Conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Carte indiquant l'état de la contamination au césium 137 en 1996 sur la Biélorussie, la Russie et l'Ukraine :
  •      Zone fermée/confisquée (Supérieure à 40 curies par kilomètre carré (ci/km²) de césium 137)

  •      Zone de contrôle permanent (15 à 40 ci/km2 de césium 137)

  •      Zone de contrôle permanent (5 à 15 ci/km2 de césium 137)

  •      Zone innommée (1 à 15 ci/km2 de césium 137)

Les conséquences sanitaires de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, qui eut lieu le 26 avril 1986, à la fois sur la santé des populations et l'intégrité de l'environnement, sont par ordre d'importance et chronologique d'abord dues aux gaz radioactifs (krypton et xénon) et au flux de neutrons qui se sont échappés du réacteur (du 26 avril jusqu'à l'effondrement du réacteur le 6 mai), à l'iode, puis au césium 137, et à d'autres radionucléides comme le strontium 90 et des isotopes de plutonium qui ont été émis par le réacteur no 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Les modèles utilisés pour étudier la catastrophe sont en partie ceux des bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, mais se basent surtout sur des quantités importantes de données accumulées lors des premiers scanners ou radiographies (avant cette période on irradiait beaucoup plus surtout les médecins). Ces modèles sont essentiellement ceux d'irradiation externe. Leurs extrapolations à une irradiation interne, chronique, due à l'ingestion d'aliments contaminés par des radionucléides (essentiellement par le césium) fait débat, les scientifiques continuent de s'interroger sans résultats définitifs jusqu'à présent. Dans le cas du cancer de la thyroïde l'exposition est rapide et intense (en moyenne 500 msV chez les enfants évacués de la zone), la radioactivité ne durant quelques semaines. L'évaluation du nombre de décès survenus et à venir imputables à la catastrophe est encore l'objet de controverses opposant l'OMS ainsi que l'AIEA à Greenpeace et d'autres ONG ou chercheurs indépendants, les chiffres avancés variant de quelques dizaines de morts à quelques centaines de milliers. En France, une controverse est née sur les retombées du nuage de Tchernobyl. Voir à ce sujet l'article Conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en France.

Les conséquences politiques, économiques et sociales sont quant à elles détaillées dans l'article catastrophe de Tchernobyl.

Conséquences sur l’environnement[modifier | modifier le code]

La radioactivité libérée par l’explosion a contaminé une superficie d’environ 160 000 km2 au Nord de Kiev et aussi au Sud de la Biélorussie, et a détruit la forêt rousse proche de la centrale.

Une large zone autour de la centrale est fortement contaminée et la plupart des espèces vivantes ont été atteintes. La faune et la flore ont depuis repris leurs droits, on peut notamment observer la présence d'espèces rares comme le lynx, l'ours et le cheval de Przewalski (introduit depuis une autre réserve en 1998). Certaines espèces s'adaptent mieux que d'autres, les résineux ont beaucoup de mal à supporter les radiations, alors que les bouleaux ont colonisé la forêt rousse complètement détruite par les radiations en 1986.

Les conséquences sanitaires confirmées[modifier | modifier le code]

Le seul chiffre certain est le bilan des décès directement attribués à la catastrophe[1] :

  • Moins de 50 morts parmi les liquidateurs, les pompiers de Pripyat et les opérateurs de centrale des suites d'irradiation massive. La plupart d'entre eux sont morts quelques mois après l'événement.
  • environ 4 000 cas de cancer de la thyroïde chez les enfants les plus exposés en Ukraine, Biélorussie et Russie. Neuf en sont décédés.

Parmi les nombreuses études réalisées, quelques-unes permettent de dégager des conclusions suffisamment fiables :

  • Une étude[2] du Département d'épidémiologie et de biostatistique de l'Institut National de Santé pour le Développement de Tallinn publié en 2013 sur les liquidateurs venant de pays Baltes ne parvient pas à montrer un risque accru de cancer radio-induit, les auteurs notent cependant un éventuel risque accru de cancer de la thyroïde. Cette étude confirme les résultats précédents[3] sur cette même cohorte, elle met aussi en évidence un plus grand nombre de cancers liés à l'alcoolisme.
  • Une méta analyse de 2013[4] souligne des difficultés à interpréter la bibliographie à cause du manque de données et des biais statistiques. Les auteurs évoquent la possibilité d'un surplus de cancer du sein chez les femmes exposées.
  • En 2007, une étude[5] montre l'absence de surplus de leucémie, sauf chez les liquidateurs russes.
  • Les liquidateurs présentent un risque de suicide[6] plus important que la population générale.

