Shanxi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Shaanxi.
image illustrant le monde chinois
Cet article est une ébauche concernant le monde chinois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

37° 52′ 24″ N 112° 33′ 52″ E / 37.873333333333, 112.56444444444

Shanxi
Carte indiquant la localisation du Shanxi (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Shanxi (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms Chinois : 山西
Pinyin : Shānxī
« Ouest du mont [Taihang Shan] »
Abréviation 晋 (jìn)
Statut politique Province
Capitale Taiyuan
Démographie
Population 35 712 101 hab. (2010)
Densité 228 hab./km2
Rang 19e
Nationalités Hans (99,7 %)
Hui (0,2 %)
Géographie
Superficie 156 800 km2
Rang 19e
Économie
PIB (2004) 304 200  (18e)
PIB/hab. 8 518 Ұ (17e)

Le Shanxi (山西 pinyin : shānxī, à l'ouest de la montagne ; anc. graphie française : Chan-Si) est une province du nord-est de la Chine, dont le chef-lieu est Taiyuan (太原 pinyin: tàiyuán). Elle est située à l'ouest des monts Taihang (Taihang Shan pinyin : Tàihangshān). Elle ne doit pas être confondue avec la province voisine au nom, homophone au ton près, de Shaanxi (陕西, pinyin Shǎnxī). Dans les années 2000, c'était l'une des provinces les plus polluées de Chine et du monde. La population fait face à de graves problèmes de santé (accès aux soins, malnutrition, déformations à la naissance...).

Géographie[modifier | modifier le code]

Villes[modifier | modifier le code]

Ville Population 2006
1. Taiyuan 太原 2 752 515
2. Datong 大同 1 061 482
3. Changzhi 长治 708 847
4. Yangquan 阳泉 419 323
5. Jincheng 晋城 354 311
6. Jinzhong 榆次 238 686
7. Linfen 临汾 235 953
8. Yuncheng 运城 204 613
9. Xinzhou 忻州 155 549
10. Houma 侯马 102 396

Histoire[1][modifier | modifier le code]

Avant l'Empire chinois

Durant la période des printemps et des automnes[2] ( env. 771 à 476 av. J.-C. ), le Shanxi n'existait pas encore et, au même endroit, on y trouvait l'état de Jin[3].

L'Empire chinois ( 221 av. J.-C. à 1279 ap. J.-C.[4] )

La dynastie Han ( 206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C. ) régna sur le Shanxi en tant que province de Bingzhou (并州 Bīng Zhōu). Pendant l'invasion des nomades du Nord lors de la période des Seize Royaumes (304–439), plusieurs états dont le Later Zhao, le Former Yan, le Former Qin, et le Later Yan contrôlèrent en continu la province de Shanxi. Ils furent suivis par la Wei du Nord ( 386–534 ), un royaume Xianbei, qui avait pour capitale l'actuel Datong dans le Nord du Shanxi, et qui a presque régné sur tout le Nord de la Chine .

La dynastie Tang ( 618–907 ) originaire de Taiyuan. Durant la dynastie Tang et après, la zone du Shanxi était appelée Hédōng (河东), ou "Est de la rivière (Jaune)". L'impératrice Wu Zetian, la seule femme ayant jamais régné en Chine, était née dans le Shanxi.

Durant la première partie des Cinq Dynasties et de la période des Dix Royaumes ( 907–960 ), le Shanxi a fourni des dirigeants pour trois des Cinq Dynasties, et était également le seul des Dix Royaumes à être situé dans le Nord de la Chine. Le Shanxi était, initialement, la résidence du jiedushi ( commandant ) du Hedong, Li Cunxu, qui renversa la première des Cinq Dynasties, la dynastie Later Liang (907–923) pour établir la seconde dynastie, Later Tang (923–936). Un autre jiedushi du Hedong, Shi Jingtang, vaincu Later Tang et établi la troisième des Cinq Dynasties. Later Jin, et encore un autre jiedushi du Hedong, Liu Zhiyuan, établirent la quatrième des Cinq Dynasties (Later Han) après que Khitans détruit Later Jin, la troisième. Finalement, quand la cinquième des Cinq Dynasties (Later Zhou) émergea, le jiedushi du Hedong du moment, Liu Chong, se rebella et établit un état indépendant appelé Han du Nord, un des Dix Royaumes, dans ce qui est l'actuel Shanxi ( Nord & centre ).

Shi Jingtang, fondateur du Later Jin, la troisième des Cinq Dynasties, céda une large part du Nord de la Chine aux Khitans en échange d'aide militaire. Ce territoire, appelé les Seize Préfectures de Yanyun, incluait une partie du Nord du Shanxi. Le territoire cédé devint un problème majeur concernant la défense de la Chine contre les Khitans pour les 100 ans qui ont suivi, car cela for China's defense against the Khitans for the next 100 years, car il se trouvait au Sud de la Grande Muraille de Chine.

Durant la Dynastie des Song du Nord ( 960–1127 ), les seize préfectures continuèrent d'être une zone de discorde entre la Chine song et la Dynastie Liao. Plus tard la Dynastie des Song du Sud abandonna tout le Nord de la Chine, y compris Shanxi, à la Dynastie Jurchen Jin ( 1115–1234 ) en 1127 après l'incident de Jingkang lors de la guerre Jin-Song.

