de pétrole se déverse dans la mer.
  • — Dans la nuit du 28 au 29 juin 1994, un train de marchandises d’une longueur de 690 mètres, composé de 50 wagons, en provenance de Bâle déraille sur la voie 3 et trois citernes se sont couchées sur les voies. L’une contenait du chlorure de thionyle et les deux autres de l’épichlorhydrine. Les pompiers de Lausanne doivent intervenir pour éviter une très grave pollution et tout risque d'explosion. (cf Gare de Lausanne)
  • naufrage du Sea Empress, un pétrolier, au Pays de Galles, la moitié du contenu de ses cuves, soit 13 000 tonnes de brut, se répand.
  • — Naufrage du pétrolier russe Nakhodka au large de l'île japonaise de Honshū ; 19 000 tonnes de pétrole se répandent dans la mer.
  • — Rupture d’une digue d’un bassin de stockage de déchets miniers de la compagnie minière canado-suédoise Boliden à Aznalcóllar, en Espagne ; 7 millions de tonnes d’effluents miniers acides à forte teneur en métaux lourds polluent 80 km de cours d’eau (30 tonnes de poissons morts, 11 % des oiseaux du Parc national de Doñana auraient été contaminés à la suite de l’accident, etc.) et contaminent plus de 10 000 ha (7 000 ha de pâturages et de marécages et 3 500 ha de cultures).
  • Naufrage de l'Erika, un pétrolier, au large des côtes françaises ; 12 000 tonnes de pétrole lourd répandues.
  • — Déversement accidentel de 100 000 m3 d'eau contenant du cyanure dans un affluent roumain de la Tisza, anéantissant toute vie aquatique dans le cours hongrois de la rivière
  • Explosion de l'usine de stockage de feux d'artifices à Enschede, aux Pays-Bas.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

années 2000[modifier | modifier le code]

années 2010[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base de donnée ARIA
  2. Grand Lyon, « Explosion d'un bateau à vapeur 4 mars 1827 », sur www.grandlyon.com,‎ n/a (consulté le 17 janvier 2013).
  3. histobully.canalblog.com La catastrophe minière du 18 novembre 1869 à Bully.
  4. http://www.wrexham.gov.uk/english/heritage/gresford_disaster/mine_map/map_main.htm ; http://www.wrexham.gov.uk/english/heritage/gresford_disaster/gresford_gallery/book_remembrance.htm ; http://www.bbc.co.uk/blogs/wales/entries/6a740292-697c-3873-8174-e63c8fd246f8 ; http://www.theguardian.com/theguardian/2009/sep/24/gresford-disaster-archive
  5. conseil-des-jeunes.skyrock.com Présence des jeunes élus à la Commémoration du 60e anniversaire de la catastrophe minière du 26 janvier 1950, à Saint-Éloy-Les-Mines.
  6. Sergio Carozzo, « Seraing - Le 24 octobre 1953, la mine broyait 26 « gueules noires » », sur Le Soir,‎ (consulté le 17 janvier 2015)
  7. archives.assemblee-nationale.fr Journal officiel de la République française - Questions remises à la présidence de l'Assemblée nationale : question avec débat no 12794 du 4 février 1965.
  8. fouquiereschf.free.fr Cercle historique de Fouquières-lès-Lens - Catastrophe dans les mines : AVION (2 février 1965).
  9. www.nfpa.org
  10. (fr) Samuel Rufat, « Mexico, au risque de son développement », Géoconfluences,‎ 2006 (consulté le 8 juillet 2008)
  11. Seraing: les riverains de l'usine réclament une voie d'évacuation particulière, RTBF, 19 février 2009
  12. L'usine de pesticides Chimac-Agriphar à Ougrée (Seraing): un cas d'école?
  13. Argus des accidents : mai / juin 2005, Aria (site gouv.fr)
  14. Chronique amère d’un accident industriel sur un site Seveso à Béziers, Amis de la terre, octobre 2005
  15. Lettre du Cèdre, N° 171 - événements d'août 2009
  16. Explosion mortelle à Dunkerque, Figaro, 30 janvier 2009
  17. Accident mine wangjialing
  18. Chine: les secours tentent de sauver 153 ouvriers piégés dans une mine
  19. A Wangjialing, 153 mineurs sont piégés sous terre depuis six jours
  20. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/04/07/01016-20100407ARTFIG00363-hauts-de-seine-une-explosion-fait-un-mort-dans-une-usine-.php
  21. En Hongrie, les boues toxiques atteignent le Danube
  22. [1]
  23. [2]
  24. (en) « West, Texas, fertiliser plant explosion caused by ammonium nitrate », sur The Guardian,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  25. (en) « Bangladesh factory building collapse kills over 70, injures hundreds », sur Reuters,‎ (consulté le 24 avril 2013)
  26. http://www.tdg.ch/monde/asie-oceanie/drame-bangladesh-cause-1000-morts/story/18708342
  27. http://www.ledevoir.com/motcle/tragedie-de-lac-megantic
  28. [3]
  29. Philippe Alfroy et AFP, « 201 mineurs tués à Soma et peu d’espoir pour les disparus », sur LeTemps.ch,‎ .
  30. « USA. Une rivière polluée par l'agence de protection de l'environnement »,‎
  31. « Tianjin : l'entrepôt qui a explosé contenait plus de 2.400 tonnes de produits toxiques » (consulté le 20 août 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]