Conséquences sanitaires modélisées, limites et polémiques[modifier | modifier le code]

L'évaluation des conséquences sanitaires de la catastrophe fait l'objet d'une controverse où s'opposent des enjeux politiques, idéologiques et scientifiques. Si la mortalité directe et les cancers de la thyroïdes chez les enfants les plus exposés ne font pas débat, les autres chiffres avancés proviennent tous de modèles mathématiques et nourrissent des polémiques incessantes. On estime à environ 6 millions le nombre de personnes ayant reçu des faibles doses radioactives en Ukraine, en Biélorussie et en Russie[7].

Ces modèles mathématiques employés sont issues de projections faites à partir des données sur des individus irradiés à haute et moyenne dose lors des bombardements atomiques au Japon ou d'accidents dans l'industrie nucléaire civile et militaire. Le risque est extrapolé selon les principes de l'effet linéaire sans seuil et de la dose collective, ces deux concepts sont utilisés en radioprotection des travailleurs exposés mais leur usage en épidémiologie est très critiqué quand il s'agit d'évaluer de très faible doses sur de très longues durées à l'échelle d'une population, ce qui est le cas en dehors de la zone interdite de Tchernobyl[8].

L'épidémiologie permet de dégager des certitudes scientifiques face aux conséquences sanitaires d'une exposition à un agent chimique ou biologique à l'échelle d'une population, pour autant dans le cas de la catastrophe de Tchernobyl elle n'est pas d'un grand secours. Il n'existe en effet pas de données épidémiologiques suffisamment précises permettant d'apporter des réponses solides. Cette absence de précision est le résultat de plusieurs facteurs :

  • L'effondrement des structures sanitaires et économiques après la chute de l'URSS a fortement affecté le suivi sanitaire de ces populations, entraînant une perte d'espérance de vie et une chute de la fécondité[9]. Il est donc difficile d'obtenir des données sur ces populations les plus exposées et surtout d'interpréter les données au vu des bouleversements économiques et sociaux qui ont suivi.
  • La dispersion des liquidateurs et des évacués dans toute l'ex-URSS, les difficultés à évaluer le nombre réel de liquidateurs rendent nécessaire un suivi individuel de chaque personne exposée, ce qui est très coûteux et n'est pas assuré.
  • La dilution des effets des radiations dans l'incidence "normale" des pathologies pouvant être favorisées par les radiations rend toute comparaison très délicate. Or les statistiques en épidémiologie nécessitent des chiffres précis et des effets relativement élevés pour observer une différence mathématiquement significative. C'est par exemple le cas de cette étude[10] qui ne parvient à faire le lien entre la tabagisme passif et le cancer du sein que pour des expositions élevées.
  • L'effet « moisson » : le dépistage systématique du cancer ou d'autre pathologie entraîne souvent une augmentation des cas connus sans que l'état sanitaire de la population soit réellement en détérioration. Cet effet explique par exemple la remise en cause du dépistage du cancer de la prostate[11]. Les faux positifs et les tumeurs qui n'auraient jamais évolué viennent alors gonfler les chiffres si on les compare à des populations qui ne font pas l'objet d'un dépistage aussi pointu[12].

Du fait de l'absence de données extrêmement précises, il est peu probable que ce débat puisse être tranché un jour. L'incidence du cancer est forte chez l'humain (20 % à 25 % des humains habitant l'OCDE auront un cancer au cours de leur vie[13]) et varie en permanence en fonction des très nombreux facteurs (alimentation, alcool, tabac, activité physique, pollution, génétique de la population, etc.) qui évoluent eux-mêmes rapidement. Même les estimations les plus alarmistes citées (plusieurs centaines de milliers de cas sur 80 ans) seraient extrêmement difficile à isoler au niveau statistique car rien qu'en Europe 3,2 million de cancers sont diagnostiqués chaque année[14]. Il est donc possible d'avancer des chiffres très différents tout en revendiquant à raison leur assise théorique : tant qu'ils restent dans la zone de flou statistique, dont l'échelle est de l'ordre de plusieurs centaines de milliers de cas par an, ils ne peuvent être définitivement contredit ou confirmés. Ce type de raisonnement peut même être renversé: il est possible d'attribuer à la catastrophe une baisse de l'incidence du cancer par effet d'hormèse : il suffirait d'utiliser un modèle mathématique prenant en compte cet effet déjà observé dans de nombreux travaux sur les modèles animaux[15]. Dans ce cas on pourrait déclarer que la catastrophe pourrait éviter des dizaines de milliers de cas de cancer, ce peut paraître provocateur mais reste scientifiquement aussi défendable qu’affirmer qu'elle ait provoqué tout autant de décès.