La Dynastie Yuan Mongole divisa la China en provinces mais ne fit pas de Shanxi une province. Shanxi gagna seulement ce nom ( Shanxi ) et des frontières approximatives durant la Dynastie Ming ( 1368–1644 ). Durant la Dynastie Qing ( 1644–1911 ), le Shanxi s'étendit au Nord de la Grande Muraille de Chine pour inclure des parties de la Mongolie intérieure, incluant l'actuelle cité de Hohhot, et s'imbriqua dans la juridiction des Huit Bannières et de la zone de la bannière du Guihua Tümed.

La République de Chine et la Chine Moderne

Pendant la plus grande partie du règne de la République de Chine sur le continent chinois ( 1912–1949 ), le seigneur de guerre Yen Hsi-shan tenu Shanxi. Durant la Seconde Guerre Sino-Japonaise, le Japon occupa la plupart de la province après avoir gagné la Bataille de Taiyuan. Shanxi était aussi un champ de bataille majeur entre entre les Japonais et les guérillas des Chinois communistes de la Huitième Armée de Route pendant la guerre.

Après la défaite du Japon, la plus grosse partie du Shanxi devint d'importantes bases pour les personnes de les communistes de l'Armée de Libération du Peuple dans la guerre civile qui a suivie en Chine. Yen a intégré des milliers d'anciens soldats japonais parmi ses propres forces, et ces soldats ont fait partie de sa défense ratée de Taiyuan contre l'Armée de Libération du Peuple au début de 1949.

Pour des siècles, Shanxi a servi de centre au commerce et aux banques : les "marchands Shanxi" (晋商 jìnshāng) furent une fois associés à la richesse. La très bien préservée cité de Pingyao ( héritage mondial de l'UNESCO ) montre plusieurs signes de son importance économique pendant la Dynastie Qing. Dans nos temps contemporains, le minage de charbon est devenu important dans l'économie du Shanxi, mais des critiques se sont plaints des conditions déplorables des mines. Depuis 2004, la province a été en proie à des problèmes de sécurité du travail, y compris un scandale de travail forcé impliquant des enfants, ce qui provoqua des troubles civils importants et un embarras national.

Durant les années 1980, l'écrivain chinois Zheng Yi enquêta sur les actes de cannibalisme perpétrés dans la province du Shanxi pendant la révolution culturelle[5]. Le résultat de cette investigation, publié sous le titre de Stèles rouges : du totalitarisme au cannibalisme, est accablant pour les autorités locales, qui autorisèrent et institutionnalisèrent à grande échelle cette pratique[6]. Zheng Yi décrit d'horribles scènes de cannibalisme, affirmant qu'au moins 10 000 personnes furent tuées et mangées dans le Shanxi durant cette période[7].

Administration[modifier | modifier le code]

Li Xiaopeng est depuis 2013, gouverneur de la province de Shanxi[8].

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est orientée vers les industries lourdes et l'exploitation du charbon[9].

Santé[modifier | modifier le code]

La province est la région la plus polluée de Chine ; c'est également celle qui a le plus haut taux de déformations à la naissance[10]. Il est six fois plus élevé que la moyenne nationale, et serait multifactoriel (pollution mais aussi malnutrition, difficulté d'accès aux soins pour les plus pauvres)[9].

En 2010 éclate le scandale des vaccins frelatés. À une centaine d'enfants auraient été injectés des vaccins qui n'avaient pas été normalement conservés au froid, selon le journaliste d'investigation Wang Keqin. Ces enfants seraient aujourd'hui soit morts, soit handicapés, soit malades[11].

Culture[modifier | modifier le code]

Le jinju (zh), appelé aussi opéra de Shanxi, est une variante régionale du théâtre-opéra chinois. Il est joué principalement dans la province du Shanxi, ainsi qu'en Mongolie-Intérieure et dans le Hebei[12].

Le Shanxi est la région natale du cinéaste Jia Zhangke[13]..

À voir[modifier | modifier le code]

La Pagode Sakyamuni du temple Fogong, une pagode en bois construite en 1056 sous la dynastie Liao.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Shanxi », Wikipedia, the free encyclopedia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  2. « Période des Printemps et Automnes », Wikipédia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  3. « Jin (État) », Wikipédia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  4. « Histoire de la Chine », Wikipédia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  5. Alexandre Coste, Chine: du totalitarisme au cannibalisme, Marianne, 20 mai 2012
  6. Stèles rouges
  7. The cannibal within, par Lewis F. Petrinovich
  8. Patrick Boehler, Fils de princes, affaires et corruption Le Monde diplomatique, septembre 2012
  9. a et b Infirmités à Shanxi, province polluée de Chine, BBC news, 2009]
  10. Photographies de pollutions en Chine, Lu Guang (photographe ayant fait de nombreux reportages à caractère social, récompensé pour ce projet à New-York, 2009
  11. Le scandale des vaccins frelatés prend de l'ampleur Courrier International, 25 mars 2010
  12. The Origins of Other Forms of Traditional Opera, sur taiwan.gov.tw
  13. Philippe Grangereau, « Jia Zhangke : « Mon prof avait peur que je sème la zizanie » », Libération,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]