Il convient donc de prendre avec du recul les affirmations données dans chaque publication et d'apporter de l'importance à la validation de cette publication. Dans des domaines scientifiques complexes, une affirmation, ne peut être prise en compte que si elle a été publiée dans une revue à comité de lecture dont le texte a été relue et critiquée et validée par des experts : technique du "peer reviewed"

Ensuite, il convient de faire attention à la date de publication de la publication. On peut constater que les études issues d'un même organisme ont largement modifié leur conclusion au cours des années. Il convient donc de ne considérer comme les plus fiables que les études les plus récentes. Ainsi le rapport ONU de 2009 rend caducs les rapports précédents. Ces derniers sont présentés ci-dessous mais n'ont d’intérêt que pour retracer l'histoire de nos connaissances d'une catastrophe nucléaire.

Rapport de l'ONU à Jour : 2008 Rapport UNSCEAR[modifier | modifier le code]

L'United Nations Scientific Committee on the Effects of Atomic Radiation "UNSCEAR" a produit un rapport en 2008 [16] qui poursuit et affine l'analyse des rapports de l'ONU précédents. Les résultats sont sensiblement différents des nombreux travaux antérieurs. Les données de santé sont réparties selon la population concernée.

  • les pompiers : le rapport conclut que 134 pompiers et personnel ont subi le syndrome d'irradiation aiguë et que parmi elles, 28 sont mortes de la maladie. Beaucoup de survivants ont souffert de lésions de la peau et des cataractes radio-induits. 19 sont décédés, Mais généralement il n'y a pas de maladies associées à l'exposition aux rayonnements.
  • les liquidateurs : le rapport analyse les données de santé de centaines de milliers de liquidateur. En dehors d'un risque accru de leucémie, il n'y a pas d'autres preuves d'effets sur la santé.
  • Les populations environnantes : Les seules «preuves convaincantes» du lien entre une maladie et la catastrophe sont les 600 cas de cancer de la thyroïde chez les adolescents observés dans les zones touchées dont une fraction substantielle sont dues à la catastrophe. En 2005, il y avait 15 décès parmi ces cas.

Les décès attribuables "de façon fiable" au rayonnement produit par l'accident sont donc maintenant estimés à 62 décès qui se déclinent ainsi :

  • 28 pompiers morts du syndrome d’irradiation aiguë ;
  • 19 pompiers morts de lésions de la peau ;
  • 15 personnes dans la population environnante mortes de cancer de la thyroïde.

Le rapport conclut que «la grande majorité de la population n'a pas à vivre dans la peur des conséquences graves sur la santé de l'accident de Tchernobyl».

Ce rapport est critiqué par les organisations militantes anti-nucléaires qui proposent leur propre contre analyses. Cependant ce rapport a été publié dans des revues scientifiques à comité de lecture "peer reviewed" ce qui n'est pas le cas des contre-analyses.

Anciens rapports de l'ONU[modifier | modifier le code]

Septembre 2005 : rapport provisoire de l'ONU[modifier | modifier le code]

Selon un rapport officiel de l'Organisation mondiale de la santé[17], jusqu’à 4 000 personnes au total pourraient à terme décéder des suites d'une radio‑exposition consécutive à la catastrophe de Tchernobyl. Sur 72 000 liquidateurs, 212 sont morts[18]. L'impartialité de l'OMS sur cette question est contestée par le collectif Independent WHO, un groupement d'associations antinucléaires, en raison d'un accord passé avec l'AIEA en 1959. À la suite de ces doutes sur son impartialité, l'OMS a publié une déclaration expliquant que cet accord « suit le modèle des accords passés entre l’OMS et les Nations Unies ou d’autres organisations internationales », et réaffirmant son indépendance sur ce sujet[19],[20].

Le , le Forum de Tchernobyl, fondé par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) produit un rapport intitulé L'héritage de Tchernobyl : impacts sanitaires, environnementaux et socio-économiques[21]. Ce rapport commun de l'Organisation mondiale de la santé, l'Agence internationale pour l'énergie atomique, l'UNDP et d'autres agences onusiennes avance un bilan des victimes de Tchernobyl de 47 secouristes (« liquidateurs »), morts des suites de l'exposition aux radiations (28 en 1986, et 19 entre 1987 et 2004), et de quinze personnes, enfants au moment de la catastrophe, morts de cancers de la thyroïde (jusqu'à 2002), sur 600 000 personnes affectées – 200 000 liquidateurs et les personnes les plus exposées aux radiations.

D'après le communiqué de presse de l'AIEA : « Jusqu’à 4 000 personnes au total pourraient à terme décéder des suites d'une radio-exposition consécutive à l'accident survenu il y a une vingtaine d'années dans la centrale nucléaire de Tchernobyl : telles sont les conclusions d’une équipe internationale de plus d'une centaine de scientifiques. Toutefois, à la fin du premier semestre de 2005, moins d'une cinquantaine de décès avait été attribuée directement à cette catastrophe. Pratiquement tous étaient des membres des équipes de sauvetage qui avaient été exposés à des doses très élevées : un grand nombre sont morts dans les mois qui ont suivi l'accident, mais d'autres ont survécu jusqu’en 2004. » Michael Repacholi, responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cité dans le rapport a déclaré : « Les effets sanitaires de l’accident étaient potentiellement catastrophiques, mais une fois que vous les additionnez en vous basant sur des conclusions scientifiques dûment validées, en ce qui concerne le public, ils n’ont pas été aussi forts que ce que l’on pouvait craindre initialement. »[22]

Le résumé considère que « à en juger par l'expérience du Bélarus, le taux de survie parmi les patients atteints de ce type de cancer [cancer de la thyroïde] atteint presque 99 %. »[22] De plus, il ne conclut à « aucune indication ni probabilité d’une diminution de la fertilité parmi les populations touchées, ni aucune indication d’une augmentation de malformations congénitales pouvant être attribuées à une radio-exposition. »[22]. En fait, « les principales causes de mortalité dans les régions affectées par Tchernobyl sont les mêmes que celles prévalant en Russie, maladies cardio-vasculaires, blessures et empoisonnements plutôt que les maladies liées à la radioactivité. »[7]

En outre, le rapport provisoire critique ce qui y est interprété comme le manque d'initiative de la population locale et sa « tendance à mettre tous les problèmes de santé sur le compte de l'exposition aux rayonnements. » Il souligne « l’impact sur la santé psychique des personnes affectées » : les désordres psychologiques s’exprimeraient sous forme de « manque de confiance dans son propre état de santé, de craintes exagérées pour l’espérance vie », de dépendance de l’assistance à l’État et de manque d’initiative[23].

Critiques du rapport de 2005[modifier | modifier le code]

Le bilan proposé en septembre 2005 par l'AIEA (47 morts directs et au total encore 4 000 décès futurs à attribuer à la catastrophe de 1986) a été vivement critiqué par Angelika Claussen, présidente de la section allemande de l'Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW) déclarait dans Le Monde[24] que « ces chiffres [étaient] sous-estimés et absolument faux ». Cette même association IPPNW rendait public le 6 avril 2006 un autre rapport, intitulé « Conséquences de Tchernobyl sur la santé », qui a été réalisé avec la Société pour la protection contre les rayonnements (GSF). Toutefois, du propre aveu de l'IPPNW, des estimations précises sont « impossibles à obtenir pour des raisons de méthode »[24].

Selon ce rapport IPPNW-GSF : « plus de 10 000 personnes [seraient] atteintes d'un cancer de la thyroïde et 50 000 cas supplémentaires [seraient] attendus à l'avenir » (contre 4 000 cancers de la thyroïde répertoriés par des agences de l'ONU[1]). « En Europe, il y a eu 10 000 malformations chez les nouveau-nés en raison de Tchernobyl et 5 000 décès chez les nourrissons ». Par ailleurs, « plusieurs centaines de milliers de membres des équipes d'intervention [sur le site] sont de nos jours malades des suites des radiations, plusieurs dizaines de milliers sont morts ». « Il est très cynique de reprocher aux personnes en Ukraine, en Biélorussie et en Russie une mentalité de victime et de leur recommander de mieux se nourrir et d'avoir un style de vie plus sain », ajoutait Angelika Claussen en référence aux critiques de la prétendue passivité de la population locale[24]. Ces chiffres ne s'appuient néanmoins sur aucune donnée de terrain.

Greenpeace a critiqué les conclusions du résumé de [25]. Ses principaux arguments sont les suivants :

  • L'OMS, dans une étude de 1998, aurait annoncé 212 morts sur 72 000 liquidateurs et n'en annonce plus que 59 alors qu'il y aurait eu 600 000 liquidateurs
  • L'étude ne prend pas en compte en Europe occidentale les effets des faibles doses.
  • L'étude fait le distinguo entre les malades du stress (dû à l'évacuation ou à la perte de situation) et les autres, ce que Greenpeace réfute.
  • L'une des deux méthodes, la méthode épidémiologique, est remise en cause par Greenpeace car elle ne serait pas adaptée à l'Europe.

Ces critiques n'ont aucune crédibilité et visent simplement à relancer sans cesse la polémique :

  • Les Soviétiques n'ont jamais occulté ni gonflé le chiffre de 47 morts, mais les occidentaux sont longtemps restés sceptiques, en témoignent les chiffres farfelus qui ont circulé les premiers jours de la catastrophe[26]. À l'époque il était communément admis que les Soviétiques falsifiaient toutes leurs données économiques ou sanitaires, hors ce ne fut pas le cas pour Tchernobyl.
  • L'effet stress ne peut être attribué au caractère nucléaire de l'accident, il n'est jamais pris en compte à la suite de catastrophes naturelles, sociales, politiques ou industriels, il n'y a aucune raison de le prendre en compte pour gonfler les chiffres.
  • L'effet des faibles doses fait l'objet de polémiques scientifiques car il n'a jamais été scientifiquement prouvé : on peut polémiquer à l'infini sur la question dans la mesure où un effet faible sera quasi impossible à mettre en évidence.
  • Il n'existe pas d'autre méthode que l'épidémiologie dans la mesure où l'effet des faibles doses n'a jamais été mesuré. Hors l'épidémiologie donnant elle aussi des résultats peu fiables (pour les raisons invoquées plus haut), critiquer cette méthode est aussi une source de polémique sans fin.

Selon l'organisation écologiste et antinucléaire, qui cite une étude publiée en dehors des revues à comité de lecture, 67 000 personnes sont mortes en Russie entre 1990 et 2004 des suites de Tchernobyl[24].

Vladimir Tchouprov, responsable de la branche russe de Greenpeace, a déclaré que le rapport onusien avait « pour objectif de soutenir idéologiquement le programme de construction de 40 nouveaux réacteurs nucléaires en Russie d'ici à 2030 […] alors que 70 % à 80 % des Russes s'opposent à la construction de centrales nucléaires près de chez eux. »

Lioudmila Komogortseva, présidente de la commission écologique de l'assemblée régionale de Briansk, la région russe la plus touchée par la radioactivité, a pour sa part déploré que plusieurs programmes d'approvisionnement des écoles en produits alimentaires et eau non contaminés ne soient plus financés depuis plusieurs années. Selon elle, 2 700 cas de cancers de la thyroïde ont été enregistrés entre 1991 et 2003 dans cette région, dont 290 cas chez des personnes qui étaient enfants au moment de la catastrophe. Des académiciens russes ont eux parlé de seulement 226 cas répertoriés au total dans la région de Briansk[24].

Selon Hervé Kempf, journaliste connu pour ses engagements écologistes et antinucléaires : « La présentation du Forum Tchernobyl en septembre 2005 est (il n'y a pas d'autre mot) mensongère »[27] les approximations exprimées dans le chapeau du communiqué ou commentèrent la controverse[28],[29],[30],[31].

Avril 2006 : rapport définitif de l'ONU[modifier | modifier le code]

L'AIEA diffusa ainsi, durant une conférence tenue le , un résumé du bilan global provisoire : 4 000 personnes sur les 600 000 les plus touchées pourraient décéder des suites de la radio-exposition consécutive à l'accident (page 7 du communiqué francophone). Ce chiffre de 4 000 morts qui n'est expliqué et nuancé que plus loin, a incité la presse et les médias à le présenter comme un bilan total de toutes les victimes de l'accident.

Le rapport définitif[32], publié en , prévoit quant à lui (page 106) une surmortalité causée par les seuls cancers solides de « 4 000 décès parmi les 600 000 personnes les plus exposées » (0,67 %), semblable aux estimations préliminaires mais pour les seuls cancers solides, ainsi que de « 5 000 autres parmi les 6 millions de personnes proches » (0,08 %). Les auteurs du rapport y insistent sur le caractère très incertain de leurs estimations[33].

Melissa Fleming, attachée de presse de l'AIEA, déclara à la revue Nature : « Je suis navrée de voir des chiffres sauvages communiqués par des organisations honorables qui sont ensuite attribués à l'ONU. C'était donc une action audacieuse que d'avancer une estimation bien inférieure à celle que dicte le sens commun. »[34]

Analyses venant de diverses origines[modifier | modifier le code]

  • Rapports d'Agences internationales
    • L'Agence internationale de l'énergie atomique, avance les chiffres de 47 personnes mortes parmi les « liquidateurs », ainsi que quinze personnes (enfants lors de la catastrophe) décédées d'un cancer de la thyroïde jusqu'à 2002 sur 600 000 personnes concernées. Selon l'AIEA, 4 000 personnes pourraient mourir « pour avoir été exposées aux radiations après l'accident » selon une ébauche de rapport qui fut reprise par la presse. La version définitive du rapport, publiée en , ne reprend pas ce bilan[34],[35].
    • Le Centre international de recherche sur le cancer, en 2006, estime à 16 000 le nombre de décès imputables d'ici 2065, sans observer d'augmentation mesurable au niveau épidémiologique.
    • Dans un rapport paru début 2013, L'Agence européenne pour l'environnement écrit que, par extrapolation en combinant le modèle linéaire sans seuil et le concept de dose collective, la catastrophe causerait en 50 ans entre 17 000 et 68 000 cancers mortels[36]. L'impartialité de cette agence est remise en cause par la présence de nombreux dirigeants engagés dans des ONG environnementalistes et antinucléaires[37].
  • ONG ou militants anti-nucléaire
    • Des études (non publiées dans des revues scientifiques à comité de lecture) ont été faites par Vassili Nesterenko et Youri Bandajevsky sur l'irradiation des habitants de l'Ukraine et de la Biélorussie[38]. Les circonstances de l'irradiation à Tchernobyl sont différentes de celles de Hiroshima et Nagasaki. Pour Bandajevsky, il s'agit dans le premier cas d'irradiations internes, répétées et de faible dose, et dans le second, d'expositions externes massives en une fois. Il affirme que les effets en sont très différents[39]. Il est arrêté puis condamné pour corruption à la suite d'une procédure fortement critiquée[40].
    • Selon l'Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW), plus de 10 000 personnes sont atteintes d'un cancer de la thyroïde et 50 000 cas supplémentaires sont attendus à l'avenir. En Europe, 10 000 malformations sur des nouveau-nés en raison de Tchernobyl et 5 000 décès chez les nourrissons. Plusieurs centaines de milliers de membres des équipes d'intervention [sur le site] sont de nos jours malades des suites des radiations, et plusieurs dizaines de milliers sont morts[41],[42].
    • En 2006, Greenpeace publia un rapport fondé sur une méta-étude de communications et de rapports scientifiques et médicaux[43] dont la conclusion ne contient pas d'estimation du nombre de victimes et en appelle à d'autres études. Elle le présenta[44] en reprenant l'une des estimations analysées, selon laquelle la catastrophe causera de l'ordre de 270 000 cancers dont 93 000 mortels sur 70 ans.
    • Selon une communication en russe de 2007 de trois scientifiques dont Alekseï Iablokov (ru) (cofondateur de Greenpeace Russie[45], membre-correspondant de l'Académie des sciences de Russie, conseiller du président russe pour l'écologie, homme politique) et Vassili Nestérenko (déjà cité), les dossiers médicaux relatifs à la période 1986 à 2004 reflètent 985 000 décès causés par la catastrophe (pour la plupart en Russie, en Biélorussie et en Ukraine, mais également dans d'autres pays). L'Académie des sciences de New York publia dans ses annales une adaptation en anglais intitulée « Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment (en) » en 2009, et deux critiques clairement défavorables à cette étude, en 2011 et en 2012 avec réponse des auteurs[46].
  • Association de liquidateurs
  • Déclarations
    • Dans un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU publié en 2000, Kofi Annan évoque plus de 7 millions de personnes affectées, 3 millions d'enfants qui ont besoin d'être soignés, dont beaucoup mourront prématurément[47].
    • Le professeur Maurice Tubiana, cancérologue impliqué au niveau international dans la recherche sur le cancer depuis plusieurs décennies prend position en faveur des chiffres de l'OMS : une centaine de morts. Il affirme dans son dernier livre (N'oublions pas demain) qu'il existe une véritable campagne de désinformation orchestrée par diverses ONG dont l'intention est de discréditer le développement de l'énergie atomique quoi qu'il en soit. Le Pr Tubiana est un ancien Président du Conseil scientifique de radioprotection de EDF[48].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2005/pr38/en/#
  2. Department of Epidemiology and Biostatistics, National Institute for Health Development, Tallinn
  3. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16432838
  4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23691737
  5. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18049227
  6. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17027293
  7. a et b « L'improbable bilan du drame de Tchernobyl » - L'Humanité, 14 septembre 2005
  8. Les faibles doses dans la vie quotidienne, Lars-Erik Holm (ICPR), 2007.
  9. http://fr.rian.ru/tribune/20120215/193372897.html
  10. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19959687
  11. http://www.essentiel-medical.com/fr/actualite-medicale/le-depistage-du-cancer-de-la-prostate-inutile-voire-nefaste
  12. http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2013/06/fukushima-cancers-de-la-thyro%C3%AFde-pour-12-enfants.html
  13. http://www.oecd-ilibrary.org/sites/health_glance-2011-fr/01/11/index.html;jsessionid=jsajddytmk2q.delta?contentType=&itemId=/content/chapter/health_glance-2011-14-fr&containerItemId=/content/serial/19991320&accessItemIds=/content/book/health_glance-2011-fr&mimeType=text/html&site=fr
  14. http://ec.europa.eu/health-eu/health_problems/cancer/index_fr.htm
  15. http://www.academie-sciences.fr/activite/rapport/rapport070405.pdf
  16. http://www.unscear.org/docs/reports/2008/11-80076_Report_2008_Annex_D.pdf
  17. http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2005/pr38/fr/index.html
  18. Étude de 1998.
  19. http://www.who.int/inf-pr-2001/fr/state2001-05.html
  20. http://www.manicore.com/documentation/articles/idee_nucleaire.html
  21. (en) Chernobyl’s Legacy: Health, Environmental and Socio-Economic Impacts - [PDF]
  22. a, b et c (fr) Tchernobyl : l’ampleur réelle de l’accident - Communiqué de presse de l'AIEA, 5 septembre 2005 [PDF]
  23. « Tchernobyl : circulez, il n'y a rien à voir » - L'Humanité, 7 septembre 2005
  24. a, b, c, d, e et f « Selon un rapport indépendant, les chiffres de l'ONU sur les victimes de Tchernobyl ont été sous-estimés » in Le Monde du .
  25. « Tchernobyl : le mensonge continue », 6 septembre 2005 (voir archive)
  26. http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/040511/tchernobyl-ce-que-le-figaro-disait-en-1986
  27. Tchernobyl, plus de 16 000 morts - Hervé Kempf, Le Monde, 26 avril 2006
  28. Le bilan de Tchernobyl revu à la baisse - RFI, 6 septembre 2005
  29. Tchernobyl, l'impossible bilan - L'Express, 15 septembre 2005
  30. Le bilan meurtrier de Tchernobyl revu à la baisse - Le Devoir, 6 septembre 2005
  31. (en) Chernobyl 'likely to kill 4,000' - BBC, 5 septembre 2005
  32. (en) Health Effects of the Chernobyl Accident and Special Health Care Programmes - Rapport définitif de l'ONU, 2006 [PDF]
  33. Rapport, p. 106 : « It must be stressed that this estimate is is bounded by large uncertainties. »
  34. a et b (en) Special Report: Counting the dead - Nature, 19 avril 2006
  35. (en) Too little known on Chernobyl - BBC News, 19 avril 2006
  36. (en) Late lessons from early warnings: science, precaution, innovation, page 467
  37. http://www.agriculture-environnement.fr/actualites,12/conflit-d-interets-ce-que-ne-nous-dit-pas-mme-lepage,871.html
  38. Vassili Nesterenko, La Catastrophe de Tchernobyl. Radioprotection des habitants, Minsk, 1997.
  39. Youri Bandajevsky, Aspects cliniques et expérimentaux de l'action des radionucléides incorporés dans l'organisme, Gomel, 1995.
  40. Wladimir Tchertkoff, Le Crime de Tchernobyl, le Goulag nucléaire, Actes Sud, avril 2006.
  41. (en) Health Effects of Chernobyl 20 years after the reactor catastrophe - Rapport du German Affiliate of the International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW) et German Society for Radiation Protection (GfS)
  42. Un bilan qui sera selon les estimations de 14 000 à 560 000 morts par cancers, plus autant de cancers non mortels sur le site dissident-media.org
  43. http://www.greenpeace.org/international/Global/international/planet-2/report/2006/4/chernobylhealthreport.pdf
  44. http://www.greenpeace.org/international/en/news/features/chernobyl-deaths-180406
  45. [1]
  46. (en) Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment - New York Academy of Sciences
  47. (en) Avant-propos de Kofi Annan, in Chernobyl. A Continuing Catastrophe, United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, United Nations, New York and Geneva, 2000, p. iii : « more than seven million of our fellow human beings do not have the luxury of forgetting. [...] 3 million children require treatment and many will die prematurely. »»
  48. Maurice Tubiana - Académie des sciences [PDF]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Galia Ackerman (dir.), Guillaume Grandazzi (dir.) et Frédérick Lemarchand (dir.), Les Silences de Tchernobyl : l'avenir contaminé, Paris, éditions Autrement, coll. « Frontières », , 299 p. (ISBN 978-2-7467-0821-1).
  • Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire, Les Incidences radiologiques de l'accident de Tchernobyl dans les pays de l'OCDE, Paris, OCDE, , 195 p. (ISBN 92-64-23043-2).
  • Centre d'analyse et de coordination Ecologie et santé, Youri Ivanovitch Bandajevski et N. F. Dubovaya, Les Conséquences de Tchernobyl sur la natalité : césium radioactif et processus de reproduction, Gap, Y. Michel, coll. « Écologie », , 127 p. (ISBN 978-2-36429-006-8).
  • Centre d'analyse et de coordination Ecologie et santé, Youri Ivanovitch Bandajevski et G.S. Bandajevskaya, Les Conséquences de Tchernobyl sur la santé : le système cardiovasculaire et l'incorporation de radionucléides CS-137, Gap, Y. Michel, coll. « Écologie », , 72 p. (ISBN 978-2-36429-007-5).
  • Centre d'analyse et de coordination Ecologie et santé, Youri Ivanovitch Bandajevski, G.S. Bandajevskaya et al., Tchernobyl, 25 ans après : situation démographique et problèmes de santé dans les territoires contaminés, Gap, Y. Michel, coll. « Écologie », , 83 p. (ISBN 978-2-36429-000-6).
  • CRIIRAD et André Paris, Contaminations radioactives : atlas France et Europe, Gap, Y. Michel, coll. « Écologie », , 196 p. (ISBN 2-913492-15-0).
  • Jean-Philippe Desbordes, Atomic Park : à la recherche des victimes du nucléaire : essai, Arles, Actes Sud, , 515 p. (ISBN 2-7427-5900-X).
  • Jean-Michel Jacquemin (préf. Théodore Monod), Ce fameux nuage, Tchernobyl : la France contaminée : suivi d'un dossier sur les conséquences dans la région de Tchernobyl, Paris, Sang de la terre, coll. « Les dossiers de l'écologie », , 347 p. (ISBN 2-86985-120-0).
  • Jean-Michel Jacquemin (préf. Jean-Guy Talamoni), Tchernobyl : aujourd'hui, les Français malades, Monaco, éditions du Rocher, coll. « Un pavé dans la mare », , 371 p. (ISBN 2-86985-120-0).
  • Jean-Michel Jacquemin, Tchernobyl, j'accuse ! : conséquences en France, Paris, Sang de la terre, coll. « Les dossiers de l'écologie », , 213 p. (ISBN 2-86985-146-4).
  • Jean-Michel Jacquemin-Raffestin (préf. Dominique Belpomme), Tchernobyl, 20 ans après : cachez ce nuage que je ne saurais voir..., Paris, G. Trédaniel, , 388 p. (ISBN 2-84445-676-6).
  • Marc Molitor, Tchernobyl : déni passé, menace future ?, Bruxelles et Namur, Racine et RTBF, coll. « Société », , 275 p. (ISBN 978-2-87386-715-7).
  • Philippe Renaud, Didier Champion et Jean Brenot, Les Retombées radioactives de l'accident de Tchernobyl sur le territoire français : conséquences environnementales et exposition des personnes, Paris, éd. Tec & doc, coll. « Sciences & techniques », , 190 p. (ISBN 978-2-7430-1027-0).
  • Tchernobyl : anatomie d'un nuage : inventaire provisoire des dégâts physiques et moraux consécutifs à la catastrophe du 26 avril 1986, Paris, éditions Gérard Lebovici, , 157 p. (ISBN 2-85184-178-5).
  • Wladimir Tchertkoff et Michel Parfenov (dir.), Le Crime de Tchernobyl : le goulag nucléaire, Arles, Actes Sud, , 717 p. (ISBN 2-7427-6042-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]